Archives de catégorie : Publications

Roman et secret Essai sur la lecture à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles)

Guiomar Hautcoeur, Roman et secret Essai sur la lecture à l’époque moderne (XVIeXVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, Perspectives comparatistes, n° 60, 2019.

Résumé: Pourquoi les lecteurs ont-ils abandonné la lecture d’Amadis de Gaule, L’Astrée ou Clélie alors qu’ils sont attachés aux romans de Cervantès, Madame de Lafayette, Prévost ou Diderot ? Cet ouvrage répond à cette question en adoptant le point de vue des lecteurs passionnés pour les secrets des fictions romanesques.

Formes de la relation à Dieu aux xvie et xviie siècles

Déglise (Catherine), Germain-De Franceschi (Anne-Sophie), Formes de la relation à Dieu aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance européenne, n° 101, 2019.

Contributeurs: Déglise (Catherine), Duru (Audrey), Germain-De Franceschi (Anne-Sophie), Giard (Luce), Gomez-Géraud (Marie-Christine), Lagrée (Marie-Clarté), Mantero (Anne), Michon (Hélène), Porcheron (Marie-Domitille), Usher (Phillip John)

Résumé: Je sous le regard de Dieu : la formule renvoie à la quête spirituelle et invite à considérer le fidèle face au divin, au moment même où celui-ci se tourne vers ce qui l’excède et le dépasse. Comment saisir et nommer cet être qui se dérobe et qui cherche la stabilité dans ce regard divin ?

Télécharger la table des matières.

Arts de poésie et traités du vers français (fin xvie-xviie siècles) Langue, poème, société

Cernogora (Nadia), Mortgat-Longuet (Emmanuelle), Peureux (Guillaume), Arts de poésie et traités du vers français (fin XVIeXVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, Rencontres, n° 370, 2019.

  • Contributeurs: Biedma (Sabine), Billy (Dominique), Bury (Emmanuel), Cernogora (Nadia), Couffignal (Gilles), Debailly (Pascal), Génetiot (Alain), Lombart (Nicolas), Luciani (Isabelle), Magnien (Michel), Monferran (Jean-Charles), Morin (Yves Charles), Mortgat-Longuet (Emmanuelle), Peureux (Guillaume), Pouey-Mounou (Anne-Pascale), Reguig (Delphine), Tonolo (Sophie)

Résumé: De la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, la tradition de l’art de poésie française se renouvelle, centrée sur l’art de versifier et la réflexion sur la langue. Les études rassemblées ici interrogent les cadres et les enjeux de ces traités, éclairent leurs tensions entre norme, usages et goût.

Télécharger la table des matières.

Poètes et pédagogues de la Réforme catholique

Agnès Passot-Mannooretonil, Poètes et pédagogues de la Réforme catholique, Paris, Classiques Garnier,  Bibliothèque de la Renaissance, n°21, 2019.  64 euros.

Résumé: Les réformes du début du XVIe siècle ont entraîné un renouvellement de la littérature spirituelle. Cloîtres et cours s’échangent des textes d’où ressort un même goût pour une dévotion pénitentielle et sensible, fidèle aux modèles médiévaux, mais préfigurant déjà une authentique poésie religieuse.

Télécharger la table des matières :  poetes-et-pedagogues-de-la-reforme-catholique-table-des-matieres (1).

CHACUN SON HORACE Appropriations et adaptations du modèle horatien en Europe (XVe-XVIIe siècles). Sous la direction de N. Dauvois, M. Jourde et J.-C. Monferran

 

Vient de paraître.

La réception des auteurs classiques est toujours multiple. Elle donne lieu à des lectures diversifiées et à des usages éditoriaux distincts. Cette pluralité des lectures vaut peut-être plus encore pour Horace. C’est qu’à la différence de Virgile qui n’était pas théoricien ou d’Aristote qui n’était pas poète, Horace offre à la fois une théorie et une pratique, et celles-ci cultivent l’ambiguïté, sinon la contradiction. C’est aussi sans doute qu’Horace est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété, à la différence et au droit de l’appropriation. C’est enfin peut-être que ses textes permettent, loin de tout système et par morceaux épars, de mettre au premier plan des questions essentielles, littéraires, linguistiques et sociales, sur l’autorité de l’usage, la portée de l’innovation, la relation au modèle, questions qui ne cessent d’occuper la première Modernité.

Aussi selon les milieux, les options poétiques, les générations, chacun s’accapare Horace et s’en réclame, l’accommode à ses propres idées, la plasticité du texte horatien permettant ces adaptations concurrentes ou successives. Dans l’Europe du début de l’époque moderne, parmi les commentateurs ou les poètes humanistes, les praticiens et les théoriciens des différents vernaculaires, chacun a « son » Horace, lyrique ou satirique, grave ou comique, chantre de la propriété ou du langage figuré, pourvoyeur de concepts ou bien de modèles d’écriture, qu’il lit à sa guise et parfois (souvent) contre d’autres.

Issues pour la plupart du colloque organisé à l’Université Sorbonne-Nouvelle/Paris 3 les 11 et 12 juin 2015, les dix-sept études réunies dans ce volume examinent certains des débats et des conflits suscités par Horace et ses textes, ou certaines appropriations de son modèle. Elles viennent clore à leur manière les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Bulletin de la Société internationale des amis de Montaigne 2018 – 2, n° 68 varia

Vient de paraître.

Directeur d’ouvrage: Couturas (Claire)

Contributeurs: Andrieux (Armelle)Bettoni (Anna)Cappa (Carlo)Carbone (Raffaele)Cavallini (Concetta)Cordiner (Valerio)Devincenzo (Giovanna)Montaleone (Carlo)Panichi (Nicola)Ragghianti (Renzo)Sgattoni (Marco)

 

https://classiques-garnier.com/bulletin-de-la-societe-internationale-des-amis-de-montaigne-2018-2-n-68-varia.html

L’Année rabelaisienne 2019, n° 3

Vient de paraître.

Contributeurs: Arsenault (Christine)Berthon (Guillaume)Bistagne (Florence)Cappellen (Raphaël)Céard (Jean)Cooper (Richard)Desbois-Ientile (Adeline)Firmin (Gilles)Frei (Peter)Giordani (Françoise)Guerrier (Olivier)Halévy (Olivier)Halpern (Anne-Élisabeth)Huchon (Mireille)La Charité (Claude)Le Cadet (Nicolas)Lebreton (Julien Ludovic)Lestringant (Frank)Lorandini (Francesca)Manca (Valentina)Marrache-Gouraud (Myriam)Menini (Romain)Monfort (Marie-Laure)Ozwald (Thierry)Pédeflous (Olivier)Polizzi (Gilles)Pouey-Mounou (Anne-Pascale)Roy (Pierre-Emmanuel)Séguin-Brault (Olivier)Ternaux (Jean-Claude)Triantafyllou (Angelos)Urbani (Bernard)

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

 

 

 

Jean Calvin, Praelectiones in Lamentationes Jeremiae / Leçons sur les Lamentations de Jérémie Édité par Max ENGAMMARE, Nicole GUEUNIER, Traduit par Charles de JONVILLER

Vient de paraître.

Après les 193 leçons sur le livre du prophète Jérémie (cf. Calvini opera denuo recognita, Series Exegetica 6a et 6b, 2016), Calvin paracheva son explication du prophète avec dix-huit leçons sur les Lamentationes de septembre 1562 à janvier 1563. Les Lamentations s’inscrivent dans l’une des traditions poétiques des qînoth, les complaintes qui concernent le gouvernement politique. Calvin s’attache à en donner une interprétation morale et actualisante. Les sources et les principes exégétiques du Réformateur restent les mêmes, mais la double introduction, au texte latin et au texte français, les rappelle. L’édition est en effet juxtalinéaire avec en vis-à-vis la traduction modernisée et commentée de Charles de Jonviller. Deux index des noms de personnes et des citations bibliques complètent l’édition.

https://www.droz.org/fr/6955-9782600059176.html

Élodie Bénard, Les vies d’écrivains (1550-1750) Contribution à une archéologie du genre biographique

Vient de paraître.

Entre la Vie de Ronsard, dont la première version parut en 1586, et l’Éloge de Molière dû à Chamfort en 1769, se développe un genre qui prend son autonomie par rapport à la tradition des Vies d’hommes illustres issue de l’Antiquité : la Vie d’écrivain. Élodie Bénard distingue trois périodes dans l’évolution du genre : la période rhétorique – lorsque le genre était lié à la tradition de l’éloge –, la période mondaine – où la Vie d’écrivain se détache de celle d’homme de lettres –, et la période historique, avec son nouvel impératif de véridicité combiné au goût croissant pour l’anecdote et le secret – les anecdotes prétendant révéler les secrets.
Le présent ouvrage offre ainsi une étude puissante et neuve des caractéristiques des Vies d’écrivains et de leur évolution du XVIe au XVIIIe siècle, en même temps qu’une réflexion approfondie sur la façon dont s’est constituée l’histoire littéraire au moment où elle a commencé à prendre conscience d’elle-même.

https://www.droz.org/fr/6960-9782600058957.html

Villes à la croisée des langues (XVIe-XVIIe siècles). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme Städte im Schnittpunkt der Sprachen (16.-17. Jahrhundert). Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo Coordination éditoriale de Roland BÉHAR, Mercedes BLANCO, Jochen HAFNER

La pluralité des langues dans ses diverses facettes – individuelle (plurilinguisme) ou sociale (multilinguisme), ancrée dans les institutions ou pratiquée spontanément –, loin de dater d’aujourd’hui, est un phénomène omniprésent dans les sociétés anciennes. Les villes jouèrent un rôle primordial dans le développement des pratiques de coexistence, et parmi elles dans les relations d’interaction, de voisinage mais aussi d’antagonisme entre les langues. L’ouvrage examine des formes de pluralité linguistique dans cinq villes européennes : Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme. Ces lieux se prêtent spécialement à une étude du multilinguisme du point de vue linguistique, littéraire et historique, pour des raisons qui tiennent à leur situation géographique, à leur importance marchande ou culturelle, à leur personnalité politique, à leur diversité institutionnelle, bref, aux spécificités de leur histoire. À cet égard, ce volume de la série De lingua et linguis dédié à la ville comme espace de communication illustre de manière significative les dynamiques de ces situations linguistiques au début de l’Epoque Moderne. 

Mehrsprachigkeit in ihren verschiedenen Ausprägungen – individuell (Plurilinguismus) oder gesellschaftlich (Multilinguismus) bedingt, institutionell verankert oder spontan praktiziert – ist nicht nur ein Phänomen heutiger Gesellschaften, sondern war auch in früheren Zeiten Alltag. Städte spielten dabei stets eine wichtige Rolle für die Praxen der Koexistenz, für das Miteinander, Nebeneinander aber auch Gegeneinander von Sprachen. Der Band will Formen von sprachlicher Pluralität in der Frühen Neuzeit in fünf europäischen Städten: Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo darstellen. Orte, die aufgrund der geographischen Lage, merkantilen oder kulturellen Bedeutung, politischen Prägung, institutionellen Vielfalt, Bevölkerungsstruktur, kurz: ihrer spezifischen Geschichte für eine sprach-, literatur- und kulturhistorische Untersuchung von Mehrsprachigkeit besonders geeignet sind. Insofern kann dieser Band der Reihe De lingua et linguis zur Stadt als Kommunikationsraum die Dynamiken dieser Sprachsituationen in der Frühen Neuzeit aufzeigen.

https://www.droz.org/fr/6660-9782600058094.html

Jules-César Scaliger, Des causes de la langue latine/De Causis Linguae Latinae Lyon, 1540. Tome premier: Introduction, texte latin, notes critiques, index, bibliographie / Tome II: Traduction annotée Édité par Geneviève CLERICO, Bernard COLOMBAT, Pierre LARDET 2 volumes

Le De causis linguae Latinae (1540) de Jules-César Scaliger constitue un maillon essentiel dans l’histoire de la grammaire latine et plus généralement dans l’histoire des théories linguistiques. Il ne s’agit pourtant pas d’une grammaire latine au sens habituel du terme, avec ses règles et ses paradigmes, mais d’une réflexion philosophique sur les fondements de la langue latine, et même sur les fondements du langage en général. Les treize livres, de taille inégale, comportent une phonétique (livres 1 et 2), l’examen du mot (dictio, livre 3) et de ses classes (livres 4 à 11), avant de traiter des figures de construction (livre 12), de l’étymologie et de l’analogie (livre 13).

La présente édition propose, dans le premier volume : une introduction (en deux parties : « Scaliger, philosophe des savoirs du langage et des langues », par P. Lardet ; « le De causis dans l’histoire des idées linguistiques », par G. Clerico et B. Colombat) ; le texte latin ; des notes critiques ; neuf index ; une bibliographie de plus de 600 titres. Le second volume comporte l’ensemble de la traduction avec une abondante annotation qui replace le De causis dans le contexte de son élaboration et de sa rédaction. 

https://www.droz.org/fr/6655-9782600058506.html

Lancelot Voisin de La Popelinière, L’Histoire de France Tome III (1561-1562) Édité par Paul-Alexis MELLET, Odette TURIAS, Directeur éditorial Denise TURREL

Ce troisième tome de L’Histoire de France de La Popelinière, parue en 1581, est centré sur deux années cruciales, 1561 et 1562, qui voient le déclenchement des guerres de Religion. Il fait le récit des principaux événements de l’avènement de Charles IX jusqu’à l’automne 1562 : les Etats généraux et le colloque de Poissy, l’édit de Janvier, le « meurtre » de Wassy, les déclarations du prince de Condé et ses négociations avec les princes allemands, l’engagement puis les hésitations de la noblesse réformée, et s’attarde sur quelques épisodes de la première guerre civile (particulièrement Angers et Toulouse). Hors de France, il s’intéresse aussi à la résistance armée des vaudois du Piémont contre le duc de Savoie, et décrit la « république des Suisses ». Les notes critiques s’attachent principalement, comme dans les volumes précédents, à retrouver les sources utilisées et à éclairer le travail de recomposition et de neutralisation de l’historien sur ses sources.

https://www.droz.org/fr/6662-9782600059039.html

Sébastien Castellion, Conseil à la France désolée, Édité par Florence ALAZARD, Stéphan GEONGET, Laurent GERBIER, Paul-Alexis MELLET, Romain MENINI

En 1562, Sébastien Castellion (1515-1563) publie le Conseil à la France désolée dans un contexte dramatique. Le conflit qui l’oppose à Calvin depuis l’exécution de Michel Servet dix ans plus tôt n’a cessé de s’envenimer, et Castellion voit désormais la France sombrer dans les guerres de religion : c’est à cette France « désolée » par les affrontements religieux qu’il adresse le Conseil, ultime tentative pour préserver les conditions de la paix. A l’instar d’Etienne Pasquier dans son Exhortation aux princes et seigneurs du conseil privé du Roy paru l’année précédente, Castellion prend clairement parti contre le « forcement de consciences » dont il montre à la fois l’impossibilité morale, l’illégitimité religieuse et l’inefficacité politique. Apostrophant ensemble les catholiques et les protestants, l’homme du commun et le prince, Castellion interroge la définition même de l’hérétique et forme le vœu qu’aucun homme ne puisse être mis à mort au motif qu’il s’écarte des croyances communes.

https://www.droz.org/fr/6530-9782600058353.html

Hébraïsant chrétiens en France au XVIe siècle, coordination éditoriale de Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher

Vient de paraître.

Le siècle de l’humanisme, le xvie siècle, est celui du développement des études hébraïques dans plusieurs pays d’Europe occidentale, en dehors même des communautés juives. Stimulés par les progrès faits en Allemagne, en Italie ou en Espagne (Johannes Reuchlin, Agostino Giustiniani, Agazio Guidacerio jouent un rôle fondamental à cet égard), plusieurs savants français se mettent à l’étude de l’hébreu ; leurs efforts sont concrétisés par la création des Lecteurs royaux (futur Collège de France), avec deux chaires d’hébreu et une chaire d’études orientales. Pendant tout le xvie siècle sont rédigés des instruments de travail : grammaires, alphabets, dictionnaires et, avec ou sans traduction latine (notamment à Paris et à Lyon), des textes bibliques et rabbiniques. Le recours aux commentaires en hébreu (Rashi, Abraham Ibn ‘Ezra, David Qimḥi) apparaît alors indispensable aux yeux de nombreux exégètes chrétiens. La littérature kabbalistique est l’objet d’un engouement de la part de certains savants, attirés par les spéculations arithmologiques ou par un certain ésotérisme ; mais certains y voient également un moyen d’approfondir le message de l’Ancien Testament et d’asseoir certains dogmes du christianisme.
Le présent ouvrage présente cette riche matière, en étudiant les moyens et les méthodes d’enseignement et de diffusion de l’hébreu et en examinant le travail des hébraïsants. Il convient de souligner l’influence, directe ou non, de ces études (en particulier kabbalistiques) sur la littérature française du xvie siècle.

https://www.droz.org/fr/6647-9782600058582.html

Philippe de Mézières, Oratio Tragedica, édité et traduit par Joël Blanchard et Antoine Calvet.

Vient de paraître.

L’Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l’époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389-1390). Cette véritable « dramaturgie de l’âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu’il fut le conseiller ou l’interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l’Oratio s’inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d’atteindre par là la double ambition de faire œuvre sainte d’écrivain et d’accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.
Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l’Oratio tragedica, longtemps attendue.

https://www.droz.org/fr/6936-9782600059473.html