Daniel MAIRA, Renaissance romantique. Mises en fiction du XVIe siècle (1814-1848)

Daniel MAIRA, Renaissance romantique. Mises en fiction du xvie siècle (1814-1848),Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critiquelittéraire », n° 492, 2018, 648 p., 49 €.

 Bien avant la publication du tome VII de l’Histoire de France deMichelet consacré à la Renaissance (1855) puis de Die Kultur derRenaissance in Italien de Jacob Burckhardt (1860), le xixe siècle s’est passionnépour la Renaissance française et l’a mise en fiction. Sous la Restauration etla Monarchie de Juillet, écrivains et historiens fabriquent une Renaissance imaginaire,reflétant leurs valeurs et leurs idéaux. À travers un imposant corpuscomprenant des pièces de théâtre, des textes narratifs, des poèmes, des opéraset des drames lyriques, mais aussi des essais historiques issus de toutes lessensibilités politiques, Daniel Maira propose une vision globale de cette« Renaissance romantique ». La première partie de l’ouvrage (« Lafabrique romantique des temps modernes ») s’intéresse aux différentespériodisations de la Renaissance et à leurs mises en intrigue. La deuxièmepartie (« Légitimer le pouvoir : instrumentalisations idéologiquesdes guerres de religion ») aborde la légende du « bon Henri » etla mise en fiction des guerres de religion. La troisième partie (« Desrévoltes et des libertés ») s’attache à l’image d’une Renaissance transgressive et révolutionnaire.

Nicolas Le Cadet.

Estelle Lingo, Mochi’s Edge and Bernini’s Baroque

Estelle Lingo, Mochi’s Edge and Bernini’s Baroque, 328 p., 6 ill. n/B+244 ill., couleur, Turnhout, Brepols, 2017.

Spécialiste de sculpture du XVIe et du XVIIe siècle, Estelle Lingo étudie dans ce livre l’œuvre du sculpteur toscan Francesco Mochi (1580-1654) considéré comme l’un des précurseurs du Baroque et, avec le Bernin, l’un des plus grands sculpteurs italiens du début du XVIIe siècle. C’est justement cette réputation qu’Estelle Lingo examine en resituant les sculptures de Mochi dans leur contexte artistique et culturel. Cet élève de Giambologna voulait avant tout s’inscrire dans la manière florentine et poursuivre la quête formelle de Michel-Ange. Les temps avaient pourtant changé. En raison du nouveau climat religieux post-tridentin et de la consolidation du pouvoir absolutiste, la sculpture fut chargée d’enjeux expressifs différents. Dans ce contexte mouvant, Mochi tenta de concilier le michélangelisme avec ces nouveaux impératifs. En résulte une extrême tension dans ses œuvres dont Estelle Lingo offre une interprétation nouvelle fondée sur une solide recherche historique et sur l’analyse attentive des suggestions diverses, aussi bien florentines que romaines, qui façonnèrent les sculptures de Mochi. Un bel exemple est offert par la célèbre Sainte Véronique de Saint-Pierre au Vatican. Tout en suivant la tradition iconographique, Mochi dynamise la posture de la sainte qui semble faire irruption dans l’espace du spectateur en s’élançant de sa niche. Estelle Lingo souligne à juste titre la dette de l’artiste à l’égard de figure florentine de la « Nimpha », étudiée par Warburg, et met en évidence les affinités entre la statue et les figures de Botticelli et Ghirlandaio, que le sculpteur avait pu admirer à Florence, ainsi que celles de Salviati,  de Jacopino del Conte et d’Ammannati qu’il avait vues à Rome et à Pise. Estelle Lingo tisse ainsi l’ample réseau des suggestions qui ont contribué à la genèse de cette statue et des autres sculptures de Mochi avec un véritable esprit de détective perceptible tout au long de ce livre.

Luisa Capodieci.

Rubens and the Human Body

Rubens and the Human Body, C. van Wyhe (ed.),  366 p., 3 ill. n/b + 166 ill couleur, Turnhout, Brepols, 2018.

Rubens est l’un des peintres les plus sensuels du XVIIe siècle et le corps humain, notamment féminin, occupe une place essentielle dans ses œuvres. Ses beautés charnelles, qui ne sont pas dépourvues d’une audacieuse insolence, ont marqué les esprits avec leur carnation nacrée et leurs chairs pleines et quelque peu étouffantes. Les études réunies dans ce volume se démarquent par l’originalité des thématiques abordées. Treize spécialistes mènent une enquête approfondie sur le statut du corps dans l’œuvre du peintre, sur ses modèles et ses enjeux esthétiques, rhétoriques, théoriques par rapport à la « culture du corps » de son époque dans une perspective médicale, philosophique ou littéraire.

Cordula van Wyhe, Introduction. Getting under the Skin of the Imaged Body ; Andreas Thielemann, Stone to Flesh: Rubens’s Treatise De imitatione statuarum; Jørgen Wadum and Anne Haack Christensen, Painting human flesh: Theory compared to Jacob Jordaens’ practice ; Joost Vander Auwera, Size Matters! On the importance and significance of life-size figures in Rubens’ paintings ; Suzanne J. Walker, Rubens’s Victims. Images of the Assaulted Male Body ; Margit Thøfner, Milky Bosoms. Rubens, Breasts and Maternity ; Karolien de Clippel, Vibrant Veils and Daring Draperies. On Rubens’ clothing of nymphs and goddesses ; Jacques Bos, Rubens and early modern psychology ; Lucy Davis, ‘On feet made unsteady by age and wine’: Rubens’ Silenus and Human Aging ; Katerina Georgoulia, Rubens and Early Modern Dietary Science ; Elizabeth McGrath, Black Bodies and Dionysiac Revels: Rubens’ Bacchic  Ethiopians ; Irene Schaudies, ‘Boistrous druncken headed imaginary gods’: Bacchic bodies of Rubens and Jordaens ; Joanna Wooddall, Afterword.

Luisa Capodieci.

Rogier van der Weyden y España

Rogier van der Weyden y España,L. Campbell, J. J. Perez Preciado (eds.), 200 p., 100 ill. n/b + 36 ill.couleur (Museo Nacional del Prado, 2016), Turnhout, Brepols, 2017.

L’un des artistes les plus célèbres du XVe siècle flamand est le protagoniste de ce volume qui réunit les études présentées lors du colloque organisé à l’occasion de l’exposition Rogier van der Weyden y España présentée au Prado en 2015. Dix-huit spécialistes examinent l’œuvre du maître en Espagne en prenant en compte, d’une part, le processus créatif, la commande, la réception et l’influence. D’autre part, les problèmes techniques posés par les restaurations de œuvres de l’artiste conservées au Prado comme la Descente de Croix et le Calvaire.

Lorne Campbell, The Late Style of Rogier van der Weyden ;Francisco de Paula Cañas Gálvez, Juan II de Castilla y el Tríptico de Miraflores: marco espiritual, proyección política y propaganda regia en torno a una donación real (1445) ;Stephan Kemperdick, The Miraflores Triptych and the Issue of Rogier van der Weyden’s “authenticated” Paintings ; David Chao Castro, Egas Cueman en Castilla y el desarrollo de la tipología sepulcral con imagen orante ;Griet Steyaert, “A Deposition including two Men on two Ladders”, Carel van Mander’s Description of Rogier’s Deposition and the Deposition by the Master of the Legend of Saint Catherine ;Bart Fransen, One Altarpiece, one Way: From Brussels to Laredo ;Yao Fen-You, Another Piece of the Rogerian Puzzle: Recent Findings on the Arenberg Lamentation ; Catherine Reynolds, Evolution or Derivation: The Prado Descent from the Cross and the lost Carrying of Christ’s Body to the Tomb ; José Juan Pérez Preciado, En torno al Tríptico de la Redención del Museo del Prado ; Lisa Monnas, Textiles in the Paintings of Rogier van der Weyden ;Maite Jover, Laura Alba, Maria Dolores Gayo, Maistros viajerosm obras importadas. Las tablas del Maestro de Sopretán ;Laura Alba, El Descendimiento de Rogier Van der Weyden. Aspectos técnicos de sus copias más fieles ;Maria Antonia López de Asiaín, La restauración de La Crucifixión del Maestro de la Leyenda de santa Catalina en el Prado ;Maria Dolores Gayo, Maite Jover de Celis, El Calvario de Rogier van der Weyden: los materiales del soporte y de la pintura ;Loreto Arranz Gozalo, La restauración de la capa pictórica del Calvario de Rogier van der Weyden ;José de la Fuente, La restauración del soporte  del Calvario de Rogier van der Weyden.

Luisa Capodieci.

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste, F. Lemerle, V. Zara, P. Caye, L. Moretti, (eds.), 590 p., 102 ill. n/b + 61 ill. couleur, Turnhout, Brepols, 2017.

Bien que Daniele Barbaro soit moins connu que son oncle Ermolao ou son frère Marcantonio, qui commandita avec lui à Palladio la célèbre Villa Maser, le centenaire de sa naissance en 2014 a été l’occasion de nombreuses activités scientifiques. Après l’exposition Daniele Barbaro 1514-70. Letteratura, scienza e arti nella Venezia del Rinascimento organisée à la Biblioteca Marciana en 2015-2016, qui a offert un bel aperçu de l’activité d’écrivain de Barbaro, le riche ouvrage collectif publié par le CESR de Tours déploie le large éventail de la carrière de l’humaniste vénitien selon une approche pluridisciplinaire. Trente auteurs étudient les multiples facettes du prisme de la personnalité complexe de Barbaro afin de revisiter sa carrière et son influence sur la production artistique du XVIe siècle – dont les portraits de Titien et de Véronèse constituent un témoignage prestigieux – son retentissement  en Europe et ses échos au XVIIe siècle.

Deborah Howard, Daniele Barbaro and Two Ladies named Giulia ; Silvia Scattolin, Vita privata: Il rosion dil re d’Ingiltera di Daniele Barbaro ; Deborah Howard, Barbaro Family Portraits in the Cinquecento: Some Observations ; Tracy E. Cooper, Daniele Barbaro and the Commemoration of a Patriarchal Dynasty ; Ann E. Moyer, Daniele Barbaro and his Dialogue Della eloquenza ; Pierre Caye, Daniele Barbaro ou la veritas græca du De architectura de Vitruve ; Annarita Angelini, Daniele Barbaro: l’architettura come methodus e machina del sapere ; Koji Kuwakino, La varietas in una sylva geometrica che « ricrea la mente stanca dal pensiero delle cose difficili »: Daniele Barbaro e l’Orto botanico di Padova ; Pierre Gros, Forum et basilique dans le Vitruvio de Barbaro ; Frédérique Lemerle,  Barbaro et les Annotationes de Philandrier sur Vitruve ; Manuela Morresi, Fonti bibliche nei Commentari a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Antonio Becchi,  I commenti di Daniele Barbaro al Proemio della «terza parte principale dell’Architettura» (1556-1567) ; Werner Oechslin,  „Sciographia“, die vierte Darstellungsform („species dispositionis“): Daniele Barbaro, Andrea Palladio und die Kodifizierung der Architekturzeichnung ; Laura Moretti, Ancora sulla scenographia: i manoscritti preparatori per la parte quarta de La pratica della perspettiva di Daniele Barbaro (1568) ; Margaret M. D’Evelyn, “The most delightful presence of light”: Glimmers of Perspective in Daniele Barbaro’s Manuscript Commentaries on Vitruvius ; Maria Losito, Daniele Barbaro inventore: il De horologis describendis libellus e l’Horario universale nella teoria e nella pratica vitruviana ; Yves Pauwels, Quatre colonnes et un entablement : Palladio et Barbaro à Maser ; Luigi De Poli, Daniele Barbaro: du texte de la Predica aux images de Maser ; Francesco Trentini, Le machinationi etiche di Daniele Barbaro negli affreschi di Veronese a Maser ; Stefano Lorenzetti,  « Quello che è consonanza alle orecchie è bellezza agli occhi ». Figure della musica nel commento a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Vasco Zara, « Udire secondo le Idee ». Daniele Barbaro e la musica degli affetti ; Daniel K. S. Walden, Daniele Barbaro, Nicola Vicentino, and Vitruvian Music Theory in Sixteenth-Century Italy ; Daria Perocco, Daniele Barbaro ambasciatore e letterato ; Carlo Alberto Girotto, Les éditeurs de Daniele Barbaro ; Shanti Graheli, Daniele Barbaro e la Repubblica delle Lettere ; Don Giacomo Cardinali, Daniele Barbaro corrispondente del cardinale Guglielmo Sirleto ; Carlo Alberto Girotto, Une lettre de Daniele Barbaro à Charles de Guise (et quelques hypothèses pour la fortune de Barbaro en France) ; Fernando Marías, José Riello,  La fortuna de Daniele Barbaro en la península ibérica ; Frédérique Lemerle, Les Vitruve de Barbaro au XVIIe siècle ; Pierre Caye, Eugène Priadko, Le Barbaro de Vasilij P. Zubov ;   † Vasilij P. Zubov, De la vie et de l’activité scientifique de Daniele Barbaro.

Luisa Capodieci.

Les dictionnaires plurilingues (XVIe-XVIIIe siècles) : premier état des lieux entre France et Italie.

Journée d’études : Les dictionnaires plurilingues (XVIe-XVIIIe siècles) : premier état des lieux  entre France et Italie.

29-30 novembre 2018

Université de Toulouse-Jean Jaurès Maison de la Recherche, salle D155

Giuseppe Arcimboldo, “Le Libraire”, Skoklosters Slott, Bålsta (Stockholm), vers 1566 (source : WGA).

Organisateurs : Delphine Montoliu et Jean-Luc Nardone

Jeudi 29 novembre 2018

salle D155 13h30 Accueil des participants

14h-14h30 Jean-Luc NARDONE (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Introduction : Dictionnaires plurilingues et traduction ».

14h30-15h Valentina SESTINI (Université de Messine) : « La diffusion des dictionnaires plurilingues en Italie aux XVIe et XVIIe siècles ».

Discussion

15h30-16h Anne CAYUELA (Université de Grenoble) : « Analyse paratextuelle de quelques dictionnaires plurilingues  (Calepin, Garrone, Berlaimont, Hornkens) ».

16h-16h30 Elzbieta JAMROZIK (Université de Varsovie) : « Les premiers dictionnaires plurilingues polonais ».

Discussion

Vendredi 30 novembre 2018 salle D155

9h30-10h Olivier GUERRIER (Université de Toulouse-Jean Jaurès) : « Les Trésors des Oudin ».

10h-10h30 Benedict BUONO (Université de Saint-Jacques de Compostelle) : « I dizionari plurilingui di Noël de Berlaimont e le grammatiche di italiano per ispanofoni dal Cinque al Settecento ».

10h30-11h Delphine MONTOLIU (Université de Lille) : « La fortune du vocabulaire trilingue de Lucius Cristobal Escobar dans la Sicile espagnole moderne ».

Discussion et clôture de la Journée d’études

L’Adolescence clémentine : conférences d’Agrégation de Lettres

Vendredi 14 décembre 2018, 14h-17h

Université de Toulouse-Jean Jaurès UFR de Lettres, Philosophie et Musique Bâtiment « Le Gai savoir » Salle GA 061

14h : Jean-Charles MONFERRAN (Université Paris Sorbonne) : « Langue française et art de seconde rhétorique: sur quelques leçons de maître Clément »
Discussion – Pause

15h30 : François ROUDAUT (Université de Montpellier III) : « La beauté »
Discussion

Organisation : Pascale Chiron, Olivier Guerrier, Agnès Rees

Avec le soutien du Département de Lettres modernes de l’Université de Toulouse Jean Jaurès.

Contact : Olivier Guerrier (olivier.guerrier@wanadoo.fr)

Frank Lestringant, « Ce sont oeuvres de jeunesse, ce sont coups d’essai » Clément Marot, L’Adolescence clémentine

Clément Marot ou l’éternel « adolescent », comme l’indique le titre de son principal recueil, L’Adolescence clémentine, publié en 1532, alors qu’il a déjà trente-six ans et seulement une douzaine d’années à vivre. Cette œuvre, composée tout entière pendant le règne de François Ier, est classée par genres, opuscules, épîtres, complaintes, épitaphes, ballades, rondeaux et chansons. Elle est ici analysée méthodiquement, dans l’ordre du recueil. L’Adolescence clémentine s’inscrit dans le droit fil de la poésie médiévale, tout en la modernisant, la renouvelant et l’ouvrant vers la modernité. Poésie instable que celle de L’Adolescence clémentine, dialogante, effervescente, jamais fixée, toujours répétée, poésie continuée jusqu’à La Fontaine et Voltaire, à redécouvrir de toute urgence aujourd’hui.

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2018

Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance

Exposition temporaire du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019

Musée National de la Renaissance (Ecouen)

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

 

 

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)

2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)

3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)

4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

 

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Une riche médiation

Si de manière classique, l’exposition sera accompagnée de cartels, de kakemonos et d’un catalogue (éditions Gourcuff), les éléments de médiation seront plus nombreux afin d’aider le visiteur dans sa compréhension de l’art théâtral :

– Un dépliant d’aide à la visite pour les visiteurs voulant aller plus loin.

– Un livret jeu destiné au jeune public.

– Un outil multimedia conçu en partenariat avec le CNRS, l’Université de Toulon et l’Université Paris III mettra en film le manuscrit de la Passion de Valenciennes conservé à la Bibliothèque nationale de France.

– Grâce au numérique, les visiteurs pourront feuilleter certains manuscrits exposés.

– Un costume d’Arlequin grandeur nature créé par Sébastien Passot, costumier de théâtre et de cinéma.

Une programmation exceptionnelle

Trois représentations théâtrales :

– Cléopâtre captive d’Étienne Jodelle par la compagnie Oghma (Charles di Meglio) le 17 novembre 2018.

– Création d’une farce inspirée de la Condamnation de Banquet de Nicoals de La Chesnaye par le Théâtre de la vallée, compagnie en résidence à Écouen (Gerold Schumann) décembre 2018.

– Scaramuccia (Scaramouche), mise en scène de Carlo Boso, par la compagnie Prisma Theatro (Clément Joubert) le 26 janvier 2019.

Une journée d’étude :

– Une journée d’étude Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610) à la Bibliothèque nationale de France (site Tolbiac) le 22 novembre 2018.

Des conférences et des ciné-débats :

– La programmation de conférences à la Grange à Dîmes, dans le cadre du cycle de conférences avec la Ville d’Écouen sur le thème des images du théâtre dans l’art.

– La programmation de séances de ciné-débats avec le cinéma de L’Ysieux et celui de Garges les Gonesses en partenariat avec la CARPF (Communauté d’Agglomérations de Roissy-Pays-de-France).

 

Commissariat :

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle

Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Les Oeuvres (1579) de Du Bartas

Guillaume Du BARTAS

Les Œuvres (1579)

Édité par Denis BJAÏ, François ROUGET
Genève, Droz, collection Textes Littéraires Français, 2018.
Guillaume de Saluste Du Bartas (1544-1590) est l’auteur d’un chef-d’œuvre, La Sepmaine, qui connut un succès retentissant en Europe dès sa parution en 1578. Peu avant, il avait réuni ses premiers essais poétiques dans un recueil qu’il intitula La Muse Chrestiene (Bordeaux, Simon Millanges, 1574) et qu’il dédia à Marguerite de Valois, épouse d’Henri de Navarre. Elle contenait La Judit, Le Triomfe de la Foy, L’Uranie et quelques sonnets dédiés à ses amis. Profitant du succès éditorial de La Sepmaine, Du Bartas et/ou ses libraires en firent la « premiere partie » des Œuvres qui parut en 1579. Les Œuvres – reproduites ici d’après l’édition de Barthélemy Gomet à Blois – présentent une jolie diversité littéraire et une grande cohérence thématique. Du Bartas s’y révèle maître de son talent dans l’adaptation de la Bible et la réforme du manifeste poétique de la Pléiade. Il parvient avec bonheur à exploiter quatre formes du lyrisme en autant de genres poétiques (l’épopée, l’hymne, le triomphe et l’entrée), dans les registres religieux et profane. S’il accorde sa préférence au premier, il montre aussi qu’il a su faire siens les procédés rhétoriques du second. Chacun à sa façon, les quatre poèmes du livre proclament l’ambition du poète de se distinguer de ses prédécesseurs, quitte à bousculer les usages et les attentes de son public.

La langue de Jacques Amyot

  • Type de publication: Collectif
  • Directeur d’ouvrage: Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier)
    Préfacier: Zuber (Roger)
  • Contributeurs: Bury (Emmanuel), Chiron (Pierre), Denizot (Camille), Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier), Libral (Florent), Menini (Romain), Plazenet (Laurence), Thomine (Marie-Claire)
  • Résumé: Associant étroitement hellénistes et francisants, ce volume a pour objet l’étude des spécificités de la langue et du style de Plutarque dans les Œuvres morales et les Vies, puis de Jacques Amyot dans des traductions qui jouèrent un rôle de première importance dans la constitution de la langue française classique.
  • Nombre de pages: 232
  • ISBN: 978-2-406-07856-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07858-6
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 352
  • Série: Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne, n° 98
  • Date de parution: 17/10/2018
  • Année de publication: 2018
  • Langues: Français
  • Mots-clés: Traduction, langue grecque, langue française, littérature française du xvie siècle, littérature française du XVIIe siècle

1536-1537 Autour de Marot et des recueils collectifs : configurations du champ poétique français

Journée d’études organisée par Nathalie Dauvois (Université de Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie Jules Verne)

Le 8 novembre 2018, à l’IEA, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris Métro : Sully-Morland (ligne 7), Saint-Paul (ligne 1)

Les premiers recueils collectifs de Blasons anatomiques aujourd’hui conservés dans les collections publiques ont beau avoir été publiés sans noms d’auteur, leur étude éclaire la situation des principaux acteurs du champ poétique dans les années 1530-1540. En jetant un nouvel éclairage sur des figures comme celles de Victor Brodeau, Claude Chappuys, François Sagon, Eustorg de Beaulieu, J. de Vauzelles ou Charles de La Hueterie, il ne s’agit pas tant d’aller à la recherche des minores qui peuplent les recueils collectifs que d’interroger les connivences et les antagonismes qui reconfigurent le champ littéraire à la veille de l’entrée en scène de la Brigade. En revenant sur la situation de l’un d’entre eux, à partir de ses œuvres manuscrites ou imprimées en circulation, on mettra ainsi au jour la dynamique des réseaux, aussi bien géographiques, que sociologiques, poétiques ou éditoriaux, que recouvrent et que déterminent ces recueils.

Programme

9h00

Accueil et introduction Julien Gœury et Nathalie Dauvois

9h30

Jérémie Bichüe (Paris III-Sorbonne) : Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon : Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un ‘coup d’essay’ de plus?

10h00

Sophie Astier (Aix-Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.

10h30 pause

11h00

Nina Mueggler (Fribourg): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur

11h30

Sandra Provini (Rouen) : Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète

 

13h00 pause déjeuner

14h00

Elsa Kammerer (Lille III-IUF) : Jean de Vauzelles et la Cour

14h30

Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin

15h00 pause

15h30

Elise Rajchenbach (Saint-Etienne): Entrer dans le champ : les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs

16h00

Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier   la querelle des blasonneurs

Répondants : Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon

Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d’étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

 

Penser, composer, pratiquer la musique à l’époque du Compendium musicae de Descartes (1618)

Colloque international organisé par l’Université de Poitiers / Criham et Sorbonne Université / IReMus, sous la coordination d’Isabelle His et Théodora Psychoyou

Rédigé en 1618, le Compendium musicæ (ou Abrégé de musique) est le premier écrit du jeune René Descartes, publié de façon posthume en 1650 ; c’est aussi probablement un des moins connus. À l’occasion du 400e anniversaire de sa rédaction, et dans la ville où Descartes fut étudiant, ce colloque propose de réévaluer la portée de ce texte singulier en le confrontant avec les productions musicales de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier l’environnement musical du Compendium en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, et de pratiques d’exécution.

Jeudi 8 novembre 2018

• 14h – Accueil

• 14h30 – Introduction

 Session 1 : Penser la musique à l’époque de Descartes #1

Modération : Brigitte Van Wymeersch

• 14h45 – Guido Mambella (Bologna)
Descartes lecteur de Zarlino

• 15h20 – Inga Groote (Univ. Zurich)
Efficacité et rationalité chez les théoriciens allemands du XVIIe siècle : un tournant pragmatique ?

• 15h55 – Christophe Guillotel (IReMus)
Idées, méthodes et système musical dans le Compendium musicæ (1618) de René Descartes : une mise en regard avec la Synopsis Musicæ Novæ (1612) de Johannes Lippius et ses sources afférentes

• 16h30 Pause

• 16h45 – Frédéric De Buzon (Univ. Strasbourg)
Confrontation des méthodes cartésienne et beeckmanienne en théorie de la musique

• 17h20 – Laurence Taveau (IReMus)
Le Livre de la nature des sons (Arsenal Ms 2884), autographe du père Mersenne

• 18hPause

Concert-spectacle : Les mystères du contrepoint

19h

Concert-spectacle par l’ensemble Coclico, dir. Barnabé Janin

 


 

Vendredi 9 novembre 2018

 Session 2 : Penser la musique à l’époque de Descartes #2

Modération : Inga Mai Groote

• 9hBrigitte Van Wymeersch (Univ. Louvain)
Écrire la théorie musicale au temps de Descartes. Le “cas Mersenne”

• 9h35André Redwood (University at Albany, State University of New York) : Descartes’ varietas, Mersenne’s copia? Permutation, variation, and the rhetoric of compositional inventio

• 10h10Théodora Psychoyou (IReMus/Sorbonne Université) : Mersenne et le « projet » de l’Harmonie Universelle

• 10h45Pause

• 11hNicolas Andlauer (Univ. Toulouse) : … par l’effet des tambours : éloges antiques et modernes de la monotonie

• 11h35Alexander Jakobidze-Gitman (Univ. Witten/Herdecke)
Measurable time vs. duration : the clash between mechanistic and protophenomenological explanations in Compendium Musicæ

• 11h10Pamela Zuker (IReMus/Sorbonne Université/Univ. Poitiers)
L’art de la battue chez Jacques Mauduit

• 12h45Pause

 

Session 3 : Composer et pratiquer la musique à l’époque de Descartes

Modération : Isabelle His

• 14h30Francesca Mignogna (IReMus/Sorbonne Université)
Espace physique et espace harmonique des instruments à cordes pincées au début du XVIIe siècle

• 15h05Carola Hertel (Univ. Strasbourg)
Composition et exécution à l’Académie de Strasbourg au début du XVIIe siècle

• 15h40Pause

• 16hJean-Yves Haymoz (CNSM Lyon / HEM Genève)
Le problème de la quarte en France au début du xviie siècle

• 16h35Peter Bennett (Case Western Reserve University)
Liturgical chant, rhythm and “affect” in early 17th century Paris : evidence from the Church of the Oratoire and the Royal Abbey of Montmartre

• 17h10Jean Duron (CMBV)
Composer à l’époque de Descartes : l’exemple du manuscrit Ms. 168  de Tours

• 17h45Conclusions du colloque

 

Comité scientifique

Frédéric De Buzon (université de Strasbourg),
Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles),
Jean-Yves Haymoz (Haute école de musique de Genève),
Isabelle His (Université de Poitiers / Criham),
Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus),
Brigitte Van Wymeersch (Université de Louvain)

Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, Pavillon universitaire Musique et Danse, auditorium
15, rue Guillaume VII le troubadour – Bât. E08

Éditer les œuvres complètes (XVIe et XVIIe siècles)

Colloque organisé par la Société des Textes Français Modernes (STFM) sous la direction de Philippe Desan (University of Chicago) et Anne Regent-Susini (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

19-20 octobre 2018 de 9 heures à 18 heures University of Chicago, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

 

Vendredi 19 octobre

9h – 9h15 : Accueil des participants

9h15 – 9h45: Jean Balsamo (Université de Reims) « Remarques sur les éditions d’œuvres complètes dans la tradition imprimée (1460-1515) »

9h45 – 10h15: Guillaume Berthon (Université de Toulon) « “En belle forme de livre” : éditer les œuvres de Clément Marot au XVIe siècle »

10h15-10h30 : Discussion Pause

10h45 – 11h15: François Rouget (Queen’s University, Canada) « Ronsard devant ses Œuvres : le cas de l’in-folio de 1584 »

11h15 – 11h45: Michèle Clément (Université Lumière Lyon 2) « Scève : réunir les œuvres d’un auteur qui refuse de faire œuvre »

11h45-12h15: Jean-Raymond Fanlo (Université Aix-Marseille) « Éditer les œuvres d’Agrippa d’Aubigné »

12h15 -12h30 : Discussion Déjeuner

14h – 14h30: Mireille Huchon & Romain Menini (Paris-Sorbonne & Université Paris-Est Marne-la-Vallée) « “un bon ouvrier mect indifferentement toutes pieces en œuvre” : Rabelais »

14h30 – 15h: Isabelle Garnier (Université Jean Moulin Lyon 3) « Des Marguerites de la Marguerite des princesses (Lyon, 1547) à l’édition actuelle des œuvres complètes de Marguerite de Navarre »

15h – 15h30: Philippe Desan (University of Chicago) « La première édition des œuvres complètes de Montaigne par Pierre Coste (1724) »

15h30 -15h45 : Discussion PAUSE

16h30 – 17h: Alain Riffaud (Le Mans) « “Monsieur de Luynes veut m’aller relier de ce pas” : la publication des œuvres de Molière au xviie siècle »

17h -17h30: Hélène Merlin-Kajman (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) « Les œuvres complètes de Corneille (1660) : une réponse à l’Académie française »

17h30 – 17h45 : Discussion

Samedi 20 octobre

9h30 – 10h Alain Génetiot (Université de Lorraine) « Éditer des œuvres posthumes : le cas Sarasin »

10h – 10h30 Damien Fortin (Sorbonne Universités) « Diversité et totalité : les premières éditions des œuvres complètes de La Fontaine »

10:30 -10h45 : Discussion Pause

11h15 – 11h45 Nathalie Grande (Université de Nantes) « Éditer les œuvres complètes d’une autrice au XVIIe siècle : le cas de Mme de Villedieu »

11h45 – 12h15 Camille Esmein-Sarrazin (Université d’Orléans) « Le cas Lafayette pour l’éditeur du XXIe siècle. Du chef-d’œuvre aux œuvres complètes : auctorialité, définition du corpus et collaboration »

12h15-12h30 : Discussion

12h30 – 14h Déjeuner

14h – 14h30 Delphine Reguig (Université de Lyon Jean Monnet) « Des Œuvres diverses aux Œuvres complètes : éditer Boileau entre le XVIIe et le XXIe siècle »

14h30 – 15h Laurent Thirouin (Université Lumière Lyon 2) « Compléter Pascal »

15h – 15h30 Myriam Tsimbidy (Université Bordeaux Montaigne) « Créations et fabrications des œuvres complètes du cardinal de Retz »

15h30-16h : Discussion

Société Française d'Etude du Seizième Siècle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search