Tous les articles par Sandra Provini

Bibliographie agrégations de lettres 2022

Vous trouverez ici la bibliographie sur les œuvres au programme de l’agrégation de Lettres 2022, Les Regrets, Les Antiquités de Rome et Le Songe de Joachim Du Bellay. Préparée par Claire Sicard (CESR, Université de Tours), elle est accompagnée d’une précieuse bibliographie Zotero, dont le mode d’emploi figure ci-dessous.

Principes d’élaboration et mode d’emploi

Le présent document est conçu pour permettre aux personnes qui ne connaissent pas Zotero, logiciel gratuit de gestion bibliographique, d’utiliser au mieux les ressources ainsi mises à leur disposition.


Plan de la page

 

Retour en haut de la page


1) Modalités de la consultation sous Zotero

Dans sa version Zotero, la bibliographie peut être consultée de deux façons :

  • soit directement en ligne – pour cela il suffit de rejoindre la page d’accueil de la bibliothèque partagée à cette adresse, puis de cliquer sur “Group library” pour accéder à l’interface (en anglais) qui sera prioritairement décrite dans les explications infra ;
  • soit sur son poste de travail, sans passer par Internet : cette version permet de travailler même sans connexion, dans une interface en français et offre en outre des fonctionnalités un peu plus avancées que celles disponibles dans la version en ligne ; toutefois, pour l’utiliser, il faut avoir préalablement créé un compte utilisateur mais aussi installé sur son ordinateur un client Zotero et demandé à devenir membre de la bibliothèque partagée (“Members”), ce qui permettra d’en importer et d’en synchroniser le contenu comme un sous-ensemble de sa propre bibliothèque.

Quelle que soit la modalité de consultation choisie, il ne vous sera pas possible de modifier le contenu de cette bibliothèque partagée. Mais, comme pour toutes références structurées sous Zotero, vous pourrez vous en servir pour éditer des références bibliographiques, des citations voire une bibliographie complète. Vous pourrez également – et c’est sur cet aspect que nous insisterons tout particulièrement – vous en servir comme d’une base de données. Mais avant de présenter ces fonctionnalités, il convient de préciser d’abord quels principes ont été suivis pour en rassembler les éléments.

Retour en haut de la page


2) Limites du corpus

A. 1994-2021

Nous avons d’abord pris le parti de recenser, le plus exhaustivement possible et sans préjuger de leur intérêt profond ou de leur pertinence, toutes les publications (articles, chapitres d’ouvrages, ouvrages entiers) :

  • de niveau universitaire et correspondant aux normes de la critique,
  • portant de façon significative sur un des trois recueils du programme au moins,
  • postérieures à 1994, date à laquelle ces mêmes œuvres ont figuré au programme des agrégations de Lettres pour la dernière fois.

Sont ainsi exclus de cette bibliographie les publications d’usage scolaire, de vulgarisation grand public sans références critiques explicites ainsi que les travaux ne mentionnant que de façon secondaire les trois recueils ou portant sur d’autres aspects de l’œuvre de Du Bellay. Les thèses ne sont mentionnées que si elles portent précisément sur les œuvres au programme et si un résumé au moins en est commodément accessible. Les travaux de recherche de niveau master ont été écartés de ce recensement.

Retour en haut de la page


B. Avant 1994

À cette première base de publications, s’ajoutent des références antérieures à 1994 dès lors qu’elles correspondent à l’un au moins de ces critères :

  • elles restent mentionnées par les bibliographies de l’édition au programme et/ou de la plus récente édition des Regrets (tome IV-1 des Œuvres complètes de Joachim Du Bellay par M. Magnien, O. Millet et L. Petris, Paris, Classiques-Garnier, 2020),
  • elles abordent un aspect des œuvres au programme pertinent mais peu fréquemment étudié,
  • elles sont souvent citées par des articles ultérieurs qui s’y réfèrent comme à des points de départ de leur réflexion (qu’il s’agisse d’en prolonger les analyses ou de les contester),
  • elles proposent pour tout ou partie des explications de texte au programme d’une page au moins.

Pour ces références anciennes – qu’on aura souvent intérêt à compléter et parfois à corriger par la lecture de travaux plus récents – la question de l’accessibilité s’est posée avec plus d’acuité. Nous avons donc privilégié :

  • celles qui figurent dans des ouvrages toujours disponibles à la vente,
  • celles qui ont été numérisées et qui sont disponibles, directement ou non, en ligne,
  • celles qui sont conservées dans des fonds de bibliothèque (en particulier la BNF et les BU)
  • et/ou celles qui ont fait l’objet de compte-rendus détaillés aisément accessibles.

Retour en haut de la page


3) Enrichissement des données bibliographique au sein de chaque notice

Pour consulter la notice associée à une référence il faut d’abord cliquer sur son titre. Cette opération fait apparaître une série de données dans la colonne de droite de l’interface. Chaque notice présente une première vue intitulée “Info” dans laquelle sont réparties les métadonnées attachées à la référence. Outre celles qui permettent l’identification précise de la ressource (auteur, titre, date etc.) et qui fournissent les éléments de la référence telle qu’elle se présente dans la version classique de la bibliographie au format texte, on trouvera sous Zotero d’autres éléments utiles et complémentaires dont les principaux sont exposés ici :

  • chaque fois que c’est possible, figure dans la case “URL” un lien vers tout ou partie du texte de l’ouvrage ou de l’article (selon les plateformes, l’accès peut être libre ou soumis à des abonnements que souscrivent en général les bibliothèques universitaires. En ce cas, pour lire intégralement le texte il faudra modifier un peu le lien dans son navigateur pour l’adapter à celui qui correspond à sa bibliothèque de rattachement),
  • à défaut, dans la case “Archive” est reporté le lien vers la notice correspondante du catalogue de la BNF,
  • la case “Abstract” (en ligne) ou “Résumé” (client Zotero) contient parfois des informations supplémentaires sur le sujet de la ressource (en général : citation d’une présentation d’éditeur ou d’indications fournies par des compte-rendus).

Pour chaque entrée, la colonne de droite de l’interface présente d’autres onglets – 3 si l’on dispose d’une version client de Zotero (“Notes” et “Attachments” de la version en ligne étant réunis sous le seul intitulé “Notes”), 4 (qui suivent) si l’on consulte la bibliothèque partagée en ligne :

  • dans “Notes” on trouvera (très ponctuellement) des précisions sur un aspect spécifique de la référence (indications moins globales que dans le “résumé”),
  • dans “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) est indiquée une liste de mots-clés que nous avons pris le parti, sans prétendre à une parfaite exhaustivité, d’associer à la ressource [voir infra pour leur modalité d’usage],
  • dans “Attachments” sont recensés des liens de compte-rendus (CR) dont la référence a fait l’objet,
  • dans “Related” (en ligne) ou “Connexe” (client Zotero) se trouvent réunies sous la forme de liens cliquables des références internes à la bibliothèque partagée que l’on peut mettre en relation avec celle qui fait l’objet de la notice. Ces relations peuvent être de deux ordres :
    • le plus fréquemment, il s’agit d’une relation de partie à tout : un chapitre ou un article sont ainsi reliés à l’ouvrage entier dont ils sont tirés ;
    • il peut également arriver que soient ainsi associés des articles ou des ouvrages qui se font écho et qu’il peut être intéressant de réunir ou de confronter (traduction ou remaniement d’une version antérieure d’un article également recensé ; réponse à une publication antérieure ; prolongement d’une réflexion engagée dans un texte précédent etc.) ; en ce cas, la nature exacte de la relation est spécifiée dans l’onglet “Notes”.

Retour en haut de la page


4) Pré-organisation des références

Chacune de ces notices se trouve par ailleurs pré-organisée en sous-corpus, qui permettent à l’utilisateur de circuler de façon plus efficace dans le massif touffu de ces centaines de références. Outre les relations ponctuelles entre références dans l’onglet “Related” | “Connexe”, qui viennent d’être mentionnées, on relève deux modalités principales d’organisation, qui sont complémentaires.

A. Les collections

Sous Zotero, on désigne par le terme de “collections” les dossiers qui figurent dans la colonne de gauche des interfaces, aussi bien en ligne qu’en version client. Ces collections peuvent elles-mêmes contenir des sous-collections que l’on peut faire apparaître en cliquant sur la petite flèche située à gauche de l’icône les représentant. Si un dossier n’est pas précédé de cette flèche, c’est qu’il ne contient aucune sous-collection. Les ensembles ainsi hiérarchisés organisent les références

  • d’une part selon le type de l’ouvrage (éditions, manuels, ouvrage de contextualisation…),
  • d’autre part selon le corpus sur lequel portent la référence (études portant sur tout le programme, l’un des recueils, un sonnet spécifique…)

En cliquant sur l’un de ces dossiers, on limite l’affichage en partie centrale (qui par défaut propose toutes les entrées de la bibliothèque partagée) aux seules références rassemblées dans la collection concernée. Une même notice peut figurer dans plusieurs collections. Certaines collections, au niveau fin des textes, peuvent ne contenir aucune référence.

Retour en haut de la page

i. Collections communes aux versions pdf et Zotero

Les trois premières collections (et leurs sous-catégories) sont celles qui ont servi à structurer la version pdf. En voici les titres :

1. Éditions, usuels et manuels

a. Autres éditions [que celle au programme] b. Manuels et introductions c. En préparation [ouvrages à paraître, manifestations agrégatives prévues] d. Catalogues et bibliographies

2. Éléments de contextualisation

a. Sur Du Bellay. Perspectives bio-bibliographiques b. Sur l’œuvre de Du Bellay en général. Poétique, esthétique c. Sur les idées de Du Bellay. Philosophie, politique, religion d. Contexte : paysage littéraire et poétique e. Contexte : Rome et l’Italie f. Histoire de la réception

3. Études centrées sur le programme

a. Études portant sur les trois recueils b. Sur Les Regrets c. Sur Les Antiquités de Rome d. Sur Le Songe e. Sur Les Antiquités de Rome et Le Songe

Retour en haut de la page

ii. Collection propre à la version Zotero

La quatrième collection ne se trouve que dans la version Zotero. Elle est intitulée “Dans le détail des recueils” et ses sous-ensembles descendent au niveau plus fin de l’unité textuelle, ce qui permet de consulter les références qui consacrent une page au moins à l’analyse de tel ou tel poème. Pour Les Antiquités et Le Songe, qui sont des recueils brefs, la structuration se fait en trois niveaux :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) Sous-collection par recueil
      • (3) Dossier par texte

En revanche, pour Les Regrets, on a pris le parti d’introduire entre les niveaux (2) et (3) un dossier intermédiaire, par dizaine. Ainsi, pour consulter les ressources qui étudient le sonnet 16 des Regrets, il faut suivre la structuration suivante, en quatre étapes :

  • (1) Collection “4. Dans le détail des recueils”
    • (2) a. Les Regrets
      • (3) S010
        • (4) s016

Retour en haut de la page


B. Les mots clés

On a déjà indiqué supra que des mots-clés sont associés à chaque référence et que ces termes sont visibles dans l’onglet “Tags” (en ligne) ou “Marqueurs” (client Zotero) de chaque notice. Dans ce cadre, ils donnent bien sûr des indications sur le contenu de l’article ou de l’ouvrage recensé.

Mais ce sont surtout des outils de recherche complémentaires à l’organisation par collection. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous avons pris le parti d’offrir un large éventail de mots clés, qui peuvent aussi bien être

  • des noms propres de personnes ou de personnages – indiqués au format Nom (Prénom, particule sécable, titre), par exemple : “Morel (Jean de)”, “Du Bellay (Jean, cardinal)” ou “Guise (Charles de, cardinal de Lorraine)” ;
  • des titres d’autres œuvres de Du Bellay que celles inscrites au programme, parfois sous une forme abrégée, par exemple “DILF” pour la Deffence et Illustration de la langue françoyse ;
  • des thèmes ou des motifs, par exemple “Mélancolie” ou “Cygne” ;
  • des types d’approche, par exemple “Anthropologie” ou “Stylistique” ;
  • des genres ou des registres, par exemple “Sonnet”, “Satire | Satirique” ou “Elégie | Elégiaque” – on notera pour ces derniers cas nous avons pris le parti de rassembler le genre et le ton associé, non pas pour introduire ou favoriser une confusion entre ces catégories distinctes mais plutôt pour rassembler des références qui, souvent circulent elles-mêmes d’un champ à l’autre ;
  • des figures stylistiques, des descripteurs prosodiques ou des catégories grammaticales, par exemple “Antithèse”, “Décasyllabe” ou “Pronoms”.

Ces métadonnées sont exploitables, en ligne comme dans la version client, à partir d’un espace qui se situe en bas de la colonne de gauche et qui est replié par défaut. Pour le déplier, il suffit de positionner sa souris puis de cliquer au centre de la fine bordure blanche visible au bas de la colonne, d’un tiret gris dans l’interface en ligne (première image) ou au niveau d’un petit point dans la version client (deuxième image) . Idem pour le replier.

Dans la version client, la boîte qui s’ouvre alors peut être agrandie ou au contraire rétrécie comme on le souhaite. Pour procéder à une recherche, on peut :

  • soit cliquer directement sur le mot qui nous intéresse dans la liste qui apparaît,
  • soit taper dans le petit moteur de recherche en bas de la boîte une série de lettres, qui ne sont pas forcément les premières mais qui se suivent dans le mot recherché : au fur et à mesure, la liste se réduit aux seuls mots qui contiennent cette suite de lettres et l’on peut cliquer sur celui souhaité.

Comme pour les collections, la sélection d’un mot clé limite l’affichage des références de la colonne centrale aux seules entrées qui ont en commun ce terme Il est possible de combiner plusieurs mots clés, par exemple de sélectionner d’abord toutes les références sur le sonnet – 25 entrées – puis de choisir dans ce corpus déjà limité celles qui mentionnent aussi Berni – 4 entrées au total, alors que l’on en trouverait 3 de plus si l’on avait cherché seulement “Berni (Francesco)” sans le combiner au mot-clé “sonnet”.

C’est la raison pour laquelle il faut bien prendre garde à remettre les compteurs de la recherche à zéro si l’on veut chercher toutes les entrées associées à un seul mot clé. Pour effacer la recherche précédente, il suffit de recliquer sur le mot clé que l’on veut effacer. Ainsi, si je ne veux pas combiner “sonnet” et “Berni (Francesco)” mais d’abord chercher les références concernant le sonnet puis dans un second temps recenser celles qui mentionnent Berni, je procèderai de la façon suivante :

  • sélection du mot clé “sonnet” par un premier clic
  • déselection du mot “sonnet” par un second clic
  • sélection du mot clé “Berni (Francesco)” par un troisième clic.

Retour en haut de la page


5) Autres modalités de tri et de recherche permises par Zotero

Nous nous attarderons moins sur ces fonctionnalités, propres au logiciel et moins tributaires des choix d’organisation propres à notre bibliothèque partagée. Pour se familiariser avec ces outils, on peut au besoin consulter des tutoriels dédiés par exemple celui-ci, utile, même s’il est déjà ancien. Il est toutefois bon d’indiquer à grands traits ce que permettent en matière de tri et de recherche des données les deux interfaces, en ligne ou en local, de Zotero.

A. Adaptation de l’affichage

Que l’on opte pour l’une ou l’autre version, il est possible d’adapter l’affichage des entrées dans la colonne centrale. Par défaut sont indiquées en colonnes successives les informations bibliographiques minimales : auteur, titre, date. En cliquant sur une icône représentant un petit tableau à deux colonnes, dans le menu en haut à droite de cette colonne centrale, il est possible d’ajouter de nouvelles colonnes qui correspondent à des descripteurs de chaque notice. Si on le souhaite, on peut par exemple faire apparaître la langue de la référence (“Language” ou “Langue”) ou l’éditeur commercial (“Publisher” ou “Maison d’édition”). Pour revenir à l’état initial du tableau, il faut soit décocher manuellement les colonnes que l’on ne veut plus voir apparaître, soit cliquer en bas du même menu déroulant sur “Restore Column Order”.

Une fois que l’on a retenu les colonnes souhaitées, il est possible d’en classer le contenu, comme dans un tableur, soit de façon croissante (ou dans l’ordre alphabétique), soit de façon décroissante (ou dans l’ordre inverse de l’alphabet). Pour cela, il suffit de cliquer une ou deux fois sur la colonne que l’on souhaite réorganiser. Ainsi, cliquer une fois sur le titre de la colonne “Date” permet de présenter les références de la plus ancienne à la plus récente ; en cliquant une seconde fois sur date, on obtient en revanche un affichage qui commence par la référence la plus récente. Dans la version client, il est possible d’affiner le tri en sélectionnant un critère de tri secondaire.

Retour en haut de la page


B. Organisation de la recherche, simple ou avancée

Un moteur de recherche matérialisé par un encadré contenant une icône en forme loupe et placé en haut à droite des deux interfaces permet des recherches simples. Les champs interrogés sont plus étendus dans la version client que dans la version en ligne mais les deux dispositifs sont suffisants si l’on a en tête une référence précise que l’on veut rapidement retrouver en tapant le début du nom de l’auteur ou du titre.

La recherche avancée, qui combine plusieurs critères et permet surtout d’enregistrer des micro-corpus correspondant à chacune de ses recherches, n’est disponible que dans la version client, en utilisant la commande “Edition” | “Recherche avancée”.

Retour en haut de la page

La science prise aux mots

Violaine Giacomotto-Charra et Myriam Marrache-Gouraud (dir.), La Science prise aux mots. Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 2021, 460 p.

 

Fruit de quatre journées d’études organisées de 2014 à 2016, le présent volume réunit vingt contributions, précédées d’une introduction générale. Le livre se divise en trois parties, chacune d’entre elles s’ouvrant utilement sur un cadrage théorique proposé par les directrices de l’ouvrage. L’objectif de Violaine Giacomotto-Charra et de Myriam Marrache-Gouraud est d’étudier le lexique scientifique de la Renaissance afin d’en saisir les évolutions mais aussi les influences pratiques et conceptuelles dans le domaine savant. Soucieuses d’historiciser les savoirs, toutes deux entendent « examiner un moment de la vie de la terminologie scientifique dans la diversité de ses supports, en tenant compte de la variété des disciplines et des emplois, en mesurant le décalage avec lequel les mots passent du latin au vernaculaire et les effets que ce phénomène induit, en [s’]attachant à mettre en évidence les lieux où se formalise une réflexion sur la langue scientifique » (p. 13-14).

Une première partie, intitulée « Noms et images de la science », examine les mots qui désignent la démarche savante et la soif de savoir à la Renaissance. Tentant de dénouer l’écheveau du lexique scientifique renaissant, V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud montrent comment il est possible de saisir les choix épistémiques opérés par un savant à partir des mots qu’il emploie. Elles explorent en outre la dimension équivoque de la « curiosité », cette soif de connaissances observée avec suspicion voire condamnée pour son outrecuidance.

Les contributions de Guylaine Pineau (sur Ambroise Paré) et de Nicolas Corréard (sur la métaphore viatique et le désir savant) examinent plus avant les ambiguïtés de la libido sciendi. G. Pineau met au jour le paradoxe en vertu duquel le chirurgien, pourtant animé d’un puissant désir d’apprendre, recourt très peu à la notion de curiosité, sans doute à cause de la saisie négative qu’on pouvait en faire. De son côté, N. Corréard montre que, dans les satires d’inspiration lucianesque, le lexique viatique (comme le terme « pérégrinité », présent chez Rabelais) a massivement été employé pour décrire ou décrier le désir jamais assouvi de savoir.

Enfin, Noémie Castagné étudie la traduction en langue vulgaire réalisée par Filippo Pigafetta du Mechanicorum liber (1577), traité de mécanique signé Guidobaldo dal Monte. En arpentant la correspondance entre le traducteur et l’auteur, N. Castagné scrute les difficultés rencontrées par Pigafetta lorsqu’il cherche à rendre compréhensibles des termes techniques latins, peu voire jamais usités en langue italienne.

Sous le titre « Les leçons de l’expérience », la deuxième partie de l’ouvrage s’ouvre sur un article introductif dans lequel V. Giacomotto-Charra et M. Marrache-Gouraud soulignent que, dès la fin du Moyen Âge, l’expérience apparaît comme une composante centrale de la démarche savante. La Renaissance se distinguerait alors par son goût de plus en plus marqué pour l’autopsie, c’est-à-dire la vue par soi-même, mais aussi pour l’expérimentation, conçue comme « moment, organisé et volontaire, du raisonnement savant » (p. 113).

            Dans son article, Juliette Ferdinand étudie le lexique de Bernard Palissy, chez qui le terme d’« expérience » est peu employé alors que ses écrits de céramiste et de naturaliste constituent une apologie de l’expérience et des savoirs pratiques contre les raisonnements théoriques et les sources livresques. Moins radicale est la position du médecin Antoine Mizauld dont Laurent Paya étudie l’ouvrage d’agronomie (Le Jardinage, 1578). Dans ce traité où abondent les phénomènes merveilleux, l’expérience permet de confirmer les savoirs horticoles des Anciens grâce aux observations de terrain faites par les jardiniers et les érudits contemporains de Mizauld, sans que ce dernier ait besoin d’expliquer la logique causale des prodiges qu’il décrit.

            Les deux contributions suivantes réfléchissent à la place de l’expérience en médecine. Valérie Worth-Stylianou scrute les préfaces des traductions françaises de traités médicaux grecs ou latins afin de voir comment les traducteurs conçoivent l’expérience. Les anatomistes d’une part et les paracelsistes de l’autre apparaissent comme des chantres de cette notion avant que le genre épistémique de l’observation ne permette à une femme telle que Louise Bourgeois de fonder la légitimité de son entreprise d’écriture sur son expérience de sage-femme. Hervé Baudry, quant à lui, s’intéresse au médecin galéniste orthodoxe Antoine Martin, critique sévère du malade sceptique et « misiâtre » (p. 173) que serait Montaigne. L’opposition entre les deux hommes se greffe sur une compréhension radicalement différente de l’expérience : soumise à la raison dans le discours institutionnel du médecin, l’expérience est, chez l’auteur sceptique, un mode de connaissance intime permettant de questionner les prétentions hégémoniques de la raison.

            Les deux dernières études de cette partie abordent la littérature militaire et les privilèges d’invention. Michel Pretalli s’intéresse à l’essor des publications d’art militaire généré par les guerres d’Italie. L’expérience y joue un rôle crucial parce qu’elle est mise au service d’une démarche promotionnelle. Bien des auteurs cherchent à se construire une expertise à partir de leur savoir-faire pratique qu’ils ont acquis sur le terrain. Quant aux lettrés qui n’ont pas été sur le champ de bataille, la latitude sémantique du terme « expérience » leur permet de fonder leur crédibilité sur un savoir indirect acquis par les livres. De son côté, Aurélien Ruellet étudie les privilèges attribués à des inventeurs français et anglais du xviie siècle. Les pratiques de démonstrations publiques que suscitent les inventions croisent deux usages de l’expérience : s’il est question d’administrer des preuves par l’expérimentation, la démonstration a aussi une valeur publicitaire au sein d’un dispositif qui relève de « la science-spectacle » (p. 227).

Une dernière moisson d’articles, regroupés sous le titre « Une science du regard », étudie l’autonomisation progressive et la promotion de l’observation conçue comme un geste épistémique qui « engage le sujet » (p. 236) et modifie les pratiques scientifiques.

            En étudiant les récits de voyage, corpus bâti sur une tension entre l’autopsie et le savoir livresque, Grégoire Holtz analyse comment s’élabore la validité des observations faites lors des premières circumnavigations. L’auteur remarque que les récits géographiques sont sous-tendus par un « idéal de transitivité » de l’expérience viatique (p. 268) autant que par une interrogation sur la pertinence épistémologique de l’observation, nécessairement circonscrite à l’œil du cosmographe. Cette question de la prééminence de l’œil observateur se retrouve chez Bernard Palissy, dont les écrits sont analysés dans un second article de J. Ferdinand. L’autrice montre à quel point l’observation directe conditionne l’acquisition de connaissances chez le céramiste, au point d’être davantage valorisée que la lecture des autorités.

            Les deux contributions suivantes s’attachent aux traités d’histoire naturelle. Dans un article sur les images présentes dans ces textes, Philippe Glardon remet en question le préjugé selon lequel ces imprimés seraient composés d’illustrations réalistes et de commentaires obsolètes. Soucieux de redéfinir les « liens heuristiques qui unissent texte et image » (p. 293) dans les écrits des naturalistes, l’auteur rappelle que l’image est subordonnée aux descriptions textuelles et qu’elle en forme même une concrétisation matérielle. De son côté, Claude La Charité étudie L’Histoire entiere des poissons de Guillaume Rondelet afin d’en mettre au jour les fondements épistémologiques. Bien que la vue joue un rôle crucial dans le discours de l’ichtyologue, notamment par l’intermédiaire des gravures, son traité, mu par un désir d’exhaustivité, dépasse cette prééminence du visible pour tantôt explorer la nature multisensorielle de l’observation scientifique tantôt offrir une place à l’invisible, c’est-à-dire à des espèces évoquées par les Anciens mais jamais vues par l’historien naturel.

C’est à l’anatomie et à ses rapports avec l’observation que sont consacrées les deux études suivantes. Emmanuelle Lacore-Martin s’intéresse au travail du médecin André Du Laurens et met au jour chez ce dernier un idéal de la transparence tant dans la communication scientifique, où le visible et le vrai se confondent, que dans sa description anatomique de l’œil, où la clarté du cristallin joue un rôle prépondérant. Pour sa part, Benoît Jeanjean étudie la publication entreprise en 1714 par Giovanni-Maria Lancisi de planches réalisées au xvie siècle par le célèbre anatomiste Bartholomée Eustache. La distance temporelle qui sépare la création des planches et la parution de l’ouvrage rend d’autant plus féconde l’analyse du travail de commentaire entrepris par le savant italien. Façonnant au gré de ses annotations un portrait élogieux d’Eustache en anatomiste d’une modernité étonnante, Lancisi établit une continuité entre la Renaissance et son temps, en dépit des changements qu’a connus le monde scientifique en un siècle et demi.

Enfin, les deux dernières contributions abordent la question de l’observation à travers la presse savante (David Banks) et la cartographie (B. Jeanjean). Dans son article, D. Banks compare la manière dont a été employée la notion de perception dans Le Journal des Sçavans et The Philosophical Transactions, deux revues savantes de la fin du xviie siècle. L’auteur montre que la fréquence plus grande avec laquelle la perception est convoquée dans la revue londonienne s’explique par des projets éditoriaux et idéologiques différents : nourri de la pensée empiriste, le journal anglais s’adresse à un lectorat féru de sciences et de techniques tandis que la revue parisienne, influencée par les thèses cartésiennes, couvre une grande variété de disciplines et participe à la célébration monarchique de la culture française. Dans son second article, B. Jeanjean étudie les fonctions des textes liminaires qui accompagnent les différentes éditions du premier atlas mondial que constitue le Theatrum Orbis Terrarum (1570) d’Ortelius. Extrêmement variés au fil des éditions, ces seuils péritextuels visent à instruire, séduire et émouvoir le lecteur, découvrant, émerveillé, la terre entière condensée en un seul livre.

            Étoffée d’une riche bibliographie et d’un index des noms anciens, l’enquête menée dans cet ouvrage s’avère aussi passionnante qu’accessible pour ceux et celles qui souhaitent approfondir leur connaissance des savoirs renaissants. Offrant la possibilité aux lecteurs et lectrices de repenser l’épaisseur historique des mots et des concepts scientifiques, ce recueil d’articles se lit aussi comme une invitation à mesurer l’étrangeté d’une langue qui nous semble pourtant familière tant les termes qu’elle mobilise ont perduré jusqu’à nos jours. Par la variété des disciplines abordées autant que par la multiplicité des questions soulevées au fil des contributions, le volume stimule notre curiosité moderne et assure une expérience de lecture d’autant plus réjouissante que la science renaissante est rendue à son incroyable foisonnement.

Jérôme Laubner

Pour une autre poétique. Horace renaissant

Nathalie DAUVOIS, Pour une autre poétique. Horace renaissant, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance], 2021, 248 p.

La théorie de la littérature a valorisé une généalogie et un modèle conceptuel unique, celui de la Poétique d’Aristote. L’objet de ce bref ouvrage est de suggérer que d’autres modèles théoriques ont compté, notamment à la Renaissance. Centré non plus sur la construction d’une intrigue, d’une histoire, mais sur le personnage, l’art poétique d’Horace place la voix, le discours, la « fiction de personne » au cœur de la création et de l’invention poétiques. Mais Horace est aussi un poète qui offre à la fois la théorie et la pratique d’une langue spécifiquement poétique. Enfin cette œuvre, entièrement à la première personne, permet de repenser la relation du poétique à l’éthique, de penser la littérature, et singulièrement la poésie, comme expérience.

Table des matières sur le site de l’éditeur.

La philosophie naturelle en langue française

Violaine GIACOMOTTO-CHARRA, La philosophie naturelle en langue française. Des premiers textes à l’œuvre de Scipion Dupleix, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance], 2020, 600 p.

Surtout connu pour ses ouvrages d’histoire, le juriste condomois Scipion Dupleix fut aussi l’un des tout premiers à écrire en français un corpus complet de philosophie scolastique. Dans les années 1600-1610, il publia un ensemble de textes couvrant la logique, la philosophie naturelle, l’éthique et la métaphysique, qui connut en son temps un immense succès sous le nom de Corps ou de Cours de philosophie. Notre ouvrage analyse le travail de vulgarisateur de Dupleix, en se fondant plus particulièrement sur les textes traitant de philosophie naturelle. Il examine le statut et la place de cette discipline dans les milieux lettrés, l’adaptation de la langue française à la philosophie jusque-là exprimée en latin, les raisons qui ont pu pousser un jeune magistrat de province à entreprendre une vaste entreprise de diffusion philosophique et le détail du travail du texte, pour tenter de cerner les raisons d’écrire la philosophie en langue française à la toute fin de la Renaissance.

Table des matières sur le site de l’éditeur. 

La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Myriam Marrache-Gouraud, La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue (Europe, XVIe-XVIIe siècles), Genève, Droz, coll. « Les seuils de la modernité », vol. 23, 2020, 631 p.

 

Dans son nouvel ouvrage consacré aux cabinets de curiosité, Myriam Marrache-Gouraud livre une riche enquête sur les catalogues de ces cabinets qu’elle envisage dans leur matérialité, ainsi que dans leurs dimensions linguistique et rhétorique. Après avoir situé le cabinet de curiosité dans le cadre épistémologique de la Renaissance, elle se demande comment nommer et définir les objets inconnus, notamment des pays étrangers. L’auteure propose ainsi une étude des catalogues de curiosité, non pas en tant que documents historiques témoins d’un phénomène sociologique et culturel mais comme des lieux privilégiés des stratégies éditoriales et discursives de ces ouvrages. En raison de l’amplitude du phénomène des cabinets de curiosité en Europe, sont étudiés ici les catalogues dans les frontières européennes larges, en langues vernaculaires et en latin.

Continuer la lecture de La légende des objets. Le cabinet de curiosités réfléchi par son catalogue

Les territoires de l’âge d’or

Monique Mund-Dopchie, Les territoires de l’âge d’or, de l’Antiquité à l’ère du tourisme planétaire, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2020, 394 p. 

La professeure émérite de l’université de Louvain propose une vaste enquête dans les territoires de l’âge d’or et s’interroge sur la manière dont ceux-ci sont envisagés dans les textes de l’Antiquité à nos jours. Les quatre parties de l’ouvrage suivent l’ordre chronologique du mythe, depuis les textes antiques, sur lesquels l’Occident a construit ses représentations, jusqu’à la découverte des « nouveaux mondes » (l’Amérique au XVIe siècle et l’Océanie au XVIIIe). Enfin, le voyage se termine au XXe siècle, lorsque l’âge d’or fait explicitement référence au bonheur d’autrefois, notamment dans les guides touristiques.

Continuer la lecture de Les territoires de l’âge d’or

Paganisme et humanisme

Grégoire Holtz, Paganisme et Humanisme. La Renaissance française au miroir de la Vie d’Apollonius de Tyane, Genève, Droz, coll. Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2021.

Résumé : Roman grec composé par Philostrate au IIIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane suscite chez les humanistes une réaction ambivalente de fascination (pour un sage pythagoricien) et de répulsion (pour un supposé rival du Christ). L’étude de la réception de ce texte, à travers les médiateurs éditoriaux (traducteurs, commentateurs, libraires…) qui le rendent accessible, est l’occasion de scruter un autre visage de la Renaissance : celui de la confrontation de l’humanisme et du paganisme. Pour certains lettrés du XVIe siècle, la Vie d’Apollonius de Tyane n’entre pas dans le cadre commun, qui voit dans les écrits philosophiques de l’Antiquité une propédeutique à la lecture des lettres sacrées (comme pour le platonisme et l’aristotélisme). Condamnée pour son affabulation romanesque comme pour sa nature païenne, la Vie d’Apollonius de Tyane est bien une œuvre sous tension qui amène à s’interroger sur les présupposés et les attentes de l’humanisme.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.

Global Montaigne Mélanges en l’honneur de Philippe Desan

Global Montaigne. Mélanges en l’honneur de Philippe Desan, dir. Jean Balsamo et Amy Graves, Paris, Classiques Garnier, 2021.

  • Résumé : En hommage au professeur Philippe Desan, ce volume réunit quarante-neuf contributions, consacrées à Montaigne et à son œuvre, en français et en anglais. Dans une perspective transdisciplinaire, elles constituent l’approche la plus complète et la plus novatrice pour la connaissance d’un Montaigne global.
  • Parution : 03/03/2021
  • Éditeur : Classiques Garnier
  • Collection : Rencontres, n° 485
  • Mots-clés: Montaigne, littérature, philosophie, sociologie, histoire, histoire du livre, philologie

Consulter la table des matières sur le site de l’éditeur