Vices de style et défauts esthétiques XVIe-XVIIIe siècle

Vices de style et défauts esthétiques XVIe-XVIIIe siècle, sous la direction de Carine Barbafieri et Jean-Yves Vialleton, Paris, Classiques Garnier, 2017, 605 pages.

Sontici réunis les actes du colloque « Vices de style et défauts esthétiques.XVIe– XVIIIe siècle » organisé du 5 au 7 juin 2014 àl’université Paris-Sorbonne en collaboration avec l’université Grenoble-Alpes, l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et l’Institut universitaire de France. Après une introduction, proposée par les organisateursdu colloque, Carine Barbafieri et Jean-Yves Vialleton, l’ouvrage regroupetrente-quatre contributions réparties en cinq ensembles, « Rhétorique vs esthétique », « fautes de goût », « classicisme et esthétique nationale », « esthétique(s) du laid »,« Désordre, folie et grandeur ». La démarche est originale,  qui consiste à interroger et tenter de définir l’esthétique classique par la négative, non plus à partir de ce qui la fonde(ses règles, ses principes), mais en examinant ce qu’elle condamne. Mise en lumière, cette dialectique du bon et du mauvais goût (« le goût n’existe qu’en se doublant d’un dégoût », lit-on dans l’introduction, p. 7 etMichel Jeanneret analyse comme un mécanisme la « nécessité organique du laid, du grotesque, du malséant », p 432), porte des fruits copieux et variés : l’approche est très riche car elle se déploie sur un large empan chronologique (depuis l’Antiquité dans laquelle la doctrine classique puise ses racines jusqu’aux Lumières qui la remettent en question) et engage une réflexion à la fois philosophique, esthétique, littéraire et rhétorique. Le champ d’investigation n’est pas limité à la seule littérature (qui occupe toutefois la plus large part, dans desgenres très variés, poésie, écrits polémiques, tragédie, comédie, genre épistolaire, énigme, idylles héroïques, essais, sermons, et d’autres, auxquels il faut ajouter la traduction), il concerne également la musique, l’art culinaire, la peinture ou la performance théâtrale. Le bouquet d’articles ici proposé offre une interrogation stimulante sur le goût et ses perceptions (quand y a-t-il « faute de goût » ?), sur les vices et défauts de style qui occupent, comme cela est rappelé en introduction, une place importante dans les traités de rhétorique ; parmi les défauts ou vices examinés, la froideur, la langueur, l’ingéniosité, le bouffi, le décousu, le galimatias, le rude, les grossièretés ou encore les bouffonneries. D’être ainsi examinée en creux, à travers le jeu des auteurs avec les règles et les codes du style et du goût, la question du classicisme gagne en dynamisme.

Pierre Chiron, « Echec éthique, échec esthétique selon la théorie grecque des caractères (Ps.-Démétrios de Phalère) ou de sformes (Hermogène) du style » ; Giovanni Lombardo, « Le manque de goût et les grâces effrayantes dans la rhétorique ancienne » ; Charles Guérin, « Regula incerta. Les déclamateurs impériaux et la critique du défaut stylistique chez Sénèque lePère » ; Gilles Siouffi, « Le problème du “froid” au XVIIe siècle. Sentiment terminologique, sentiment stylistique et sentiment linguistique » ; Delphine Denis, « Les grâces languissantes du style » ; Carole Talon-Hugon, « Pourquoi le goût ? Généalogie d’un concept moderne » ; Baldine Saint Girons, « Du mauvais goût comme risque du sublime » ; Florent Quellier, « Barbarismes et gueuseries.  Faute de goût et codification de l’art de la bonne chère dans la France du XVIIe siècle » ; Anne-Pascale Pouey-Mounou, « L’épithète est-elle un vilain défaut ? Les superfluités du style dans quelques caricatures de la poésie du XVIe siècle » ; Cécile Lignereux, « Les mises en garde des manuels d’art épistolaire contre les fautes de goût » ; François-Ronan Dubois, « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de Monsieur de Voiture de Pierre Costar » ; Elsa Veret-Basty,« ‘Fuyez comme un écueil le style énigmatique !’ Les vices de l’ingéniosité » ; Lucie Desjardins, « Bonnes et mauvaises larmes. De l’art de pleurer » ;  Catherine Ébert-Zeminovà,« Phénoménologie du défectueux selon le Père Bouhours. Avoir du goût, c’est ne point en avoir » ; Benjamin Bouchard, « Idylles héroïques italiennes et françaises au début du XVIIesiècle » ; Záviš Suman, « La Mesnardière contre Castelvetro. Polémique sur les mœurs du personnage tragique » ; Suzanne Duval,« Traduire les fictions “estrangères” en France à l’âge baroque. Un vice “desguisé” » ; Sandra Costa, « Goût et mauvais goût des collectionneurs d’art en Italie au XVIIe siècle » ; Sophie Hache, « Musique française vs musique italienne. Bon et mauvais goût d’après le Discours sur la musique d’Eglise (1706) de Lecerf de la Viéville » ; ChristelleBahier-Porte « “Quel jargon recherché !” : Antoine Houdar de La Motte corrupteur du goût ? » ; Marek Očenáš, «Faute de goût et jugement esthétique selon l’abbé Dubos » ; Ouafae ElMansouri, « La défense du modèle tragique français dans la critique de L’Année littéraire (1770-1789) » ; HughRoberts, « Capitaine Galimatias, homme obscur, et né de la lie dupeuple » (Furetière). Le galimatias vice de style et genre littéraire  (fin XVIe-première moitié du XVIIe siècle) ;Jean-Marc Civardi, « Cartographie du galimatias au XVIIesiècle » ; Audrey Gilles-Chikhaoui, « Grossièretés de Marc Papillon de Lasphrise » ; Dominique Chaigne, « Les sonnets satiriques et burlesques au XVIIe siècle : “un miroir de vices et de difformités” » ; Michel Jeanneret, « Avatars du bouffon » ; Françoise Rubellin, « Marivaux et le mauvais goût : L’Homère travesti » ; Violaine Géraud, « De la faute de goût au trait d’esprit à l’aube des Lumières » ; Jean-Eudes Girot,« Du goût et de la faute de goût comme connaissance de soi chez Montaigne » ; Christiane Deloince-Louette, « Archéologie du rude. Les enjeux esthétiques et éthiques de la critique d’Homère par Scaliger » ; Christabelle Thouin-Dieuaide, « De quelques sermons protestants français au début du XVIIe siècle. “Herbes amères”contre “style bouffi” » ; Christine Noille, « “De tant d’objets divers le bizarre assemblage…”. Rhétorique desdispositifs décousus » ; Sabine Chaouche, « L’acteur de mauvais goût, acteur des avant‑gardes scéniques ? ».