Tous les articles par Sandra Provini

« Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas

Stéphan Geonget, « Le Mariage de l’estude du droict avec les lettres humaines ». L’œuvre de Louis Le Caron Charondas, « Travaux d’Humanisme et Renaissance » n° 617, Genève, Droz, 2021, 557 p.

Louis Le Caron, alias Charondas (il prit ce surnom en référence à l’antique législateur de Sicile) est né entre 1534 et 1536, et mort en 1613. Les occasions de le croiser sont nombreuses pour les seiziémistes, qu’ils s’intéressent à la littérature, au droit, au dialogue philosophique, ou encore à la poésie. Mais il manquait jusqu’ici une étude globale qui fasse le point sur les différentes dimensions de cette œuvre abondante et diverse, et qui en révèle la cohérence profonde. C’est chose faite avec le livre très riche de Stéphan Geonget, dont le titre (une formule empruntée à Estienne Pasquier, qui fut son ami) indique le projet : montrer que Le Caron ne fut pas un simple polygraphe qui se serait contenté d’accumuler les ouvrages, mais bien un humaniste original dont la pensée est cohérente. Louis Le Caron a voulu en effet réaliser le « mariage » intime du droit et de la littérature, dans une œuvre aux multiples facettes. Sa connaissance du droit irrigue ainsi sa création littéraire et sa philosophie, et elle étaye aussi son engagement politique, aux côtés des catholiques royalistes et gallicans. Chez Le Caron se rejoignent l’ambition encyclopédique d’un Budé ou d’un Rabelais, et le désir d’illustrer la langue française professé par un Du Bellay. Le Caron participe en outre du zèle antiquaire et patriotique d’un Fauchet ou d’un Pasquier en s’attachant à mieux faire connaître le patrimoine immatériel de la France, à travers la recension de sa jurisprudence et de ses coutumes.

On connaissait déjà le talent de Stéphan Geonget pour rendre accessibles les écrivains-juristes de la Renaissance, de Jean de Coras à Jean Papon ou André Tiraqueau. Ces qualités se retrouvent dans ce livre imposant, qui malgré son érudition n’a rien de rébarbatif tant son écriture est vivante et ses angles d’attaques variés. La composition du livre est dynamique et attrayante. La première partie expose d’abord les choix esthétiques et idéologiques de Louis Le Caron, et elle s’attache à dégager ce qui fait la spécificité de son humanisme : un certain féminisme, des préoccupations sociales, le choix de l’engagement civique, un souci de la pédagogie et de la diffusion des disciplines, tout autant que l’adhésion au mouvement plus général de l’humanisme juridique et littéraire en faveur de la restitution des disciplines et des textes antiques dans leur pureté. Après cette ouverture programmatique, nous sommes conduits vers les positions plus techniques adoptées par Le Caron juriste, dont l’auteur nous expose les subtilités avec pédagogie. Influencé par François Le Douaren et François Baudouin, Le Caron se rattache à l’école de Bourges, où le mos gallicus se distinguait par un souci de clarté, de méthode, par l’ouverture aux lettres humaines tout autant qu’aux sources proprement juridiques, et par la croyance à la raison et au progrès. Au cours de sa vie, Le Caron participe à tous les mouvements intellectuels ou artistiques de la France du XVIe siècle, que l’on a plaisir à revivre en suivant son itinéraire : le néo-platonisme des années 1550, lancé par l’Olive de Du Bellay, s’exprime dans sa Poésie (1554), alors qu’il s’inscrit pleinement dans la poétique de la jeune Pléiade. Après cette redécouverte de l’Antiquité païenne viendra toutefois le retour vers le christianisme, sous le règne d’Henri III. C’est alors aussi que Le Caron se place à l’avant-garde du stoïcisme chrétien, à l’unisson d’un Du Vair ou d’un Lipse (plusieurs éditions récentes des œuvres de ces philosophes pourraient d’ailleurs permettre de préciser les influences croisées qui s’établissent alors entre les œuvres de ces différents « néostoïciens »). Le Caron participe enfin à l’essor de la chasse aux sorcières qui s’intensifie à la fin du siècle, se révélant, malheureusement, plus proche des magistrats inquisiteurs jadis étudiés par Robert Mandrou, que des positions plus modernes d’un Jean Wier ou d’un Montaigne (que le Caron prend un malin plaisir à ne jamais citer, même s’il est probable qu’il l’ait lu).

La deuxième partie envisage Le Caron dans ses rapports avec la littérature. L’histoire de son nom de plume (« Charondas ») est lié à une légende familiale (l’un de ses ancêtres serait venu de Grèce avec Bessarion, lors de l’arrivée décisive des hellénistes de la première Renaissance).  Mais la création d’un nom de plume symbolique exprimerait aussi la volonté d’effacer par la célébrité une origine roturière que sa carrière de magistrat ne parvenait pas assez à rendre assez illustre. Le Caron met donc un point d’honneur à se faire connaître par une abondance production, à la fois dans la jurisprudence et dans la littérature, dans la prose et dans la poésie. Il multiplie les œuvres et son ambition outrepasse même de beaucoup les livres effectivement retrouvés, comme l’auteur nous le montre avec humour dans un merveilleux catalogue des « livres perdus ou références fictives ». Le Caron, au même titre que Pasquier, fait assurément partie des grands auteurs de dialogues du XVIe siècle français. Sa tentative la plus originale pour marier droit et lettres s’exprime dans un dialogue étonnant, La Claire ou de la prudence de droit (1554). Contemporain de Ramus, de Bodin et de Du Vair, Le Caron est comme eux l’un des pionniers de la philosophie en langue française. La Philosophie (1555), les Dialogues (1556) et les Questions diverses et discours (1583) sont ici envisagés sous le signe de la recherche d’une littérature vertueuse et exemplaire, dans la veine d’un Pibrac. C’est ensuite au cœur même du corpus juridique, en particulier dans les arrêts mémorables, que Stéphan Geonget nous fait goûter le plaisir de la narration qui emporte souvent la plume de Le Caron.

La troisième partie du livre revient à la chronologie avec les années de la Ligue, où Le Caron embrasse résolument la cause des « Politiques », défendant un pouvoir royal fort, le respect de la loi salique, mais aussi le rôle du Parlement de Paris, et les libertés de l’Église gallicane, à l’instar de son ami Pasquier, dont il partage la défiance envers les jésuites. La défense et illustration de la langue nationale, notamment par la création de nombreux néologismes, s’inscrit dans ce projet patriote, et Le Caron marche jusqu’à la fin de sa vie dans les pas de Tory, Rabelais et Du Bellay.

Cette vaste étude redonne vie à l’œuvre foisonnante de Louis Charondas Le Caron, dont elle donne à lire de nombreux extraits en les contextualisant et en les expliquant. La lecture en est instructive, claire, et souvent facilitée par un humour bienvenu dans ces matières érudites, et que n’aurait sans doute pas renié ce digne représentant de la basoche. La bibliographie recense pour la première fois une centaine d’éditions de ses différentes œuvres, entre 1553 et 1638, ainsi que les études critiques qui lui ont été consacrées.

Alexandre Tarrête

Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Formes, emplois et évolution du livret de ballet de la Renaissance à nos jours

Sous la direction de Marie Cléren, Caroline Mounier-Vehier, Laura Soudy-Quazuguel et Céline Torrent.

Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres n° 521, octobre 2021, 268 pages.

Après une élégante préface de J. Guizérix, l’ouvrage aborde l’évolution du livret de ballet dans le contexte culturel et politique où il s’insère et dans son rapport à la création chorégraphique. Cinq parties sont censées en déployer les avatars chronologiques.

Le balletomane averti pourra aisément se dispenser de lire la première. Non seulement elle aboutit à une aporie de la définition du livret mais elle fait fi de ses origines. Les textes versifiés de la Renaissance ne font l’objet d’aucune étude spécifique, pas même les plus exceptionnels d’entre eux : le livret de Magnificentissimi spectaculi composé par Dorat où le latin joue un rôle diplomatique, ni celui que Marcellin Allard rédige en patois forézien, soucieux d’en fixer l’orthographe pour l’élever au rang de langue poétique. Par ailleurs, si les auteurs s’accordent à reconnaître aux livrets une valeur esthétique, aucun ne leur applique les techniques d’analyse littéraire. S’agissant notamment de Don Juan, nulle comparaison n’est établie entre la tragi-comédie de Molière, le livret d’opéra signé Da Ponte, le livret de ballet conçu par Angiolini et sa réécriture par M.-G. Massé.

Au contraire, la deuxième partie vaut qu’on lui prête attention, qui traite des XVIIe et XVIIIe siècles. À elle seule, elle pourrait justifier l’achat de cet ouvrage. M.-C. Canova-Green envisage l’impact du livret de ballet dans et hors de l’espace curial comme support de la propagande monarchique. C. Nédelec interroge les registres d’écriture qui donnent au livret des tonalités tour à tour grotesques ou burlesques. M. Demeilliez évoque la mutation des livrets en programmes présentant les ballets dansés dans les collèges jésuites. M.-Th. Mourey, spécialiste de l’espace germanique, étudie les formes et les fonctions que revêtent les livrets comme traces écrites de performances éphémères. Si ces articles offrent toute la rigueur d’une recherche universitaire, précise et documentée, on regrette toutefois qu’une place plus importante n’ait été faite à Bensérade dont les textes ont servi de trame aux ballets commandités par Louis xiv pendant vingt-cinq ans.

La troisième partie retrace les tribulations du livret au XIXe siècle et au début du XXe. Après un article fort intéressant de V. Olivesi consacré à Pierre Gardel, concepteur du programme de Psyché en 1790 (est-on déjà au XIXe siècle ?), le travail d’É. Fissier sur les livrets de ballets du Théâtre Impérial soulève plus de questions qu’il n’en résout : ainsi l’auteur qui s’interroge sur leur genre littéraire oublie de vérifier si leur vocabulaire appartient au champ lexical du théâtre ou à celui de la danse. Quant à S. Jacq-Mioche, elle s’évertue à démontrer que les ballets blancs de Fokine, Lifar et Balanchine ne correspondent à aucun livret, ce que tout le monde savait depuis longtemps. En revanche, personne ne se penche sur les livrets de ballets symphoniques, comme celui de la Belle au Bois Dormant dans lequel Petipa, à l’adresse de Tchaïkovski, précise (en français) le nombre de mesures à prévoir pour chaque variation et développe une maquette du spectacle en gestation…

Originales sont les courtes monographies qui composent la quatrième partie. Elles retracent la manière dont les chorégraphes contemporaines Pina Bausch et Maguy Marin introduisent le livret dans leur processus de création artistique. La plus surprenante est signée de M. Cléren qui fait découvrir au lecteur les livrets dessinés par André Hellé.

La cinquième partie est un pêle-mêle. S’y trouvent consignés des entretiens avec des danseurs-chorégraphes reconnus pour leur compétence, Jean Guizérix, Nicolas Le Riche et Ingrid Thobois. Pour intéressants que soient leurs témoignages, ils auraient dû figurer en annexes afin de préserver l’unité du propos. Car s’ils étoffent la thématique, ils se dérobent à la problématique au point que l’épilogue qui tient lieu de conclusion n’en fait même pas état.

Alors que l’empan chronologique tel qu’annoncé dans le titre n’a pas toujours été respecté par les auteurs, que dire de l’espace géographique ? C’est juste avant le point final qu’apparaît le mot « France » sans que l’on sache s’il renvoie à des limites territoriales ou linguistiques. Dans un cas comme dans l’autre, il invalide les incursions italiennes d’A. Fabbricatore et disqualifie de facto l’article de M.-Th. Mourey en le plaçant hors sujet. Quel dommage !

Marie-Joëlle Louison-Lassablière

Nouvelle rubrique : actualités musicales

 

                            Trois musiciennes, Flandre, c.1530 LACMA

 

Cette rubrique est consacrée aux comptes rendus de livres et aux recensions d’enregistrements de musique du XVIe siècle, et, plus largement, de la Renaissance, parus dans le monde entier et dans toutes les langues. Elle publie également l’annonce de concerts portant sur la même période en France.

Vous pouvez soumettre un compte rendu, une recension ou l’annonce d’un concert à l’adresse suivante : jorge.morales@orange.fr

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este

Giuliano Danieli, La musica nel mecenatismo di Ippolito II d’Este, Lucques, De Sono-LIM, 2018.

La musica nel mecenatismo di Ippolito II d'Este von Giuliano Danieli | im  Stretta Noten Shop kaufen
 

Le livre de Giuliano Danieli, La musique dans le mécénat d’Hippolyte II d’Este, est le remaniement d’un brillant mémoire de laurea magistrale préparé à l’Université de Rome La Sapienza sous la direction du professeur Franco Piperno. Cet ouvrage, fruit de longues recherches sur les documents comptables du cardinal de Ferrare Hippolyte II d’Este (1509-1572), conservés dans les Archives d’État de Modène[1], enrichit notablement l’étude des rapports des cardinaux de la Renaissance avec l’art musical[2], en particulier concernant l’un des plus éminent membres de la famille d’Este[3]. Hippolyte, fils du duc de Ferrare Alphonse Ier, frère du duc Hercule II et oncle du cardinal Luigi d’Este, reçoit le chapeau cardinalice en 1539 des mains du pape Paul III Farnèse et devient protecteur de France en 1548. Pendant la même période, le prélat devient gouverneur de Tivoli grâce au pape Jules III et joue en 1561 un rôle de médiateur, sans succès, entre les princes catholiques européens et la couronne de France à la veille de la première guerre de Religion.

Giuliano Danieli a une approche interdisciplinaire de l’histoire de la musique qui combine histoire sociale et histoire économique des musiciens. Cette perspective conjugue, d’une part, synthèse biographique et étude des lieux (palais, jardins, villégiatures) et de la mobilité (du mécène, des musiciens, des instruments de musique et des répertoires musicaux) et, d’autre part, examen des pratiques socio-politiques (fêtes publiques et privées, banquets, dîners, spectacles, entrées, divertissements) et analyse des musiques dédiées au cardinal (un livre de motets, un recueil de madrigaux ainsi que cinq motets encomiastiques).

Cette méthode lui permet de reconstituer les réseaux qui se forment autour du cardinal et d’établir une typologie des musiciens de son entourage : salariés, occasionnels, « spisanti » (défrayés avec logement et nourriture) ou simples dédicateurs de recueils de musique comme l’espagnol Cristóbal de Morales (1500-1553). Se dévoile alors l’hétérogénéité des fonctions et des dynamiques de recrutement des musiciens qui bénéficiaient de la protection de ce patron. D’où l’importance d’étudier précisément les paiements qui leur étaient adressés. En effet, le prélat recrute, recommande ou « prête » des musiciens à d’autres princes et fait office d’intermédiaire pour des affaires personnelles. Le mécénat permet donc la circulation des musiciens et la diffusion des répertoires musicaux, lesquelles favorisent les échanges culturels entre les villes et les nations : le voyage devient ainsi le moteur de la transformation sociale.

L’étude du mécénat de la cour du cardinal Hippolyte II montre aussi le polycentrisme de la famille d’Este où s’insèrent les stratégies d’autopromotion du prélat. Les logiques familiales se superposent aux logiques politiques et créent des espaces spécifiques pour la production musicale. C’est ici que la musique joue un rôle majeur en tant qu’élément principal de la magnificence du prince, c’est-à-dire de l’art de savoir dépenser et se distinguer dans le but de construire une image de soi splendide et singulière permettant d’affirmer sa position politique dans une situation déterminée. Cette volonté de renforcer l’esthétisation du quotidien par le biais d’objets sonores est particulière chez les cardinaux-princes. Le cas de figure présenté par Giuliano Danieli permet de brosser un modèle plus complet de ce type de cardinal pour la période moderne.

L’objet sonore est donc une composante essentielle dans la construction de l’identité nobiliaire. La francisation de la cour du cardinal Hippolyte entre 1540 et 1551, avec la présence de « cantorini francesi », puis sa romanisation à partir de 1564, peuvent être comprises comme des signes politiques et culturels ; le déclin politique du prélat à partir de 1555 étant inversement proportionnel à sa volonté d’accroître le prestige de sa cour à Tivoli à la fin de sa vie.

L’examen de l’évolution de l’entourage musical du cardinal est également l’un des points forts de cet ouvrage. Apparaissent alors quelques noms célèbres comme Adriano Willaert (1490-1562), « cantore » salarié entre 1524 et 1525, Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1595), maître de chapelle du cardinal Hippolyte entre 1567 et 1572, Nicola Vicentino « Cromatico » (1511-1576), qui dédie au prélat son Antica musica ridotta alla moderna prattica de 1555 ou Lorenzo Tracetti (c. 1551-1608), l’un des plus importants joueurs de luth de son temps, salarié de 1570 à 1572[4].

Outre les musiciens, l’auteur nous donne de précieuses informations sur les pratiques musicales de la cour de ce cardinal mélomane (intermezzi, madrigaux, musiques pour luth, flûte, cornet à bouquin ou viole de gambe) et l’acquisition par ce dernier d’instruments de musique (plusieurs clavecins en 1535 et 1549 ainsi que des luths en 1561). L’auteur montre par-là les particularités culturelles et les singularités structurelles de ce type de cour.

Le livre de Giuliano Danieli révèle ainsi le lien entre mécénat, politique et culture. Il inscrit les parcours individuels des musiciens avec les évolutions sociopolitiques qui ont marqué la vie de l’un des mécènes les plus intéressants du xvie siècle.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance


[1] Archives « sans doute parmi les plus riches et les mieux conservées d’Italie » selon Olivier Poncet, La France et le pouvoir pontifical (15911661). L’esprit des institutions, Rome, École française de Rome, 2011, p. 860.

[2] Voir en particulier L. Loockwood, « Adrian Willaert and Cardinal Ippolito I d’Este : New Light on Willaert’s Early Career in Italy, 1515-1521 », Early Music History, n° 5, 1985, p. 85-112 ; A. Pugliese, « Dizionario dei musicisti alla corte del cardinale Ippolito II d’Este negli anni 1565-1572 », in Palestrina e l’Europa, éd. G. Rostirolla, S. Soldati, E. Zomparelli, Palestrina, Fondazione Pierluigi da Palestrina, 2006, p. 81-114 ; Ph. Canghilhelm, « Cardinaux musiciens, cardinaux mélomanes, entre France et Italie », in Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels, G. Toscano, Lille, CEGES, 2009, p. 277-288, G. Filocamo ; « Bambino “in quella maledetta Ungaria” : Ippolito I d’Este e la musica strumentale », Studi musicali. Nuova serie, n° 2/1, 2011, p. 7-24 et A. Pugliese, « Musica e musicisti alla corte di Ippolito II d’Este », in Ippolito II d’Este : cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F. P. Fiore, Rome, De Luca, 2013, p. 475-490.

[3] Voir G. Moroni, « Este (d’) Ippolito, Cardinale detto II », Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, Venise, Emiliana, 1843, vol. XXII, p. 105-106 ; M. Hollingsworth, « A Cardinal in Rome : Ippolito d’Este in 1560 », in Art and Identity in Early Modern Rome, éd. J. Burke, M. Bury, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 81-94 ; G. Ricci, « Cardinaux de famille et État seigneurial en Italie entre xve et xvie siècle : Hippolyte Ier et Louis d’Este », in Église et État. Évêques et cardinaux princiers et curiaux (xive-début xvie siècle) : des acteurs du pouvoir, éd. M. Maillard-Luypaert, A. Marchandisse, B. Schnerb, Turnhout, Brepols, 2017, p. 227-236 et Jean Sénié, « Une affaire de famille : les enjeux politiques des héritages de la maison d’Este »,Mélanges de l’École française de Rome, n° 131/1, 2019, p. 357-370.

[4] L’engouement pour la musique pour luth ainsi que pour les luthistes sera conservé au xviie siècle, ainsi que le montre le patronage musical du cardinal Alessandro d’Este de Modène (1568-1624), neveu d’Hippolyte II. Voir J. Morales, « Entre Ferrare, Modène et Rome. Musique, sociabilité et politique dans le patronage du cardinal Alessandro d’Este », Dix-septième siècle, 2021 (sous presse).

Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance

LE XVIE S. DANS LES PROGRAMMES : LETTRES 2021-2022

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

Année 2021-2022

LETTRES

Version PDF à télécharger ici.

Agrégations de Lettres 2022

Joachim Du Bellay, Les Regrets, suivi des Antiquités de Rome et du songe, LGF, Le Livre de Poche classique, 2002.

CAPES de Lettres 2022

Corpus de quatre œuvres pour le nouveau concours, session 2022

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Classes préparatoires concours 2022

• A/L 2022
Corpus de quatre œuvres littéraires pour l’épreuve de tronc commun

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Corpus de trois œuvres littéraires pour l’épreuve d’option

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

• CPGE scientifiques
Corpus de trois œuvres littéraires et philosophiques

Pas d’œuvre du XVIe siècle au programme

Lycée (filière générale)

• Seconde
Le programme de français comprend quatre objets d’étude en français, dont un inclut le XVIe siècle :

–  La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

–  La littérature d’idées et la presse du XIXe siècle au XXIe siècle

–  Le roman et le récit du XVIIIe siècle au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

• Première
Le programme de français est renouvelé par quart tous les ans, autour de quatre objets d’étude, dont deux incluent le XVIe siècle :

–  La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle

–  La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

–  Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

–  Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Une œuvre du XVIe siècle figure dans le programme 2022, pour quatre ans :

Rabelais, Gargantua (axe : La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle ; parcours : Rire et savoir)

• Option Humanités, littérature et philosophie (HPL)
Le programme ne comporte pas d’œuvres imposées, mais un parcours d’histoire littéraire. Le XVIe siècle figure en première, au second semestre, autour du thème «Les représentations du monde ». Un large choix d’œuvres est proposé aux enseignants :

Extrait des programmes :

Les représentations du monde

Période de référence : Renaissance, Âge classique, Lumières

– Découverte du monde et pluralité des cultures

Bartolomé de las Casas, Brève relation de la destruction des Indes (1552). Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Giordano Bruno, De l’infini, de l’univers et des mondes (1584). Montaigne, Essais, I.31 [Des Cannibales] (1588).

– Décrire, figurer, imaginer

Alberti, De la Peinture (1441). Dürer, Traité des proportions (1528). Thomas More, Utopia (1516). Rabelais, Le Quart-Livre (1552). André Thévet, Les singularitez de la France antarctique (1557). Benvenuto Cellini, Vie de Benvenuto Cellini par lui-même (1567). Vasari, Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes [Discours préliminaire, De l’origine des arts du dessin] (1568). Montaigne, Essais, III.6 [Des coches] (1588).

– L’homme et l’animal

Montaigne, Essais, II.12 [Apologie de Raymond Sebond] (1580-1588). A. Paré, Des monstres et prodiges (1573).

Collège

Le XVIe siècle est peu présent dans les programmes de français du collège. Ci-dessous, quelques parties du programme dans lesquels il peut trouver sa place.

Extraits des programmes :

5e. Thème : Se chercher, se construire

Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?

On peut étudier :
–en lien avec la programmation annuelle en histoire (thème 3 : « Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles »), des extraits d’œuvres évoquant les grandes découvertes (récits contemporains ou postérieurs à cette époque, non fictifs ou fictifs) On peut aussi étudier sous forme d’un groupement de textes des poèmes évoquant les voyages et la séduction de l’ailleurs ou un roman d’aventures.

L’être humain est-il maître de la nature ?

On peut étudier ou exploiter :
−en lien avec la programmation annuelle en histoire et en géographie, des descriptions réalistes ou poétiques, des enluminures, des œuvres gravées ou peintes témoignant de l’art de discipliner la nature du Moyen Âge à l’époque classique, ou d’en rêver les beautés réelles ou imaginaires ;

−des récits d’anticipation, des témoignages photographiques sur l’évolution des paysages et des modes de vie.

4e. Thème : Se chercher, se construire

Dire l’amour

On étudie :
−un ensemble de poèmes d’amour, de l’Antiquité à nos jours.
On peut aussi étudier une tragédie du XVIIe siècle, une comédie du XVIIIe siècle ou un drame du XIXe siècle, ou encore des extraits de nouvelles, de romans et de films présentant l’analyse du sentiment amoureux.

3e. Thème : Vivre en société, participer à la société

Dénoncer les travers de la société
On étudie :
−des œuvres ou textes de l’Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet) et

−des dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinée.
On peut aussi exploiter des extraits de spectacles, d’émissions radiophoniques ou télévisées, ou de créations numériques à caractère satirique.

Dernière actualisation : octobre 2021

Conférences d’agrégation sur Du Bellay

L’enregistrement vidéo de trois conférences consacrées au programme d’agrégation sur les recueils romains de Joachim Du Bellay (Université Bordeaux Montaigne, 24 octobre 2021) vient d’être mis en ligne sur le site du Centre Montaigne :

– Marie-Bénédicte Le Hir (UBM-CESR) : «Les Regrets comme poésie de la vertu : le modèle hésiodique»

– Nina Mueggler (Université de Fribourg) : «Du Bellay en ses Regrets : ‘je’ et les autres»

–  Agnès Rees (UTLM) :  «Douce mère d’amour, gaillarde Cyprienne…» : étude littéraire des sonnets 89-100 des Regrets. 

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.

« D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583

Nina Hugot, « D’une voix et plaintive et hardie ». La tragédie française et le féminin entre 1537 et 1583, Genève, Droz [Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DCXXVII], 2021.

Voici comment, dans un prologue adressé au Roi, Étienne Jodelle définit la pièce qui est sur le point d’être jouée devant lui : […] C’est une Tragedie. Qui d’une voix et plaintive et hardie Te represente un Romain Marc Antoine Et Cléopatre Egyptienne Roine […]. Si la voix de la tragédie est « et plaintive et hardie », la critique moderne a essentiellement retenu le premier adjectif, jusqu’à en faire un point majeur de la définition du genre au XVIe siècle. Que faire alors de la seconde épithète avancée par Jodelle ? Le dramaturge définit ici la voix de sa tragédie, mais il s’agit également pour lui d’y associer la voix de son héroïne, Cléopâtre, dont la hardiesse est célébrée dans la pièce. Nina Hugot examine l’ensemble des pièces tragiques imprimées entre 1537 et 1583 et souligne l’importance des deux versants de cette caractérisation de la tragédie et de son héroïne dans la constitution de l’esthétique du genre au XVIe siècle.

Présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Appel à communication

« Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon » et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2021.

Continuer la lecture de Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité

Le discours mystique, entre Moyen Âge et première modernité. 3. L’institution à l’épreuve, dir. V. Ferrer, M.-C. Gomez-Géraud, J.-R. Valette, Paris, Champion, 2021.

Du XIIe siècle au seuil des Lumières, le discours mystique s’offre comme un carrefour dont l’intelligibilité se déploie autour de quatre pôles pour former ce que P. Gire nomme un carré mystique. Après le langage (2019), le sujet (2019), et avant la révélation (à paraître), ce volume s’attache au pôle de l’institution religieuse, qui se caractérise à la fois par sa force de transmission et par sa capacité de contrainte. Cette dualité interne explique la relation paradoxale qui unit les mystiques à la religion instituée, entre contestation et subordination. La réflexion collective menée ici entend reconsidérer ce rapport propre à n’offrir d’autre voie pour le sujet que la dissidence ou sa neutralisation par le corps ecclésial. L’institution est aussi le lieu où se fonde la mystique, où elle se réinvente.

Lien vers le site de l’éditeur.

Sous le soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Sous le Soleil noir : discours et représentations de la mélancolie dans la littérature médiévale et renaissante

Colloque franco-polonais, Université de Cracovie

14-15 octobre 2021

Jeudi 14 octobre: Salle Bobrzyńskiego (Collegium Maius)

13.30-14.00 visite du Musée de l’Université (Collegium Maius)
14.00-14.30 ouverture du Colloque

Première session, présidence : Véronique Ferrer

14.30-15.00 Barbara Marczuk (Cracovie) : « En guise d’introduction : mélancolie – regard médical (Aristote Problème XXX, Marsile Ficin, André du Laurens, Robert Burton) »
15.00-15.30 Katarzyna Dybeł (Cracovie) :  « Soigner la mélancolie au Moyen Âge : conseils et remèdes tirés des romans français des XIIe-XIIIe siècles »
15.30-16.15 discussion et pause

Deuxième session, présidence : Isabelle Fabre

16.15-16.45 Joanna Gorecka-Kalita (Cracovie): “Tristan et le démon de midi”
16.45-17.15 Agata Sobczyk (Varsovie)  Deuil et mélancolie de Narcisse: Le joli buisson de jeunesse de Jean Froissart (1373)”.
17.15-17.45 Marianne Closson (Université d’Artois), « Mélancolie, illusion diabolique et création artistique »
17.45-18.30 discussion et pause

Vendredi 15 octobre : salle A2, Collegium Paderevianum (siège de l’Institut de Philologie Romane)

Troisième sessionprésidence : Marianne Closson

9.00-9.30 Elwira Buszewicz (Cracovie), Entre dépression et ennui. Étranges mélancolies de Clemens Ianitius (1516-1543)
9.30-10.00 Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre), « “Eros mélancolique”. La folie d’amour chez les poètes de la fin du XVIe siècle »
10.00-10.30 Magdalena Koźluk (Łódź) Les phantasmata du mélancolique d’après Louis Caseneuve (1626) (video-conférence)
10.30-11.15 discussion et pause

Quatrième session, présidence :  Dariusz Krawczyk

11.15-11.45 Olivier Millet (Sorbonne Université) : “La mélancolie dans Les Regrets de Du Bellay, sa place parmi les autres humeurs et sa thérapie”.
11.45-12.15 Dorota Szeliga (Université de Varsovie) “Les “reliques cendreuses” de la Ville éternelle. Mélancolie et espoir dans Les Antiquités de Rome de Joachim Du Bellay”

12.15-12.45 Discussion

Cinquième session, présidence : Olivier Millet

14.15-14.45 Isabelle Fabre (Université Paris Nanterre), “Les eaux mélancoliques. Poétique du Ps. 137 de Gerson à Marot”
14.45-15.15 Brenda Dunn-Lardeau (Université de Montréal), « Le mot et l’idée de mélancolie dans quelques Chansons spirituelles de Marguerite de Navarre ».
15.15-15.45 Dariusz Krawczyk (Université de Varsovie) “Paysages de la mélancolie dans les longs poèmes apocalyptiques français”
15.45 discussion, pause
16.30 clôture du colloque : Dariusz Krawczyk

Responsables : Véronique Ferrer, Dariusz Krawczyk et Barbara Marczuk

Programme au format PDF.

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

Workshop (Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times

 – , 1:40PM – 6:30PM
Contact
warburg@sas.ac.uk
020 7862 8910

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

Organised by Céline Bohnert (Warburg Institute Visiting Fellow).

image: detail from Raffaelo’s Concilio degli dei, Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518

PROGRAMME (UK time / GMT):

Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

14:00 – *François Lissarrague (EHESS): ‘La mise en ordre et en image des exploits d’Héraclès et de Thésée’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – Frank Coulson (Univ. Iowa): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘De la composition des mythographies renaissantes’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translations of these papers will be provided.

FREE VIA ZOOM. PLEASE BOOK IN ADVANCE

Réservation : https://sas.sym-online.com/registrationforms/warburg-booking43389/done/

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais

La Langue et les langages dans l’œuvre de François Rabelais, dir. Franco Giacone et Paola Cifarelli, Études rabelaisiennes, LIX, Genève, Droz, 2020, 320 p.

Le volume LIX des Études rabelaisiennes regroupe les actes d’un colloque qui s’est tenu en septembre 2015, à Turin et à Torre Pellice, chez les Vaudois du Piémont. Il s’agit du quatrième colloque rabelaisien en Italie, après ceux sur le Tiers livre (Rome, 1996), sur le Cinquiesme livre (Rome, 1998) et sur le Quart livre (Rome, 2011), sans compter celui sur La Langue de Rabelais – La Langue de Montaigne (Rome, 2003). Le choix du Piémont n’est pas fortuit : Rabelais y a séjourné durant les années 1540-1542, au service de Guillaume Du Bellay, nommé gouverneur du Piémont en 1538. De plus, les Vaudois massacrés à Mérindol et Cabrières en 1545 ont souvent été considérés comme une source de l’épisode des Papefigues. Turin est enfin l’université où a exercé pendant quarante ans Lionello Sozzi (†2014), dont l’une des dernières publications est précisément une traduction italienne de l’œuvre de Rabelais : Gargantua e Pantagruele, introduzione e cura di Lionello SozziTraduzioni e note di D. Cecchetti, L. Sozzi, M. Mastroianni, P. Cifarelli, A. AmatuzziTesto francese a fronte a cura di Mireille Huchon, Milano, Bompiani, 2012.

En plus d’une introduction de Franco Giacone – consacrée aux « quatre bastions de Turin » mentionnés dans le Quart livre – et d’une conclusion de Richard Cooper, le volume comporte dix-huit articles portant sur divers aspects de la langue de Rabelais. D’un point de vue lexical, les contributeurs s’interrogent sur le sens de certains mots comme « ἄσβεστος » (Bruno Pinchard), le toponyme Cheli, hébraïsme ou hellénisme au sens particulièrement énigmatique (Raphaël Cappellen), l’adjectif « estrange » tel qu’il est utilisé dans l’épisode des Papimanes (Aya Iwashita), les substantifs « dons », « grâces », « prérogatives » et « plasmateur », premiers mots de la lettre de Gargantua à Pantagruel (François Roudaut), ou encore sur l’italien et les italianismes (Gabriella Macciocca, Franco Giacone) et sur les dialectalismes, si aptes à caractériser les personnages (Maria Proshina).

Des enquêtes sont également menées sur les jargons pédantesques de l’écolier limousin et de la Quinte (Gilles Polizzi), sur les « motz espaves », condamnés à la fin du chapitre vi de Pantagruel mais largement mis à profit tout au long du récit (Marie-Madeleine Fragonard), sur le « langage des mythes » dans le prologue de Gargantua (Heidi Marek) et sur la « renaissance au langage » dans l’épisode du calme plat devant Chaneph (Pierre Johan Laffitte).

La figure d’un Rabelais philologue et « très instruit en l’une et l’autre langue » (« vir utraque lingua doctissimus »), comme le dit son ami Tiraqueau dans le De legibus connubialibus de 1524, apparaît nettement dans les rééditions en 1543 et 1545 du recueil de traités d’Hippocrate et de Galien que Rabelais avait publié en 1532 chez l’imprimeur Sébastien Gryphe (Claude La Charité), mais aussi dans la manière dont il fait son miel des Opera (1544) de Celio Calcagnini, ouvrage d’une infinie érudition et d’une grande variété formelle, écrit dans une prose latine truffée d’insertions grecques (Romain Menini).

Sur un plan syntaxique et stylistique, le volume s’intéresse aux dérivations, recompositions savantes et expansions nominales du Quart livre (Anne-Pascale Pouey-Mounou), puis au et de relance, « marqueur d’oralité » non étudié jusque-là par la critique rabelaisienne et pourtant massivement présent dans les passages narratifs du Pantagruel de 1532 (Claire Badiou-Monferran et Jean-Charles Monferran).

Rabelais, qui a laissé des empreintes profondes chez un auteur comme Goethe (Jacques Berchtold), apparaît sous des masques parfois inattendus : c’est le masque « grimaçant et quelque peu diabolique » de la sibylle de Panzoust (Marianne Closson), ou encore celui de Priapus dans le prologue du Quart livre : les deux longues interventions du dieu donnent en effet à entendre une « langue peu commune » où se dévoilent les réflexions grammaticales et lexicales de l’écrivain (Mireille Huchon).

Près de cent ans après la parution du monumental ouvrage de Lazare Sainéan, La Langue de Rabelais (Paris, E. de Boccard, 1922-1923), ces actes offrent ainsi des perspectives inédites sur la langue de Rabelais. Mais le lecteur y trouvera aussi des informations sur son travail d’éditeur scientifique et sur les sources de son érudition, ainsi que de nouvelles interprétations de passages de son œuvre, avec une prédilection particulière pour les îles du Quart livre, de Cheli à Chaneph, en passant par Papefiguière et Papimanie.

Nicolas Le Cadet