Archives par mot-clé : mis-en-avant

Le monde de l’imprimé en Europe occidentale XVe – XVIe siècle, 13 novembre 2021

Le monde de l’imprimé en Europe occidentale

XVe – XVIe siècle

 

Journée d’étude organisée par Christine Bénévent

Samedi 13 novembre 2021,

École nationale des chartes, salle Delisle

 

Sous le patronage de la Société Française d’Étude du Seizième Siècle,  avec le soutien de l’Institut Universitaire de France et du Centre Jean-Mabillon

Cette journée, organisée avec le soutien de la SFDES, du Centre Jean-Mabillon et de l’Institut universitaire de France, vise à accompagner les agrégatifs dans leur préparation au concours. Elle a été conçue en lien avec la question d’histoire moderne mise au programme de l’agrégation en 2021 et 2022 : « Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (v. 1470-v. 1680) ». Elle rassemble des spécialistes qui aborderont les multiples facettes de cette réalité complexe qu’est « le monde de l’imprimé » à la fin du xve siècle et au xvie siècle.

 

9h15 Accueil

9h30 Pierre Aquilon (université de Tours, CESR) : « Premiers aperçus sur les incunables »

10h15 Catherine Rideau-Kikuchi (université de Versailles-Saint-Quentin) : « Les marchés du livre en Italie, 1460-1530 »

10h45 : questions / pause

11h15 Rémi Jimenes (université de Tours, CESR) : « La diffusion du romain et de l’italique en France au XVIe siècle »

11h45 Geneviève Guilleminot (Paris, BnF, Réserve des livres rares) : « Chrétien et André Wechel : deux libraires dans l’histoire de leur temps »

12h15 questions

Pause déjeuner

14h30 Anna Baydova (Paris, BnF, département des estampes et de la photographie) : « Illustrer le livre imprimé au XVIe siècle »

15h Malcolm Walsby (Enssib, Villeurbanne, Centre Gabriel Naudé) : « La circulation des imprimés dans la France du XVIe siècle »

15h30 questions / pause

16h Joran Proot (Dilbeek, Cultura Fonds Library) : « Le prix du livre au XVIe siècle : le cas de Christophe Plantin »

16h30 Renaud Adam (université de Liège / Arenberg Auctions, Bruxelles) : « Le théâtre de la censure sous Charles Quint et Philippe II dans les anciens Pays-Bas »

17h questions

Inscription en présentiel ici

Retransmission en direct.

Conférence de Rosanna Gorris Camos, 29 septembre 2021

“Une Renaissance singulière” :

Ferrare entre dissidence et Réforme

 

 

Conférence de Rosanna Gorris Camos

29 septembre 2021, 15h30-17h

Université Paris-Nanterre

 

 

Salle des Conseils du Bât. Paul Ricoeur, 4e étage (salle 436)

 

15h30-17h : Conférence de Rosanna Gorris Camos (Université de Vérone, PR invitée à l’université Paris Nanterre)

“Une Renaissance singulière” : Ferrare entre dissidence et Réforme

Répondant : Max Engammare
(Institut de l’Histoire de la Réformation – Université de Genève)

17h-18h30 : Réunion d’équipe

Programme de recherche interdisciplinaire

Université Paris Lumières

Affiche


 

Le médecin face à la douleur 16e-18e siècles

 

 

Mise en ligne du webdocumentaire  (consultation libre, tout public) :

Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles

Ce webdoc sur les conceptions anciennes de la douleur est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire, croisant histoire de la médecine, philosophie et littérature. 12 chapitres thématiques, des œuvres à lire et à écouter, ainsi que des entretiens avec des neurologues, confrontent le passé et le présent et permettent d’interroger notre compréhension actuelle de la douleur.

Pain and the Physician, 16th-18th centuries

This web documentary on early conceptions of pain is the result of multidisciplinary research combining the history of medicine, philosophy and literature. Through 12 thematic chapters, excerpts from works to read and to listen to, and interviews with neurologists, it brings the past face to face with the present and allows us to question our current understanding of pain.

Responsabilité scientifique et coordination : Raphaële Andrault et Ariane Bayle
Collaboration scientifique : Elisa Andretta, Dominique Brancher, Nicolas Danziger, Luis Garcia-Larrea, Nicolas Lechopier, Pascal Luccioni, Patrick Mertens, Isabelle Moreau, Michèle Rosellini.
Réalisation graphique et conception du site : Raphaël Benitez
Réalisation multimédia : service PAVM | DNUM de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (Alexandre Bocquier, René Clerc, Charles de Filippo, Victor Hamelin et Philippe Topalian)
Collaboration artistique : Géraldine Berger et Thomas Rortais pour les textes lus ; Les Nouveaux Caractères pour l’interprétation musicale de Marin Marais (Sébastien d’Hérin, Étienne Floutier et Caroline Mutel).
Traduction anglaise : Sarah Novak pour les textes ; Romane Marcon et Marie Rabecq pour les vidéos.

L’exposition d’origine, organisée avec l’aide de Florence Gaume et Livia Rapatel, s’est tenue à la BU Santé, Domaine Rockefeller, Université Claude Bernard Lyon 1 (décembre 2019 – février 2020). Le graphisme avait été réalisé par Damien Favier.

Ce projet est financé par le LabEx COMOD (Université de Lyon, ANR-11-LABEX-0041, projet “Archéologie de la douleur“) et réalisé en collaboration avec l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il a bénéficié du soutien de l’IHRIM (UMR 5317), de l’ENS de Lyon, du CNRS, de la TGIR Huma-Num, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de la BU Santé (Lyon).

Hommage à Daniel Ménager – 24 septembre 2021

Journée organisée à l’université Paris-Nanterre

le 24 septembre 2021

Daniel Ménager, lecteur de la littérature européenne au miroir de la Renaissance

 

Le 15 août 2020 s’éteignait Daniel Ménager, laissant derrière lui une œuvre considérable. Il est difficile de penser la Renaissance sans prendre en compte les livres qu’il a élaborés et mûris au long cours, complétant et prolongeant ainsi les fruits de l’enseignement qu’il a prodigué plusieurs décennies durant à l’Université de Nanterre. La rencontre nanterroise du 24 septembre 2021 réunit lecteurs, élèves, amis et éditeurs de Daniel Ménager en vue de se pencher sur l’œuvre critique qu’il n’a cessé de développer et d’enrichir depuis son départ à la retraite.

Dans ses derniers développements, l’œuvre de Daniel Ménager s’est vue fortement marquée par l’ouverture comparatiste. À ses yeux, désenclaver les études pour mettre la littérature au service de la pensée allait de soi. Sans doute est-ce le cas pour un esprit huma- niste formé aux œuvres fortes de l’Antiquité et curieux de littéra- ture universelle. Dans la dernière partie de son œuvre, Daniel Mé- nager a envisagé des problèmes existentiels fondamentaux avec un empan très large. Si la Renaissance apparaît comme la source de sa réflexion, l’œuvre littéraire ou artistique est toujours sollicitée en vue de traquer les indices qui permettront d’ouvrir à la pensée ou à l’émergence de consciences de soi.

Journée accessible en ligne :

meet.google.com/jne-iphg-dey

Comité d’organisation :
Véronique Ferrer
Marie-Christine Gomez-Géraud
Frank Lestringant
Olivier Millet

 

Programme : Journée Daniel Menager

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais, dir. Franco Giacone et Paola Cifarelli, Études rabelaisiennes, LIX, Genève, Droz, 2020, 320 p.

Le volume LIX des Études rabelaisiennes regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu en septembre 2015, à Turin et à Torre Pellice, chez les Vaudois du Piémont. Il s’agit du quatrième colloque rabelaisien en Italie, après ceux sur le Tiers livre (Rome, 1996), sur le Cinquiesme livre (Rome, 1998) et sur le Quart livre (Rome, 2011), sans compter celui sur La Langue de Rabelais – La Langue de Montaigne (Rome, 2003). Le choix du Piémont n’est pas fortuit : Rabelais y a séjourné durant les années 1540-1542, au service de Guillaume Du Bellay, nommé gouverneur du Piémont en 1538. De plus, les Vaudois massacrés à Mérindol et Cabrières en 1545 ont souvent été considérés comme une source de l’épisode des Papefigues. Turin est enfin l’université où a exercé pendant quarante ans Lionello Sozzi (†2014), dont l’une des dernières publications est précisément une traduction italienne de l’œuvre de Rabelais : Gargantua e Pantagruele, introduzione e cura di Lionello SozziTraduzioni e note di D. Cecchetti, L. Sozzi, M. Mastroianni, P. Cifarelli, A. AmatuzziTesto francese a fronte a cura di Mireille Huchon, Milano, Bompiani, 2012.

En plus d’une introduction de Franco Giacone – consacrée aux « quatre bastions de Turin » mentionnés dans le Quart livre – et d’une conclusion de Richard Cooper, le volume comporte dix-huit articles portant sur divers aspects de la langue de Rabelais. D’un point de vue lexical, les contributeurs s’interrogent sur le sens de certains mots comme « ἄσβεστος » (Bruno Pinchard), le toponyme Cheli, hébraïsme ou hellénisme au sens particulièrement énigmatique (Raphaël Cappellen), l’adjectif « estrange » tel qu’il est utilisé dans l’épisode des Papimanes (Aya Iwashita), les substantifs « dons », « grâces », « prérogatives » et « plasmateur », premiers mots de la lettre de Gargantua à Pantagruel (François Roudaut), ou encore sur l’italien et les italianismes (Gabriella Macciocca, Franco Giacone) et sur les dialectalismes, si aptes à caractériser les personnages (Maria Proshina).

Des enquêtes sont également menées sur les jargons pédantesques de l’écolier limousin et de la Quinte (Gilles Polizzi), sur les « motz espaves », condamnés à la fin du chapitre vi de Pantagruel mais largement mis à profit tout au long du récit (Marie-Madeleine Fragonard), sur le « langage des mythes » dans le prologue de Gargantua (Heidi Marek) et sur la « renaissance au langage » dans l’épisode du calme plat devant Chaneph (Pierre Johan Laffitte).

La figure d’un Rabelais philologue et « très instruit en l’une et l’autre langue » (« vir utraque lingua doctissimus »), comme le dit son ami Tiraqueau dans le De legibus connubialibus de 1524, apparaît nettement dans les rééditions en 1543 et 1545 du recueil de traités d’Hippocrate et de Galien que Rabelais avait publié en 1532 chez l’imprimeur Sébastien Gryphe (Claude La Charité), mais aussi dans la manière dont il fait son miel des Opera (1544) de Celio Calcagnini, ouvrage d’une infinie érudition et d’une grande variété formelle, écrit dans une prose latine truffée d’insertions grecques (Romain Menini).

Sur un plan syntaxique et stylistique, le volume s’intéresse aux dérivations, recompositions savantes et expansions nominales du Quart livre (Anne-Pascale Pouey-Mounou), puis au et de relance, « marqueur d’oralité » non étudié jusque-là par la critique rabelaisienne et pourtant massivement présent dans les passages narratifs du Pantagruel de 1532 (Claire Badiou-Monferran et Jean-Charles Monferran).

Rabelais, qui a laissé des empreintes profondes chez un auteur comme Goethe (Jacques Berchtold), apparaît sous des masques parfois inattendus : c’est le masque « grimaçant et quelque peu diabolique » de la sibylle de Panzoust (Marianne Closson), ou encore celui de Priapus dans le prologue du Quart livre : les deux longues interventions du dieu donnent en effet à entendre une « langue peu commune » où se dévoilent les réflexions grammaticales et lexicales de l’écrivain (Mireille Huchon).

Près de cent ans après la parution du monumental ouvrage de Lazare Sainéan, La Langue de Rabelais (Paris, E. de Boccard, 1922-1923), ces actes offrent ainsi des perspectives inédites sur la langue de Rabelais. Mais le lecteur y trouvera aussi des informations sur son travail d’éditeur scientifique et sur les sources de son érudition, ainsi que de nouvelles interprétations de passages de son œuvre, avec une prédilection particulière pour les îles du Quart livre, de Cheli à Chaneph, en passant par Papefiguière et Papimanie.

Nicolas Le Cadet

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècles

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité

 

 

Benjamin Deruelle, Pascal Bastien et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Paris, Hermann, 2021, 339 p.

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.

TABLE DES MATIÈRES

Pascal Bastien et Benjamin Deruelle, Introduction, p. 1 

PREMIÈRE PARTIE. CORPS ET DÉCORS DES ÉMOTIONS 

  • Hélène Cazes, Médecin piteux fait la playe venimeuse : « l’impitoyable pitié » du médecin (1545-1628), p. 15
  • Claude La Charité, Mythographie, médecine, théologie et philosophie des émotions à la Renaissance (1555-1610), p. 43
  • Lucie Desjardins, « Je n’ai jamais vu de Belles en colère. » Femmes, passions et pouvoir, p. 57
  • David Do Paço, Émotions captives : une communauté́ sensible entre femmes et hommes chrétiens et musulmans en Europe centrale au tournant des xviie et xviiie siècles, p. 69
  • Marine Carcanague, Un sentiment face à la justice et au genre. Honneur des femmes et imaginaires genrés devant la justice en France au xviiie siècle, p. 87
  • Bastien Coulon, Les larmes de la nation : donner une émotion à la personnification de la France au xviiie siècle, p. 103
  • Isabelle Pichet, Le corps sensoriel : sensibilité et émotions au Salon, p. 123

DEUXIÈME PARTIE. CANONS ET PASSIONS. L’EXPÉRIENCE ET L’APPRÉHENSION DU FRONT 

  • John A. Lynn II, Au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire des émotions : Repenser la peur et l’honneur, p. 141
  • Giovanni Ricci, Craindre les Turcs ou appeler les Turcs ? Émotions en conflit dans l’Italie de la Renaissance, p. 165
  • Benjamin Deruelle et Laurent Vissière, Des larmes de sang. Émotions funèbres au lendemain des batailles, de la fin du xve au milieu du xvie siècle, p. 179
  • Paul Vo-Ha, Le salaire de la peur. Peur et reddition aux xvie et xviie siècles, p. 203
  • Yann Rodier, Ressentiment national et xénophobie d’État contre l’Espagnol. Les images de guerre dans la France cardinale (1625-1659), p. 227

TROISIÈME PARTIE. SPECTACLE ET MISES EN SCÈNE DES AFFECTS 

  • Anne Régent-Susini, Émotions du mourant, émotions des vivants : faire communauté́ autour des oraisons funèbres en France au xviie siècle, p. 245
  • Sara Harvey, L’émotion sur le vif dans la presse et le théâtre d’actualité́ : la crise du système de Law, p. 259
  • Pauline Valade, L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publique comme langage entre le roi et ses sujets (Paris, xviiie siècle), p. 277
  • Lyse Roy, « Guerre changée en paix apporte grant joye. » Émotions et sentiments dans les entrées solennelles de Charles Quint en France, 1539-1540, p. 293
  • Pascal Bastien et Frédéric Charbonneau, Les Écrits inédits (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra : engage- ment politique et poésie sans-culotte, p. 315
  • Chanelle Reinhardt, Mouvoir et émouvoir : émotions et transfert des objets d’Italie en France (1796-1798), p. 331

 

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015)

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015).

Actes de la journée d’étude

 

En 2016 s’est tenue à Paris une journée d’étude en l’honneur de Myriam Yardeni, grande historienne israélienne moderniste, spécialiste du protestantisme français et en particulier de ses incidences sur la construction de la Nation française ainsi que sur le Refuge protestant, décédée à Haifa en 2015. Les actes de cette journée d’étude ont été établis sous la direction de Michelle Magdelaine, qui vient de nous quitter brutalement, et Viviane Rosen-Prest.

Ces actes sont consultables en ligne sur le site d’archives ouvertes HAL :

https://hal.archives-ouvertes.fr/PROTESTANTISME-NATION-IDENTITE-COM/page/accueil-sommaire.

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix

(Ab)jurer sa parole. Promettre la guerre et s’engager pour la paix pendant les crises de l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle)

 

Appel à communications

 

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

Argumentaire

À une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours: l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

La première journée d’étude de ce projet sera organisée à l’université de Genève. Durant les différentes interventions, nous nous intéresserons à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Nous voulons interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions sont centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il est alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). Ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous amènera à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier sera consacré aux pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et issues d’autres sciences humaines, permettant donc de confronter différentes approches. Nous nous pencherons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole juré, profuse et mystifiée : par exemple les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traitrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences, etc.

Modalité de soumission :

Toute suggestion qui rentrerait dans le sujet de la journée d’étude sera étudiée avec intérêt. Les propositions (titre provisoire, 10 lignes de texte, précisant clairement les objectifs / sources de la contribution et l’inscription dans la thématique) doivent être adressées conjointement à :

Paul-Alexis Mellet (Paul-Alexis.Mellet@unige.ch) et

Jérémie Ferrer-Bartomeu (Jeremias.Ferrer-Bartomeu@unige.ch)

avant le 15 octobre 2021.

Comité scientifique et d’organisation

  • Paul-Alexis Mellet, Professeur ordinaire, université de Genève
  • Jérémie Ferrer-Bartomeu, Chargé d’enseignement, université de Genève
  • Matteo Colombo, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève
  • Mélinda Fleury, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève

Colloque Noël du Fail, 7-8 juillet 2021 [en ligne]

Un écrivain facétieux au Parlement de Bretagne Noël du Fail,
seigneur de La Hérissaye, 1520-2020

 

 

Colloque international en ligne
7 et 8 juillet 2021 – Université de Rennes

 

Accès libre sur inscription à l’adresse suivante : contact@colloquenoeldufailrennes2021.fr

 

Organisateurs :

Emmanuel Buron (Université de Rennes)

Bruno Méniel (Université de Nantes)

Marie-Claire Thomine (Université de Lille)

 

Centres de recherche partenaires :

CELLAM, HCA et TEMPORA (Université de Rennes)
L’AMo (Université de Nantes), ALITHILA (Université de Lille).
En partenariat avec l’Association des Amis de Noël du Fail
Sous le patronage de la S.F.D.E.S (Société Française d’Étude du Seizième Siècle)

Comité scientifique :

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen)

Emmanuel Buron (Université de Rennes)
Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes)
Xavier Godin (Université de Nantes)
Estelle Leutrat (Université de Rennes)
Philippe Hamon (Université de Rennes)
Bruno Méniel (Université de Nantes)
Marie-Claire Thomine (Université de Lille)
Malcolm Walsby (Université de Lyon, ENSSIB).

Bibliographie agrégations de lettres 2022

Vous trouverez ici la bibliographie sur les œuvres au programme de l’agrégation de Lettres 2022, Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Joachim Du Bellay. Préparée par Claire Sicard (CESR, Université de Tours), elle est accompagnée d’une précieuse bibliographie Zotero, dont le mode d’emploi figure ci-dessous.

Principes d’élaboration et mode d’emploi

Le présent document est conçu pour permettre aux personnes qui ne connaissent pas Zotero, logiciel gratuit de gestion bibliographique, d’utiliser au mieux les ressources ainsi mises à leur disposition.


Plan de la page

 

Retour en haut de la page


1) Modalités de la consultation sous Zotero

Dans sa version Zotero, la bibliographie peut être consultée de deux façons :

  • soit directement en ligne – pour cela il suffit de rejoindre la page d’accueil de la bibliothèque partagée à cette adresse, puis de cliquer sur “Group library” pour accéder à l’interface (en anglais) qui sera prioritairement décrite dans les explications infra ;
  • soit sur son poste de travail, sans passer par Internet : cette version permet de travailler même sans connexion, dans une interface en français et offre en outre des fonctionnalités un peu plus avancées que celles disponibles dans la version en ligne ; toutefois, pour l’utiliser, il faut avoir préalablement créé un compte utilisateur mais aussi installé sur son ordinateur un client Zotero et demandé à devenir membre de la bibliothèque partagée (“Members”), ce qui permettra d’en importer et d’en synchroniser le contenu comme un sous-ensemble de sa propre bibliothèque.

Quelle que soit la modalité de consultation choisie, il ne vous sera pas possible de modifier le contenu de cette bibliothèque partagée. Mais, comme pour toutes références structurées sous Zotero, vous pourrez vous en servir pour éditer des références bibliographiques, des citations voire une bibliographie complète. Vous pourrez également – et c’est sur cet aspect que nous insisterons tout particulièrement – vous en servir comme d’une base de données. Mais avant de présenter ces fonctionnalités, il convient de préciser d’abord quels principes ont été suivis pour en rassembler les éléments.

Retour en haut de la page


2) Limites du corpus

A. 1994-2021

Nous avons d’abord pris le parti de recenser, le plus exhaustivement possible et sans préjuger de leur intérêt profond ou de leur pertinence, toutes les publications (articles, chapitres d’ouvrages, ouvrages entiers) :

  • de niveau universitaire et correspondant aux normes de la critique,
  • portant de façon significative sur un des trois recueils du programme au moins,
  • postérieures à 1994, date à laquelle ces mêmes œuvres ont figuré au programme des agrégations de Lettres pour la dernière fois.

Sont ainsi exclus de cette bibliographie les publications d’usage scolaire, de vulgarisation grand public sans références critiques explicites ainsi que les travaux ne mentionnant que de façon secondaire les trois recueils ou portant sur d’autres aspects de l’œuvre de Du Bellay. Les thèses ne sont mentionnées que si elles portent précisément sur les œuvres au programme et si un résumé au moins en est commodément accessible. Les travaux de recherche de niveau master ont été écartés de ce recensement.

Retour en haut de la page


B. Avant 1994

À cette première base de publications, s’ajoutent des références antérieures à 1994 dès lors qu’elles correspondent à l’un au moins de ces critères :

  • elles restent mentionnées par les bibliographies de l’édition au programme et/ou de la plus récente édition des Regrets (tome IV-1 des Œuvres complètes de Joachim Du Bellay par M. Magnien, O. Millet et L. Petris, Paris, Classiques-Garnier, 2020),
  • elles abordent un aspect des œuvres au programme pertinent mais peu fréquemment étudié,
  • elles sont souvent citées par des articles ultérieurs qui s’y réfèrent comme à des points de départ de leur réflexion (qu’il s’agisse d’en prolonger les analyses ou de les contester),
  • elles proposent pour tout ou partie des explications de texte au programme d’une page au moins.

Pour ces références anciennes – qu’on aura souvent intérêt à compléter et parfois à corriger par la lecture de travaux plus récents – la question de l’accessibilité s’est posée avec plus d’acuité. Nous avons donc privilégié :

  • celles qui figurent dans des ouvrages toujours disponibles à la vente,
  • celles qui ont été numérisées et qui sont disponibles, directement ou non, en ligne,
  • celles qui sont conservées dans des fonds de bibliothèque (en particulier la BNF et les BU)
  • et/ou celles qui ont fait l’objet de compte-rendus détaillés aisément accessibles.

Retour en haut de la page


3) Enrichissement des données bibliographique au sein de chaque notice

Pour consulter la notice associée à une référence il faut d’abord cliquer sur son titre. Cette opération fait apparaître une série de données dans la colonne de droite de l’interface. Chaque notice présente une première vue intitulée “Info” dans laquelle sont réparties les métadonnées attachées à la référence. Outre celles qui permettent l’identification précise de la ressource (auteur, titre, date etc.) et qui fournissent les éléments de la référence telle qu’elle se présente dans la version classique de la bibliographie au format texte, on trouvera sous Zotero d’autres éléments utiles et complémentaires dont les principaux sont exposés ici :

  • chaque fois que c’est possible, figure dans la case “URL” un lien vers tout ou partie du texte de l’ouvrage ou de l’article (selon les plateformes, l’accès peut être libre ou soumis à des abonnements que souscrivent en général les bibliothèques universitaires. En ce cas, pour lire intégralement le texte il faudra modifier un peu le lien dans son navigateur pour l’adapter à celui qui correspond à sa bibliothèque de rattachement),
  • à défaut, dans la case “Archive” est reporté le lien vers la notice correspondante du catalogue de la BNF,
  • la case “Abstract” (en ligne) ou “Résumé” (client Zotero) contient parfois des informations supplémentaires sur le sujet de la ressource (en général : citation d’une présentation d’éditeur ou d’indications fournies par des compte-rendus).

Pour chaque entrée, la colonne de droite de l’interface présente d’autres onglets – 3 si l’on dispose d’une version client de Zotero (“Notes” et “Attachments” de la version en ligne étant réunis sous le seul intitulé “Notes”), 4 (qui suivent) si l’on consulte la bibliothèque partagée en ligne :

  • dans “Notes” on trouvera (très ponctuellement) des précisions sur un aspect spécifique de la référence (indications moins globales que dans le “résumé”),
  • dans “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) est indiquée une liste de mots-clés que nous avons pris le parti, sans prétendre à une parfaite exhaustivité, d’associer à la ressource [voir infra pour leur modalité d’usage],
  • dans “Attachments” sont recensés des liens de compte-rendus (CR) dont la référence a fait l’objet,
  • dans “Related” (en ligne) ou “Connexe” (client Zotero) se trouvent réunies sous la forme de liens cliquables des références internes à la bibliothèque partagée que l’on peut mettre en relation avec celle qui fait l’objet de la notice. Ces relations peuvent être de deux ordres :
    • le plus fréquemment, il s’agit d’une relation de partie à tout : un chapitre ou un article sont ainsi reliés à l’ouvrage entier dont ils sont tirés ;
    • il peut également arriver que soient ainsi associés des articles ou des ouvrages qui se font écho et qu’il peut être intéressant de réunir ou de confronter (traduction ou remaniement d’une version antérieure d’un article également recensé ; réponse à une publication antérieure ; prolongement d’une réflexion engagée dans un texte précédent etc.) ; en ce cas, la nature exacte de la relation est spécifiée dans l’onglet “Notes”.

Retour en haut de la page


4) Pré-organisation des références

Chacune de ces notices se trouve par ailleurs pré-organisée en sous-corpus, qui permettent à l’utilisateur de circuler de façon plus efficace dans le massif touffu de ces centaines de références. Outre les relations ponctuelles entre références dans l’onglet “Related” | “Connexe”, qui viennent d’être mentionnées, on relève deux modalités principales d’organisation, qui sont complémentaires.

A. Les collections

Sous Zotero, on désigne par le terme de “collections” les dossiers qui figurent dans la colonne de gauche des interfaces, aussi bien en ligne qu’en version client. Ces collections peuvent elles-mêmes contenir des sous-collections que l’on peut faire apparaître en cliquant sur la petite flèche située à gauche de l’icône les représentant. Si un dossier n’est pas précédé de cette flèche, c’est qu’il ne contient aucune sous-collection. Les ensembles ainsi hiérarchisés organisent les références

  • d’une part selon le type de l’ouvrage (éditions, manuels, ouvrage de contextualisation…),
  • d’autre part selon le corpus sur lequel portent la référence (études portant sur tout le programme, l’un des recueils, un sonnet spécifique…)

En cliquant sur l’un de ces dossiers, on limite l’affichage en partie centrale (qui par défaut propose toutes les entrées de la bibliothèque partagée) aux seules références rassemblées dans la collection concernée. Une même notice peut figurer dans plusieurs collections. Certaines collections, au niveau fin des textes, peuvent ne contenir aucune référence.

Retour en haut de la page

i. Collections communes aux versions pdf et Zotero

Les trois premières collections (et leurs sous-catégories) sont celles qui ont servi à structurer la version pdf. En voici les titres :

1. Éditions, usuels et manuels

a. Autres éditions [que celle au programme] b. Manuels et introductions c. En préparation [ouvrages à paraître, manifestations agrégatives prévues] d. Catalogues et bibliographies

2. Éléments de contextualisation

a. Sur Du Bellay. Perspectives bio-bibliographiques b. Sur l’œuvre de Du Bellay en général. Poétique, esthétique c. Sur les idées de Du Bellay. Philosophie, politique, religion d. Contexte : paysage littéraire et poétique e. Contexte : Rome et l’Italie f. Histoire de la réception

3. Études centrées sur le programme

a. Études portant sur les trois recueils b. Sur Les Regrets c. Sur Les Antiquités de Rome d. Sur Le Songe e. Sur Les Antiquités de Rome et Le Songe

Retour en haut de la page

ii. Collection propre à la version Zotero

La quatrième collection ne se trouve que dans la version Zotero. Elle est intitulée “Dans le détail des recueils” et ses sous-ensembles descendent au niveau plus fin de l’unité textuelle, ce qui permet de consulter les références qui consacrent une page au moins à l’analyse de tel ou tel poème. Pour Les Antiquités et Le Songe, qui sont des recueils brefs, la structuration se fait en trois niveaux :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) Sous-collection par recueil
      • (3) Dossier par texte

En revanche, pour Les Regrets, on a pris le parti d’introduire entre les niveaux (2) et (3) un dossier intermédiaire, par dizaine. Ainsi, pour consulter les ressources qui étudient le sonnet 16 des Regrets, il faut suivre la structuration suivante, en quatre étapes :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) a. Les Regrets
      • (3) S010
        • (4) s016

Retour en haut de la page


B. Les mots clés

On a déjà indiqué supra que des mots-clés sont associés à chaque référence et que ces termes sont visibles dans l’onglet “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) de chaque notice. Dans ce cadre, ils donnent bien sûr des indications sur le contenu de l’article ou de l’ouvrage recensé.

Mais ce sont surtout des outils de recherche complémentaires à l’organisation par collection. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons pris le parti d’offrir un large éventail de mots clés, qui peuvent aussi bien être

  • des noms propres de personnes ou de personnages – indiqués au format Nom (Prénom, particule sécable, titre), par exemple : “Morel (Jean de)”, “Du Bellay (Jean, cardinal)” ou “Guise (Charles de, cardinal de Lorraine)” ;
  • des titres d’autres œuvres de Du Bellay que celles inscrites au programme, parfois sous une forme abrégée, par exemple “DILF” pour la Deffence et Illustration de la langue françoyse ;
  • des thèmes ou des motifs, par exemple “Mélancolie” ou “Cygne” ;
  • des types d’approche, par exemple “Anthropologie” ou “Stylistique” ;
  • des genres ou des registres, par exemple “Sonnet”, “Satire | Satirique” ou “Elégie | Elégiaque” – on notera pour ces derniers cas nous avons pris le parti de rassembler le genre et le ton associé, non pas pour introduire ou favoriser une confusion entre ces catégories distinctes mais plutôt pour rassembler des références qui, souvent circulent elles-mêmes d’un champ à l’autre ;
  • des figures stylistiques, des descripteurs prosodiques ou des catégories grammaticales, par exemple “Antithèse”, “Décasyllabe” ou “Pronoms”.

Ces métadonnées sont exploitables, en ligne comme dans la version client, à partir d’un espace qui se situe en bas de la colonne de gauche et qui est replié par défaut. Pour le déplier, il suffit de positionner sa souris puis de cliquer au centre de la fine bordure blanche visible au bas de la colonne, d’un tiret gris dans l’interface en ligne (première image) ou au niveau d’un petit point dans la version client (deuxième image) . Idem pour le replier.

Dans la version client, la boîte qui s’ouvre alors peut être agrandie ou au contraire rétrécie comme on le souhaite. Pour procéder à une recherche, on peut :

  • soit cliquer directement sur le mot qui nous intéresse dans la liste qui apparaît,
  • soit taper dans le petit moteur de recherche en bas de la boîte une série de lettres, qui ne sont pas forcément les premières mais qui se suivent dans le mot recherché : au fur et à mesure, la liste se réduit aux seuls mots qui contiennent cette suite de lettres et l’on peut cliquer sur celui souhaité.

Comme pour les collections, la sélection d’un mot clé limite l’affichage des références de la colonne centrale aux seules entrées qui ont en commun ce terme Il est possible de combiner plusieurs mots clés, par exemple de sélectionner d’abord toutes les références sur le sonnet – 25 entrées – puis de choisir dans ce corpus déjà limité celles qui mentionnent aussi Berni – 4 entrées au total, alors que l’on en trouverait 3 de plus si l’on avait cherché seulement “Berni (Francesco)” sans le combiner au mot-clé “sonnet”.

C’est la raison pour laquelle il faut bien prendre garde à remettre les compteurs de la recherche à zéro si l’on veut chercher toutes les entrées associées à un seul mot clé. Pour effacer la recherche précédente, il suffit de recliquer sur le mot clé que l’on veut effacer. Ainsi, si je ne veux pas combiner “sonnet” et “Berni (Francesco)” mais d’abord chercher les références concernant le sonnet puis dans un second temps recenser celles qui mentionnent Berni, je procèderai de la façon suivante :

  • sélection du mot clé “sonnet” par un premier clic
  • déselection du mot “sonnet” par un second clic
  • sélection du mot clé “Berni (Francesco)” par un troisième clic.

Retour en haut de la page


5) Autres modalités de tri et de recherche permises par Zotero

Nous nous attarderons moins sur ces fonctionnalités, propres au logiciel et moins tributaires des choix d’organisation propres à notre bibliothèque partagée. Pour se familiariser avec ces outils, on peut au besoin consulter des tutoriels dédiés par exemple celui-ci, utile, même s’il est déjà ancien. Il est toutefois bon d’indiquer à grands traits ce que permettent en matière de tri et de recherche des données les deux interfaces, en ligne ou en local, de Zotero.

A. Adaptation de l’affichage

Que l’on opte pour l’une ou l’autre version, il est possible d’adapter l’affichage des entrées dans la colonne centrale. Par défaut sont indiquées en colonnes successives les informations bibliographiques minimales : auteur, titre, date. En cliquant sur une icône représentant un petit tableau à deux colonnes, dans le menu en haut à droite de cette colonne centrale, il est possible d’ajouter de nouvelles colonnes qui correspondent à des descripteurs de chaque notice. Si on le souhaite, on peut par exemple faire apparaître la langue de la référence (“Language” ou “Langue”) ou l’éditeur commercial (“Publisher” ou “Maison d’édition”). Pour revenir à l’état initial du tableau, il faut soit décocher manuellement les colonnes que l’on ne veut plus voir apparaître, soit cliquer en bas du même menu déroulant sur “Restore Column Order”.

Une fois que l’on a retenu les colonnes souhaitées, il est possible d’en classer le contenu, comme dans un tableur, soit de façon croissante (ou dans l’ordre alphabétique), soit de façon décroissante (ou dans l’ordre inverse de l’alphabet). Pour cela, il suffit de cliquer une ou deux fois sur la colonne que l’on souhaite réorganiser. Ainsi, cliquer une fois sur le titre de la colonne “Date” permet de présenter les références de la plus ancienne à la plus récente ; en cliquant une seconde fois sur date, on obtient en revanche un affichage qui commence par la référence la plus récente. Dans la version client, il est possible d’affiner le tri en sélectionnant un critère de tri secondaire.

Retour en haut de la page


B. Organisation de la recherche, simple ou avancée

Un moteur de recherche matérialisé par un encadré contenant une icône en forme loupe et placé en haut à droite des deux interfaces permet des recherches simples. Les champs interrogés sont plus étendus dans la version client que dans la version en ligne mais les deux dispositifs sont suffisants si l’on a en tête une référence précise que l’on veut rapidement retrouver en tapant le début du nom de l’auteur ou du titre.

La recherche avancée, qui combine plusieurs critères et permet surtout d’enregistrer des micro-corpus correspondant à chacune de ses recherches, n’est disponible que dans la version client, en utilisant la commande “Edition” | “Recherche avancée”.

Retour en haut de la page

La science prise aux mots

Violaine Giacomotto-Charra et Myriam Marrache-Gouraud (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2021, 460 p.

 

Fruit de quatre journées d’études organisées de 2014 à 2016, le présent volume réunit vingt contributions, précédées d’une introduction générale. Le livre se divise en trois parties, chacune d’entre elles s’ouvrant utilement sur un cadrage théorique proposé par les directrices de l’ouvrage. L’objectif de Violaine Giacomotto-Charra et de Myriam Marrache-Gouraud est d’étudier le lexique scientifique de la Renaissance afin d’en saisir les évolutions mais aussi les influences pratiques et conceptuelles dans le domaine savant. Soucieuses d’historiciser les savoirs, toutes deux entendent « examiner un moment de la vie de la terminologie scientifique dans la diversité de ses supports, en tenant compte de la variété des disciplines et des emplois, en mesurant le décalage avec lequel les mots passent du latin au vernaculaire et les effets que ce phénomène induit, en [s’]attachant à mettre en évidence les lieux où se formalise une réflexion sur la langue scientifique » (p. 13-14).

Une première partie, intitulée « Noms et images de la science », examine les mots qui désignent la démarche savante et la soif de savoir à la Renaissance. Tentant de dénouer l’écheveau du lexique scientifique renaissant, V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud montrent comment il est possible de saisir les choix épistémiques opérés par un savant à partir des mots qu’il emploie. Elles explorent en outre la dimension équivoque de la « curiosité », cette soif de connaissances observée avec suspicion voire condamnée pour son outrecuidance.

Les contributions de Guylaine Pineau (sur Ambroise Paré) et de Nicolas Corréard (sur la métaphore viatique et le désir savant) examinent plus avant les ambiguïtés de la libido sciendi. G. Pineau met au jour le paradoxe en vertu duquel le chirurgien, pourtant animé d’un puissant désir d’apprendre, recourt très peu à la notion de curiosité, sans doute à cause de la saisie négative qu’on pouvait en faire. De son côté, N. Corréard montre que, dans les satires d’inspiration lucianesque, le lexique viatique (comme le terme « pérégrinité », présent chez Rabelais) a massivement été employé pour décrire ou décrier le désir jamais assouvi de savoir.

Enfin, Noémie Castagné étudie la traduction en langue vulgaire réalisée par Filippo Pigafetta du Mechanicorum liber (1577), traité de mécanique signé Guidobaldo dal Monte. En arpentant la correspondance entre le traducteur et l’auteur, N. Castagné scrute les difficultés rencontrées par Pigafetta lorsqu’il cherche à rendre compréhensibles des termes techniques latins, peu voire jamais usités en langue italienne.

Sous le titre « Les leçons de l’expérience », la deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article introductif dans lequel V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud soulignent que, dès la fin du Moyen Âge, l’expérience apparaît comme une composante centrale de la démarche savante. La Renaissance se distinguerait alors par son goût de plus en plus marqué pour l’autopsie, c’est-à-dire la vue par soi-même, mais aussi pour l’expérimentation, conçue comme « moment, organisé et volontaire, du raisonnement savant » (p. 113).

            Dans son article, Juliette Ferdinand étudie le lexique de Bernard Palissy, chez qui le terme d’« expérience » est peu employé alors que ses écrits de céramiste et de naturaliste constituent une apologie de l’expérience et des savoirs pratiques contre les raisonnements théoriques et les sources livresques. Moins radicale est la position du médecin Antoine Mizauld dont Laurent Paya étudie l’ouvrage d’agronomie (Le Jardinage, 1578). Dans ce traité où abondent les phénomènes merveilleux, l’expérience permet de confirmer les savoirs horticoles des Anciens grâce aux observations de terrain faites par les jardiniers et les érudits contemporains de Mizauld, sans que ce dernier ait besoin d’expliquer la logique causale des prodiges qu’il décrit.

            Les deux contributions suivantes réfléchissent à la place de l’expérience en médecine. Valérie Worth-Stylianou scrute les préfaces des traductions françaises de traités médicaux grecs ou latins afin de voir comment les traducteurs conçoivent l’expérience. Les anatomistes d’une part et les paracelsistes de l’autre apparaissent comme des chantres de cette notion avant que le genre épistémique de l’observation ne permette à une femme telle que Louise Bourgeois de fonder la légitimité de son entreprise d’écriture sur son expérience de sage-femme. Hervé Baudry, quant à lui, s’intéresse au médecin galéniste orthodoxe Antoine Martin, critique sévère du malade sceptique et « misiâtre » (p. 173) que serait Montaigne. L’opposition entre les deux hommes se greffe sur une compréhension radicalement différente de l’expérience : soumise à la raison dans le discours institutionnel du médecin, l’expérience est, chez l’auteur sceptique, un mode de connaissance intime permettant de questionner les prétentions hégémoniques de la raison.

            Les deux dernières études de cette partie abordent la littérature militaire et les privilèges d’invention. Michel Pretalli s’intéresse à l’essor des publications d’art militaire généré par les guerres d’Italie. L’expérience y joue un rôle crucial parce qu’elle est mise au service d’une démarche promotionnelle. Bien des auteurs cherchent à se construire une expertise à partir de leur savoir-faire pratique qu’ils ont acquis sur le terrain. Quant aux lettrés qui n’ont pas été sur le champ de bataille, la latitude sémantique du terme « expérience » leur permet de fonder leur crédibilité sur un savoir indirect acquis par les livres. De son côté, Aurélien Ruellet étudie les privilèges attribués à des inventeurs français et anglais du xviie siècle. Les pratiques de démonstrations publiques que suscitent les inventions croisent deux usages de l’expérience : s’il est question d’administrer des preuves par l’expérimentation, la démonstration a aussi une valeur publicitaire au sein d’un dispositif qui relève de « la science-spectacle » (p. 227).

Une dernière moisson d’articles, regroupés sous le titre « Une science du regard », étudie l’autonomisation progressive et la promotion de l’observation conçue comme un geste épistémique qui « engage le sujet » (p. 236) et modifie les pratiques scientifiques.

            En étudiant les récits de voyage, corpus bâti sur une tension entre l’autopsie et le savoir livresque, Grégoire Holtz analyse comment s’élabore la validité des observations faites lors des premières circumnavigations. L’auteur remarque que les récits géographiques sont sous-tendus par un « idéal de transitivité » de l’expérience viatique (p. 268) autant que par une interrogation sur la pertinence épistémologique de l’observation, nécessairement circonscrite à l’œil du cosmographe. Cette question de la prééminence de l’œil observateur se retrouve chez Bernard Palissy, dont les écrits sont analysés dans un second article de J. Ferdinand. L’autrice montre à quel point l’observation directe conditionne l’acquisition de connaissances chez le céramiste, au point d’être davantage valorisée que la lecture des autorités.

            Les deux contributions suivantes s’attachent aux traités d’histoire naturelle. Dans un article sur les images présentes dans ces textes, Philippe Glardon remet en question le préjugé selon lequel ces imprimés seraient composés d’illustrations réalistes et de commentaires obsolètes. Soucieux de redéfinir les « liens heuristiques qui unissent texte et image » (p. 293) dans les écrits des naturalistes, l’auteur rappelle que l’image est subordonnée aux descriptions textuelles et qu’elle en forme même une concrétisation matérielle. De son côté, Claude La Charité étudie L’Histoire entiere des poissons de Guillaume Rondelet afin d’en mettre au jour les fondements épistémologiques. Bien que la vue joue un rôle crucial dans le discours de l’ichtyologue, notamment par l’intermédiaire des gravures, son traité, mu par un désir d’exhaustivité, dépasse cette prééminence du visible pour tantôt explorer la nature multisensorielle de l’observation scientifique tantôt offrir une place à l’invisible, c’est-à-dire à des espèces évoquées par les Anciens mais jamais vues par l’historien naturel.

C’est à l’anatomie et à ses rapports avec l’observation que sont consacrées les deux études suivantes. Emmanuelle Lacore-Martin s’intéresse au travail du médecin André Du Laurens et met au jour chez ce dernier un idéal de la transparence tant dans la communication scientifique, où le visible et le vrai se confondent, que dans sa description anatomique de l’œil, où la clarté du cristallin joue un rôle prépondérant. Pour sa part, Benoît Jeanjean étudie la publication entreprise en 1714 par Giovanni-Maria Lancisi de planches réalisées au xvie siècle par le célèbre anatomiste Bartholomée Eustache. La distance temporelle qui sépare la création des planches et la parution de l’ouvrage rend d’autant plus féconde l’analyse du travail de commentaire entrepris par le savant italien. Façonnant au gré de ses annotations un portrait élogieux d’Eustache en anatomiste d’une modernité étonnante, Lancisi établit une continuité entre la Renaissance et son temps, en dépit des changements qu’a connus le monde scientifique en un siècle et demi.

Enfin, les deux dernières contributions abordent la question de l’observation à travers la presse savante (David Banks) et la cartographie (B. Jeanjean). Dans son article, D. Banks compare la manière dont a été employée la notion de perception dans Le Journal des Sçavans et The Philosophical Transactions, deux revues savantes de la fin du xviie siècle. L’auteur montre que la fréquence plus grande avec laquelle la perception est convoquée dans la revue londonienne s’explique par des projets éditoriaux et idéologiques différents : nourri de la pensée empiriste, le journal anglais s’adresse à un lectorat féru de sciences et de techniques tandis que la revue parisienne, influencée par les thèses cartésiennes, couvre une grande variété de disciplines et participe à la célébration monarchique de la culture française. Dans son second article, B. Jeanjean étudie les fonctions des textes liminaires qui accompagnent les différentes éditions du premier atlas mondial que constitue le Theatrum Orbis Terrarum (1570) d’Ortelius. Extrêmement variés au fil des éditions, ces seuils péritextuels visent à instruire, séduire et émouvoir le lecteur, découvrant, émerveillé, la terre entière condensée en un seul livre.

            Étoffée d’une riche bibliographie et d’un index des noms anciens, l’enquête menée dans cet ouvrage s’avère aussi passionnante qu’accessible pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance des savoirs renaissants. Offrant la possibilité aux lecteurs et lectrices de repenser l’épaisseur historique des mots et des concepts scientifiques, ce recueil d’articles se lit aussi comme une invitation à mesurer l’étrangeté d’une langue qui nous semble pourtant familière tant les termes qu’elle mobilise ont perduré jusqu’à nos jours. Par la variété des disciplines abordées autant que par la multiplicité des questions soulevées au fil des contributions, le volume stimule notre curiosité moderne et assure une expérience de lecture d’autant plus réjouissante que la science renaissante est rendue à son incroyable foisonnement.

Jérôme Laubner

Réunion SFDES consacrée au programme des agrégations de Lettres 2022 , 19 juin

Le C.A. et la Présidente de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle ont le plaisir de vous convier le samedi 19 juin à 14h à sa réunion de juin consacrée au programme des agrégations de lettres 2022 : Joachim Du Bellay, Les Regrets, Le Songe, Les Antiquités de Rome.
Au programme :
– Présentation de la bibliographie par Claire Sicard (CESR)
– Intervention d’Olivier Millet, récent éditeur des Regrets aux Classiques Garnier (2020) et responsable de la publication des Œuvres complètes de Du Bellay, et de François Roudaut, auteur de l’édition au programme (sous réserve)
– Discussion autour des titres qui seront proposés à la commission de choix des programmes pour les agrégations de lettres 2023. Toutes les propositions de titres sont les bienvenues : merci d’envoyer vos propositions à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) et Jean-Charles Monferran (jcharles.monferran@free.fr) pour les soumettre à la discussion.
Pour assister à cette rencontre, deux possibilités :
– en présentiel, en Sorbonne, amphi Cauchy (entrée par le 17 rue de la Sorbonne, accès à l’amphi Cauchy par l’escalier F à partir de la galerie Richelieu)
Les personnes extérieures à la Sorbonne qui souhaitent assister en présentiel doivent impérativement s’inscrire auprès d’Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com) avant mercredi 16 juin à 14h pour avoir accès au bâtiment.
– à distance, via Zoom :
ID de réunion : 811 6162 3494
Code secret : 8RiU99
Au plaisir de vous retrouver le 19 juin,

Des mots de la peinture en France, 11 juin

Des mots de la peinture en France

entre XVIe et XVIIe siècles

 

VENDREDI 11 JUIN 2021

 

Collège Sainte Barbe, 4 rue Vallette, 75005 Paris Journée d’études en présence et en streaming

meet.google.com/cst-xydn-fka

L’organisation de cette journée d’étude fait partie du projet La terminologie artistique (XIVe-XVIIe siècle), France-Italie. Celui-ci est soutenu par un financement « Impulsion » de l’EFR dans le cadre de l’axe de recherche « Corpus, éditions de sources, humanités numériques ». Il bénéficie également d’un financement à « Projet innovant » de l’Université Sorbonne nouvelle.

Responsables scientifiques et organisation :

Sorbonne nouvelle : Anna Sconza et Julia Castiglione

Università di Torino : Margherita Quaglino

Voir le programme ici.

 

Pontus de Tyard et la varietas, 11-12 octobre 2021

Pontus de Tyard et la varietas

 

11-12 octobre 2021

Château de Bissy-sur-sur-Fley

L’intitulé de ces rencontres illustre la curiosité intellectuelle de Tyard et les moyens par lesquels il s’est efforcé d’imprimer sa marque dans l’histoire. Intellectuel associé à la rénovation poétique vers 1550, humaniste vulgarisant l’héritage de la philosophie naturelle et morale, prédicateur produisant une œuvre homilitique, Tyard représente l’honnête homme du XVIe siècle tenté par l’aventure encyclopédique. La richesse du corpus de ses œuvres reflète l’intention de l’auteur d’expliquer et de restituer par le texte la varietas des passions, de l’être humain, de l’univers et de Dieu.

Organisateurs:

Association Renaissance du Château Pontus de Tyard de Bissy-sur- Fley et François Rouget (Queen’s University, Canada)

Ces rencontres réuniront des chercheurs de plusieurs disciplines (historiens, littéraires, philosophes, musicologues …) qui s’attacheront à souligner la diversité des champs d’investigations de Tyard et la richesse des explorations qu’il avait menées dans ses œuvres. Curieux de tout, à l’image de l’un des personnages de ses dialogues, Tyard s’est impliqué dans les affaires de son temps, s’attachant à prôner la modération et la prudence.

Programme ici.