Archives par mot-clé : mis-en-avant

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

 Colloque international organisé par Gautier Amiel, Luisa Capodieci, Adeline Lionetto et Marie-Joëlle Louison-Lassablière

Vendredi 5 avril

 9h: Accueil des participants à l’Hôtel de Lauzun (17, quai d’Anjou, sur l’île-Saint-Louis)

 9h30 : Ouverture du colloque. Introduction par Gautier Amiel et Adeline Lionetto (Sorbonne Université)

 Le regard pédagogique ou l’enseignement de la danse :

 Modératrice : Adeline Lionetto

 10h : Marie Raulin (Université McGill, Montréal)

« Sur le bon pied : rhétorique des premiers traités français de danse et d’équitation »

10h30 : Marie-Joëlle Louison-Lassablière (IRHIM UMR CNRS 5317 Saint-Etienne)

« Antonius Arena ou l’œil du maître »

11h : Pause

11h15 : Matthieu Ferrand (Université de Grenoble-Alpes)

« La danse dans l’université parisienne au début du XVIe siècle »

12h15 : Discussion

12h30 déjeuner

La danse vue par les musiciens

 Modératrice : Adeline Lionetto

 14h : Cecilia Nocilli (Harvard University Center for Italian Renaissance Studies)

« Domenico da Piacenza and Fifteenth-Century Dance Music Theory: A New Musicological Approach »

14h30 : Stéphane Partiot (Université de Paris-Diderot)

« Présences de la danse dans les recueils de chansons de Bonfons et Rigaud (1548-1601) »

15h : Luc Vallat (Université de Berne)

« Mêler pour mieux vendre : les Six Gaillardes et six Pauanes avec Treze chãsons musicales parues chez Attaingnant »

15h30 : Discussion

16h : Pause

Le regard technique du chorégraphe et du danseur

Modérateur : Gautier Amiel

 16h30 : Hubert Hazebroucq (Chorégraphe, Compagnie ‘Les Corps Eloquents’ Paris)

« Mesures, passages, figures. A propos de quelques formes de composition à la Renaissance »

17h : Christine Grimaldi (Chorégraphe, Compagnie ‘Le Tracervatoire’ Bordeaux)

Démonstration avec son partenaire Jean-Charles de quelques danses de la Renaissance.

17h30 : Discussion

18h : Fin de la journée.

Samedi 6 avril

9h30 : Accueil des participants en Sorbonne, amphithéâtre Cauchy

La danse de la Renaissance vue par la postérité

Modératrice : Luisa Capodieci

 10h : Bénédicte Jarrasse (Sorbonne Université)

« La danse du XVIe siècle au prisme de l’historiographie des XVIIIe et XIXe siècles »

10h30 : Béatrice Pfister (Doctorante à l’Université de Sorbonne Nouvelle)

« Le livret du Ballet Comique de la Reine, ‘ce petit monument’ : enjeux du regard du lecteur à travers les siècles »

11h : pause

11h15 : Gerrit Berenike Heiter (Université de Vienne en Autriche)

« D’écrire et imprimer le ballet : entre ars memoria, propagation du ballet et plaisir de lecture »

11h45 : Concetta Cavallini (Université de Bari, Italie)

« Le lexique de la danse entre Italie et France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Réflexions et pistes d’analyse »

12h15 : discussion

Le regard du censeur :

Modératrice : M.-J. Louison-Lassablière

 14h : Samuel Cuisinier-Delorme (Université de Clermont Auvergne)

« Regards de censeurs sur la danse et le danseur dans quelques traités moraux de la Renaissance anglaise »

14h30 : Matteo Leta (Université de la Sorbonne)

« ‘Car où sont ces sauts et danses lascives, là aussi est le diable’ : sorciers et démons dansants à la Renaissance »

15h : discussion

15h30 : Conclusion-synthèse (Fin du colloque vers 16h)

 

Inscription obligatoire : pour le 5 sur le site de l’IEA (https://www.paris-iea.fr/fr/), pour le 6 auprès de Gautier Amiel (gautier.amiel@yahoo.fr). 

Femmes de guerre XVIe-XVIIIe siècles

Femmes de guerre XVIe-XVIIIe siècles

Colloque international de la Société Internationale des Femmes d’Ancien Régime (SIÉFAR)

en partenariat avec le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC)

29- 30 mars 2019

Affiche Femmes de guerre

Vendredi 29 mars

Auditorium Austerlitz des Invalides

Réservation obligatoire : histoire@musee-armee.fr (à partir de votre messagerie)

Matin

9h00 : ouverture du colloque

9h15 : allocution de Nathalie Grande, présidente de la SIÉFAR

 

Représentations légendaires de la femme de guerre

Présidente de séance : Nathalie Grande

9h30-9h50

Caroline Fischer (université de Pau et des Pays de l’Adour) : « Autour de Sémiramis »

9h50-10h10

Catherine Pascal (université Paul Valéry, Montpellier 3) : « ‘‘Des aigles toujours généreuses et toujours hardies’’ » : les femmes de guerre dans La Galerie des femmes fortes du père Le Moyne »

10h10-10h30

Sophie Nawrocki (responsable du fond d’estampes de la Bibliothèque de l’Arsenal et du service communication et conservation) : « Un cabinet de femmes fortes à l’Arsenal pour Marie de Cossé-Brissac, épouse du grand maître de l’Artillerie, Charles de La Porte, duc de La Meilleraye »

Discussion et pause

Suite

Présidente de séance : Sandra Provini

11h-11h20

Françoise Douay (Aix-Marseille Université) : « Faits mémorables et vertus patriotiques de quelques femmes de guerre d’après La morale en action des pères Béranger et Guibaud, 1790 »

11h20-11h40

Perry Gethner (université d’État d’Oklahoma) : « Les guerrière au théâtre. Dramaturges masculins et féminins »

Discussion

Figures féminines et vertus guerrières

Président de séance : Antoine Roussel

14h30-14h50

Véronique Garrigues (université de Toulouse Jean Jaurès) : « Femmes fortes, capitainesses et amazones : la violence armée des femmes au XVIe-XVIIe siècle en Europe »

14h50-15h10

Emmanuèle Lesne-Jaffro (université Clermont Auvergne) : « L’image de la femme de guerre dans les Mémoires de l’âge classique »

15h10-15h30

Debora Sicco (université de Turin) : « La représentation des guerrières dans l’œuvre de Voltaire »

Discussion et pause

Présidente de séance : Ariane Ferry

16h-16h30

Émilie Robbe (conservatrice du Département moderne du musée de l’Armée) : « Guerrière ou soldat ? – les femmes sous l’uniforme dans les collections muséales ».

Samedi 30 mars

Site de Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, 75006, Paris, grande salle

Pas de réservation obligatoire

Femmes de pouvoir, cheffes de guerre

Matin

Présidente de séance : Julie Piront

9h-9h20

Valérie Auclair  (université Paris-Est-Marne-la-Vallée) : « Catherine de Médicis reine de guerre dans L’Histoire de la royne Arthemise »

9h20-9h40

Fanny Giraudier (université Lyon 2) : « Une femme en guerre, Charlotte Brabantine de Nassau et le parti protestant pendant les dernières guerres de religion »

Discussion et pause

Suite

Présidente de séance : Adeline Lionetto

10h-10h20

Amélie Balayre (université d’Artois) : « Une reine peut-elle diriger une guerre ? La réception de l’invincible armada et le pouvoir féminin d’Élizabeth dans les relations diplomatiques franco-anglaises (1588-1603)

10h20-10h40

David Salomoni (università degli Studi Roma 3) : « Caterina Sforza. L’éducation d’une femme guerrière du XVIe siècle »

10h40-11h

Ekaterina Bulgakova (université d’État de Moscou Lomonossov ; Sorbonne Université) : « Entre un manifeste politique et un jeu galant. L’image des femmes guerrières à la cour de Russie au XVIIIe siècle »

Discussion

14h-15h

Assemblée générale de la Siéfar

Pause

Reprise du colloque

La femme de guerre : entre sources et représentation

Perspectives

Présidente de séance : Éliane Viennot

15h30-15h50

Benoît Grenier (Université de Sherbrooke) : « Des seigneuresses au combat ? Entre le mythe et l’action »

15h50- 16h10

Claude Weber : « Les enjeux actuels des femmes en opération »

Discussion

16h10-16h30

Conclusion du colloque : Agnès Cousson

***

Comité scientifique :

Frédéric Dessberg (CREC-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan), Ariane Ferry (CérédI, université de Rouen), Véronique Gély (CRCL, Sorbonne Université), Nathalie Grande (LAMO, université de Nantes), Adeline Lionetto (CELLF, Sorbonne Université), Sandra Provini (CérédI, université de Rouen)

Comité d’organisation :

Marianne Charrier-Vozel (CECIJ, université de Rennes I), Agnès Cousson (CECIJ, université de Bretagne occidentale), Anne Debrosse (Crec-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan /CRLC), Antoine Roussel (Crec-Saint-Cyr, Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan)

Liste des partenaires :

SIÉFAR

CREC Saint-Cyr

Reid Hall – Columbia à Paris

Musée de l’Armée

Société 17e siecle

Sorbonne Université

CELLF

CRLC

Université de Rouen – CérédI

Université de Liège

Université de Brest – UFR lettres

Colloque V. L. Saulnier – Le manuscrit littéraire français à la Renaissance

Sorbonne Université, Faculté des lettres, Salle des actes, les 14 et 15 mars 2019

Ce colloque est organisé par Frank LESTRINGANT (CELLF), Olivier MILLET (Sorbonne-Université, CELLF) et Sylvie LEFEVRE (Sorbonne-Université, EA 4349) avec le soutien de l’Association V. L. Saulnier, du CELLF et de l’EA 4349.

POUR TOUTE INFORMATION :
CELLF
UMR 8599 du CNRS et de Sorbonne-Université
1 rue Victor Cousin
75230 Paris cedex 05
olivier.millet@paris-sorbonne.fr
http://www.cellf.paris-sorbonne.fr/

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Giovanni Battista CAVALETTO, Psautier, 1527-1529, Ravenne, Biblioteca Classense (source : WGA).

Jeudi 14 mars

9h – Frank Lestringant et Olivier Millet. Introduction

9h30 – Cynthia J. Brown. “Le statut du manuscrit dans le projet éditorial des œuvres de Pierre Gringore”

10h15 – Louise Amazan. “Le manuscrit du Grand paragon des nouvelles nouvelles de Nicolas de Troyes, un jalon dans l’histoire des recueils de narrations facétieuses ?”

Pause

11h30 – Nathalie Dauvois. “Jean Bouchet et le manuscrit”

Déjeuner au club des enseignants

14h – Nicolae Virastau. “Littérature et astrologie à la Cour de François Ier dans quelques manuscrits de Jean Thenaud”

14h45 – Richard Cooper et Isabelle Garnier. “Histoire éditoriale et histoire des idées : nouveaux éclairages sur les manuscrits de Marguerite de Navarre”

15h30 – Daniel Fliege. “Le manuscrit 3525 de la Nationalbibliothek de Vienne : un recueil de poésies composé par Marguerite de Navarre pour Claude de Savoie ?”

Pause

16h30 – Guillaume Berthon et Jérémie Bichüe. “En partant du manuscrit BNF f. fr. 4967 : sociabilités poétiques et actualité littéraire à la fin des années 1530″

17h15 – Départ vers la Réserve des livres rares de la BnF (site François Mitterrand) où est organisée une présentation de livres à l’occasion du colloque (J.-M. Chatelain, L. Amazan)

Jeudi 15 mars

9h – Marc Smith. “Guillaume Le Gangneur (1554-1624), “excellent escripvain de nostre temps”, et sa production manuscrite”

9h45 – Vanessa Oberliessen. “Les oracles sibyllins dans les manuscrits de la Renaissance : survivance d’une tradition médiévale et contamination humaniste”

10h30 – Jean-Raymond Fanlo. “Les leçons des manuscrits d’Agrippa d’Aubigné”

11h30 – Max Engammare. “De l’imprimé au manuscrit : corrections de Théodore de Bèze dans les textes français de ses Poemata (1597-1598)”

Déjeuner au club des enseignants

14h – Paul-Victor Desarbres. “”Enfiler tout d’un train” : l’accumulation de manuscrits dans l’écriture des commentaires imprimés de Blaise de Vigenère”

14h45 – François Rouget. “Marguerite de Valois et le manuscrit inédit des Belgiques amours du sieur d’Eplimarre”

15h15 – Lisa Pochmalicki. “L’Orient dans les atlas manuscrits de la Renaissance”

Pause

16h30 – Anne-Sophie De Francheschi. “Le voyage de la Terre sainte du Sr Le Blanc, un manuscrit inédit de 1579″

17h15 – Bruna Conconi. “Les fantômes de la Bibliothèque : livres non imprimés ou non encore imprimés dans les répertoires de La Croix Du Maine et Du Verdier”

18h – Sylvie Lefèbre. Conclusion

Anthropologie sceptique et modernité

Colloque organisé à l’ENS de Lyon (site Descartes)

Organisation :
Sylvia Giocanti et Stéphane Marchand

PROGRAMME

Mercredi 13 mars

9h : accueil des participants autour d’un café (Mezzanine Descartes)

L’anthropologie sceptique et la question des mœurs : entre doute et croyance
Salle D2.020

MATINÉE
Présidence : Stéphane Marchand

9h30-10h25
Plínio JUNQUEIRA SMITH, professeur à l’Université Fédéral de São Paulo (Brésil) : « Le pyrrhonisme comme forme de vie : suivre les moeurs sans croyance »

10h30-11h25
Máté VERES, Chargé de cours à l’Universität Hamburg et à l’Université Loránd Eötvös de Budapest : « Sextus Empiricus on religious aetiology »

11h30-12h30
Nicola PANICHI, professeure à l’Ecole Normale Supérieure de Pise (Italie) : « Anthropologie et imagination de Gianfrancesco Pico à Montaigne » 

APRES-MIDI
Présidence : Pierre-François Moreau

14h-14h55
Nikolaus Egel (Université de Münster) : « La naissance du scepticisme moderne à partir de l’esprit du fidéisme. Jérôme Savonarole comme inspirateur de l’Examen vanitatis doctrinae Gentium et veritatis Christianae disciplinae de Jean-Francois Pic de la Mirandole »

15h-15h55
Barbara DE NEGRONI, professeure de khâgne au lycée Auguste Blanqui (Saint Ouen) : « Les effets des croyances : la force de l’imaginaire » (à partir du chapitre III, 11 (« Des boiteux ») des Essais de Montaigne)

16h-16h55
Gianenrico PAGANINI, Professeur à l’Université du Piémont oriental, Vercelli (Italie) : « Scepticisme, croyance et action. Descartes et les néo-académiciens »

17h-17h55
Masako TANIGAWA, chargée de recherche à la Société Japonaise de la Promotion des Sciences :« Anthropologie sceptique et croyance historique chez Bayle »

Fin de la première journée : 18h00


Jeudi 14 mars

Anthropologie sceptique et naturalisme
Salle D2.128

MATINÉE
Présidence : Sylvia Giocanti

9h30-10h25
Luiz ALVEZ EVA, professeur à l’Université Fédérale de ABC de Saõ Paulo (Brésil) : « Scepticisme et naturalisme moral chez Montaigne »

10h30-11h25
Celso MARTINS AZAR FILHO, Professeur aux Universités Fédérales Fluminense et de Rio de Janeiro (Brésil) : « « Lucrèce contre Lucrèce : la vérité des sens dans la conclusion de l’Apologie de Montaigne »

11h30-12h25
Richard BETT, professeur à l’Université Johns Hopkins, Baltimore (USA) : « Is Scepticism Natural ? Ancient and Modern Perspectives »

APRES-MIDI
Présidence : Delphine Antoine-Mahut

14h-14h55
Isabelle MOREAU, Maîtresse de conférences à l’ENS de Lyon (IHRIM) : « Paresse ou scepticisme dans l’Entretien de M. Pascal et de M. de Sacy  ?” »

15h-15h55
Claude GAUTIER, Professeur à l’ENS de Lyon (Laboratoire Triangle) : « Naturalisme ou scepticisme : retour sur la critique pragmatiste de Hume »

16h-16h55
Joëlle ZASK, maîtresse de conférences à l’Université de Provence (Aix-Marseille, IHP) : « Le problème du relativisme culturel » 

17h-17h55
Olivier TINLAND, maître de conférences à l’Université Paul Valéry (Montpellier, CRISIS) : « À quelles conditions un ironisme libéral est-il possible ? Scepticisme et politique selon Rorty »

Fin de la seconde journée : 18h


Vendredi 15 mars

Approches transversales de l’anthropologie sceptique
Salle D2.020

MATINÉE
Présidence : Claude Gautier

9h-9h55
Jacques-Louis LANTOINE, chercheur associé, ENS de Lyon (IHRIM) : « Spinoza : une anthropologie (du) sceptique ? »

10h-10h55
Delphine ANTOINE-MAHUT, professeure à l’ENS de Lyon (IHRIM) : « Scepticisme et science de l’homme chez les spiritualistes français du XIXe siècle. Le cas de Théodore Jouffroy »

11h-11h55
Sylvia GIOCANTI, MCF à l’Université de Toulouse Jean Jaurès / IHRIM-ENS de Lyon : « L’anthropologie sceptique de Montaigne dans l’anthropologie de Philippe Descola : une exception au sein du naturalisme des modernes »

12h-12h55
Raphaël KÜNSTLER, PRAG à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès (Erraphis) : « Méta-induction pessimiste et anthropologie sceptique « »

Fin de la 3e journée : 13h00

Maudits livres luthériens

“Maudits livres luthériens” : aux origines de la Réforme en France

 

A l’occasion de la remarquable exposition organisée à la Bibliothèque Mazarine (14 novembre 2018 – 15 février 2019), un catalogue richement illustré et nourri de textes rédigés par les meilleurs spécialistes vient de paraître. En voici la présentation.

 

 

« Maudits livres ». La réception de Luther et les origines de la Réforme en France, Paris, Bibliothèque Mazarine & Éditions des cendres, 2018, 339 p., 40 euros. Commissariat de l’exposition : Florine Lévecque-Stankiewicz.

C’est un magnifique ouvrage qu’offre la Bibliothèque Mazarine à l’occasion de l’exposition « Maudits livres luthériens. Aux origines de la Réforme en France » qui se tient au sein de cette dernière du 14 novembre 2018 au 15 février 2019. Ce beau livre de plus de 339 pages propose en effet de comprendre comment la pensée de Luther pénètre dans le royaume de France à partir de 1518 et durant toute la première moitié du xvie siècle grâce au support imprimé. À cette date, la présence d’un recueil de textes du réformateur, issu des presses du bâlois Johann Froben, est attestée dans la capitale française. Un demi-siècle après l’invention de l’imprimerie, le livre est en train de devenir l’acteur principal de la diffusion de la pensée luthérienne. Bientôt, les œuvres de Luther, puis des principaux acteurs du luthéranisme, circulent dans le royaume, ils y sont lus, cités, traduits, réimprimés et rapidement contestés. Face à la puissance médiatique de l’imprimé, les prises de position se multiplient et raidissent le paysage religieux et spirituel de cette première moitié du xvie siècle. Tandis que Rome, la Faculté de théologie ou le Parlement de Paris condamnent la circulation et la possession de ces « maudits livres », les tenants d’un humanisme chrétien, d’un « érasmisme » ou d’un « évangélisme », ouverts à l’idée d’une réforme en douceur de l’Église, sont contraints de renoncer, au moins provisoirement, à leurs idéaux.

Si l’ouvrage permet au lecteur de (re)découvrir ce contexte si particulier des origines de la Réforme en France, il lui offre aussi et surtout l’occasion de saisir, avec une précision inédite et grâce à des reproductions iconographiques d’une qualité exceptionnelle, la réception des idées de Luther à travers la lecture, la traduction, la réimpression, mais aussi l’interdiction et la destruction de ses œuvres. Ainsi, le premier corpus de textes luthériens diffusé dans le royaume est décortiqué avec attention, car il témoigne notamment de l’émergence de nouvelles sensibilités et de nouvelles lectures. Les reproductions de pages des recueils cités ponctuent, avec une grande régularité, le texte explicatif et offrent ainsi un ouvrage agréable et superbement illustré. Tout au long du livre, la qualité des images ne faiblit pas et l’ensemble des notices qui les accompagnent, rédigées par les meilleurs spécialistes du sujet, frappent par leur souci constant de synthèse et de clarté. Ces « maudits livres » luthériens sont ainsi une véritable bénédiction pour le lecteur qui est invité à croiser les approches de l’histoire des textes, de l’histoire du livre et de l’histoire des idées afin de toujours mieux appréhender la réception de Luther et les origines de la Réforme française.

Lien vers le site de l’exposition.

Fleurs et jardins de poésie. Les anthologies de poésie française au XVIe siècle.

 

Colloque organisé par

Adeline Lionetto et Jean-Charles Monferran

(Sorbonne Université)

18 -19 janvier 2019

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Salle D035

 

 

Comité scientifique : Concetta Cavalini, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Julien Goeury, Frank Lestringant, Olivier Millet et Jean Vignes.

 

 

Vendredi 18 janvier 2019

9h15 accueil

9h 45 Introduction des organisateurs

De l’anthologie et de ses marges

10h Jean Balsamo : « Les recueils italiens de rime (1545-1560) : anthologies ou recueils collectifs ? ».

10h30 Nathalie Dauvois : « Anthologies et Recueils de lieux communs, du Parnasse de Corrozet aux Marguerites poëtiques d’Aubert »

11h questions et pause

Du manuscrit à l’imprimé : la question du support et de la diffusion

11h 45 Laetitia Tabard : « Au commencement, la fin : regards croisés sur le Jardin de plaisance, premier recueil imprimé de poésie médiévale »

12h15 Marco Veneziale : « Les Fleurs de Poesie Françoise entre tradition manuscrite et imprimée »

12h 45 questions

Pratiques éditoriales

14h 30 Anne Réach-Ngô : « Un demi-siècle de “joyeuses inventions”  ? Reconfigurations éditoriales et représentativité littéraire du Thresor des joyeuses inventions du paragon de poesies (1554-1599) »

15h Alice Tacaille : « Les anthologies musicales de l’Adolescence clémentine aux Amours (1532-1552) : l’évolution des pratiques éditoriales »

15h30 questions

Compiler, organiser

16h30 Miriam Speyer : « « Rallier les Muses »… mais comment ? Dynamiques de compilation à l’issue des Guerres de religion »

17h Jean Vignes (Université Paris-Diderot) : « Une anthologie poétique en forme de recueil musical : les Chansons (1569) de Nicolas de La Grotte et leur succès. »

17h30 questions

Concert 19 heures [Sorbonne, Amphi. Guizot]. Esther Labourdette (voix) et Miguel Henry (luth) présenteront des chansons tirées du recueil de Nicolas de La Grotte, mettant en musique les plus grands poètes de la Renaissance française (Ronsard, Desportes, Baïf et d’autres).

 

Samedi 19 janvier 2019

Comparer (1)

10h Rémi Vuillemin (Université de Strasbourg) : « A propos de l’anthologie Tottel’s Miscellany »

10h30 Virginie Leroux : « Les anthologies poétiques néo-latines »

11h questions et pause

Comparer (2)

11h45 Joao Aidar : « Pour une comparaison des anthologies françaises et espagnoles »

12h 15 Enrica Zanin : « Anthologies poétiques et autres anthologies : le cas de La fleur de toute les nouvelles »

12h 45 questions

Etudes de cas

14h45 Antonin Godet : « Le Parnasse des poetes français modernes de Corrozet (1571, 1572 et 1578) »

15h 15 Ellen Delvallée : « Lectures des Rondeaux en nombre trois cent cinquante, singuliers et à tous propos (1527) »

15h 45 questions

16h30 fin du colloque

N’oubliez pas de vous inscrire auprès des organisateurs pour pouvoir assister au colloque et/ou au concert.

Contacts : adelinelionetto@hotmail.com et jcharles.monferran@free.fr

Télécharger le programme du colloque et l’affiche.

Miroirs de Charles IX. Images, imaginaires, symbolique.

Miroirs de Charles IX. Images, imaginaires, symbolique, sous la direction de Luisa Capodieci, Estelle Leutrat, Rebecca Zorach, Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DLXXXIV, 2018, 284 p., 73 ill. n/b.

Le volume réunit les actes d’un colloque international organisé en 2011 par l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et l’Université Rennes 2 en collaboration avec l’Université de Chicago et le Centre Allemand d’Histoire de l’Art de Paris. Dans une démarche qui s’inspire de celle d’Anne-Marie Lecoq, dans son François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française (Paris, Macula, 1987), l’ouvrage s’intéresse à une figure de souverain qui n’avait pas bénéficié jusqu’alors d’une telle approche pluridisciplinaire ; sont interrogées ici les images – littéraires et artistiques – que les contemporains de Charles IX, partisans ou ennemis, membres ou non du cercle intime, ont façonnées de lui (bien éloignées de celles qu’ont construites les siècles suivants, forgeant un imaginaire collectif que les lecteurs d’aujourd’hui ont souvent à l’esprit). Dix-huit auteurs (littéraires, historiens, historiens d’art, musicologues) étudient les multiples représentations, réelles, symboliques, allégoriques, imaginaires du jeune roi (il meurt en 1574, à l’âge de 24 ans), qui se sont développées pendant son règne, images dont certaines seulement sont contrôlées et officielles, fabriquant sa gloire. Cette rencontre entre les arts (poésie, écrits polémiques, peinture, dessin, architecture, musique, médailles, estampes) fait la richesse d’un volume qui renouvelle et approfondit la figure de Charles IX, dont l’image royale est un « miroir magique aux multiples visages ».

Luisa Capodieci, Estelle Leutrat, « Introduction. Charles IX dans le prisme royal » ; Henri Zerner, « Métamorphoses d’un enfant roi » ; Bruno Petey-Girard, « Le roi de France et les Lettres : quels modèles pour Charles IX », Gaylord Brouhot, « Corps paré et parure du pouvoir dans un portrait de Charles IX avec la famille royale » ; Jean-Eudes Girot, « L’”autheur” et l’escrivain » : Charles IX dans l’oeuvre de Ronsard » ; Valérie Auclair, « Mises à jour et obsolescence d’un programme iconographique. Charles IX ultime destinataire de l’Histoire françoyse de nostre temps de Nicolas Houel » ; Nicole Bensoussan, « Les médailles officielles au temps de Charles IX » ; Yves Pauwels, « L’architecture et ses représentations : miroirs de Charles IX ? » ; Hugues Daussy, « De Josias à Hérode : l’image de Charles IX dans la littérature réformée » ; John Nassichuk, « L’Image de Charles IX dans l’oeuvre d’Arnaud Sorbin de Saincte-Foy » ; Ariane Boltanski, « Charles IX ou le glaive contre l’hérésie. Les représentations du militantisme catholique à la fin des années 1560 et au début des années 1570 » ; Vanessa Selbach, « Le Pourtrait des enfans jumeaux envoyés au Roy. Prodiges de la nature et luttes confessionnelles au moment de la Paix de Saint-Germain (1570) » ; Jean Vignes, « Images de Charles IX dans la poésie de Jean-Antoine de Baïf (1532-1589) » ; Isabelle His, « Charles IX et la musique » ; Patrica Zalamea, « Charles IX et la tradition cynégétique dans les livres de vénerie et leurs paratextes » ; Sigrid Ruby, « Charles IX : un chasseur d’amour ? » ; Rebecca Zorach, « Conclusion. Au-delà des deux corps du roi ».

Marie-Claire Thomine.

Appel à communications : Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire

(1480-1650)

 

 

3 – 6 décembre 2019

 

Université d’Orléans

 

Appel à communication

 

 

 

2019 marque le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci au château du Clos Lucé à Amboise et du lancement de la construction du château de Chambord. De nombreuses manifestations se dérouleront tout au long de l’année 2019 dans la Région Val de Loire pour faire mémoire de cette Renaissance française qui s’épanouit de façon privilégiée dans la vallée de la Loire, aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’humanité.

S’inscrivant dans cette dynamique, ce colloque international a pour ambition de mettre en lumière « Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650) ». A l’ombre de la figure majeure de Léonard de Vinci et des emblématiques châteaux de la Loire, il s’agira de revisiter les pratiques politiques, culturelles et artistiques dans l’ensemble de cette Région selon les problématiques actuelles de la recherche sur la France de la Renaissance conduites en histoire, en littérature, en histoire du droit et en histoire de l’art.

 

La réflexion s’organisera autour de quatre axes :

 

1 – L’étude du rôle dirigeant de plusieurs princesses et reines de France dans ces duchés tout au long de la Renaissance.

En effet, au cours de la première modernité, ces duchés et quelques comtés dont les territoires correspondent à l’actuelle Région Centre – Val de Loire, eurent à leur tête une série assez exceptionnelle de femmes qui, filles, veuves, mères ou sœurs de rois de France, influencèrent la vie politique, culturelle et religieuse de la région. En effet se succédèrent à la tête du duché de Berry, entre 1498 et 1601 Jeanne de France, Marguerite de Navarre, Marguerite de Valois, Élisabeth d’Autriche et Louise de Lorraine. De son côté, Anne de Beaujeu est comtesse de Gien entre 1481 et 1522 tandis que Renée de France († 1574), duchesse de Ferrare, est comtesse (1510) puis duchesse de Chartres (1528) et dame de Montargis (1528). Louise de Savoie, Éléonore de Habsbourg et Marie Stuart sont duchesses de Touraine entre 1525 et 1560. Enfin, Catherine de Médicis est, elle-même, duchesse d’Orléans de 1566 à sa mort en 1589. Les divers aspects de leur action politique, culturelle, religieuse ou sociale dans le cadre de leurs duchés ou comtés seront pris en compte.

 

2 – Une nouvelle compréhension des guerres et des paix de religion (1562-1598), dans une région qui fut un enjeu important de la lutte d’influence entre protestants et catholiques.

Les territoires de l’actuelle région Centre-Val de Loire ont vu naître des communautés protestantes importantes et ont été le théâtre de plusieurs épisodes importants des guerres et paix de religion comme les sièges d’Orléans (1562) et de Chartres (1568), la Saint-Barthélemy à Orléans (1572), le siège de Sancerre (1572-1573) ou le sacre de Henri IV à Chartres (1594). Il s’agit là de quelques jalons d’une histoire qui reste à préciser en relation avec le renouveau des travaux sur les affrontements religieux mais aussi sur la Ligue.

 

3 – L’analyse de la circulation des idées, des textes, des savoirs et des techniques

Les liens tissés avec le pouvoir royal ainsi que la présence de deux pôles universitaires de renommée nationale et internationale, que sont les universités de Bourges et d’Orléans, ont permis à la région de jouer un rôle privilégié dans les échanges culturels et les innovations techniques qui ont marqué l’Europe de la Renaissance. Il s’agira d’analyser comment les débats et les controverses qui agitaient l’Europe du XVIe s. trouvèrent un écho et des développements dans la région.

 

4 – Une nouvelle approche de la Renaissance artistique dans ces territoires

A l’ombre des chantiers des grands châteaux de la vallée de la Loire, la région a connu à la Renaissance une effervescence artistique remarquable tant dans ses principales villes que dans ses campagnes. Nobles, clercs et bourgeois y réaménagent leurs résidences ou s’en font construire de nouvelles au goût du jour.  La mise en lumière des divers aspects de ce patrimoine permettra d’évoquer les influences plurielles qui façonnèrent un nouveau paysage urbain et marquèrent l’espace rural.

 

Il est prévu de consacrer une journée à chacun de ses axes.

Les propositions de communication (titre et résumé) sont à envoyer à Christian Renoux (christian.renoux@univ-orleans.fr) avant le 30 mars 2019.

 

Conseil scientifique :

Didier BOISSON, professeur d’histoire moderne, université d’Angers.

Stéphan GEONGET, professeur de littérature française de la Renaissance, université de Tours

Mark GREENGRASS, professeur émérite d’histoire moderne, université de Sheffield (G.-B.)

Jean-Marie LE GALL, professeur d’histoire moderne, université de Paris I

Corinne LEVELEUX, professeur d’histoire du droit, université d’Orléans

 

Comité d’organisation :

Catherine LANOE, maître de conférences d’histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

Nicolas LOMBART, maître de conférences en littérature française de la Renaissance, université d’Orléans – POLEN

Christian RENOUX, maître de conférences histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

Gaël RIDEAU, Professeur histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

 

Coordinateur :

Christian RENOUX, maître de conférences histoire moderne, université d’Orléans – POLEN

 

 

Ce colloque a reçu le label « Viva Léonardo da Vinci, 500 de RenaissanceS » attribué par le Conseil régional Centre-Val de Loire.

Langues imaginaires et imaginaire de la langue

Langues imaginaires et imaginaire de la langue, études réunies par Olivier Pot, Cahiers d’Humanisme et Renaissance n° 148, Genève, Droz, 2018, 840 pages.

  

Langues imaginaires et imaginaires de la langue, recueil des actes d’un colloque tenu à l’Université de Genève en 2008, est le prolongement d’un précédent volume consacré à la question des langages. Les vingt-six études réunies placées sous le signe de l’historiographie linguistique et de la diversité – du sanskrit aux langues imaginaires –, ainsi que sous celui du voyage – aussi bien spatial que temporel –, visent à montrer que « tout locuteur est un barbare au regard de son propre idiome ».

La première partie du recueil, « Sous le signe de l’Utopia de Thomas More : Pour un anniversaire des langues imaginaires (1517-2017) », s’intéresse au paratexte de l’Utopie, cherchant à placer dans le récit l’existence réelle de l’île et de sa langue (Pierre Swiggers).

La deuxième partie, intitulée « Des chiffres et des lettres : de la cryptographie à la langue universelle » étudie d’abord le mythe de la langue originelle chez Claude Duret (Gisèle Mathieu-Castellani), les pratiques étymologiques de Blaise de Vigenère (Paul-Victor Desarbres) et son Traicté des chiffres (Jean-Raymond Fanlo) avant de s’intéresser à l’alphabet des pensées de Leibniz (Curzio Chiesa).

La troisième partie du recueil – « Langues hybrides ou hyperlangues ? » – propose des études sur le franco-italien médiéval (Peter Wunderli), l’allemand tel qu’on l’imagine au XVIe siècle (Daniel Ménager) ou l’italien imaginaire (Paolo Albani) tandis que la quatrième, « Éthnographies linguistiques ou la Pentecôte aux Amériques », emmène le lecteur dans les écrits jésuites aux Indes Amériques (Marie-Christine Gomez-Géraud), dans les œuvres de Georg Horn (Daniel Droixhe) et celles de saint Augustin (Maurice Olender).

Les articles réunis sous les titres « La linguistique des vaincus : un orientalisme à l’envers » (cinquième partie) et « Les deux scènes du langage ou la langue sous la langue », proposent de revenir aux origines du langage, mythes linguistiques dans les pays baltiques aux XVIe et XVIIe siècles (Pietro U. Dini), « Nouveau paradigme » (Patrick Seriot) et « mythe de la langue-mère » (Sylvain Auroux) avant d’étudier des langues et littératures moins connues des lecteurs européens : le théâtre sanskrit classique (Charles Malamoud), ou encore la phonétique antique (sanskrit, grec et latin) (Daniel Heller-Roazen). Cette sixième partie se termine par un article de Gilles Siouffi analysant l’imaginaire du discours grammatical à l’âge classique.

Les quatre dernières parties de l’ouvrage quittent le domaine de la linguistique. La septième analyse les « Incarnation(s) de la langue et [les] modernes diglossies ». Les auteurs y étudient les liens entre médecine et langage au XIXe siècle (Gabriel Bergounioux), ou encore ceux que la littérature entretient avec le sens du toucher (Jean-Claude Mathieu). Deux articles donnent à lire une réflexion sur le langage chez Artaud (Natacha Allet) et Michaux (Vincent Capt),  La septième partie de l’ouvrage est consacrée à Valère Novarina, poète et dramaturge ayant clos le colloque de 2008 par une lecture publique de ses textes, à qui les auteurs ont voulu rendre hommage (Patrick Suter, Marco Baschera) tandis que la huitième s’intéresse aux « Fantasmagories sonores. La musicienne du silence ». Les deux articles proposés visent à montrer que la musique est par essence un langage sensible et intelligible et analysent le lien entre musique et représentation au XVIIe siècle (Laurence Wuidar) avant d’étudier l’esthétique du « stylus fantasticus » dans la musique baroque (Brenno Boccadoro).

Enfin, la dixième et dernière partie, intitulée « Bouts de langues et bouts de peuples. Utopies et uglossies. Pour une conclusion imaginaire en mode de fiction voyageuse » est rédigée par Olivier Pot qui propose une conclusion générale de ces articles si variés en réfléchissant sur le couple « langage / voyage », des œuvres de Rabelais à Michaux en passant par celles de Dante et Beckett, et qui justifie ce parcours en écrivant, entre bien d’autres affirmations, que « les observations sur la langue tiennent prioritairement lieu d’observatoire de l’imaginaire ».

Rebecca Legrand.

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste, F. Lemerle, V. Zara, P. Caye, L. Moretti, (eds.), 590 p., 102 ill. n/b + 61 ill. couleur, Turnhout, Brepols, 2017.

Bien que Daniele Barbaro soit moins connu que son oncle Ermolao ou son frère Marcantonio, qui commandita avec lui à Palladio la célèbre Villa Maser, le centenaire de sa naissance en 2014 a été l’occasion de nombreuses activités scientifiques. Après l’exposition Daniele Barbaro 1514-70. Letteratura, scienza e arti nella Venezia del Rinascimento organisée à la Biblioteca Marciana en 2015-2016, qui a offert un bel aperçu de l’activité d’écrivain de Barbaro, le riche ouvrage collectif publié par le CESR de Tours déploie le large éventail de la carrière de l’humaniste vénitien selon une approche pluridisciplinaire. Trente auteurs étudient les multiples facettes du prisme de la personnalité complexe de Barbaro afin de revisiter sa carrière et son influence sur la production artistique du XVIe siècle – dont les portraits de Titien et de Véronèse constituent un témoignage prestigieux – son retentissement  en Europe et ses échos au XVIIe siècle.

Deborah Howard, Daniele Barbaro and Two Ladies named Giulia ; Silvia Scattolin, Vita privata: Il rosion dil re d’Ingiltera di Daniele Barbaro ; Deborah Howard, Barbaro Family Portraits in the Cinquecento: Some Observations ; Tracy E. Cooper, Daniele Barbaro and the Commemoration of a Patriarchal Dynasty ; Ann E. Moyer, Daniele Barbaro and his Dialogue Della eloquenza ; Pierre Caye, Daniele Barbaro ou la veritas græca du De architectura de Vitruve ; Annarita Angelini, Daniele Barbaro: l’architettura come methodus e machina del sapere ; Koji Kuwakino, La varietas in una sylva geometrica che « ricrea la mente stanca dal pensiero delle cose difficili »: Daniele Barbaro e l’Orto botanico di Padova ; Pierre Gros, Forum et basilique dans le Vitruvio de Barbaro ; Frédérique Lemerle,  Barbaro et les Annotationes de Philandrier sur Vitruve ; Manuela Morresi, Fonti bibliche nei Commentari a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Antonio Becchi,  I commenti di Daniele Barbaro al Proemio della «terza parte principale dell’Architettura» (1556-1567) ; Werner Oechslin,  „Sciographia“, die vierte Darstellungsform („species dispositionis“): Daniele Barbaro, Andrea Palladio und die Kodifizierung der Architekturzeichnung ; Laura Moretti, Ancora sulla scenographia: i manoscritti preparatori per la parte quarta de La pratica della perspettiva di Daniele Barbaro (1568) ; Margaret M. D’Evelyn, “The most delightful presence of light”: Glimmers of Perspective in Daniele Barbaro’s Manuscript Commentaries on Vitruvius ; Maria Losito, Daniele Barbaro inventore: il De horologis describendis libellus e l’Horario universale nella teoria e nella pratica vitruviana ; Yves Pauwels, Quatre colonnes et un entablement : Palladio et Barbaro à Maser ; Luigi De Poli, Daniele Barbaro: du texte de la Predica aux images de Maser ; Francesco Trentini, Le machinationi etiche di Daniele Barbaro negli affreschi di Veronese a Maser ; Stefano Lorenzetti,  « Quello che è consonanza alle orecchie è bellezza agli occhi ». Figure della musica nel commento a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Vasco Zara, « Udire secondo le Idee ». Daniele Barbaro e la musica degli affetti ; Daniel K. S. Walden, Daniele Barbaro, Nicola Vicentino, and Vitruvian Music Theory in Sixteenth-Century Italy ; Daria Perocco, Daniele Barbaro ambasciatore e letterato ; Carlo Alberto Girotto, Les éditeurs de Daniele Barbaro ; Shanti Graheli, Daniele Barbaro e la Repubblica delle Lettere ; Don Giacomo Cardinali, Daniele Barbaro corrispondente del cardinale Guglielmo Sirleto ; Carlo Alberto Girotto, Une lettre de Daniele Barbaro à Charles de Guise (et quelques hypothèses pour la fortune de Barbaro en France) ; Fernando Marías, José Riello,  La fortuna de Daniele Barbaro en la península ibérica ; Frédérique Lemerle, Les Vitruve de Barbaro au XVIIe siècle ; Pierre Caye, Eugène Priadko, Le Barbaro de Vasilij P. Zubov ;   † Vasilij P. Zubov, De la vie et de l’activité scientifique de Daniele Barbaro.

Luisa Capodieci.

Les dictionnaires plurilingues (XVIe-XVIIIe siècles) : premier état des lieux entre France et Italie.

Journée d’études : Les dictionnaires plurilingues (XVIe-XVIIIe siècles) : premier état des lieux  entre France et Italie.

29-30 novembre 2018

Université de Toulouse-Jean Jaurès Maison de la Recherche, salle D155

Giuseppe Arcimboldo, “Le Libraire”, Skoklosters Slott, Bålsta (Stockholm), vers 1566 (source : WGA).

Organisateurs : Delphine Montoliu et Jean-Luc Nardone

Jeudi 29 novembre 2018

salle D155 13h30 Accueil des participants

14h-14h30 Jean-Luc NARDONE (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Introduction : Dictionnaires plurilingues et traduction ».

14h30-15h Valentina SESTINI (Université de Messine) : « La diffusion des dictionnaires plurilingues en Italie aux XVIe et XVIIe siècles ».

Discussion

15h30-16h Anne CAYUELA (Université de Grenoble) : « Analyse paratextuelle de quelques dictionnaires plurilingues  (Calepin, Garrone, Berlaimont, Hornkens) ».

16h-16h30 Elzbieta JAMROZIK (Université de Varsovie) : « Les premiers dictionnaires plurilingues polonais ».

Discussion

Vendredi 30 novembre 2018 salle D155

9h30-10h Olivier GUERRIER (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Les Trésors des Oudin ».

10h-10h30 Benedict BUONO (Université de Saint-Jacques de Compostelle) : « I dizionari plurilingui di Noël de Berlaimont e le grammatiche di italiano per ispanofoni dal Cinque al Settecento ».

10h30-11h Delphine MONTOLIU (Université de Lille) : « La fortune du vocabulaire trilingue de Lucius Cristobal Escobar dans la Sicile espagnole moderne ».

Discussion et clôture de la Journée d’études

Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance

Exposition temporaire du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019

Musée National de la Renaissance (Ecouen)

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

 

 

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)

2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)

3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)

4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

 

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Une riche médiation

Si de manière classique, l’exposition sera accompagnée de cartels, de kakemonos et d’un catalogue (éditions Gourcuff), les éléments de médiation seront plus nombreux afin d’aider le visiteur dans sa compréhension de l’art théâtral :

– Un dépliant d’aide à la visite pour les visiteurs voulant aller plus loin.

– Un livret jeu destiné au jeune public.

– Un outil multimedia conçu en partenariat avec le CNRS, l’Université de Toulon et l’Université Paris III mettra en film le manuscrit de la Passion de Valenciennes conservé à la Bibliothèque nationale de France.

– Grâce au numérique, les visiteurs pourront feuilleter certains manuscrits exposés.

– Un costume d’Arlequin grandeur nature créé par Sébastien Passot, costumier de théâtre et de cinéma.

Une programmation exceptionnelle

Trois représentations théâtrales :

– Cléopâtre captive d’Étienne Jodelle par la compagnie Oghma (Charles di Meglio) le 17 novembre 2018.

– Création d’une farce inspirée de la Condamnation de Banquet de Nicoals de La Chesnaye par le Théâtre de la vallée, compagnie en résidence à Écouen (Gerold Schumann) décembre 2018.

– Scaramuccia (Scaramouche), mise en scène de Carlo Boso, par la compagnie Prisma Theatro (Clément Joubert) le 26 janvier 2019.

Une journée d’étude :

– Une journée d’étude Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610) à la Bibliothèque nationale de France (site Tolbiac) le 22 novembre 2018.

Des conférences et des ciné-débats :

– La programmation de conférences à la Grange à Dîmes, dans le cadre du cycle de conférences avec la Ville d’Écouen sur le thème des images du théâtre dans l’art.

– La programmation de séances de ciné-débats avec le cinéma de L’Ysieux et celui de Garges les Gonesses en partenariat avec la CARPF (Communauté d’Agglomérations de Roissy-Pays-de-France).

 

Commissariat :

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle

Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

La langue de Jacques Amyot

  • Type de publication: Collectif
  • Directeur d’ouvrage: Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier)
    Préfacier: Zuber (Roger)
  • Contributeurs: Bury (Emmanuel), Chiron (Pierre), Denizot (Camille), Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier), Libral (Florent), Menini (Romain), Plazenet (Laurence), Thomine (Marie-Claire)
  • Résumé: Associant étroitement hellénistes et francisants, ce volume a pour objet l’étude des spécificités de la langue et du style de Plutarque dans les Œuvres morales et les Vies, puis de Jacques Amyot dans des traductions qui jouèrent un rôle de première importance dans la constitution de la langue française classique.
  • Nombre de pages: 232
  • ISBN: 978-2-406-07856-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07858-6
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 352
  • Série: Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne, n° 98
  • Date de parution: 17/10/2018
  • Année de publication: 2018
  • Langues: Français
  • Mots-clés: Traduction, langue grecque, langue française, littérature française du xvie siècle, littérature française du XVIIe siècle

Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d’étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

 

Penser, composer, pratiquer la musique à l’époque du Compendium musicae de Descartes (1618)

Colloque international organisé par l’Université de Poitiers / Criham et Sorbonne Université / IReMus, sous la coordination d’Isabelle His et Théodora Psychoyou

Rédigé en 1618, le Compendium musicæ (ou Abrégé de musique) est le premier écrit du jeune René Descartes, publié de façon posthume en 1650 ; c’est aussi probablement un des moins connus. À l’occasion du 400e anniversaire de sa rédaction, et dans la ville où Descartes fut étudiant, ce colloque propose de réévaluer la portée de ce texte singulier en le confrontant avec les productions musicales de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier l’environnement musical du Compendium en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, et de pratiques d’exécution.

Jeudi 8 novembre 2018

• 14h – Accueil

• 14h30 – Introduction

 Session 1 : Penser la musique à l’époque de Descartes #1

Modération : Brigitte Van Wymeersch

• 14h45 – Guido Mambella (Bologna)
Descartes lecteur de Zarlino

• 15h20 – Inga Groote (Univ. Zurich)
Efficacité et rationalité chez les théoriciens allemands du XVIIe siècle : un tournant pragmatique ?

• 15h55 – Christophe Guillotel (IReMus)
Idées, méthodes et système musical dans le Compendium musicæ (1618) de René Descartes : une mise en regard avec la Synopsis Musicæ Novæ (1612) de Johannes Lippius et ses sources afférentes

• 16h30 Pause

• 16h45 – Frédéric De Buzon (Univ. Strasbourg)
Confrontation des méthodes cartésienne et beeckmanienne en théorie de la musique

• 17h20 – Laurence Taveau (IReMus)
Le Livre de la nature des sons (Arsenal Ms 2884), autographe du père Mersenne

• 18hPause

Concert-spectacle : Les mystères du contrepoint

19h

Concert-spectacle par l’ensemble Coclico, dir. Barnabé Janin

 


 

Vendredi 9 novembre 2018

 Session 2 : Penser la musique à l’époque de Descartes #2

Modération : Inga Mai Groote

• 9hBrigitte Van Wymeersch (Univ. Louvain)
Écrire la théorie musicale au temps de Descartes. Le “cas Mersenne”

• 9h35André Redwood (University at Albany, State University of New York) : Descartes’ varietas, Mersenne’s copia? Permutation, variation, and the rhetoric of compositional inventio

• 10h10Théodora Psychoyou (IReMus/Sorbonne Université) : Mersenne et le « projet » de l’Harmonie Universelle

• 10h45Pause

• 11hNicolas Andlauer (Univ. Toulouse) : … par l’effet des tambours : éloges antiques et modernes de la monotonie

• 11h35Alexander Jakobidze-Gitman (Univ. Witten/Herdecke)
Measurable time vs. duration : the clash between mechanistic and protophenomenological explanations in Compendium Musicæ

• 11h10Pamela Zuker (IReMus/Sorbonne Université/Univ. Poitiers)
L’art de la battue chez Jacques Mauduit

• 12h45Pause

 

Session 3 : Composer et pratiquer la musique à l’époque de Descartes

Modération : Isabelle His

• 14h30Francesca Mignogna (IReMus/Sorbonne Université)
Espace physique et espace harmonique des instruments à cordes pincées au début du XVIIe siècle

• 15h05Carola Hertel (Univ. Strasbourg)
Composition et exécution à l’Académie de Strasbourg au début du XVIIe siècle

• 15h40Pause

• 16hJean-Yves Haymoz (CNSM Lyon / HEM Genève)
Le problème de la quarte en France au début du xviie siècle

• 16h35Peter Bennett (Case Western Reserve University)
Liturgical chant, rhythm and “affect” in early 17th century Paris : evidence from the Church of the Oratoire and the Royal Abbey of Montmartre

• 17h10Jean Duron (CMBV)
Composer à l’époque de Descartes : l’exemple du manuscrit Ms. 168  de Tours

• 17h45Conclusions du colloque

 

Comité scientifique

Frédéric De Buzon (université de Strasbourg),
Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles),
Jean-Yves Haymoz (Haute école de musique de Genève),
Isabelle His (Université de Poitiers / Criham),
Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus),
Brigitte Van Wymeersch (Université de Louvain)

Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, Pavillon universitaire Musique et Danse, auditorium
15, rue Guillaume VII le troubadour – Bât. E08