Archives de catégorie : Comptes rendus

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste

Daniele Barbaro 1514-1570. Vénitien, patricien, humaniste, F. Lemerle, V. Zara, P. Caye, L. Moretti, (eds.), 590 p., 102 ill. n/b + 61 ill. couleur, Turnhout, Brepols, 2017.

Bien que Daniele Barbaro soit moins connu que son oncle Ermolao ou son frère Marcantonio, qui commandita avec lui à Palladio la célèbre Villa Maser, le centenaire de sa naissance en 2014 a été l’occasion de nombreuses activités scientifiques. Après l’exposition Daniele Barbaro 1514-70. Letteratura, scienza e arti nella Venezia del Rinascimento organisée à la Biblioteca Marciana en 2015-2016, qui a offert un bel aperçu de l’activité d’écrivain de Barbaro, le riche ouvrage collectif publié par le CESR de Tours déploie le large éventail de la carrière de l’humaniste vénitien selon une approche pluridisciplinaire. Trente auteurs étudient les multiples facettes du prisme de la personnalité complexe de Barbaro afin de revisiter sa carrière et son influence sur la production artistique du XVIe siècle – dont les portraits de Titien et de Véronèse constituent un témoignage prestigieux – son retentissement  en Europe et ses échos au XVIIe siècle.

Deborah Howard, Daniele Barbaro and Two Ladies named Giulia ; Silvia Scattolin, Vita privata: Il rosion dil re d’Ingiltera di Daniele Barbaro ; Deborah Howard, Barbaro Family Portraits in the Cinquecento: Some Observations ; Tracy E. Cooper, Daniele Barbaro and the Commemoration of a Patriarchal Dynasty ; Ann E. Moyer, Daniele Barbaro and his Dialogue Della eloquenza ; Pierre Caye, Daniele Barbaro ou la veritas græca du De architectura de Vitruve ; Annarita Angelini, Daniele Barbaro: l’architettura come methodus e machina del sapere ; Koji Kuwakino, La varietas in una sylva geometrica che « ricrea la mente stanca dal pensiero delle cose difficili »: Daniele Barbaro e l’Orto botanico di Padova ; Pierre Gros, Forum et basilique dans le Vitruvio de Barbaro ; Frédérique Lemerle,  Barbaro et les Annotationes de Philandrier sur Vitruve ; Manuela Morresi, Fonti bibliche nei Commentari a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Antonio Becchi,  I commenti di Daniele Barbaro al Proemio della «terza parte principale dell’Architettura» (1556-1567) ; Werner Oechslin,  „Sciographia“, die vierte Darstellungsform („species dispositionis“): Daniele Barbaro, Andrea Palladio und die Kodifizierung der Architekturzeichnung ; Laura Moretti, Ancora sulla scenographia: i manoscritti preparatori per la parte quarta de La pratica della perspettiva di Daniele Barbaro (1568) ; Margaret M. D’Evelyn, “The most delightful presence of light”: Glimmers of Perspective in Daniele Barbaro’s Manuscript Commentaries on Vitruvius ; Maria Losito, Daniele Barbaro inventore: il De horologis describendis libellus e l’Horario universale nella teoria e nella pratica vitruviana ; Yves Pauwels, Quatre colonnes et un entablement : Palladio et Barbaro à Maser ; Luigi De Poli, Daniele Barbaro: du texte de la Predica aux images de Maser ; Francesco Trentini, Le machinationi etiche di Daniele Barbaro negli affreschi di Veronese a Maser ; Stefano Lorenzetti,  « Quello che è consonanza alle orecchie è bellezza agli occhi ». Figure della musica nel commento a Vitruvio di Daniele Barbaro ; Vasco Zara, « Udire secondo le Idee ». Daniele Barbaro e la musica degli affetti ; Daniel K. S. Walden, Daniele Barbaro, Nicola Vicentino, and Vitruvian Music Theory in Sixteenth-Century Italy ; Daria Perocco, Daniele Barbaro ambasciatore e letterato ; Carlo Alberto Girotto, Les éditeurs de Daniele Barbaro ; Shanti Graheli, Daniele Barbaro e la Repubblica delle Lettere ; Don Giacomo Cardinali, Daniele Barbaro corrispondente del cardinale Guglielmo Sirleto ; Carlo Alberto Girotto, Une lettre de Daniele Barbaro à Charles de Guise (et quelques hypothèses pour la fortune de Barbaro en France) ; Fernando Marías, José Riello,  La fortuna de Daniele Barbaro en la península ibérica ; Frédérique Lemerle, Les Vitruve de Barbaro au XVIIe siècle ; Pierre Caye, Eugène Priadko, Le Barbaro de Vasilij P. Zubov ;   † Vasilij P. Zubov, De la vie et de l’activité scientifique de Daniele Barbaro.

Luisa Capodieci.

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues, édition critique par David Fabié et Philippe Gardy, Paris, Classiques Garnier, coll. « Etudes et textes occitans, 2017, ISBN 978-2-406-06666-8 (livre broché), 978-2-406-06667-5 (livre relié), 176 p.

Ce volume rassemble trois textes mettant en scène la confrontation des langues française et occitane, concurrencées également, dans deux d’entre eux, par la latine. Modèle des deux autres, le premier dialogue édité est le poème composé par Du Bartas à l’occasion de l’entrée de la reine de Navarre à Nérac (1578). Trois nymphes, incarnations des langues française, latine et gasconne, s’y disputent l’honneur de saluer la reine, dans un débat qui voit triompher la nymphe gasconne. Le texte est imité par François de Rosset dans son Chant triomphal : là encore, trois nymphes, la française, la latine et la languedocienne, dialoguent pour déterminer laquelle d’entre elles saluera le duc d’Uzès lors de son entrée dans sa ville, en 1597. Le troisième texte, dû à l’auteur occitan Isaac Despuech, dit Le Sage, est également un Dialogue des Nimphes, représenté devant le maréchal de Schomberg lors de son entrée à Montpellier, en 1633. A la différence de ses prédécesseurs, ce débat ne représente pas le latin, mais augmente la place tenue par l’occitan.

L’ensemble est précédé d’une introduction de 27 pages, qui situe les trois textes dans la production de leur auteur : si l’usage de l’occitan est minoritaire dans la production de Du Bartas et de Rosset, il est la langue quasi exclusive de la poésie d’Isaac Despuech. Les éditeurs s’attardent également sur le sens, chez les trois auteurs, de l’usage de l’occitan, langue dont la poéticité est, alors, souvent mise en doute. L’édition critique est rigoureuse, et la traduction des pièces latines et occitanes, élégante et soignée. Chaque texte est précédé d’une courte introduction, qui établit son contexte d’écriture et ses enjeux spécifiques, ainsi que les principes d’édition adoptés. Un glossaire et un index nominum facilitent l’utilisation de l’ouvrage.

Alice Vintenon.

Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58

Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58, édition critique par Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, coll. « Textes littéraires du Moyen Age », 2017. ISBN 978-2-406-06435-0 (livre broché) / ISBN 978-2-406-06436-7 (livre relié). ISSN 2108-9825, 316 p.

Le présent volume est le premier d’une série de quatre, dont l’ensemble éditera la compilation intitulée Tresplaisante et recreative hystoire du trespreulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys, parue à Paris en 1530. Cette dernière regroupe six textes complétant le Perceval de Chrétien de Troyes : deux prologues, le Conte du Graal et trois continuations, compilées sans marquer le passage de l’une à l’autre. Le présent ouvrage édite les branches I à III de la première continuation, centrée sur les aventures de Gauvain.

Perceval est le dernier des romans de Chrétien de Troyes imprimés à la Renaissance, et l’une des dernières adaptations en prose de roman de chevalerie produites à la Renaissance. Il paraît à une époque où, selon l’éditrice, « cette production semble s’essouffler ». Dans l’introduction comme dans les notes, l’éditrice étudie la technique du prosateur, qui « mêle habilement sa propre voix à celle de Chrétien » (introduction, p. 12) et intervient sur le texte-source, notamment pour rendre encore plus exemplaires les personnages féminins positifs et pour supprimer les passages mettant en scène des comportements masculins répréhensibles.

Le Perceval de 1530 se classe malgré tout parmi les « dévers », c’est-à-dire les mises en prose les plus fidèles à l’original versifié : l’auteur conserve non seulement l’intrigue, mais aussi beaucoup de mots-rimes. En partie modernisé pour permettre la compréhension du texte, le lexique contient quelques archaïsmes, souvent glosés par le prosateur, et la syntaxe présente quelques tours d’ancien français. Enfin, le texte en prose comprend nombre d’octosyllabes, dont tous ne sont pas présents dans le texte-source.

L’édition critique de Maria Colombo Timelli offre des notes de bas de pages indiquant les leçons réfutées, des notes finales commentant le travail du prosateur, le lexique et la morpho-syntaxe, et un glossaire.

Alice Vintenon.

Nederlandish culture of the Sixteenth Century : Urban Perspectives

Ethan Matt Kavaler et Anne-Laure Van Bruæne (éditeurs), Nederlandish culture of the Sixteenth Century : Urban Perspectives, Turnhout, Brepols, 2017, 388 p.

Le présent ouvrage est la publication d’une sélection des actes du colloque pluridisciplinaire Nederlandish culture of the Sixteenth Century, tenu les 19 et 20 octobre 2012 à l’université de Toronto (p. XVI). Dans une introduction générale, Ethan Matt Kavaler et Anne-Laure Van Bruæne situent le contexte complexe des Pays-Bas méridionaux au XVIe siècle. Des recherches de disciplines diverses (histoire de la ville, histoire du livre, études littéraires, histoire de l’art et anthropologie) sont réunies en sept parties (Space & Time, p. 1-80 ; Guilds & Artistic Identities, p. 81-130 ; Dialogues between City and Court, p. 131-206 ; The poetics of History and Mithology, p. 207-268 ; Literary Practices : Licences and its Limits p. 269-308 ; Cognitive and Affective Strategies, p. 309-352 ; Beyond the Low Countries, p. 353-388).

Charles-Yvan Elissèche.