Archives de catégorie : Annonces

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècles

Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité

 

 

Benjamin Deruelle, Pascal Bastien et Lyse Roy (dir.), Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Paris, Hermann, 2021, 339 p.

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.

TABLE DES MATIÈRES

Pascal Bastien et Benjamin Deruelle, Introduction, p. 1 

PREMIÈRE PARTIE. CORPS ET DÉCORS DES ÉMOTIONS 

  • Hélène Cazes, Médecin piteux fait la playe venimeuse : « l’impitoyable pitié » du médecin (1545-1628), p. 15
  • Claude La Charité, Mythographie, médecine, théologie et philosophie des émotions à la Renaissance (1555-1610), p. 43
  • Lucie Desjardins, « Je n’ai jamais vu de Belles en colère. » Femmes, passions et pouvoir, p. 57
  • David Do Paço, Émotions captives : une communauté́ sensible entre femmes et hommes chrétiens et musulmans en Europe centrale au tournant des xviie et xviiie siècles, p. 69
  • Marine Carcanague, Un sentiment face à la justice et au genre. Honneur des femmes et imaginaires genrés devant la justice en France au xviiie siècle, p. 87
  • Bastien Coulon, Les larmes de la nation : donner une émotion à la personnification de la France au xviiie siècle, p. 103
  • Isabelle Pichet, Le corps sensoriel : sensibilité et émotions au Salon, p. 123

DEUXIÈME PARTIE. CANONS ET PASSIONS. L’EXPÉRIENCE ET L’APPRÉHENSION DU FRONT 

  • John A. Lynn II, Au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire des émotions : Repenser la peur et l’honneur, p. 141
  • Giovanni Ricci, Craindre les Turcs ou appeler les Turcs ? Émotions en conflit dans l’Italie de la Renaissance, p. 165
  • Benjamin Deruelle et Laurent Vissière, Des larmes de sang. Émotions funèbres au lendemain des batailles, de la fin du xve au milieu du xvie siècle, p. 179
  • Paul Vo-Ha, Le salaire de la peur. Peur et reddition aux xvie et xviie siècles, p. 203
  • Yann Rodier, Ressentiment national et xénophobie d’État contre l’Espagnol. Les images de guerre dans la France cardinale (1625-1659), p. 227

TROISIÈME PARTIE. SPECTACLE ET MISES EN SCÈNE DES AFFECTS 

  • Anne Régent-Susini, Émotions du mourant, émotions des vivants : faire communauté́ autour des oraisons funèbres en France au xviie siècle, p. 245
  • Sara Harvey, L’émotion sur le vif dans la presse et le théâtre d’actualité́ : la crise du système de Law, p. 259
  • Pauline Valade, L’émotion comme interaction : l’exemple de la joie publique comme langage entre le roi et ses sujets (Paris, xviiie siècle), p. 277
  • Lyse Roy, « Guerre changée en paix apporte grant joye. » Émotions et sentiments dans les entrées solennelles de Charles Quint en France, 1539-1540, p. 293
  • Pascal Bastien et Frédéric Charbonneau, Les Écrits inédits (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra : engage- ment politique et poésie sans-culotte, p. 315
  • Chanelle Reinhardt, Mouvoir et émouvoir : émotions et transfert des objets d’Italie en France (1796-1798), p. 331

 

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015)

Protestantisme, nation, identité. Hommage à Myriam Yardeni (1932-2015).

Actes de la journée d’étude

 

En 2016 s’est tenue à Paris une journée d’étude en l’honneur de Myriam Yardeni, grande historienne israélienne moderniste, spécialiste du protestantisme français et en particulier de ses incidences sur la construction de la Nation française ainsi que sur le Refuge protestant, décédée à Haifa en 2015. Les actes de cette journée d’étude ont été établis sous la direction de Michelle Magdelaine, qui vient de nous quitter brutalement, et Viviane Rosen-Prest.

Ces actes sont consultables en ligne sur le site d’archives ouvertes HAL :

https://hal.archives-ouvertes.fr/PROTESTANTISME-NATION-IDENTITE-COM/page/accueil-sommaire.

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

La Science prise aux mots

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

 

Sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra et

Myriam Marrache-Gouraud

 

 

Interroger le lexique scientifique par ses termes les plus usuels comme curiosité, observation ou expérience, tant en médecine, zoologie que géographie, permet d’ouvrir une réflexion de fond sur la conception des savoirs à la Renaissance, en prenant au mot la science telle qu’elle s’écrit.

This book analyzes the most usual terms of the scientific lexicon, such as curiosity, obser- vation or experience, in medicine, zoology or geography. These studies make possible a fundamental reflection on the conception of knowledge in the Renaissance, by taking science at its word.

Éditeur: Classiques Garnier, 2021

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Le rire des épistoliers XVIe-XVIIIe siècle

Le rire des épistoliers

XVIe-XVIIIe siècle

 

Marianne Charrier-Vozel (dir.)

 

Étudier le rire des épistoliers du XVIe au XVIIIe siècle participe de l’écriture de l’histoire des émotions qui connaît actuellement un grand essor. Mais la tâche est ardue pour le chercheur qui s’intéresse au rire car les manuels épistolographiques de l’Âge classique se méfient du rire et de ses usages. Le rire met la lettre sous tension, entre proximité et distance, entre respect des convenances et choix du ton, entre travail, naturel et familiarité. Le rire de l’épistolier relève bel et bien d’une poétique de l’effet que le concept d’écho épistolaire permet de saisir pleinement.

Rennes, PUR, 2021, 348 p.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

Letres des ysles et terres nouvellement trouvées par les Portugalois

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

 

Édité par Guillaume BERTHON, Raphaël CAPPELLEN

 

Vers 1537 paraît à Toulouse un intrigant recueil d’épîtres en vers relatant un voyage à Sumatra effectué par trois Français. Parfaitement fictifs, les récits mêlent l’imaginaire des grandes découvertes à celui du mythique pays de Cocagne. En s’embarquant en rêve pour ce véritable Éden, les trois aventuriers font de la description des usages insulaires l’image inversée d’une Europe déclinante, qui s’en va à vau-l’eau. D’inspiration marotique, cette subversive fantaisie poétique est restée inconnue des spécialistes des récits de voyage et de la poésie du XVIe siècle, faute d’avoir été rééditée depuis 1537. L’édition qui en est proposée la redécouvre dans toute sa verve simple et efficace, en l’accompagnant d’une introduction et d’une dense annotation, qui en restituent le contexte culturel, éditorial et littéraire.

Genève, Droz, 2021.

Sommaire

Pour une autre poétique. Horace renaissant

Nathalie DAUVOIS, Pour une autre poétique. Horace renaissant, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance], 2021, 248 p.

La théorie de la littérature a valorisé une généalogie et un modèle conceptuel unique, celui de la Poétique d’Aristote. L’objet de ce bref ouvrage est de suggérer que d’autres modèles théoriques ont compté, notamment à la Renaissance. Centré non plus sur la construction d’une intrigue, d’une histoire, mais sur le personnage, l’art poétique d’Horace place la voix, le discours, la « fiction de personne » au cœur de la création et de l’invention poétiques. Mais Horace est aussi un poète qui offre à la fois la théorie et la pratique d’une langue spécifiquement poétique. Enfin cette œuvre, entièrement à la première personne, permet de repenser la relation du poétique à l’éthique, de penser la littérature, et singulièrement la poésie, comme expérience.

Table des matières sur le site de l’éditeur.

La philosophie naturelle en langue française

Violaine GIACOMOTTO-CHARRA, La philosophie naturelle en langue française. Des premiers textes à l’œuvre de Scipion Dupleix, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance], 2020, 600 p.

Surtout connu pour ses ouvrages d’histoire, le juriste condomois Scipion Dupleix fut aussi l’un des tout premiers à écrire en français un corpus complet de philosophie scolastique. Dans les années 1600-1610, il publia un ensemble de textes couvrant la logique, la philosophie naturelle, l’éthique et la métaphysique, qui connut en son temps un immense succès sous le nom de Corps ou de Cours de philosophie. Notre ouvrage analyse le travail de vulgarisateur de Dupleix, en se fondant plus particulièrement sur les textes traitant de philosophie naturelle. Il examine le statut et la place de cette discipline dans les milieux lettrés, l’adaptation de la langue française à la philosophie jusque-là exprimée en latin, les raisons qui ont pu pousser un jeune magistrat de province à entreprendre une vaste entreprise de diffusion philosophique et le détail du travail du texte, pour tenter de cerner les raisons d’écrire la philosophie en langue française à la toute fin de la Renaissance.

Table des matières sur le site de l’éditeur. 

Madame Acarie (1566-1618)

Madame Acarie (1566-1618)

David Gilbert (dir.)

2021
Presses universitaires de Rennes

 

BARBE AVRILLOT, épouse Acarie, est considérée à juste titre comme l’ins- tigatrice, avec Pierre de Bérulle, de l’implantation en France de l’Ordre du Carmel, réformé par Thérèse d’Avila. Ce projet religieux s’inscrit à la fois dans l’histoire personnelle et familiale de « madame Acarie » – comme les historiens ont pris l’habitude de l’appeler – et dans le contexte de pacifica- tion religieuse et de réconciliation politique propre au règne d’Henri IV. Fille des guerres de Religion, mariée à un protagoniste de la Ligue, Barbe Avrillot contribue puissamment, dans les années qui suivent l’édit de Nantes (1598), à convertir le combat armé des ligueurs contre les huguenots en un combat spirituel, voire mystique, par les armes de la prière et de l’ascèse. Elle mobilise son influent réseau d’amis, habitués pour la plupart de son hôtel du Marais à Paris, pour faire venir en France en 1604, non sans difficultés, un petit groupe de carmélites formées à l’école de Thérèse d’Avila. Devenue veuve, elle entre dix ans plus tard, en 1614, au carmel d’Amiens et y devient sœur converse sous le nom de Marie de l’Incarnation. Déplacée au monastère de Pontoise, elle y meurt en 1618. Elle est béatifiée sous le pontificat de Pie VI, en 1791, alors que le conflit s’envenime entre le Saint-Siège et la France révolutionnaire.

Table des matières Madame Acarie

Nostradamus

MIREILLE HUCHON

Nostradamus

Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

 

Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

 

 

 

Guy-Michel Leproux, Audrey Nassieu Maupas et Élisabeth Pillet, Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois, Paris, 2020, 432 pages, XVI planches en couleurs et 34 illustrations en noir et blanc.

Surtout connu aujourd’hui pour l’exécution d’armes exceptionnelles, Marin Le Bourgeois fut un personnage hors du commun. En tant que peintre, il resta pendant quarante ans au service des rois Henri IV et Louis XIII ; il fut aussi ingénieur et inventeur, et correspondit avec Nicolas Fabri de Peiresc. Il mourut en 1634 à Lisieux, sa ville natale, où il résida habituellement tout en bénéficiant d’un atelier dans la Grande Galerie du Louvre.

On connaissait son Petit traité de l’analème vertical dédié au secrétaire d’État Martin Ruzé de Beaulieu. On peut désormais lui attribuer un ouvrage plus conséquent, rédigé dans les dernières années de sa vie. Ces Cinq Livres décrivent de façon très concrète les procédés qu’il a mis au point et employés pour peindre, sculpter, mouler et décorer toutes sortes de matériaux et d’objets. Ils justifient l’éloge que fit de lui le mathématicien David Rivault de Flurance, qui le tenait pour un « homme du plus rare jugement en toutes sortes d’inventions, de la plus artificieuse imagination et de la plus subtile main à manier un outil de quelque art que ce soit qui se trouve aujourd’huy en Europe ».

Table des matières :

Première partie – Marin Le Bourgeois peintre et ingénieur du Roi

Chapitre I. Un artiste polyvalent

– Lexovei corpus, Gallia nomen habet

– Les œuvres. Le chartrier Le Gentil. – Les tableaux. – Les cadrans. – Les armes.

– Le correspondant de Fabri de Peiresc. Les antiquités de Lisieux. – Bourgeois le neveu.

– Un traité inédit : les Cinq Livres. Les deux manuscrits de la BnF. – Identification de l’auteur.

Chapitre II. Les enseignements des Cinq Livres

– Le travail du métal. Le décor des armes. – Les objets en cuivre, en argent et en étain.

– Sculpture, moulage et décor. Le modelage de la terre et le décor du bois. – La fonte. – Les procédés de moulage Les matériaux. – Gomme adragante, pastiglia et pâte anglaise. – Le papier marbré.

– La peinture d’étoffe. Peinture et décor. – Dorure et argenture. – Sgraffito, brocard appliqué et autres décors colorés sur métal. – Peinture au bismuth, poudres à bronzer et autres substituts à l’or et à l’argent. – Les pigments. – Peinture à la détrempe et peinture à l’huile. – Les couleurs sur or et argent.

– Dessin et Perspective. Les traités de perspective. – La caisse de perspective et les châssis. – Les mannequins. – La pratique du dessin et l’invention. – Les peintures silhouettées ou « tableaux de perspective ».

– Silences, archaïsmes et originalité du traité

– Fortune des Cinq Livres

Deuxième partie – Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois

[Premier livre] ; [Deuxième livre] ; [Troisième livre] ; [Quatrième livre] ; [Cinquième livre]

Glossaire

Troisième partie – Annexes

Annexe I. Traité de l’Analème vertical

Annexe II. Lettres de Nicolas Claude Fabri de Peiresc à Marin Le Bourgeois, à un neveu de celui-ci et à l’abbesse de Maubuisson, 1618-1622

Bibliographie

Index

Diffusion : Éditions de Boccard
4, rue de Lanneau 75005 Paris
+33 (0)1 43 26 00 37 – info@deboccard.com

Paganisme et humanisme

Grégoire Holtz, Paganisme et Humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d’Apollonius de Tyane, Genève, Droz, coll. Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2021.

Résumé : Roman grec composé par Philostrate au IIIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane suscite chez les humanistes une réaction ambivalente de fascination (pour un sage pythagoricien) et de répulsion (pour un supposé rival du Christ). L’étude de la réception de ce texte, à travers les médiateurs éditoriaux (traducteurs, commentateurs, libraires…) qui le rendent accessible, est l’occasion de scruter un autre visage de la Renaissance : celui de la confrontation de l’humanisme et du paganisme. Pour certains lettrés du XVIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane n’entre pas dans le cadre commun, qui voit dans les écrits philosophiques de l’Antiquité une propédeutique à la lecture des lettres sacrées (comme pour le platonisme et l’aristotélisme). Condamnée pour son affabulation romanesque comme pour sa nature païenne, la Vie d’Apollonius de Tyane est bien une œuvre sous tension qui amène à s’interroger sur les présupposés et les attentes de l’humanisme.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Global Montaigne Mélanges en l’honneur de Philippe Desan

Global Montaigne. Mélanges en l’honneur de Philippe Desan, dir. Jean Balsamo et Amy Graves, Paris, Classiques Garnier, 2021.

  • Résumé : En hommage au professeur Philippe Desan, ce volume réunit quarante-neuf contributions, consacrées à Montaigne et à son œuvre, en français et en anglais. Dans une perspective transdisciplinaire, elles constituent l’approche la plus complète et la plus novatrice pour la connaissance d’un Montaigne global.
  • Parution : 03/03/2021
  • Éditeur : Classiques Garnier
  • Collection : Rencontres, n° 485
  • Mots-clés: Montaigne, littérature, philosophie, sociologie, histoire, histoire du livre, philologie

Consulter la table des matières sur le site de l’éditeur

Redonner voix à l’Heptaméron de Marguerite de Navarre

Redonner voix à L’Heptaméron de Marguerite de Navarre
Réédition des Cahiers Textuel n°10 & 29

 

 

 

DIRECTEURS D’OUVRAGE : PERRIER SIMONE, LIAROUTZOS CHANTAL

Présentation

Après 1992 et 2006, L’Heptaméron est remis au programme des agrégations de lettres. Par la force des circonstances, les agrégatifs et agrégatives d’aujourd’hui ont bien des raisons d’aborder avec un regard neuf l’entreprise des reclus de l’abbaye de Serrance, qui échangent des récits pour « adoulcir l’ennuy » et passer le temps aussi utilement que joyeusement en période de confinement. Pour les accompagner dans leur lecture, il a semblé utile de redonner voix aux deux numéros des Cahiers Textuel parus à l’occasion des sessions antérieures et qui étaient devenus inaccessibles. Bien que la connaissance du recueil de Marguerite de Navarre et son approche aient évolué ces quinze dernières années, les différents articles réunis – pour certains des « classiques » des études sur L’Heptaméron – pourront continuer à donner matière à de nouveaux devis critiques fructueux.

Réédition des Cahiers Textuel :

No 10, sous la direction de Simone Perrier
No 29, sous la direction de Chantal Liaroutzos

Bon de commande   Heptaméron

La chanson d’actualité de Louis XII à Henri IV

 

Plus d’un siècle après les travaux pionniers d’Auguste Le Roux de Lincy et d’Émile Picot sur les « chants historiques », au moment où les sources premières deviennent plus accessibles, les études littéraires, historiques et musicologiques joignent, dans ce volume, leurs forces pour renouveler le regard sur la chanson dite d’actualité. Dès le début du XVIe siècle, à travers de minces plaquettes gothiques, des soldats, des aventuriers, des clercs, de simples bourgeois témoignent par des chansons des conflits qui les divisent. Textes aux airs bien souvent perdus, inscrits en profondeur dans l’histoire de leur temps, leurs chansons participent à l’œuvre de propagande des parti(e)s en présence au fil des conflits qui agitent le siècle. Elles rassemblent aussi des communautés, notamment dans la commémoration des événements et des figures qu’elles illustrent.

Les contributions de ce volume se consacrent aux supports et aux sources qui nous donnent accès à ces airs et à ces textes (chansonniers, paroliers, placards, minutes de procès, etc.), et elles en montrent toute la diversité générique et formelle : chansons historiques, chansons spirituelles, chansons à boire…  Elles visent à définir la poétique du genre (si genre il y a), sans oublier ce que ces textes nous disent de leur réception et de leur diffusion. L’investigation porte aussi sur le statut de la vérité, sur l’utilisation de la rumeur et d’une rhétorique propagandiste, car les nouvelles véhiculées dans ces chansons, comme dans d’autres textes d’actualité, sont le fait d’auteurs, parfois anonymes, qui peuvent prendre fait et cause pour un parti ou une idée, notamment dans le cadre des guerres de Religion. Le dialogue des différentes disciplines sollicitées aide à cerner les codes qui régissent ces chansons, à dégager leurs spécificités textuelles et musicales, mais aussi à les réinscrire au plus près de leur contexte historique et à saisir leur influence et leurs modalités d’action.

Table des matières :

Frank Lestringant, Chansons de toujours (en guise de prélude)

Marion Pouspin, Les chansons d’actualité mises en livrets gothiques. Formes, matérialité, enjeux

Adeline Lionetto, « Des nouvelles de delà les monts ». Les chansons d’actualité des plaquettes et recueils gothiques de l’officine À l’Écu de France (atelier des Trepperel et d’Alain Lotrian)

Robert Bouthillier et Eva Guillorel, La prise de Rome de 1527 dans la chanson populaire (16e-21e siècle)

Sophie Astier, Chansons et récits de bataille dans quelques occasionnels de la fin du règne de François Ier

Laurent Vissière, La chanson d’aventurier

Tatiana Debbagi Baranova, Chansons : lieux de mémoire et enjeux d’actualité pendant la première décennie du règne d’Henri III (1574-1584)

Jelle Koopmans, Merck Toch Hoe Sterck : les « chansons des gueux » aux Pays-Bas

Pierre Tenne, Les Cantiques dechantees de Pierre Doré : un recueil pionnier dans l’histoire du chant catholique ?

Gilbert Schrenck, Le chant de l’actualité dans le Recueil poétique (Ms. français 22565 de la BnF) de François Rasse des Neux

Stéphane Partiot, L’éloge de la paix dans les recueils de chansons sans musique publiés par les libraires-imprimeurs Rigaud et Bonfons (1548-1601)

Isabelle His, Henri IV et le duc de Parme: un air pour le siège de 1592?

Melinda Latour, Chanter les assassinats d’Henri III et d’Henri IV : commémorer ou moraliser ?

Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano, Pleurer l’assassinat des Guises : la poétique des chansons comparée à celles des autres poèmes funéraires de circonstance

Julien Goeury, La réception de l’« Ode sur les misères des Églises françoises » d’Antoine de Chandieu : construction imaginaire et réalités historiques

Jean Vignes, Conclusions

Nahéma Khattabi, Alice Tacaille et Jean Vignes

Les premiers imprimés français et la littérature de bourgogne (1470-1550)

Les Premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550).

 

Textes édités par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

Actes du colloque international organisé à l’Université Littoral – Côte d’Opale, Dunkerque.

372 pages. Broché.

50 €

EAN13 : 9782745354617.

 

PRÉSENTATION

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 22 et 23 octobre 2015, le présent ouvrage se voudrait un espace de réflexion sur la place occupée par la littérature française de Bourgogne dans l’activité éditoriale des premiers imprimeurs (1470-1550). Il vise à appréhender le rôle joué par l’imprimerie naissante dans le rayonnement de la vaste production littéraire élaborée sous l’impulsion des Grands Ducs de Bourgogne et à apprécier dans quelle mesure les libraires-éditeurs des grandes villes du Nord contribuèrent, au tournant du Moyen Âge et de la Renaissance, à la connaissance et au rayonnement de la culture française.

Jean Devaux et Alexandra Velissariou sont respectivement professeur et maître de conférences à l’Université Littoral – Côte d’Opale.

Matthieu Marchal est maître de conférences à l’Université de Lille. Leurs recherches portent sur la littérature française du Moyen Âge tardif, plus particulièrement à la cour des ducs Valois de la maison de Bourgogne.

Voir ici la Table_des_matieres