Archives de catégorie : Publications

Hébraïsant chrétiens en France au XVIe siècle, coordination éditoriale de Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher

Vient de paraître.

Le siècle de l’humanisme, le xvie siècle, est celui du développement des études hébraïques dans plusieurs pays d’Europe occidentale, en dehors même des communautés juives. Stimulés par les progrès faits en Allemagne, en Italie ou en Espagne (Johannes Reuchlin, Agostino Giustiniani, Agazio Guidacerio jouent un rôle fondamental à cet égard), plusieurs savants français se mettent à l’étude de l’hébreu ; leurs efforts sont concrétisés par la création des Lecteurs royaux (futur Collège de France), avec deux chaires d’hébreu et une chaire d’études orientales. Pendant tout le xvie siècle sont rédigés des instruments de travail : grammaires, alphabets, dictionnaires et, avec ou sans traduction latine (notamment à Paris et à Lyon), des textes bibliques et rabbiniques. Le recours aux commentaires en hébreu (Rashi, Abraham Ibn ‘Ezra, David Qimḥi) apparaît alors indispensable aux yeux de nombreux exégètes chrétiens. La littérature kabbalistique est l’objet d’un engouement de la part de certains savants, attirés par les spéculations arithmologiques ou par un certain ésotérisme ; mais certains y voient également un moyen d’approfondir le message de l’Ancien Testament et d’asseoir certains dogmes du christianisme.
Le présent ouvrage présente cette riche matière, en étudiant les moyens et les méthodes d’enseignement et de diffusion de l’hébreu et en examinant le travail des hébraïsants. Il convient de souligner l’influence, directe ou non, de ces études (en particulier kabbalistiques) sur la littérature française du xvie siècle.

https://www.droz.org/fr/6647-9782600058582.html

Philippe de Mézières, Oratio Tragedica, édité et traduit par Joël Blanchard et Antoine Calvet.

Vient de paraître.

L’Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l’époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389-1390). Cette véritable « dramaturgie de l’âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu’il fut le conseiller ou l’interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l’Oratio s’inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d’atteindre par là la double ambition de faire œuvre sainte d’écrivain et d’accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.
Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l’Oratio tragedica, longtemps attendue.

https://www.droz.org/fr/6936-9782600059473.html

Numéro inaugural de l’Année ronsardienne

L’Année ronsardienne, 2019, n° 1
Sous la direction de François Rouget
Contributeurs : Jean Balsamo, Florence Bonifay, Nathalie Dauvois, Irène  Fasel,  Vanessa Glauser, Gisèle Mathieu-Castellani, Daniel Ménager, Jean-Charles Monferran, Anne-Pascale Pouey-Mounou, François Rigolot, François Rouget,  Cynthia Skenazi. 

Sommaire

François ROUGET Éditorial
 
 
     ÉTUDES
 
 
Gisèle MATHIEU-CASTELLANI Éros masqué dans la poésie de Ronsard
 
Vanessa GLAUSER La fureur bachique et la création lexicale
 
Cynthia SKENAZI Ronsard, l’abeille et le miel
 
Anne-Pascale POUEY-MOUNOU Insupportable Ronsard : quand Ronsard dit « Je suis »
 
Daniel MENAGER La fatigue d’Orphée. Ronsard et les Poëmes de 1567-1569
 
Jean BALSAMO Ronsard et les Guises : l’invention du poème de célébration militaire
 
Irène FASEL et François RIGOLOT Ronsard et Marie Stuart : sur des vers autographes conservés à Oxford
 
Florence BONIFAY Imitations locales de l’imaginaire groupal ronsardien


 François ROUGET Ronsard correcteur de l’Abbregé de l’art poetique françois (1565)
 
Jean-Charles MONFERRAN Quand vous serez bien vieille, réflexions sur l’histoire d’une réception : l’exemple du XIXe siècle
 
 
GLANES RONSARDIENNES
 
 
François ROUGET La survivance des livres de Ronsard : l’exemple des Quatre premiers livres des Odes (Paris, G. Cavellat, 1550) 
 
François ROUGET Un document inédit concernant Loys de Ronsart (18 février 1521)
 
 
RONSARDIANA
 
 
François ROUGET Compte rendu de : Six siècles de littérature française : XVIe siècle, éd. Vérène de Diesbach-Soultrait, Genève, Droz, 2017, 2 vols 
 
 
 Vous pouvez télécharger le bon de commande.
 
 
 

 

Maudits livres luthériens

“Maudits livres luthériens” : aux origines de la Réforme en France

 

A l’occasion de la remarquable exposition organisée à la Bibliothèque Mazarine (14 novembre 2018 – 15 février 2019), un catalogue richement illustré et nourri de textes rédigés par les meilleurs spécialistes vient de paraître. En voici la présentation.

 

 

« Maudits livres ». La réception de Luther et les origines de la Réforme en France, Paris, Bibliothèque Mazarine & Éditions des cendres, 2018, 339 p., 40 euros. Commissariat de l’exposition : Florine Lévecque-Stankiewicz.

C’est un magnifique ouvrage qu’offre la Bibliothèque Mazarine à l’occasion de l’exposition « Maudits livres luthériens. Aux origines de la Réforme en France » qui se tient au sein de cette dernière du 14 novembre 2018 au 15 février 2019. Ce beau livre de plus de 339 pages propose en effet de comprendre comment la pensée de Luther pénètre dans le royaume de France à partir de 1518 et durant toute la première moitié du xvie siècle grâce au support imprimé. À cette date, la présence d’un recueil de textes du réformateur, issu des presses du bâlois Johann Froben, est attestée dans la capitale française. Un demi-siècle après l’invention de l’imprimerie, le livre est en train de devenir l’acteur principal de la diffusion de la pensée luthérienne. Bientôt, les œuvres de Luther, puis des principaux acteurs du luthéranisme, circulent dans le royaume, ils y sont lus, cités, traduits, réimprimés et rapidement contestés. Face à la puissance médiatique de l’imprimé, les prises de position se multiplient et raidissent le paysage religieux et spirituel de cette première moitié du xvie siècle. Tandis que Rome, la Faculté de théologie ou le Parlement de Paris condamnent la circulation et la possession de ces « maudits livres », les tenants d’un humanisme chrétien, d’un « érasmisme » ou d’un « évangélisme », ouverts à l’idée d’une réforme en douceur de l’Église, sont contraints de renoncer, au moins provisoirement, à leurs idéaux.

Si l’ouvrage permet au lecteur de (re)découvrir ce contexte si particulier des origines de la Réforme en France, il lui offre aussi et surtout l’occasion de saisir, avec une précision inédite et grâce à des reproductions iconographiques d’une qualité exceptionnelle, la réception des idées de Luther à travers la lecture, la traduction, la réimpression, mais aussi l’interdiction et la destruction de ses œuvres. Ainsi, le premier corpus de textes luthériens diffusé dans le royaume est décortiqué avec attention, car il témoigne notamment de l’émergence de nouvelles sensibilités et de nouvelles lectures. Les reproductions de pages des recueils cités ponctuent, avec une grande régularité, le texte explicatif et offrent ainsi un ouvrage agréable et superbement illustré. Tout au long du livre, la qualité des images ne faiblit pas et l’ensemble des notices qui les accompagnent, rédigées par les meilleurs spécialistes du sujet, frappent par leur souci constant de synthèse et de clarté. Ces « maudits livres » luthériens sont ainsi une véritable bénédiction pour le lecteur qui est invité à croiser les approches de l’histoire des textes, de l’histoire du livre et de l’histoire des idées afin de toujours mieux appréhender la réception de Luther et les origines de la Réforme française.

Lien vers le site de l’exposition.

Oeuvre collective et sociabilité du XVe au XVIIe siècle

Le Verger de Cornucopia consacre son numéro d’automne au thème “Œuvre collective et sociabilité du XVe au XVIIe siècle”. Ce numéro constitue les actes d’un colloque, organisé en Sorbonne par Mathieu Ferrand, Paule Desmoulière et Adeline Lionetto en octobre 2016.

Sommaire du numéro :

Introduction d’Adeline Lionetto : Créer en brigade. L’œuvre collective au début de l’ère moderne.

L’autorité plurielle au cœur des performances et spectacles

La collaboration des artistes et d’acteurs économiques, religieux et/ou politiques

L’écriture collaborative

Œuvrer ensemble à la réalisation d’un livre ou d’une revue
L’entreprise anthologique : la question de la collection

Frank Lestringant, « Ce sont oeuvres de jeunesse, ce sont coups d’essai » Clément Marot, L’Adolescence clémentine

Clément Marot ou l’éternel « adolescent », comme l’indique le titre de son principal recueil, L’Adolescence clémentine, publié en 1532, alors qu’il a déjà trente-six ans et seulement une douzaine d’années à vivre. Cette œuvre, composée tout entière pendant le règne de François Ier, est classée par genres, opuscules, épîtres, complaintes, épitaphes, ballades, rondeaux et chansons. Elle est ici analysée méthodiquement, dans l’ordre du recueil. L’Adolescence clémentine s’inscrit dans le droit fil de la poésie médiévale, tout en la modernisant, la renouvelant et l’ouvrant vers la modernité. Poésie instable que celle de L’Adolescence clémentine, dialogante, effervescente, jamais fixée, toujours répétée, poésie continuée jusqu’à La Fontaine et Voltaire, à redécouvrir de toute urgence aujourd’hui.

Publications des universités de Rouen et du Havre, 2018

Les Oeuvres (1579) de Du Bartas

Guillaume Du BARTAS

Les Œuvres (1579)

Édité par Denis BJAÏ, François ROUGET
Genève, Droz, collection Textes Littéraires Français, 2018.
Guillaume de Saluste Du Bartas (1544-1590) est l’auteur d’un chef-d’œuvre, La Sepmaine, qui connut un succès retentissant en Europe dès sa parution en 1578. Peu avant, il avait réuni ses premiers essais poétiques dans un recueil qu’il intitula La Muse Chrestiene (Bordeaux, Simon Millanges, 1574) et qu’il dédia à Marguerite de Valois, épouse d’Henri de Navarre. Elle contenait La Judit, Le Triomfe de la Foy, L’Uranie et quelques sonnets dédiés à ses amis. Profitant du succès éditorial de La Sepmaine, Du Bartas et/ou ses libraires en firent la « premiere partie » des Œuvres qui parut en 1579. Les Œuvres – reproduites ici d’après l’édition de Barthélemy Gomet à Blois – présentent une jolie diversité littéraire et une grande cohérence thématique. Du Bartas s’y révèle maître de son talent dans l’adaptation de la Bible et la réforme du manifeste poétique de la Pléiade. Il parvient avec bonheur à exploiter quatre formes du lyrisme en autant de genres poétiques (l’épopée, l’hymne, le triomphe et l’entrée), dans les registres religieux et profane. S’il accorde sa préférence au premier, il montre aussi qu’il a su faire siens les procédés rhétoriques du second. Chacun à sa façon, les quatre poèmes du livre proclament l’ambition du poète de se distinguer de ses prédécesseurs, quitte à bousculer les usages et les attentes de son public.

La langue de Jacques Amyot

  • Type de publication: Collectif
  • Directeur d’ouvrage: Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier)
    Préfacier: Zuber (Roger)
  • Contributeurs: Bury (Emmanuel), Chiron (Pierre), Denizot (Camille), Frazier (Françoise), Guerrier (Olivier), Libral (Florent), Menini (Romain), Plazenet (Laurence), Thomine (Marie-Claire)
  • Résumé: Associant étroitement hellénistes et francisants, ce volume a pour objet l’étude des spécificités de la langue et du style de Plutarque dans les Œuvres morales et les Vies, puis de Jacques Amyot dans des traductions qui jouèrent un rôle de première importance dans la constitution de la langue française classique.
  • Nombre de pages: 232
  • ISBN: 978-2-406-07856-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07858-6
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 352
  • Série: Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne, n° 98
  • Date de parution: 17/10/2018
  • Année de publication: 2018
  • Langues: Français
  • Mots-clés: Traduction, langue grecque, langue française, littérature française du xvie siècle, littérature française du XVIIe siècle

Le bâtard royal – Henri d’Angoulême

Vient de paraître

Fabrice Micallef, Le bâtard royal. Henri d’Angoulême dans l’ombre des Valois (1551-1586), Genève, Droz, 2018, 424 p.

Henri d’Angoulême (1551-1586), fils naturel du roi de France Henri II, a longtemps été oublié par les historiens. Pourtant, il fut le premier bâtard royal français à occuper des charges importantes : abbé de la Chaise-Dieu, grand prieur dans l’Ordre de Malte, puis général des galères et gouverneur de Provence. Erudit, mécène et poète, il fut une figure importante de la République des lettres, mais eut également une réputation d’homme violent et cruel. Grâce à une documentation importante et variée, ce livre retrace l’ascension d’un individu ambitieux qui apprit à surmonter le stigmate symbolique que constituait son illégitimité. En adoptant le point de vue de la monarchie française, des cercles humanistes, des dirigeants de l’Ordre de Malte, ou encore des acteurs politiques provençaux, ce travail étudie aussi la construction collective d’une identité sociale originale, celle de bâtard royal, qui entrecroisait qualité princière et marginalité.

Lien vers le site de l’éditeur.