Archives de catégorie : Publications

Sculpture in Print, 1480-1600

Sculpture in Print, 1480-1600

 

Anne Bloemacher, Mandy Richter, Marzia Faietti (éd.)

 

Sculpture in Print, 1480–1600 is the first in-depth study dedicated to the intriguing history of the translation of statues and reliefs into print. The multitude of engravings, woodcuts and etchings show a highly creative handling of the ‘original’ antique or contemporary work of art. The essays in this volume reflect these various approaches to and challenges of translating sculpture in print. They analyze foremost the beginnings of the phenomenon in Italian and Northern Renaissance prints and they highlight by means of case studies amongst many other topics the interrelated terminology between sculpture and print, lost models in print, the inventive handling of fragments, as well as the transformation of statues into narrative contexts.

Table des matières vers le site de l’éditeur, Brill.

La lettre de l’estampe. Les formes de l’écrit et ses fonctions dans la gravure européenne au xvie s

La lettre de l’estampe.

Les formes de l’écrit et ses fonctions

dans la gravure européenne au xvie siècle

 

Marianne Grivel, Emmanuel Lurin (éd.)

 

Mots, titres, légendes, descriptions et commentaires, vivantes adresses des marchands d’estampes à leurs « heureux » clients. Signatures d’artistes, marques commerciales, utiles privilèges et nobles dédicaces. Lettres en langue latine, française, allemande, italienne, lettres polyglottes sur des images pieuses destinées à l’exportation. Ecritures cursives ou typographiques, beaux caractères formés par la main experte d’un graveur en lettres, textes calligraphiés dont les ornements magnifient les planches. Des inscriptions tantôt discrètes, tantôt ostentatoires, dont les signes peuvent être incorporés au dessin, gravés au plus près des figures, mais aussi isolés dans des cadres, ou encore rejetés à la marge, le plus souvent sous l’image. Des écritures que l’on remarque, que l’on suit du regard, que l’on découvre parfois cachées dans un détail de la composition, des phrases que nul n’est obligé de lire, mais qui nous interpellent depuis le dessin et dont la lecture peut modifier notre appréciation d’une planche. Et si la gravure était aussi une affaire de mots ? Et si l’histoire de l’estampe pouvait être abordée sous l’angle des écritures qui encadrent, ponctuent ou même traversent le champ habituellement clos de la représentation ?

 

Liste des contributeurs :

Alessia ALBERTI, Castello Sforzesco, Milano

Mathilde BERT, Université catholique de Louvain

Nastasia GALLIAN, Sorbonne Université

Marianne GRIVEL, Sorbonne Université

Flora HERBERT, Sorbonne Université

Alexandra KOCSIS, Hungarian National Gallery, Budapest

Estelle LEUTRAT, Université Rennes-II

Emmanuel LURIN, Sorbonne Université

Anne-Katrin SORS, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen

Loretta VANDI, Scuola del Libro, Urbino

 

Sommaire vers le site de l’éditeur, Peter Lang.

La fortune dans l’écriture de l’histoire (1560-1600)

À hauteur humaine

La fortune dans l’écriture de l’histoire

(1560-1600)

Alicia Viaud

 

Dans les dernières décennies du XVIe siècle, s’épanouit une histoire « à hauteur humaine », par l’objet qu’elle se donne – l’ensemble de ce qui est relatif aux femmes et aux hommes du passé – et par les limites qu’elle se fixe – les capacités humaines d’intelligence du monde. La fortune, à la fois lieu commun et objet polémique, contribue au développement de cette pratique d’écriture qui se veut séculière, quoiqu’elle prenne toujours en considération la volonté divine. Dans les livres d’historiens comme dans les Mémoires, toujours niée mais fréquemment mentionnée, elle est un outil contribuant à établir les structures logiques et temporelles des récits, leurs stratégies argumentatives, leur valeur édifiante ou pratique. Elle permet de penser l’adversité comme obstacle et comme limite aux entreprises humaines, de concevoir l’action entre calcul raisonnable et pari audacieux, ainsi que de s’approprier le passé, en conférant aux histoires singulières des caractéristiques communes.

Sommaire sur le site de l’éditeur (Droz).

 

La paix des Dames. 1529

La paix des Dames

1529

 

Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Nicolas Le Roux,

Pierre-Gilles Girault (éd.)

 

Parmi toutes les femmes qui ont exercé une fonction de pouvoir dans l’Europe de la Renaissance, Louise de Savoie, mère de François Ier, et Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint, sont parmi les plus célèbres. Le traité de paix qu’elles négocièrent ensemble à Cambrai en 1529, au nom de leurs fils et neveu, ne l’est pas moins.
Demeuré dans les mémoires comme la « paix des Dames », cet accord mit fin à la deuxième guerre que se livraient le roi de France et l’empereur. La rencontre – dominée par des figures féminines de premier plan – fut le théâtre d’intenses tractations entre la France d’une part, l’Empire, les Anciens Pays-Bas et les Espagnes de l’autre.
Ce livre étudie la négociation de paix en elle-même, le cérémonial qui l’a entourée et la façon dont l’accord a été rendu public et célébré. Au-delà, on comprend le rôle que les femmes jouent dans les processus de pacification. On entend, aussi, contribuer à l’histoire de la construction, de la représentation et de la mise en scène des pouvoirs, spécialement en ce qui concerne le pouvoir féminin.

Avec les contributions de :

Thalia Brero, Susan Broomhall, Juan M. Carretero, Jean-Marie Cauchies, Catherine Chédeau (†), Aubrée David-Chapy, Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Pierre-Gilles Girault, Jean-Paul Hoyois, Nana Kaku, Nicolas Le Roux, Virginie Leroux, Eva Pibiri, David Potter, Thierry Rentet, Antoine Rivault, Alain Servantie, Kathleen Wilson-Chevalier, Mary Beth Winn & Alexandra Zvereva.

Sommaire vers le site de l’éditeur, les Presses Universitaire François-Rabelais.

L’énigme Bayard. Une figure européenne de l’humanisme guerrier

L’énigme Bayard

Une figure européenne de l’humanisme guerrier

 

 

Benjamin Deruelle, Laurent Vissière (éd.)

 

Bayard, chevalier sans peur et sans reproche, demeure un personnage central de la mémoire européenne des premières Guerres d’Italie. Son histoire reste pourtant largement tributaire des deux biographies chevaleresques rédigées dans les années 1520 par Symphorien Champier et Jacques de Mailles dit le Loyal Serviteur. Ces œuvres ont fondé l’historiographie du gentil capitaine, qui s’est ensuite fossilisée dans les manuels scolaires de la IIIe République. Pierre du Terrail élevé au rang de dernier représentant de la chevalerie médiévale, y devint une grande figure de l’histoire nationale, aux côtés de Vercingétorix, Charlemagne et Jeanne d’Arc.
L’histoire et la mémoire du célèbre Dauphinois comportent cependant de nombreuses zones d’ombre, et bien des épisodes de sa vie, à commencer par l’adoubement du roi lors de la bataille de Marignan, suscitent encore débats et controverses.
Cet ouvrage propose de transcender la dimension nationale du personnage par une approche résolument européenne, car Bayard a été aussi célébré, et décrié parfois, en Italie, en Espagne, en Angleterre et dans l’Empire. Aux côtés de Gonzalve de Cordoue et de Jean de Médicis, il s’est imposé comme une figure de l’humanisme guerrier.

 

Avec les contributions de :

Florence Alazard, Joana Barreto, Philippe Contamine, Eduardo de Mesa, Jean-Bernard de Vaivre, Benjamin Deruelle , Hervé Drévillon, Séverin Duc, Stéphane Gal, Elsa Kammerer, Nicolas Le Roux, Nicolas Lecervoisier, Sylvie Leluc, Éric Montat, David Nicolas, David Potter, Olivier Renaudeau, Giovanni Ricci, Amable Sablon du Corail, Laurent Vissière & Martin Wrede.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur, les Presses Universitaires François-Rabelais.

Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Le regard de Machiavel

Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Sandro Landi

 

Le regard que Machiavel porte sur la réalité lui permet de voir des choses que ses contemporains ne voient pas, comme la nature des comportements collectifs, le caractère mental des liens politiques et religieux ou l’importance de l’opinion dans le gouvernement des États. Le fil conducteur de cette « biographie cognitive » est l’enquête de Machiavel : sa manière d’identifier et de construire dans le temps des objets de recherche. Il ne s’agit plus de questionner Machiavel sur son identité politique ou religieuse mais de comprendre comment, en interprétant la réalité, il contribue à l’émergence d’une connaissance spécifiquement consacrée à l’homme en société.

 

Sandro Landi, Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle, Rennes, PUR, Coll. Histoire, 2021, 238 p.

Sommaire vers le site de l’éditeur.

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité. 3. L’institution à l’épreuve, dir. V. Ferrer, M.-C. Gomez-Géraud, J.-R. Valette, Paris, Champion, 2021.

Du XIIe siècle au seuil des Lumières, le discours mystique s’offre comme un carrefour dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Après le langage (2019), le sujet (2019), et avant la révélation (à paraître), ce volume s’attache au pôle de l’institution religieuse, qui se caractérise à la fois par sa force de transmission et par sa capacité de contrainte. Cette dualité interne explique la relation paradoxale qui unit les mystiques à la religion instituée, entre contestation et subordination. La réflexion collective menée ici entend reconsidérer ce rapport propre à n’offrir d’autre voie pour le sujet que la dissidence ou sa neutralisation par le corps ecclésial. L’institution est aussi le lieu où se fonde la mystique, où elle se réinvente.

Lien vers le site de l’éditeur.

Littérature et arts visuels à la Renaissance, Cahiers V. L. Saulnier 38

Littérature et arts visuels à la Renaissance

Cahiers V. L. Saulnier 38

 

Sous la direction de :
Adeline Desbois-Lentile, Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres,
Adeline Lionetto

 

 

Sujets des mêmes princes, auteurs et artistes de la Renaissance se côtoient au sein des cours, et s’influencent. Une anecdote fait ainsi de Ronsard l’inspirateur de l’architecte du Louvre sous Henri II, Pierre Lescot. Le présent ouvrage se propose de traquer les relations effectives d’influence et d’émulation réciproques entre la littérature et les arts visuels en prenant en considération la sociabilité existant entre auteurs et artistes contemporains et en donnant la parole à des spécialistes de littérature et d’histoire de l’art.

L’ouvrage construit ainsi un dialogue interdisciplinaire et fructueux qui, sans négliger la peinture, la sculpture et l’architecture, explore aussi d’autres champs artistiques et supports matériels essentiels à la Renaissance : la tapisserie, la miniature, la cartographie. Il propose autant que possible une vision concrète des liens entre artistes et hommes de lettres, parfois plus supposés qu’étayés, sur des auteurs souvent peu abordés dans ce sens ou quasi inconnus, de façon à repenser à nouveaux frais les formes variées que prennent les liens entre texte et image en France à la Renaissance.

Table des matières 

Sorbonne Université Presses
ISBN : 979-10-231-0707-4
Date de publication : 03/07/2021
Format : 16 x 24 cm
Nombre de pages : 302 p.

Album Louise de Coligny

Album Louise de Coligny

Manuscrit 129 A 23 de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye (Pays-Bas)

 

Éditrices scientifiques :

Jane Couchman,  Colette H. Winn 

 

Résumé : Offert comme cadeau de mariage à Louise de Coligny en mai 1571, cet album perpétue la mémoire des hauts faits que la cause huguenote inspira à la famille Coligny. Les poèmes ajoutés jusqu’en 1610 nous renseignent sur les nouvelles tendances esthétiques en réponse à l’horreur des guerres de Religion.

Nombre de pages: 253

Parution: 06/10/2021

Collection: Textes de la Renaissance, n° 240, Classiques Garnier

Série: Scriptorium, n° 6

Table des matières ici.

Études sur l’épopée en France offertes à Denis Bjaï

« Toute l’âme de la poésie héroïque »

Études sur l’épopée en France (XVIe-XVIIIe siècles) offertes à Denis Bjaï

 

 

Sous la direction scientifique de François Rouget

 

Dès sa thèse, Denis Bjaï s’est intéressé au récit épique et a servi la littérature française à la Renaissance avec éclat et passion. À l’occasion de son départ en retraite de l’Université d’Orléans, un groupe de collègues de France et de l’étranger ont souhaité saluer sa carrière exemplaire en lui offrant un volume de Mélanges. Centrées autour de la notion d’épopée et des formes du discours héroïque, quinze études s’attachent à rappeler le rôle important que jouent le discours, les thèmes et le style épiques dans la littérature française du Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle. Si Ronsard, avec La Franciade, occupe la place centrale de ce volume, d’autres écrivains (d’Homère à Fénelon, en passant par Bodel, Rabelais, Du Bartas, D’Aubigné et La Fontaine) laissent percevoir dans leurs œuvres l’étoffe variée dont l’épopée est faite, et font entendre les composantes de sa rhapsodie.

Table des matières

Genève, Droz, 2021.

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècles

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité

 

 

Benjamin Deruelle, Pascal Bastien et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Paris, Hermann, 2021, 339 p.

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.

TABLE DES MATIÈRES

Pascal Bastien et Benjamin Deruelle, Introduction, p. 1 

PREMIÈRE PARTIE. CORPS ET DÉCORS DES ÉMOTIONS 

  • Hélène Cazes, Médecin piteux fait la playe venimeuse : « l’impitoyable pitié » du médecin (1545-1628), p. 15
  • Claude La Charité, Mythographie, médecine, théologie et philosophie des émotions à la Renaissance (1555-1610), p. 43
  • Lucie Desjardins, « Je n’ai jamais vu de Belles en colère. » Femmes, passions et pouvoir, p. 57
  • David Do Paço, Émotions captives : une communauté́ sensible entre femmes et hommes chrétiens et musulmans en Europe centrale au tournant des xviie et xviiie siècles, p. 69
  • Marine Carcanague, Un sentiment face à la justice et au genre. Honneur des femmes et imaginaires genrés devant la justice en France au xviiie siècle, p. 87
  • Bastien Coulon, Les larmes de la nation : donner une émotion à la personnification de la France au xviiie siècle, p. 103
  • Isabelle Pichet, Le corps sensoriel : sensibilité et émotions au Salon, p. 123

DEUXIÈME PARTIE. CANONS ET PASSIONS. L’EXPÉRIENCE ET L’APPRÉHENSION DU FRONT 

  • John A. Lynn II, Au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire des émotions : Repenser la peur et l’honneur, p. 141
  • Giovanni Ricci, Craindre les Turcs ou appeler les Turcs ? Émotions en conflit dans l’Italie de la Renaissance, p. 165
  • Benjamin Deruelle et Laurent Vissière, Des larmes de sang. Émotions funèbres au lendemain des batailles, de la fin du xve au milieu du xvie siècle, p. 179
  • Paul Vo-Ha, Le salaire de la peur. Peur et reddition aux xvie et xviie siècles, p. 203
  • Yann Rodier, Ressentiment national et xénophobie d’État contre l’Espagnol. Les images de guerre dans la France cardinale (1625-1659), p. 227

TROISIÈME PARTIE. SPECTACLE ET MISES EN SCÈNE DES AFFECTS 

  • Anne Régent-Susini, Émotions du mourant, émotions des vivants : faire communauté́ autour des oraisons funèbres en France au xviie siècle, p. 245
  • Sara Harvey, L’émotion sur le vif dans la presse et le théâtre d’actualité́ : la crise du système de Law, p. 259
  • Pauline Valade, L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publique comme langage entre le roi et ses sujets (Paris, xviiie siècle), p. 277
  • Lyse Roy, « Guerre changée en paix apporte grant joye. » Émotions et sentiments dans les entrées solennelles de Charles Quint en France, 1539-1540, p. 293
  • Pascal Bastien et Frédéric Charbonneau, Les Écrits inédits (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra : engage- ment politique et poésie sans-culotte, p. 315
  • Chanelle Reinhardt, Mouvoir et émouvoir : émotions et transfert des objets d’Italie en France (1796-1798), p. 331

 

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015)

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015).

Actes de la journée d’étude

 

En 2016 s’est tenue à Paris une journée d’étude en l’honneur de Myriam Yardeni, grande historienne israélienne moderniste, spécialiste du protestantisme français et en particulier de ses incidences sur la construction de la Nation française ainsi que sur le Refuge protestant, décédée à Haifa en 2015. Les actes de cette journée d’étude ont été établis sous la direction de Michelle Magdelaine, qui vient de nous quitter brutalement, et Viviane Rosen-Prest.

Ces actes sont consultables en ligne sur le site d’archives ouvertes HAL :

https://hal.archives-ouvertes.fr/PROTESTANTISME-NATION-IDENTITE-COM/page/accueil-sommaire.

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

La Science prise aux mots

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

 

Sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra et

Myriam Marrache-Gouraud

 

 

Interroger le lexique scientifique par ses termes les plus usuels comme curiosité, observation ou expérience, tant en médecine, zoologie que géographie, permet d’ouvrir une réflexion de fond sur la conception des savoirs à la Renaissance, en prenant au mot la science telle qu’elle s’écrit.

This book analyzes the most usual terms of the scientific lexicon, such as curiosity, obser- vation or experience, in medicine, zoology or geography. These studies make possible a fundamental reflection on the conception of knowledge in the Renaissance, by taking science at its word.

Éditeur: Classiques Garnier, 2021

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Le rire des épistoliers XVIe-XVIIIe siècle

Le rire des épistoliers

XVIe-XVIIIe siècle

 

Marianne Charrier-Vozel (dir.)

 

Étudier le rire des épistoliers du XVIe au XVIIIe siècle participe de l’écriture de l’histoire des émotions qui connaît actuellement un grand essor. Mais la tâche est ardue pour le chercheur qui s’intéresse au rire car les manuels épistolographiques de l’Âge classique se méfient du rire et de ses usages. Le rire met la lettre sous tension, entre proximité et distance, entre respect des convenances et choix du ton, entre travail, naturel et familiarité. Le rire de l’épistolier relève bel et bien d’une poétique de l’effet que le concept d’écho épistolaire permet de saisir pleinement.

Rennes, PUR, 2021, 348 p.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

Letres des ysles et terres nouvellement trouvées par les Portugalois

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

 

Édité par Guillaume BERTHON, Raphaël CAPPELLEN

 

Vers 1537 paraît à Toulouse un intrigant recueil d’épîtres en vers relatant un voyage à Sumatra effectué par trois Français. Parfaitement fictifs, les récits mêlent l’imaginaire des grandes découvertes à celui du mythique pays de Cocagne. En s’embarquant en rêve pour ce véritable Éden, les trois aventuriers font de la description des usages insulaires l’image inversée d’une Europe déclinante, qui s’en va à vau-l’eau. D’inspiration marotique, cette subversive fantaisie poétique est restée inconnue des spécialistes des récits de voyage et de la poésie du XVIe siècle, faute d’avoir été rééditée depuis 1537. L’édition qui en est proposée la redécouvre dans toute sa verve simple et efficace, en l’accompagnant d’une introduction et d’une dense annotation, qui en restituent le contexte culturel, éditorial et littéraire.

Genève, Droz, 2021.

Sommaire