Archives de catégorie : Publications

André Vésale, livres III et IV de la Fabrique du corps humain (1543)

Après les Pièces liminaires, le Livre I, et le Livre VII, Jacqueline Vons et Stéphane Velut viennent d’achever l’édition, la transcription et la traduction commentée des livres III et IV de La Fabrique du corps humain d’André Vésale, dans le cadre des éditions critiques proposées par la BIU Santé.

Ces deux livres sont complémentaires : le Livre III contient une description morphologique des veines et des artères, le Livre IV est consacré au système nerveux ; Vésale y revendique la pratique anatomique comme source principale de savoir ; de nombreux schémas didactiques et figures en pleine page ont été dessinés par Vésale lui-même, des observations et des interventions personnelles nuancent la description générale du corps humain.

Les traductions des textes préliminaires aux autres ouvrages de Vésale sont également en ligne : La Paraphrase (1537), Les six tables anatomiques (1538), La Lettre sur la saignée (1539), L’Epitome (1543), La Lettre sur la racine de Chine (1546), L’Examen des Observations de Fallope (1564), Les Œuvres complètes (1725).

Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, collection “Les Mondes de Rabelais”, n° 5, 2020.

Résumé: Cette étude entreprend de restituer au théâtre toute son importance dans la genèse et l’écriture des mythologies pantagruéliques. Rabelais donne naissance à une œuvre inouïe dans laquelle l’érudition livresque rencontre la passion du spectacle.

Table des matières sur le site de l’éditeur.

Le xixe siècle, lecteur du xvie siècle

Le xixe siècle, lecteur du xvie siècle, dir. Jean-Charles Monferran et Hélène Védrine, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Résumé: Le xixe siècle contribue à la redécouverte de la Renaissance, idéalisée comme un âge d’or inspirant artistes, historiens, savants et hommes du livre. Des spécialistes du xvie et du xixe siècle venus d’horizons différents documentent cette relecture esthétique et politique du xvie siècle.

Table des matières sur le site de l’éditeur.

Le poète aux mille tours : La traduction des épithètes homériques à la Renaissance

Le poète aux mille tours, La traduction des épithètes homériques à la Renaissance, sous la direction d’Anne-Pascale POUEY-MOUNOU et de Silvia D’AMICO, Genève, Droz, 2020.

Ποικιλομήτης : bigarré, irisé, mosaïqué et surtout à l’image de l’esprit d’Ulysse, tel a été conçu cet ouvrage collectif consacré, avec les méthodes et les points de vue les plus contemporains, aux épithètes homériques où la Renaissance sut projeter sa création et sa réflexion. Dans la multitude des genres ici étudiés (lexiques, commentaires, traductions, réécritures), chaque épithète, avec sa spécificité morphologique, grammaticale, étymologique, sémantique et symbolique, constitue un fil lumineux qui, réapparaissant à la surface de la trame de la poésie et de la poétique du XVIe siècle, en révèle le fonctionnement en profondeur. Dans l’inlassable voyage de retour vers le modèle que constitue toute forme d’exégèse – de Ravisius Textor à Scaliger, des traductions latines aux traductions dans les langues vernaculaires, des poètes mineurs au grand Ronsard – la complexité des interprétations tissées en toile de Pénélope représente la forme la plus sûre d’intelligence fidèle au texte homérique.

TABLE DES MATIÈRES

Anne-Pascale Pouey-Mounou
Introduction

Piero Boitani – L’immensa landa e il puro sereno: premesse per uno studio di Omero nel mondo

L’INDICIBLE ET L’INTRADUISIBLE : LE DÉFI DE LA LANGUE HOMÉRIQUE

Nathalie Rousseau – Traduire l’intraduisible : questions de morphologie grecque

Jessica Wolfe – Les épithètes ironiques dans la littérature de la Renaissance

Nathaël Istasse – Homerus apud Textorem : le prince des poètes au prisme de l’épithétaire de Ravisius Textor (1518 et 1524)

Michel Magnien – Scaliger théoricien de l’épithète… virgilienne

LE CHANTIER HUMANISTE : TRADUCTIONS NÉO-LATINES

Susanna Gambino Longo – L’épithète homérique entre Léonce Pilate et Boccace

Émilie Séris – Les épithètes dans les traductions d’Homère par Ange Politien

John Nassichuk – Les épithètes du héros troyen dans les premières versions latines de l’Iliade : Valla, Divus, Hessus

Virginie Leroux – Les épithètes des deux premiers chants de l’Iliade dans le commentaire et la traduction de Joachim Camerarius (1538 et 1540)

TRADUCTIONS VERNACULAIRES : ESPAGNE, FRANCE, ITALIE, ALLEMAGNE

Roland Béhar – La traduction de l’épithète homérique dans l’Espagne du XVe siècle

Paola Cifarelli – Qualifications épithétiques et matière troyenne dans la tradition médiévale

Jean-Charles Monferran – Épithètes batrachomyomachiques : sur les deux premières traductions françaises de la Batrachomyomachie d’Homère (Macault, 1540, et Royhier, 1554)

George Hugo Tucker – «L’Vmbre de Salel » : l’épithète homérique et ses enjeux chez Hugues Salel (1545 et 1554), Jacques Peletier du Mans (1547) et Joachim Du Bellay (1549-1559), traducteurs et imitateurs d’Homère

Anne-Pascale Pouey-Mounou – Ronsard et l’épithète homérique

Catherine Magnien-Simonin – Les épithètes homériques dans la traduction du chant XIV de L’Iliade par Antoine de Cotel (1578)

Christiane Deloince-Louette – Le « naïf » et la « majesté ». Les épithètes des dieux et des déesses dans les premières traductions françaises de l’Iliade

Monica Barsi – Arès  λλοπρόσαλλος. Transformations d’une épithète en France et en Italie du XVIe au début du XVIIe siècle

Manfred Kern – Visibles incognitos : les transformations de l’épithète homérique dans les premières traductions allemandes imprimées de l’Odyssée (1537, Simon Minervius) et de l’Iliade (1610, Johann Spreng)

Élisabeth Rothmund – Les épithètes d’Homère dans l’espace germanique de la Première Modernité : de l’Iliade du maître-chanteur augsbourgeois Johann Spreng aux disciples de la Pléiade

Silvia D’Amico – Conclusion. Pour un retour à Homère

Bibliographie

Index epithetorum

Index nominum

Meygra Entrepriza, Antonius Arena, 1537

Meygra Entrepriza, Antonius Arena, 1537, Édition bilingue – Texte établi, traduit, annoté et commenté par Marie-Joëlle Louison-Lassablière, Honoré Champion, 2020, Textes littéraires de la Renaissance N° 24. 250 p., broché, 15 x 22 cm. ISBN 978-2-7453-5273-6. 45 €

Témoignage exceptionnel d’un franc-tireur sur la Guerre de Provence de 1536, la Meygra Entrepriza est écrite en macaronique, savant mélange d’occitan, de français et d’italien latinisés. Antonius Arena y raconte l’entrée des Impériaux en Provence et la frustration de Charles Quint face à un ennemi qui se dérobe sans cesse et le prive de la bataille dont il aurait pu tirer gloire et profit. Dans un registre tantôt épique, tantôt ironique, cette œuvre en distiques élégiaques est aussi bien une revanche sur l’arrogance des puissants qu’un acte d’allégeance à François 1er.

The “Meygra Entrepriza” is an exceptional testimony written by a maverick soldier in the midst of the 1536 Provence War. Written in “macaronic”, a blend of Latinised Occitan, French and Italian, it narrates, in a part epic, part ironic spirit, the numerous setbacks endured by the army and the life of a soldier in wartime.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière, docteur ès Lettres et chercheur à l’IHRIM CNRS 5317, travaille sur les ouvrages de pédagogie chorégraphique et les traités moralistes relatifs à la danse du XVIe siècle. Elle est également spécialiste d’Antonius Arena sur lequel elle a fait de nombreuses conférences et publié deux ouvrages ainsi qu’une vingtaine d’articles. Elle a souhaité traduire la Meygra Entrepriza pour tirer de l’oubli cette œuvre trop souvent décriée par la critique et ignorée des historiens.

Bernard Palissy Artisan des réformes entre art, science et foi

Juliette Ferdinand, Bernard Palissy Artisan des réformes entre art, science et foi, Berlin, De Gruyter, 2019.

In his grotto and garden concepts, Bernard Palissy (1510–1590) developed the veristic “style rustique”. It reflects the upheavals that transformed RenaissanceEurope, particularly in the fields of religion and science. Juliette Ferdinand addresses all of Palissy’s areas of interest, including ceramics, garden art, and natural philosophy. She sheds light on his demand for a reform of science and religion that should be guided by a return to the origins of nature and scripture. Beyond the astonishment that their appearance still arouses in the viewer, it isthe complexity and richness of an era that the “rustic figulines” testify to.

 

Les contes et discours d’Eutrapel

Noël Du Fail, Les Contes et Discours d’Eutrapel, édition de Marie-Claire Thomine, Paris, Classiques Garnier, collection “Textes de la Renaissance”, n°225, 2019. 

 

Résumé: Dans les Contes et Discours d’Eutrapel (1585), Noël Du Fail met à nouveau en scène le trio des Baliverneries (1548) mais l’ouvrage de la maturité a gagné en profondeur. Les récits comiques alternent avec des réflexions morales sur les sujets du temps : justice, rapports humains, maladie, politique.

Année ronsardienne, 2

L’ Année  ronsardiennne, revue dirigée par François Rouget, 2020, n° 2.

Benedikte Andersson ; Les serments de Ronsard.

Adeline Lionetto : «   Batir sus  l’incertain du sable ».  Le songe dans les Amours (1553) de Pierre de Ronsard.

François Cornilliat : «   Amour est sans milieu ».  Sur le jeu des extrêmes dans les Sonets pour Helene.

Nicolas Lombart : La poésie  contre  l’injure.  La fama ronsardienne face à la violence verbale protestante.

John Nassichuk : Ronsard et le discours poétique actuel sur  l’exécution  de Baptiste Sapin. Les vers 711-732  de la Remonstrance au peuple de France.

Denis Bjaï : Une Franciade berrichonne.  Jacques Guillot  continuateur de Ronsard.

Melissa Yinger : Narcissisme poétique et Écho-critique  dans la poésie de Pierre de Ronsard.

Cathy Yandell : Ronsard et le corps homérique.  Une génuflexion devant  l’humanisme.

Emma Fayard : La rhétorique de  l’expansion dans les Odes.  L’exemple de  l’« Avantvenue du Printemps ».

François Rouget : Ronsard et la mutation des formes.  Vers  l’effacement des  contours de la strophe lyrique.

GLANES RONSARDIENNES

François Rouget : Ronsard est-il  l’auteur de la Translation de  l’original latin  de la fondation du prieuré de Saint-Cosme ?

RONSARDIANA

Ronsard chez les bibliophiles. F. Chouayne, G. Mainssonnat, H. Beraldi et Les Œuvres (François Rouget).

Pour télécharger le bon de commande, cliquer ici.

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps (éd. V. Ferrer)

Agrippa d’Aubigné, Le Printemps

éd. Véronique Ferrer, Genève,

Droz, collection “Texte courant”, 2020.

 

La puissance fulgurante des Tragiques a longtemps éclipsé l’étrange beauté du Printemps. Maintenu sous le boisseau jusqu’au XIXe siècle, condamné depuis à des publications tronquées, le grand recueil profane d’Agrippa d’Aubigné a souffert d’une histoire éditoriale parcellaire autant que de la trop forte personnalité de son puîné. Pourtant, Le Printemps procède d’un épisode cardinal de la vie de l’auteur : sa brève histoire d’amour avec Diane Salviati (1571-1573) consacre son avènement poétique en lui donnant l’opportunité de prendre rang dans une tradition lyrique où il s’impose avec son style à rebours, entre rage et mignardise, fureur et ingéniosité, tragique et satire. Comme le Canzoniere de Pétrarque, Le Printemps accompagne la vie du poète, dont il enregistre les secousses et les changements : jusqu’à sa mort, il écrit, réécrit, complète et corrige ses pièces profanes qu’il envisage sur le tard de rassembler en recueil sans pouvoir mener à terme son projet.

À partir des manuscrits conservés à Genève, cette édition de poche propose une hypothèse herméneutique, dûment étayée, qui permet pour la première fois d’embrasser la production amoureuse d’Agrippa d’Aubigné et d’apprécier son insolente variété. Conformément aux principes de la collection, elle met à la disposition du lecteur deux versions du texte : à droite, le poème restitué dans son orthographe d’origine et sans ponctuation ; à gauche, les vers modernisés et ponctués.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements
Avertissement
Introduction
Note sur la présente édition
Bibliographie

LE PRINTEMPS D’AGRIPPA D’AUBIGNÉ
Préface
Hécatombe à Diane
Stances
Odes
Mélanges

Annexes
Annexe 1 : Poèmes attribués à A. d’Aubigné dans l’Album de poésies de Marguerite de Valois
Annexe 2 : Table autographe du Printemps – T 159
Annexe 3 : Liste des poèmes du manuscrit T 159
Annexe 4 : Tableaux métriques

Appendices
Appendices 1-4 : Table autographe du Printemps
Appendice 5 : Main 1
Appendice 6 : Main 2
Appendice 7 : Main 3
Appendice 8 : Main 4
Appendice 9 : Mains 5 et 6
Appendice 10 : Main 7
Appendice 11 : Main 8
Appendice 12 : Main de Constant d’Aubigné
Appendice 13 : Main de l’Album de Marguerite de Valois

Glossaire
Index nominum
Table alphabétique des incipit
Table classée des incipit

Œuvres (1560) – Les Amours (tome 1)

Pierre de Ronsard, Œuvres (1560), Les Amours (tome 1), Paris, édition de François Rouget, Hermann, 2019.

Depuis la publication de la première édition critique procurée par Prosper Blanchemain (1857-1867), les Oeuvres (1560) de Pierre de Ronsard n’ont plus fait l’objet d’une édition savante. L’importance de cette première édition collective est connue. Sa valeur de bilan (résumant la poétique de la « Pléiade ») et son originalité (son architecture en quatre volets) justifient aujourd’hui l’entreprise de réédition. Le tome I des Amours, en deux livres, réunit pour la première fois presque toutes les pièces amoureuses que Ronsard avait composées depuis 1547, et offre le commentaire inédit de Remy Belleau sur le livre II. La présente édition invite le lecteur à relire les Amours dans la version remaniée du texte en 1560, assortie des commentaires de Marc-Antoine de Muret et Remy Belleau, et d’un apparat critique substantiel qui tient compte des récentes avancées de la recherche.

Itinéraires du livre italien à la Renaissance

Itinéraires du livre italien à la Renaissance, Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège, Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.), Paris, Classiques Garnier, Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance, 2019.

 

ISBN: 978-2-406-08556-0

DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Lemaire de Belges, Homère Belgeois

Adeline Desbois-Ientile, Lemaire de Belges, Homère Belgeois, le mythe troyen à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, Bibliothèque de la Renaissance, 2019.

Homère belgeois selon Marot, Lemaire de Belges affiche dans ses Illustrations de Gaule et singularitez de Troie une ambition historique tout en recourant à la fable mythologique. Cette tension fait de l’œuvre un observatoire, et une chambre d’écho, de l’écriture du mythe troyen à la Renaissance.

Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés

Le Verger de Cornucopia consacre son numéro d’automne au thème “Les très riches heures de la chorégraphie au XVIe siècle : regards croisés”. Ce numéro constitue les actes d’un colloque, organisé à l’hôtel de Lauzun et en Sorbonne par Gautier Amiel, Luisa Capodieci, Adeline Lionetto et Marie-Joëlle Louison-Lassablière en avril 2019, et grâce au soutien de l’ED 3, du CELLF (Sorbonne Université), de l’IRHIM (Université de Saint-Etienne) et du centre de recherche HiCSA (Université Panthéon-Sorbonne).

Sommaire du numéro :

Introduction de Gautier Amiel et Adeline Lionetto : La danse de la Renaissance, un art trop éphémère pour être traduit et mis en livre ?

Le regard pédagogique ou l’enseignement de la danse

Marie Raulier : Sur le bon pied : rhétorique des premiers traités français de danse et d’équitation.

Marie-Joëlle Louison-Lassablière : Antonius Arena ou l’œil du maître.

Mathieu Ferrand : Danse et théâtre dans l’université parisienne au début du XVIe siècle. Autour de Joannes Ravisius Textor.

Concetta Cavallini : Le lexique de la danse entre Italie et France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Réflexions et pistes d’analyse.

La danse vue par les musiciens

Cecilia Nocilli : De arte saltandi et choreas ducendi / De la arte di ballare et danzare (1454-55 ca.) di Domenico da Piacenza : composizione e ricezione.

Stéphane Partiot : Titres et timbres à danser dans les recueils de chansons de Bonfons et Rigaud (1548-1601).

Luc Vallat : Mêler pour mieux vendre : les Six Gaillardes et six Pauanes avec Treze chãsons musicales parues chez Attaingnant.

La danse de la Renaissance vue par la postérité

Bénédicte Jarrasse : La danse du XVIe siècle au prisme de l’historiographie des XVIIIe et XIXe siècles.

Béatrice Pfister : Le livret du Ballet Comique de la Reine, ‘ce petit monument’ : enjeux du regard du lecteur à travers les siècles.

Le regard du censeur

Samuel Cuisinier-Delorme : Regards de censeurs sur la danse et le danseur dans quelques traités moraux de la Renaissance anglaise.

Matteo Leta : ‘Car où sont ces sauts et danses lascives, là aussi est le diable’ : sorciers et démons dansants à la Renaissance.

Le regard technique du chorégraphe et du danseur

Christine Grimaldi (Chorégraphe, Compagnie Christine Grimaldi et ateliers du ‘Tracervatoire’) : Des “danses de papier” aux “danses dans les pieds” : retour sur le spectacle chorégraphique d’avril 2019 (Hôtel de Lauzun, Paris).

Varia

Frank Lestringant : Perpetuum mobile…

La Maison des Chevaliers Une demeure dans son histoire à Viviers de Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin ET MARTINE VASSELIN

 

Parution mai 2019.

Yves Esquieu (dir.), Christian Trézin et Martine Vasselin, archéologues et historiens de l’art, réalisent avec cet ouvrage une synthèse des connaissances sur la Maison des Chevaliers,
située sur la rive droite du Rhône, dans la ville épiscopale de Viviers, en Ardèche.
Exceptionnelle, cette maison urbaine l’est en tous points depuis les travaux entrepris au XVIe siècle par un personnage hors norme, Noël Albert. Sa maison présente un riche décor sculpté
en façade qui la place parmi les exemples précurseurs de l’architecture Renaissance, prenant modèle sur les plus grands châteaux de la proche région du Tricastin.
Les auteurs nous emmènent à la découverte d’une maison et de son propriétaire, et à travers eux, dans des histoires  rocambolesques de chevaliers.

Lien vers le site de l’éditeur.

 

 

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle) Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.)

Langues hybrides: expérimentations linguistiques et littéraires (XVe-début XVIIe siècle), Hybridsprachen: Linguistische und literarische Untersuchungen (15.−Anfang 17. Jh.), coordination éditoriale de Anne-Pascale POUEY-MOUNOU, Paul J. SMITH, Genève, Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, De lingua et linguis VI, 2019.

Au cœur des contextes plurilingues et de l’effervescence linguistique de la période allant du XVe au début du XVIIe siècle, la langue d’art jouit d’un statut à part. Déployée aux extrêmes limites de la langue d’usage, remarquable par les rapports comme par l’écart qu’elle entretient à son égard, la langue d’art met en scène les rencontres et les mélanges linguistiques, les réélabore et les sublime dans un multilinguisme expérimental ; façonnée au contact des parlers réels et soucieuse d’« illustration », elle témoigne à la fois d’une vive conscience linguistique et d’une revendication esthétique. Le présent volume s’efforce de l’appréhender en tant que « laboratoire » des langues vernaculaires, dans ses contextes d’apparition et dans ses interactions avec l’usage. Ce faisant, il interroge les limites de nos connaissances sur les langages parlés et nos préjugés sur la valeur documentaire des textes, les hiérarchies et les codes de référence implicites, et tente à partir de là d’esquisser des pistes méthodologiques pour analyser ces corpus qui résistent aux approches tant sociolinguistiques, qu’historiques et littéraires. À travers de nombreuses études de cas, il en considère ainsi les manifestations, les modes de réalisation, les intentions et les enjeux, débouchant sur une poétique des genres (théâtre et satire) et de corpus représentatifs (langues artificielles, imitations et traductions), dans de véritables recréations linguistiques.

Im Klima der Vielsprachigkeit und des Sprachenthusiasmus, das sich vom 15. bis zum Beginn des 17. Jahrhunderts entwickelte, spielten Kunstsprachen eine besondere Rolle. Am äußersten Rand des Sprachgebrauchs angesiedelt stehen sie zu diesem in einem ausgeprägten Spannungsverhältnis von Abgrenzung und Wechselwirkung. Kunstsprachen inszenieren die Konfrontationen und Vermischungen der Alltagssprachen, aktualisieren und sublimieren sie in einer experimentellen Mehrsprachigkeit. Weil Kunstsprachen vom Kontakt mit den sprachlichen Wirklichkeiten geprägt sind und nach einem neuen Prestige streben, spiegeln sich in ihnen ein lebendiges Sprachbewusstsein und ein ästhetischer Anspruch gleichermaßen. Der vorliegende Band schlägt vor, Kunstsprache als „Laboratorium“ der Volkssprachen in ihren Entstehungskontexten und in ihrer Interaktion mit dem Sprachgebrauch zu verstehen. Mit dieser Herangehensweise werden die Grenzen unseres Wissens über gesprochene Sprache sowie über den dokumentarischen Wert von Texten neu hinterfragt, und auch ihre Hierarchien und impliziten Referenzcodes. Auf diese Weise werden neue methodische Zugänge zu Korpora vorgeschlagen, die sich soziolinguistischen ebenso wie historischen und literarischen Annäherungen entziehen. Vermittels der im Band versammelten Fallstudien werden ihre Erscheinungsformen, ihre Realisationsmodi, ihre Absichten ___ und ihre Tücken untersucht. Daraus entsteht eine Poetik der Gattungen (Theater und Satire) und repräsentativer Korpora (künstliche Sprache, Imitationen und Übersetzungen), die im Wortsinn als sprachliche Neuschöpfungen zu verstehen sind.

Table des matières

Avant-propos – Vorwort (Elsa Kammerer, Jan-Dirk Müller)
Introduction (Anne-Pascale Pouey-Mounou, Paul J. Smith)

I – Du plurilinguisme au multilinguisme : cadres généraux / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Rahmenskizze
L’hybridité foncière du vernaculaire ou le français plurilingue (1300- 1600) (Jelle Koopmans)
Expérimentations littéraires, hybridation linguistique et conscience des langues au XVIe siècle (Martine Furno)
Typologie de l’hybridisme linguistique dans la littérature italienne entre le XVe et le XVIe siècle (Ivano Paccagnella)
Du polifilo aux Macaronee, deux façons de fondre langues vulgaires et latin (Mario Pozzi)

II – Du plurilinguisme au multilinguisme : études de cas / Vom Plurilinguismus zum Multilinguismus : Fallstudien
A propos de processus d’hybridation linguistique : du « fastidìo » de Carvajal
aux « variis linguis » de Torres Naharro (Anne-Marie Lievens)
L’invention de l’« hispano-latin » : un cas d’hybridation linguistique (Roland Béhar)
Deux langues hybrides à la cour de Henri III : le messeresque et le gratia- nesque (Jean Balsamo)
Comme le beurre au soleil. Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde (1540- 1598) face aux mouvements d’hybridation et de purification aux Pays-Bas multilingues (Alisa van de Haar)
L’hybridité érudite des poèmes de circonstance scaldiques et anglo-saxons modernes (Sophie van Romburgh)

III – Poétique des genres : le théâtre et la satire / Gattungspoetik : Theater und Satire
Il vespro delle voci. Langues hybrides sur la scène vénitienne de la Renais- sance (Piermario Vescovo)
Langues sur scène – et ce qu’elles communiquent (1450-1550) (Jelle Koopmans)
Caprices linguistiques dans la satire hybride : Ulrich von Hutten, Crotus Rubeanus, Théodore de Bèze (Jeltine Ledegang-Keegstra)
La tradition macaronique dans l’Anti-Choppin de Jean Hotman (Carole Primot)
Du macaronique au « maccaronesque » : la première traduction française du Baldus de Folengo (Carole Primot)
Harangues en langues hybrides : la rhétorique confrontée au mélange des langues (Claudine Nédelec)

IV – Rabelais et Fischart / Rabelais und Fischart
Rabelais et le mélange des hybrides (Anne-Pascale Pouey-Mounou)
Languegoth et français mêlé chez Rabelais (Marie-Luce Demonet)
Enthousiasme, fureur et ergeysterung. Une nouvelle hypothèse d’interprétation du Glucktratrara de Johann Fischart (1575-1590) (Elsa Kammerer)
Sprachhybridisierung und Mythensynkretismus in Johann Fischarts Geschicht- klitterung. Versuch über die Pantagruelische Vorsagung (Tobias Bulang)
Sprachspiel, Sprachenvielfalt und Hybridisierung in Johann Fischarts Geschichtklitterung (Beate Kellner)