Recueil général de moralités d’expression française, sous la direction de Jonathan Beck, Estelle Doudet et Alan Hindley, tome II, Paris, Classiques Garnier, 2019, 593 p., 59 €.

Le Recueil général de moralités d’expression française réunit des moralités du début du xve siècle jusqu’au seuil du xviie siècle. Il devrait comporter à terme une centaine de moralités réparties en dix-huit tomes : t. 1-9 « Les premiers témoins » ; t. 10 « Moralités de parodie et de pastiche » ; t. 11-15 « Moralités pour et contre la Réforme » ; t. 16-17 « Satire et critique sociale » ; t. 18 « Moralités tardives ».

Le tome I (2012) était consacré aux prédécesseurs de la moralité « proprement dite ». Le tome II édite cinq moralités du xve siècle, toutes accompagnées d’une introduction substantielle. La Moralité du Jour Saint Antoine (éd. E. Doudet) et La Moralité du Chastiement du Monde (éd. J. Beck) ont toutes les deux été jouées dans le prestigieux collège de Navarre, sur la Montagne Sainte-Geneviève. La Moralité du Jour Saint Antoine, représentée en janvier 1427 (n.s.), à l’occasion de la Saint Antoine, est la première pièce en français à porter le titre de « moralité », dans la rubrique introductive de l’unique codex qui l’a conservée. Et elle se révèle précieuse pour la définition d’un théâtre didactique qui entend intégrer et adapter à un public imparfait ces autres formes de communication contemporaines que sont les écrits chrétiens, les images édifiantes et les sermons. La Moralité du Chastiement du monde, jouée l’année suivante (1428 n.s.), est qualifiée de « moralité faicte en foulois », ce qui s’explique par la présence de quatre fous-prophètes qui dénoncent les troubles politiques contemporains.

La Moralité de la Croix Faubin [1488 ?] (éd. A. Hindley) dénonce les abus socio-politiques en mettant en scène le Pain et le Vin exploités par le prince Tout et ses ministres l’Un et l’Autre, et consolés par dame Patience. Le Jeu d’Argent [c. 1470] (éd. A. Hindley), moralité attribuée à Jazme Oliou et jouée par sa troupe ambulante devant des publics divers, décrit le parcours de l’Homme, tiraillé entre les forces du bien et son amour pour l’argent qui le mène au péché. La pièce, riche en didascalies qui reflètent les préoccupations scéniques de l’auteur, est conservée dans un livret de scène d’un grand intérêt : il permet en effet d’observer de près les modifications réalisées pour s’adapter à de nouveaux publics.

L’Aveugle et le Boiteux (éd. E. Doudet), dernier épisode du Mystère de saint Martin d’André de la Vigne joué à Seurre en 1496, est généralement considéré comme une moralité depuis l’édition de Francisque Michel en 1831. Mais en 1997, André Tissier choisit d’intégrer la pièce à son Recueil de farces (1450-1550) (Genève, Droz, 1997, t. XI, p. 291-342). L’objectif de la nouvelle éditrice n’est pas de trancher entre la farce et la moralité mais plutôt « d’approcher à travers un objet atypique les relations entre moralités, farces et mystères aux xve et xvie siècles ».

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur