Archives de catégorie : Colloques

1536-1537 Autour de Marot et des recueils collectifs : configurations du champ poétique français

Journée d’études organisée par Nathalie Dauvois (Université de Paris III-Sorbonne) et Julien Gœury (Université de Picardie Jules Verne)

Le 8 novembre 2018, à l’IEA, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris Métro : Sully-Morland (ligne 7), Saint-Paul (ligne 1)

Les premiers recueils collectifs de Blasons anatomiques aujourd’hui conservés dans les collections publiques ont beau avoir été publiés sans noms d’auteur, leur étude éclaire la situation des principaux acteurs du champ poétique dans les années 1530-1540. En jetant un nouvel éclairage sur des figures comme celles de Victor Brodeau, Claude Chappuys, François Sagon, Eustorg de Beaulieu, J. de Vauzelles ou Charles de La Hueterie, il ne s’agit pas tant d’aller à la recherche des minores qui peuplent les recueils collectifs que d’interroger les connivences et les antagonismes qui reconfigurent le champ littéraire à la veille de l’entrée en scène de la Brigade. En revenant sur la situation de l’un d’entre eux, à partir de ses œuvres manuscrites ou imprimées en circulation, on mettra ainsi au jour la dynamique des réseaux, aussi bien géographiques, que sociologiques, poétiques ou éditoriaux, que recouvrent et que déterminent ces recueils.

Programme

9h00

Accueil et introduction Julien Gœury et Nathalie Dauvois

9h30

Jérémie Bichüe (Paris III-Sorbonne) : Stratégies individuelles et collectives à l’aube de la querelle Marot-Sagon : Protologies françoises de Charles de La Hueterie, un ‘coup d’essay’ de plus?

10h00

Sophie Astier (Aix-Marseille): François Sagon et ses réseaux. Premier essai de cartographie.

10h30 pause

11h00

Nina Mueggler (Fribourg): Victor Brodeau, secrétaire, poète et éditeur

11h30

Sandra Provini (Rouen) : Les réseaux de l’Esclave fortuné, bâtard d’Amboise, soldat et poète

 

13h00 pause déjeuner

14h00

Elsa Kammerer (Lille III-IUF) : Jean de Vauzelles et la Cour

14h30

Claire Sicard (Paris-Diderot): Les deux blasons de Saint-Gelais, à la marge des blasons anatomiques du corps féminin

15h00 pause

15h30

Elise Rajchenbach (Saint-Etienne): Entrer dans le champ : les premiers pas de Charles Fontaine dans et en marge des recueils collectifs

16h00

Julien Gœury (Amiens): La Hueterie et Beaulieu, ou comment faire fructifier   la querelle des blasonneurs

Répondants : Jean Vignes, Michèle Clément, Nathalie Dauvois, Guillaume Berthon

Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d’étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

 

Penser, composer, pratiquer la musique à l’époque du Compendium musicae de Descartes (1618)

Colloque international organisé par l’Université de Poitiers / Criham et Sorbonne Université / IReMus, sous la coordination d’Isabelle His et Théodora Psychoyou

Rédigé en 1618, le Compendium musicæ (ou Abrégé de musique) est le premier écrit du jeune René Descartes, publié de façon posthume en 1650 ; c’est aussi probablement un des moins connus. À l’occasion du 400e anniversaire de sa rédaction, et dans la ville où Descartes fut étudiant, ce colloque propose de réévaluer la portée de ce texte singulier en le confrontant avec les productions musicales de la première moitié du XVIIe siècle. Il s’agit d’étudier l’environnement musical du Compendium en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, et de pratiques d’exécution.

Jeudi 8 novembre 2018

• 14h – Accueil

• 14h30 – Introduction

 Session 1 : Penser la musique à l’époque de Descartes #1

Modération : Brigitte Van Wymeersch

• 14h45 – Guido Mambella (Bologna)
Descartes lecteur de Zarlino

• 15h20 – Inga Groote (Univ. Zurich)
Efficacité et rationalité chez les théoriciens allemands du XVIIe siècle : un tournant pragmatique ?

• 15h55 – Christophe Guillotel (IReMus)
Idées, méthodes et système musical dans le Compendium musicæ (1618) de René Descartes : une mise en regard avec la Synopsis Musicæ Novæ (1612) de Johannes Lippius et ses sources afférentes

• 16h30 Pause

• 16h45 – Frédéric De Buzon (Univ. Strasbourg)
Confrontation des méthodes cartésienne et beeckmanienne en théorie de la musique

• 17h20 – Laurence Taveau (IReMus)
Le Livre de la nature des sons (Arsenal Ms 2884), autographe du père Mersenne

• 18hPause

Concert-spectacle : Les mystères du contrepoint

19h

Concert-spectacle par l’ensemble Coclico, dir. Barnabé Janin

 


 

Vendredi 9 novembre 2018

 Session 2 : Penser la musique à l’époque de Descartes #2

Modération : Inga Mai Groote

• 9hBrigitte Van Wymeersch (Univ. Louvain)
Écrire la théorie musicale au temps de Descartes. Le “cas Mersenne”

• 9h35André Redwood (University at Albany, State University of New York) : Descartes’ varietas, Mersenne’s copia? Permutation, variation, and the rhetoric of compositional inventio

• 10h10Théodora Psychoyou (IReMus/Sorbonne Université) : Mersenne et le « projet » de l’Harmonie Universelle

• 10h45Pause

• 11hNicolas Andlauer (Univ. Toulouse) : … par l’effet des tambours : éloges antiques et modernes de la monotonie

• 11h35Alexander Jakobidze-Gitman (Univ. Witten/Herdecke)
Measurable time vs. duration : the clash between mechanistic and protophenomenological explanations in Compendium Musicæ

• 11h10Pamela Zuker (IReMus/Sorbonne Université/Univ. Poitiers)
L’art de la battue chez Jacques Mauduit

• 12h45Pause

 

Session 3 : Composer et pratiquer la musique à l’époque de Descartes

Modération : Isabelle His

• 14h30Francesca Mignogna (IReMus/Sorbonne Université)
Espace physique et espace harmonique des instruments à cordes pincées au début du XVIIe siècle

• 15h05Carola Hertel (Univ. Strasbourg)
Composition et exécution à l’Académie de Strasbourg au début du XVIIe siècle

• 15h40Pause

• 16hJean-Yves Haymoz (CNSM Lyon / HEM Genève)
Le problème de la quarte en France au début du xviie siècle

• 16h35Peter Bennett (Case Western Reserve University)
Liturgical chant, rhythm and “affect” in early 17th century Paris : evidence from the Church of the Oratoire and the Royal Abbey of Montmartre

• 17h10Jean Duron (CMBV)
Composer à l’époque de Descartes : l’exemple du manuscrit Ms. 168  de Tours

• 17h45Conclusions du colloque

 

Comité scientifique

Frédéric De Buzon (université de Strasbourg),
Jean Duron (Centre de musique baroque de Versailles),
Jean-Yves Haymoz (Haute école de musique de Genève),
Isabelle His (Université de Poitiers / Criham),
Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus),
Brigitte Van Wymeersch (Université de Louvain)

Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, Pavillon universitaire Musique et Danse, auditorium
15, rue Guillaume VII le troubadour – Bât. E08

Éditer les œuvres complètes (XVIe et XVIIe siècles)

Colloque organisé par la Société des Textes Français Modernes (STFM) sous la direction de Philippe Desan (University of Chicago) et Anne Regent-Susini (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

19-20 octobre 2018 de 9 heures à 18 heures University of Chicago, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

 

Vendredi 19 octobre

9h – 9h15 : Accueil des participants

9h15 – 9h45: Jean Balsamo (Université de Reims) « Remarques sur les éditions d’œuvres complètes dans la tradition imprimée (1460-1515) »

9h45 – 10h15: Guillaume Berthon (Université de Toulon) « “En belle forme de livre” : éditer les œuvres de Clément Marot au XVIe siècle »

10h15-10h30 : Discussion Pause

10h45 – 11h15: François Rouget (Queen’s University, Canada) « Ronsard devant ses Œuvres : le cas de l’in-folio de 1584 »

11h15 – 11h45: Michèle Clément (Université Lumière Lyon 2) « Scève : réunir les œuvres d’un auteur qui refuse de faire œuvre »

11h45-12h15: Jean-Raymond Fanlo (Université Aix-Marseille) « Éditer les œuvres d’Agrippa d’Aubigné »

12h15 -12h30 : Discussion Déjeuner

14h – 14h30: Mireille Huchon & Romain Menini (Paris-Sorbonne & Université Paris-Est Marne-la-Vallée) « “un bon ouvrier mect indifferentement toutes pieces en œuvre” : Rabelais »

14h30 – 15h: Isabelle Garnier (Université Jean Moulin Lyon 3) « Des Marguerites de la Marguerite des princesses (Lyon, 1547) à l’édition actuelle des œuvres complètes de Marguerite de Navarre »

15h – 15h30: Philippe Desan (University of Chicago) « La première édition des œuvres complètes de Montaigne par Pierre Coste (1724) »

15h30 -15h45 : Discussion PAUSE

16h30 – 17h: Alain Riffaud (Le Mans) « “Monsieur de Luynes veut m’aller relier de ce pas” : la publication des œuvres de Molière au xviie siècle »

17h -17h30: Hélène Merlin-Kajman (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) « Les œuvres complètes de Corneille (1660) : une réponse à l’Académie française »

17h30 – 17h45 : Discussion

Samedi 20 octobre

9h30 – 10h Alain Génetiot (Université de Lorraine) « Éditer des œuvres posthumes : le cas Sarasin »

10h – 10h30 Damien Fortin (Sorbonne Universités) « Diversité et totalité : les premières éditions des œuvres complètes de La Fontaine »

10:30 -10h45 : Discussion Pause

11h15 – 11h45 Nathalie Grande (Université de Nantes) « Éditer les œuvres complètes d’une autrice au XVIIe siècle : le cas de Mme de Villedieu »

11h45 – 12h15 Camille Esmein-Sarrazin (Université d’Orléans) « Le cas Lafayette pour l’éditeur du XXIe siècle. Du chef-d’œuvre aux œuvres complètes : auctorialité, définition du corpus et collaboration »

12h15-12h30 : Discussion

12h30 – 14h Déjeuner

14h – 14h30 Delphine Reguig (Université de Lyon Jean Monnet) « Des Œuvres diverses aux Œuvres complètes : éditer Boileau entre le XVIIe et le XXIe siècle »

14h30 – 15h Laurent Thirouin (Université Lumière Lyon 2) « Compléter Pascal »

15h – 15h30 Myriam Tsimbidy (Université Bordeaux Montaigne) « Créations et fabrications des œuvres complètes du cardinal de Retz »

15h30-16h : Discussion

Affaires de foi – Neuchâtel, 29-30 juin 2018

Affaires de foi – The Business of Faith

Reconfigurations économiques et transformations sociales au temps de la Réforme
Economic Reform and Social Change in the Age of Reformation

Colloque organisé par Marion Deschamp, Eléna Guillemard et Fabrice Flückiger

Université de Neuchâtel – 29-30 juin 2018

 

En critiquant le monopole exercé par Rome dans l’administration des biens du salut ainsi que leur marchandisation, les mouvements réformateurs ébranlent toute l’économie traditionnelle de la foi. Sur le plan théologique, l’économie du salut passe du modèle de l’achat (rachat de la faute) à celui du don gratuit (effacement gracieux de la dette). Sur le plan pécuniaire, la gestion vénale de la fortune terrestre de l’Église est dénoncée. Mais les réformateurs s’emparent aussi d’autres questions, renouvelant les discours sur la dette, le prêt à intérêt, la charité publique, etc. Reste à savoir si la refonte de l’économie de la foi opérée par la Réforme a vraiment donné lieu à l’émergence de nouvelles pratiques, éthiques et conduites économiques.

Le programme peut être téléchargé ici.

 

Tours, CESR, 5-6 octobre 2018 – Le réseau de Marguerite de Navarre

Le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours organise, les 5 et 6 octobre 2018, le colloque :

Le réseau de Marguerite de Navarre

Les récents travaux de Jonathan Reid et d’Isabelle Garnier ont permis de dessiner les contours d’un réseau existant autour de la reine de Navarre et cela encore bien après la dissolution du Cénacle de Meaux. Ce colloque se propose de rendre compte des mouvements d’influences entre les membres du cercle et la reine de Navarre, plus particulièrement à partir des années 1530 et de relever tous les jeux de miroirs qui viennent tisser un véritable réseau évangélique. Différents angles de recherche semblent se prêter à une réflexion sur :

La protection de Marguerite : comment du point de vue historique, les membres du réseau de Marguerite ont-ils pu bénéficier de la protection de la reine ? En quoi leurs parcours ont pu être marqués par les interventions de la Reine ? Quels en furent les effets et les échos ?

Les influences réciproques : d’un point de vue littéraire, poétique et stylistique, dans quelle mesure les écrits de Marguerite de Navarre ont-ils inspiré les écrits de ses contemporains ? Quels motifs littéraires, quels aspects poétiques ou rhétoriques peut-on retrouver de part et d’autre de ce réseau ? La thèse d’Isabelle Garnier a permis d’établir l’idée d’une connivence d’écriture chez les évangéliques de la période 1520-1535 à partir de la récurrence de certaines expressions. Que peut-on dire des années qui suivent ? Et plus généralement dans les arts, peut-on trouver, que ce soit dans les beaux-arts, en musique et en architecture, les marques et caractéristiques d’un style propre à la Reine de Navarre ?

Une pensée commune : reste qu’il est difficile de définir avec précision ce qu’est l’évangélisme en cette première moitié du XVIe siècle. Peut-on toutefois repérer certains traits communs de la pensée religieuse entre les différents membres du réseau de Marguerite ? Quelles influences peut-on déceler entre les pensées religieuses de Marguerite et celles de ses protégés ? Retrouve-t-on chez d’autres auteurs les composantes du mysticisme de Marguerite ?

Le programme peu être téléchargé ici.