Janus Cornarius et la redécouverte d’Hippocrate à la Renaissance

Marie-Laure Monfort, Janus Cornarius et la redécouverte d’Hippocrate à la Renaissance, Textes de Janus Cornarius édités et traduits. Bibliographie des éditions cornariennes, « De Diversis Artibus », tome 95, Turnhout, Brepols, 2017, 516 pages.

Grâce à son organisation en diptyque, l’analyse (des pages 21 à 266) venant éclairer un choix de textes édités et traduits (pages 267 à 462), l’ouvrage permet la véritable redécouverte d’un érudit discret,impliqué dans les rénovations scientifiques de son temps ; il propose en effet  une étude fouillée des apports de Johann Haynpol de Zwickau, dit Janus Cornarius (ca. 1500-1558) à la diffusion et à la connaissance du corpus hippocratique à la Renaissance. Cornarius publie en 1546 la première traduction latine de l’œuvre intégrale d’Hippocrate, ouvrage imprimé par Froben à Bâle dont le succès, dû à la qualité exceptionnelle de la traduction, à la fois littérale et limpide, est immédiate et durable (cette traduction sera réimprimée jusqu’au XVIIIe siècle).Marie-Laure Monfort montre comment Cornarius (en qui elle voit un des modèles possibles du Panurge de Rabelais, les deux humanistes s’étant probablementrencontrés vers la fin des années 1520), a paradoxalement contribué, par le biais d’un imposant travail de traduction des écrits du Père de la médecine, à l’édification de la médecine moderne ; le retour aux sources grecques permet en effet un dépassement de la théorie humorale héritée de Galien et la construction du modèle infectieux, fondé sur l’intuition, que Marie-Laure Monfort fait remonter aux premiers textes médicaux conservés, à savoir Hippocrate, d’un agent pathogène extérieur. Pour Cornarius, « la médecine du futur serait celle d’Hippocrate », le médecin grec permettant de simplifier la médecine. « Bon nombre d’écrits attribués au Père de la médecine contredisent ouvertement la doctrine aristotélo-galénique des humeurs et des qualités » et « par conséquent remettent radicalement en cause le dogme médical véhiculé par Avicenne, concevant la maladie comme une altération dans l’équilibre des humeurs, et supposant par exemple que la pituite se transforme en bile noire. » (p. 169-170). Le recours à Hippocrate sert d’autre part d’argument d’autorité contre l’astrologie médicale et Janus Cornarius s’inscrit dans le courant anti-astrologique qu’ont illustré Picde la Mirandole (qui laisse à sa mort en 1494 le traité In astrologiam divinatricem), Manardi, son éditeur Rabelais, ainsique d’autres érudits médecins contemporains. Marie-Laure Monfort repère d’autrepart dans plusieurs discours de Cornarius des thèmes qui circulaient, sans êtreimprimés, et que l’on retrouvera dans le Derevolutionibus orbium coelestium de Copernic (1543).

L’ouvrage est complété par une riche annexe comportantla publication en latin et en traduction française d’un choix de discours etpréfaces de Janus Cornarius (textes dont la qualité pédagogique est liée à leurcaractère oral, les praefationes étantà l’origine des discours proférés devant un auditoire universitaire) ; s’yajoutent le traité Medicina sive medicus de1556 (qui a été analysé dans les chapitres III et IV de la troisième partie, p.219-262) et le discours In dictumHippocratis. Vita brevis, ars vero longa est (1557), qui a également fait l’objet de belles analyses dans les premières parties du volume. Est proposée in fine une bibliographie des éditions cornariennes, qui répertorie non seulement les éditions publiant les textes de Janus Cornarius, mais également celles auxquelles il a contribué soit comme correcteur d’un texte grec ou latin, soit comme traducteur latin d’un texte grec.

Marie-Claire Thomine.