Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues, édition critique par David Fabié et Philippe Gardy, Paris, Classiques Garnier, coll. « Etudes et textes occitans, 2017, ISBN 978-2-406-06666-8 (livre broché), 978-2-406-06667-5 (livre relié), 176 p.

Ce volume rassemble trois textes mettant en scène la confrontation des langues française et occitane, concurrencées également, dans deux d’entre eux, par la latine. Modèle des deux autres, le premier dialogue édité est le poème composé par Du Bartas à l’occasion de l’entrée de la reine de Navarre à Nérac (1578). Trois nymphes, incarnations des langues française, latine et gasconne, s’y disputent l’honneur de saluer la reine, dans un débat qui voit triompher la nymphe gasconne. Le texte est imité par François de Rosset dans son Chant triomphal : là encore, trois nymphes, la française, la latine et la languedocienne, dialoguent pour déterminer laquelle d’entre elles saluera le duc d’Uzès lors de son entrée dans sa ville, en 1597. Le troisième texte, dû à l’auteur occitan Isaac Despuech, dit Le Sage, est également un Dialogue des Nimphes, représenté devant le maréchal de Schomberg lors de son entrée à Montpellier, en 1633. A la différence de ses prédécesseurs, ce débat ne représente pas le latin, mais augmente la place tenue par l’occitan.

L’ensemble est précédé d’une introduction de 27 pages, qui situe les trois textes dans la production de leur auteur : si l’usage de l’occitan est minoritaire dans la production de Du Bartas et de Rosset, il est la langue quasi exclusive de la poésie d’Isaac Despuech. Les éditeurs s’attardent également sur le sens, chez les trois auteurs, de l’usage de l’occitan, langue dont la poéticité est, alors, souvent mise en doute. L’édition critique est rigoureuse, et la traduction des pièces latines et occitanes, élégante et soignée. Chaque texte est précédé d’une courte introduction, qui établit son contexte d’écriture et ses enjeux spécifiques, ainsi que les principes d’édition adoptés. Un glossaire et un index nominum facilitent l’utilisation de l’ouvrage.

Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58

Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58, édition critique par Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, coll. « Textes littéraires du Moyen Age », 2017. ISBN 978-2-406-06435-0 (livre broché) / ISBN 978-2-406-06436-7 (livre relié). ISSN 2108-9825, 316 p.

Le présent volume est le premier d’une série de quatre, dont l’ensemble éditera la compilation intitulée Tresplaisante et recreative hystoire du trespreulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys, parue à Paris en 1530. Cette dernière regroupe six textes complétant le Perceval de Chrétien de Troyes : deux prologues, le Conte du Graal et trois continuations, compilées sans marquer le passage de l’une à l’autre. Le présent ouvrage édite les branches I à III de la première continuation, centrée sur les aventures de Gauvain.

Perceval est le dernier des romans de Chrétien de Troyes imprimés à la Renaissance, et l’une des dernières adaptations en prose de roman de chevalerie produites à la Renaissance. Il paraît à une époque où, selon l’éditrice, « cette production semble s’essouffler ». Dans l’introduction comme dans les notes, l’éditrice étudie la technique du prosateur, qui « mêle habilement sa propre voix à celle de Chrétien » (introduction, p. 12) et intervient sur le texte-source, notamment pour rendre encore plus exemplaires les personnages féminins positifs et pour supprimer les passages mettant en scène des comportements masculins répréhensibles.

Le Perceval de 1530 se classe malgré tout parmi les « dévers », c’est-à-dire les mises en prose les plus fidèles à l’original versifié : l’auteur conserve non seulement l’intrigue, mais aussi beaucoup de mots-rimes. En partie modernisé pour permettre la compréhension du texte, le lexique contient quelques archaïsmes, souvent glosés par le prosateur, et la syntaxe présente quelques tours d’ancien français. Enfin, le texte en prose comprend nombre d’octosyllabes, dont tous ne sont pas présents dans le texte-source.

L’édition critique de Maria Colombo Timelli offre des notes de bas de pages indiquant les leçons réfutées, des notes finales commentant le travail du prosateur, le lexique et la morpho-syntaxe, et un glossaire.

Agrégation d’anglais 2019

Cette année, Shakespeare n’a pas été mis au programme. C’est une pièce de John Webster, The Duchess of Malfi, que les agrégatifs d’anglais auront à étudier.

John Webster. The Duchess of Malfi [1613-14]. Edited by Michael Neill. New York, London: W. W. Norton Critical Editions, 2015.

A paraître :

François Laroque, Agrégation Anglais 2019. John Webster, The Duchess of Malfi (1613-14), Paris, Editions Ellipses, 2019.

Le bâtard royal – Henri d’Angoulême

Vient de paraître

Fabrice Micallef, Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586), Genève, Droz, 2018, 424 p.

Henri d’Angoulême (1551-1586), fils naturel du roi de France Henri II, a longtemps été oublié par les historiens. Pourtant, il fut le premier bâtard royal français à occuper des charges importantes : abbé de la Chaise-Dieu, grand prieur dans l’Ordre de Malte, puis général des galères et gouverneur de Provence. Erudit, mécène et poète, il fut une figure importante de la République des lettres, mais eut également une réputation d’homme violent et cruel. Grâce à une documentation importante et variée, ce livre retrace l’ascension d’un individu ambitieux qui apprit à surmonter le stigmate symbolique que constituait son illégitimité. En adoptant le point de vue de la monarchie française, des cercles humanistes, des dirigeants de l’Ordre de Malte, ou encore des acteurs politiques provençaux, ce travail étudie aussi la construction collective d’une identité sociale originale, celle de bâtard royal, qui entrecroisait qualité princière et marginalité.

Lien vers le site de l’éditeur.

Affaires de foi – Neuchâtel, 29-30 juin 2018

Affaires de foi – The Business of Faith

Reconfigurations économiques et transformations sociales au temps de la Réforme
Economic Reform and Social Change in the Age of Reformation

Colloque organisé par Marion Deschamp, Eléna Guillemard et Fabrice Flückiger

Université de Neuchâtel – 29-30 juin 2018

 

En critiquant le monopole exercé par Rome dans l’administration des biens du salut ainsi que leur marchandisation, les mouvements réformateurs ébranlent toute l’économie traditionnelle de la foi. Sur le plan théologique, l’économie du salut passe du modèle de l’achat (rachat de la faute) à celui du don gratuit (effacement gracieux de la dette). Sur le plan pécuniaire, la gestion vénale de la fortune terrestre de l’Église est dénoncée. Mais les réformateurs s’emparent aussi d’autres questions, renouvelant les discours sur la dette, le prêt à intérêt, la charité publique, etc. Reste à savoir si la refonte de l’économie de la foi opérée par la Réforme a vraiment donné lieu à l’émergence de nouvelles pratiques, éthiques et conduites économiques.

Le programme peut être téléchargé ici.

 

Tours, CESR, 5-6 octobre 2018 – Le réseau de Marguerite de Navarre

Le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours organise, les 5 et 6 octobre 2018, le colloque :

Le réseau de Marguerite de Navarre

Les récents travaux de Jonathan Reid et d’Isabelle Garnier ont permis de dessiner les contours d’un réseau existant autour de la reine de Navarre et cela encore bien après la dissolution du Cénacle de Meaux. Ce colloque se propose de rendre compte des mouvements d’influences entre les membres du cercle et la reine de Navarre, plus particulièrement à partir des années 1530 et de relever tous les jeux de miroirs qui viennent tisser un véritable réseau évangélique. Différents angles de recherche semblent se prêter à une réflexion sur :

La protection de Marguerite : comment du point de vue historique, les membres du réseau de Marguerite ont-ils pu bénéficier de la protection de la reine ? En quoi leurs parcours ont pu être marqués par les interventions de la Reine ? Quels en furent les effets et les échos ?

Les influences réciproques : d’un point de vue littéraire, poétique et stylistique, dans quelle mesure les écrits de Marguerite de Navarre ont-ils inspiré les écrits de ses contemporains ? Quels motifs littéraires, quels aspects poétiques ou rhétoriques peut-on retrouver de part et d’autre de ce réseau ? La thèse d’Isabelle Garnier a permis d’établir l’idée d’une connivence d’écriture chez les évangéliques de la période 1520-1535 à partir de la récurrence de certaines expressions. Que peut-on dire des années qui suivent ? Et plus généralement dans les arts, peut-on trouver, que ce soit dans les beaux-arts, en musique et en architecture, les marques et caractéristiques d’un style propre à la Reine de Navarre ?

Une pensée commune : reste qu’il est difficile de définir avec précision ce qu’est l’évangélisme en cette première moitié du XVIe siècle. Peut-on toutefois repérer certains traits communs de la pensée religieuse entre les différents membres du réseau de Marguerite ? Quelles influences peut-on déceler entre les pensées religieuses de Marguerite et celles de ses protégés ? Retrouve-t-on chez d’autres auteurs les composantes du mysticisme de Marguerite ?

Le programme peu être téléchargé ici.

Musique en archives XVIe–XVIIIe siecle

Les Archives nationales proposent un cycle trimestriel de conférences intitulé «Retour aux sources» où des auteurs présentent au public leur travail, sur le site même où sont conservés les principaux fonds qu’ils ont exploités, en détaillant leurs méthodes et leurs résultats.

La séance du 26 juin 2018 traitera de la musique à l’époque moderne qu’il s’agisse des éditeurs ou des compositeurs et interprètes, de Cour ou d’Église.

  • Du XVIe au XVIIIe siècle, la dynastie des Ballard, imprimeurs ordinaires du roi, tient le premier rang dans l’édition musicale française. Musique sacrée, dramatique ou profane : messes, motets, graduels ou antiphonaires ; tragédies lyriques ou opéras ; musique de chambre ; airs polyphoniques ; chansons à danser ou à boire ; et même traités ou méthodes, leur production permet aujourd’hui de connaître toute la variété de la musique de leur temps. Un dernier volume, à paraître prochainement : Christophe Ballard, seul imprimeur du roi pour la musique viendra parachever la longue étude menée depuis des années par Laurent Guillo.
  • François Colin de Blamont, interprète et compositeur, est surintendant de la musique de la chambre du roi Louis XV ; en courtisan accompli, il manifeste son zèle et son omniprésence à la cour, en particulier comme organisateur des concerts de la reine, mais aussi à la chapelle royale ou sur la scène parisienne. La biographie rédigée par Benoît Dratwicki est une véritable chronique musicale du règne de Louis XV.

• Les musiciens de Notre-Dame de Paris appartiennent au chapitre le plus puissant et le plus illustre du royaume, dont le réseau d’influence s’étend jusqu’à la cour. La cathédrale de Paris est associée aux événements monarchiques dans un déploiement de faste sans égal jusqu’à la suppression, en 1790, des chapitres par la Constitution civile du clergé qui fait perdre aux musiciens postes et revenus.

Christophe Maillard participe à l’élaboration de la base prosopographique MUSEFREM, qui est le fruit d’une enquête nationale sur les musiciens d’Église à la veille de la Révolution.

Encore une fois, la richesse des sources des Archives nationales permet d’aborder une thématique nouvelle, de valoriser le patient travail de recherche des auteurs et de faire connaître les nouvelles éditions, traditionnelles ou en ligne.

Nederlandish culture of the Sixteenth Century : Urban Perspectives

Ethan Matt Kavaler et Anne-Laure Van Bruæne (éditeurs), Nederlandish culture of the Sixteenth Century : Urban Perspectives, Turnhout, Brepols, 2017, 388 p.

Le présent ouvrage est la publication d’une sélection des actes du colloque pluridisciplinaire Nederlandish culture of the Sixteenth Century, tenu les 19 et 20 octobre 2012 à l’université de Toronto (p. XVI). Dans une introduction générale, Ethan Matt Kavaler et Anne-Laure Van Bruæne situent le contexte complexe des Pays-Bas méridionaux au XVIe siècle. Des recherches de disciplines diverses (histoire de la ville, histoire du livre, études littéraires, histoire de l’art et anthropologie) sont réunies en sept parties (Space & Time, p. 1-80 ; Guilds & Artistic Identities, p. 81-130 ; Dialogues between City and Court, p. 131-206 ; The poetics of History and Mithology, p. 207-268 ; Literary Practices : Licences and its Limits p. 269-308 ; Cognitive and Affective Strategies, p. 309-352 ; Beyond the Low Countries, p. 353-388).

Appel à communication : Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècle)

Le colloque aura lieu les 29-30 mars 2019 à Paris.

 Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale[1], les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

En ce qui concerne l’Ancien Régime en revanche, le stéréotype persiste largement, puisque les armées n’étaient pas mixtes et que nous avons toujours malgré nous une vision souvent téléologique et progressiste de l’histoire. Or, Sophie Cassagne-Brouquet, dans sa thèse portant sur les « chevaleresses[2]», écrit que « ce stéréotype a masqué, dans l’histoire du Moyen Âge, la présence de combattantes conscientes et actives. » Ainsi, depuis un certain nombre d’années, des travaux ont montré l’écart grandissant entre les représentations que nous nous faisons de l’Ancien Régime et la réalité alors des femmes de guerre, qui sont loin de constituer une image uniforme et de se réduire aux seules chevaleresses ou menues combattantes. Les biais des chercheurs sont parfois démasqués au cours de découvertes étonnantes. Par exemple, tout récemment, on a pris conscience qu’un squelette de guerrier viking de haut rang, connu depuis 130 ans, était en fait celui d’une guerrière : aucun archéologue ne s’était posé la question de son sexe tant était – est – tenace le préjugé qu’un guerrier, a fortiori puissant, est forcément un homme, en-dehors de cas rarissimes ou émanant de sociétés à demi légendaires[3] . La place des femmes dans les combats et les guerres (comme « batailleresses », « officières », « seigneuresses » ou reines[4]) au Moyen Age est donc de plus en plus remarquée et réévaluée, particulièrement dans la littérature anglo-saxonne. La question des représentations apparaît en tout cas comme centrale.

La Première Modernité est la parente pauvre de ces réévaluations bien que quelques travaux[5] tracent des voies d’exploration. Pourtant, elle est intéressante à plus d’un titre pour ce sujet.

Tout d’abord, pour la portée matricielle de cette époque : consécutivement à la tentative de confiscation de la violence légitime de l’État, l’armée est l’objet de multiples réformes qui ont abouti à la création de l’armée moderne dans l’Europe entière, au début de notre chronologie pour l’Espagne et, pour la France, particulièrement sous Louis XIV et à l’issue de la Révolution française. Or, au cours de cette période définitoire, les femmes qui ont pris les armes sont rares, et même se raréfient puisque, n’étant pas citoyennes, elles sont progressivement exclues de l’armée de soldats-citoyens alors que certaines avaient pu entamer une carrière sans avoir à se travestir, tant la France avait besoin de bras au moment de la Révolution : en s’interrogeant sur « de quoi est faite l’association entre masculin, armes et citoyenneté », D. Godineau montre dans son propos sur l’armée révolutionnaire que « les histoires concrètes de ces femmes soldats, leurs propos et ceux tenus sur elles aident à comprendre les mécanismes de l’exclusion des femmes des armées. » Il touche finalement à ce qui fait le cœur des réticences envers les femmes dans l’armée encore aujourd’hui.
Cependant, cela ne signifie pas que seuls les républicains ont pu, bon gré mal gré, admettre des femmes dans leurs troupes : les femmes profitent des interstices et des périodes troubles pour s’immiscer dans des secteurs qui leurs sont normalement fermés, Michelle Perrot l’a bien montré. Ainsi, les Brigandes, dont faisaient partie Marie Louise Victoire de Donnissan, marquise de Lescure puis de La Rochejaquelein ou encore Marie Renée Marguerite de Scépeaux, marquise de Bonchamps, sont les adversaires en symétrie des citoyennes en armes.

Ensuite, à cause du statut des femmes, qui se modifie au cours de la période : leurs libertés s’amoindrissent à partir de la Renaissance[6]. Pourtant, la première moitié du XVIe s. voit apparaître  les femmes sur les champs de bataille en Italie[7] (les Pisanes contre les Florentins dans les années 1499-1509). En outre, « dans une société hiérarchisée où le rang est plus important que le sexe[8]», elles pouvaient être amenées plus facilement à commander des hommes de rang inférieur ou à prendre les armes que dans une société comme la nôtre, où le sexe est finalement plus important que le rang. Bien plus, Elizabeth Iere ou Catherine II de Russie, en tant que dirigeantes suprêmes, étaient forcément à la tête de leurs armées : Catherine ii est d’ailleurs connue pour avoir mené une politique d’expansion territoriale couronnée de succès. Le statut de la femme dans l’armée, dans les guerres, dans les combats a-t-il alors évolué ? Une Jeanne d’Arc n’était-elle possible qu’au Moyen Age ?

Ces changements de statut des femmes semblent influencer l’image de la femme qui connaît un changement notable au cours du XVe s. dans les littératures italiennes et françaises[9] par exemple : les histoires d’amour importent désormais davantage que les prouesses de la « chevaleresse », personnage typique des épopées. Ce mouvement trouve sans doute son apogée après la Fronde en France. Pendant la rébellion, certaines Frondeuses se font volontiers portraiturer en armes et participent parfois concrètement aux opérations. Une fois la défaite consommée, elles ont dû se redéployer de la politique (donc des combats armés) vers d’autres domaines, la littérature étant un refuge approprié. Le ton s’y assagit et les guerrières de papier se tournent vers la galanterie. La question du genre littéraire joue bien entendu un grand rôle dans cette question : les épopées disparaissent, le roman s’impose, avec des codes différents. Finalement, les combattantes, en tout cas certains types de combattantes, apparaissent peut-être davantage dans les chansons ou dans la littérature de colportage que dans les grands genres. Dès lors, si la question des genres littéraires joue, celle de la couche de la population qui est la cible des divers écrits importe également, dans une société où chacun occupe le rôle qui lui échoit à la naissance.

Littérature, peinture, histoires extraordinaires, écrits à valeur juridique et philosophiques diffusent des clichés qui sont déjà assez bien connus et qui remontent à l’Antiquité pour certains d’entre eux. Par exemple, les fantasmes qui s’attachent aux personnages de guerrières et des femmes qui conduisent les guerres : la dimension érotique qui éclot de leur androgynie, de leur travestissement ou encore de leur hypersexualisation remonte au moins à l’Antiquité – que l’on songe aux Amazones et à Camille dans l’Énéide –, mais s’accentue a priori au XVe s., époque de la sexualisation de la guerrière en littérature. Elles peuvent se voir attribuer des caractéristiques outrancières, oscillant entre Virgin Queen et luxurieuse Sémiramis, entre guerrière ou commandante sanguinaire et pleine de mansuétude, voire vaincue par l’amour du bel ennemi. La femme, victime de son imbecillitas sexus[10], peut sembler incapable de réellement commander une armée et un pays au-delà d’une certaine mesure. Est-ce à la Renaissance, dans le sillage de réformes comme la loi salique en France, que l’incapacité des femmes est théorisée dans le champ des armes ? Au contraire, les femmes de guerre sont-elles alors valorisées, et pourquoi ? Il n’est qu’à penser au travestissement en Amazones de Charles IX et de ses compagnons : « le travestissement en guerrière dans les tournois et carrousels [en vogue au XIIIe siècle] connaît un renouveau à la Renaissance[11]», puisque les Amazones incarnent la chasteté, la sagesse de la bonne gouvernance et la bravoure. En un mot, un mélange parfait de qualités féminines et viriles, prisé par les rois qui peuvent se faire représenter en androgynes (autre forme d’une demi-divinité[12]). Ce mélange parfait trouve son meilleur accomplissement dans des figures bibliques ou chrétiennes qui défendent leur religion contre les païens ou les Sarrasins.

Face aux clichés et aux machines à fantasme, les silences des représentations ne sont pas très connus et méritent largement qu’on s’y attache : si les femmes pirates, dont certaines sont devenues corsaires en temps de guerre, ont existé  pendant notre période et en-dehors (Anne Bonny, Mary Read, Anne Dieu-le-veut, Louise Antonini…), certes souvent travesties mais pas systématiquement, leur présence dans les fictions ou dans les traités[13] n’est pas perceptible. Inversement, la littérature épique peut accorder une place prépondérante mais sans doute disproportionnée à la guerrière (Marphise, Bradamante, Clorinde…), tout en omettant les groupes de combattantes ou de résistantes anonymes (que Plutarque, dans son Conduites méritoires des femmes, avait pourtant mis à l’honneur), ou encore mettre en valeur certaines commandantes de peuple et d’armée aux dépens d’autres qui concordaient moins à un programme idéologique ou tout simplement à un goût. Ainsi, si les arts et spectacles de cours royales ou princières mettent en scène les Amazones ou des femmes belliqueuses dont les figures se banalisent, il s’agit souvent moins de louer des femmes fortes pour elles-mêmes que de proposer des programmes iconographiques destinés à soutenir les exigences ou les demandes des uns et des autres[14]. Les Amazones pourraient même être un obstacle aux femmes qui souhaitaient s’investir (à des degrés divers) dans les guerres : convoquer les Amazones revient souvent à jouer sur la topique du mundus inversus, de l’exotisme (géographique ou temporel) et de l’érotisme. Valentina Denzel interprète la disparition des chevaleresses fictives comme Bradamante et Marphise au moment où les Amazones triomphent comme le signe que, aux yeux des écrivains, les femmes de guerre ne pouvaient que faire partie du passé.

Le colloque ambitionne de toute façon une perspective pluridisciplinaire : nous accueillerons avec intérêt les propositions portant sur la littérature, l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de sciences… Les perspectives comparatistes seront également bienvenues : elles aideront à chercher à bien mesurer la valeur des phénomènes. En effet, les écarts dans les représentations peuvent être éloquents : les guerrières sarrasines fascinent les Italiens qui en constellent leurs épopées tandis que les Français ignorent pour la plupart ces figures. Les ouvrages anglais semblent conserver plus longtemps qu’ailleurs en Europe l’image d’une guerrière belliqueuse et puissante, là où les Français en ont fait une femme trop faible pour pouvoir se passer de son compagnon lors de passes d’armes.

Organisation
Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC – Ministère des Armées.

En partenariat avec :
•    Musée de l’Armée – Invalides
•    Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
•    Université de Paris-Sorbonne : CRLC et CELLF
•    Université de Rouen – CÉRÉdI

Les propositions sont à envoyer avant le 20 juillet 2018 aux membres du comité d’organisation :
Marianne Charrier-Vozel : marianne.charrier@univ-rennes1.fr
Agnès Cousson : Agnes.Cousson@univ-brest.fr
Anne Debrosse : anne.debrosse@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr
Antoine Roussel : antoine.roussel@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr

Comité scientifique :
Frédéric Dessberg (CREC)
Ariane Ferry (CÉRÉdI)
Véronique Gély (CRLC)
Nathalie Grande (LAMO)
Adeline Lionetto (CELLF)
Sandra Provini (CÉRÉdI)

Société Française d'Etude du Seizième Siècle