Tous les articles par Sandra Provini

Post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

Poste de chercheur/chercheuse post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

La Section de français de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne met au concours un  poste de chercheur·euse senior du Fonds National Suisse (post-doc) en études françaises, XVe-XVIe siècles.

Entrée en fonction : 1er septembre 2022

Durée du contrat : 2 ans, non renouvelable

Taux d’activité : 100%

Lieu de travail : Lausanne-Dorigny

Vos activités

Le/la chercheur·se en post-doctorat sera en charge d’une recherche sur la poésie d’actualité et ses réceptions matérielles et culturelles dans les régions d’expression française aux XVe et XVIe siècles. Cette recherche pourra porter sur les recueils manuscrits et/ou imprimés et sur des corpus textuels choisis en complémentarité avec les sources travaillées dans les autres axes du projet. Les résultats attendus seront entre autres la réalisation d’une anthologie (sous forme numérique ou papier + numérique) témoignant des pratiques de réception de ce type d’éloquence en vers. En outre il/elle participera aux activités collectives de l’équipe : organisation de rencontres internationales; soutien aux travaux du/de la doctorant·e; soutien au rayonnement du projet dans les réseaux scientifiques, les médias et les institutions culturelles en Suisse et ailleurs.

Informations générales sur le projet

Financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le projet Médialittérature, poétiques et pratiques de la communication publique en français (XVe-XVIe s.) étudie le développement de l’éloquence en vers en français afin de démontrer comment se sont formées les sociétés médiatiques pré- modernes. Il analyse les manières dont le modèle de l’orateur, d’abord valorisé par les intellectuels, s’est diffusé auprès de milieux plus larges, qui se sont appropriés des formes littéraires pour les transformer en médias. Afin de définir ces médialittératures, le projet propose une approche comparative des poétiques et des  pratiques socio-culturelles de l’historiographie du temps présent, de la poésie de circonstance et du théâtre dans l’ensemble des régions européennes d’expression française entre 1450 et 1550 environ. Étudiant des corpus inédits, le projet a  pour ambition de développer un nouveau champ de recherche au croisement de l’histoire des littératures et de l’histoire des médialités.

Le projet confié au post-doc concerne la poésie d’actualité et ses réceptions matérielles et culturelles.

Les candidat·e·s sont encouragé·e·s à développer une approche originale de cette recherche et à l’enrichir de leurs propres expériences et compétences, en accord avec les autres membres du projet.

L’équipe du projet, sous la direction de la Prof. Estelle Doudet, regroupe 1 doctorant·e et 2 chercheur·ses en post-doctorat.
Continuer la lecture de Post-doc en études françaises XVe-XVIe siècle à l’Université de Lausanne

Traduire Pétrarque en langue française

Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (XVIe-XXIe siècle) : histoires, traditions et imaginaires, Bruxelles, Peter Lang Verlag [Littératures et Cultures romanes], 2022.

La poésie de Pétrarque et le pétrarquisme qui en est dérivé constituent une matière inestimable et un champ fertile pour comprendre les sources des identités et des cultures européennes. Il est donc crucial d’examiner les études pétrarquiennes au regard de nouvelles notions critiques telles que la transculturalité ou la transnationalité. L’exemple emblématique français constitue un champ d’enquête privilégié pour décrire ce que l’auteur définit comme le « mouvement migrant » du pétrarquisme européen. Grâce à l’application de nouvelles théories et méthodologies transdisciplinaires, cet ouvrage offre au public la possibilité de découvrir la richesse des traductions françaises des Rerum vulgarium fragmenta sur une période très vaste qui court du XVIe au XXIe siècle. Au-delà de l’ambition d’un travail d’érudition, ce livre est surtout le fruit d’une enquête intime sur des formes archétypales qui s’incarnent dans l’histoire des idées et des littératures. L’histoire de la traduction et des traductions n’est pas seulement une histoire des textes, mais aussi un récit des imaginaires qui les ont traversés.

Téléchargement (gratuit) de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

« La meilleure défense, c’est l’attaque ? » Du Bellay polémiste

“La meilleure défense, c’est l’attaque ?”

Du Bellay polémiste dans La Deffence et illustration de la langue françoyse... et ailleurs

Angers, 18-20 mai 2022

Le cinquième centenaire de la naissance de Joachim Du Bellay (1522-1560) est l’occasion pour les universités d’Angers (CIRPaLL), de Tours (CESR) et de Paris (CERILAC) de s’associer pour inviter les spécialistes de la poésie de la Renaissance à venir échanger sur la base des découvertes qui ont permis de faire évoluer depuis le siècle dernier notre connaissance de sa vie, de son œuvre, et de son rôle au service de la promotion de la langue française.

Depuis l’important colloque international organisé en 1989 à Angers, les programmes des agrégations de lettres de 1995 et de 2008 (où plusieurs recueils de Du Bellay ont été mis à l’honneur), de nouvelles éditions de ses textes et les recherches récentes autour de l’œuvre de Jean Du Bellay ont contribué à renouveler en profondeur notre lecture du poète angevin. Le temps semble venu de faire le point sur ces avancées et sur les travaux en cours des jeunes chercheurs passionnés par la poésie de Du Bellay.

C’est une vision en demi-teinte de Du Bellay qu’ont imposée tour à tour Henri Chamard, Gustave Lanson et le manuel de Lagarde et Michard au milieu du siècle dernier : celle d’un poète fragile, accablé par le destin. Au-delà de cette image trop convenue d’un Du Bellay mélancolique, condamné par le sort à ressasser de stériles regrets, et qui ne serait jamais meilleur que dans la plainte élégiaque où s’exprimerait son véritable génie, ne faut-il pas rendre à Du Bellay l’énergie combative qui fut la sienne, pour parler d’un poète qui voulut toujours faire de la langue une arme ? C’est dans cette perspective revigorante qu’on se propose de relire aussi bien son œuvre linguistique que sa poésie. On aimerait ainsi se demander dans quelle mesure le caractère éminemment agressif ou mordant de La Deffence et illustration de la langue françoyse programme l’œuvre à venir.

Grâce aux éditions savantes de La Deffence offertes par Jean- Charles Monferran (2001) puis par Francis Goyet et Olivier Millet (2003), mais aussi à la lumière des travaux récents sur la théorie de la polémique (L. Albert et L. Nicolas, Rhétorique et polémique, 2010), il semble possible de faire à nouveau le point sur la dimension belliqueuse du traité et de rouvrir le dossier de la « Querelle de la Deffence ». On s’intéressera aux cibles nombreuses du traité (qui s’avère plutôt un pamphlet tous azimuts), aux moyens de la controverse, à ses visées, à ses sources et modèles, comme à sa qualité rhétorique. Au-delà de La Deffence, la prise en compte de la dimension souvent agressive de la poétique bellayenne ouvre un très large champ de réflexion.

Programme du colloque

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française, textes réunis et édités par Renée-Claude Breitenstein, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, coll. « La cité des dames », 2021, 374 p.

 À la suite des trois volumes du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime, la collection « La cité des dames » poursuit son travail d’anthologies avec ce recueil d’éloges de femmes édité par Renée-Claude Breitenstein. Sont réunis ici des textes qui louent les femmes en général, c’est-à-dire les recueils de femmes illustres et les apologies du sexe féminin. Ne rassemblant que des textes intégraux, cette anthologie ne prétend pas à l’exhaustivité mais entend donner un aperçu général des éloges de femmes, sans tenir compte du sexe de l’auteur, de la forme du texte, de son support (manuscrit ou imprimé) ou de son succès. Sur ces critères, l’anthologiste a réuni dix textes, écrits ou imprimés entre 1506 et 1622, de Jean Marot à Marie de Gournay.

Le volume présente une introduction générale, les textes livrés avec une brève introduction, puis un utile glossaire, un complément bibliographique, un index des personnages féminins (nous pourrions regretter l’absence d’un index des auteurs cités, masculins comme féminins ainsi que des personnages masculins, même s’ils sont moins nombreux), une notice sur les contributeur et contributrices ainsi qu’une table des matières. Les textes sont édités selon une orthographe modernisée, et la lecture est facilitée par l’ajout de blancs typographiques, de parenthèses, ou de guillemets délimitant les discours directs – notons également la présence de chiffres permettant de repérer les diérèses dans les textes en vers. L’annotation est légère, se limitant à une paraphrase explicative et à une élucidation des allusions intertextuelles ou culturelles. Les introductions présentent rapidement la vie de l’auteur, le contexte, l’histoire matérielle, la forme, le succès du texte et en livrent quelques éléments d’interprétation.

L’introduction générale présente les différentes strates du contexte qui a favorisé l’émergence de ces discours d’éloge des femmes, depuis les écrits humanistes jusqu’au développement de l’imprimerie, en passant par la présence de femmes dans les cercles du pouvoir, à qui certains des textes sont dédiés. Elle revient encore sur les sources, invoquées ou tues par les auteurs, antiques, bibliques ou contemporaines. Elle insiste enfin sur la manière dont les textes, qui s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans la Querelle des Femmes, relèvent de la littérature de combat, voulant « revenger » l’honneur des femmes.

Le premier texte, La Vrai-disant Avocate des Dames de Jean Marot (1506), composé de 750 vers dédiés à Anne de Bretagne, est singulier puisque Marot cède fictivement sa plume à une femme, par le procédé de la prosopopée. Celle-ci s’en prend aux détracteurs des femmes (premier rondeau), invoque des exemples de mauvais comportements masculins (« Équivoques »), et procède à l’éloge des vertus féminines, dont la Vierge est une preuve infaillible (second Rondeau). Le chant royal glorifie l’immaculée conception de Notre-Dame ainsi que l’ensemble des femmes, puis un nouveau rondeau condamne la Jalousie qui conduit les hommes à blâmer les femmes. La ballade procède à l’éloge de la dédicataire tandis que le rondeau final assure que les femmes vaincront les critiques.

Le texte suivant est la traduction du traité de Henri Corneille Agrippa, initialement imprimé en latin en 1529, intitulé en français De la noblesse et préexcellence du sexe féminin (1530), et également dédié à une femme, Marguerite d’Autriche. Les arguments logiques se mêlent à l’invocation d’exemples, et la conclusion est sans appel : l’infériorité des femmes provient non d’une différence de nature mais d’une coutume, si bien que la « domination tyrannique des hommes » n’a aucune légitimité. Ce texte puissant, qui a eu de nombreux échos à l’époque, est ici pour la première fois publié en français dans une édition moderne.

Dans « La Quatrième épître invective » (1539), Hélisenne de Crenne s’adresse à Élénot, contempteur des femmes, pour condamner sa présomption et lui opposer plusieurs exemples de femmes illustres par leur savoir, issues de l’Antiquité mais aussi du temps présent.

Le texte « Que l’excellence de la femme est plus grande que celle de l’homme » de Charles Estienne (1553) est d’un autre genre, puisqu’il relève du jeu rhétorique du « paradoxe », ce qui ne signifie pas qu’il ne faille lui accorder aucun sérieux. Mêlant arguments d’autorité et exemples de femmes illustres, Estienne insiste sur les vertus féminines, sur les responsabilités masculines ou encore sur l’excellence littéraire de certaines femmes de son temps.

Le Recueil des dames illustres en vertu d’Alexandre Van den Bussche (1575-1576), dont nous trouvons ici la première édition moderne, est, comme son auteur, moins connu et moins étudié. L’auteur s’inscrit dans la lignée des champions des femmes – et de fait, comme l’indique l’introduction, ce texte compile plusieurs sources antiques et contemporaines –, et présente ses exemples en les regroupant sous la vertu qu’ils démontrent : la chasteté, l’amour conjugal, le savoir, la charité et la valeur guerrière se succèdent, illustrées par des exemples organisés chronologiquement, et louées par un sonnet final.

Avec la troisième ode de Madeleine des Roches et « L’agnodice » de sa fille Catherine (1578), nous revenons aux écrits de femmes. La troisième ode de Madeleine est un poème heptasyllabique qui refuse que les femmes soient cantonnées à l’espace domestique et les incite à se saisir de l’encre et de la plume. L’« Agnodice » de Catherine, poème en alexandrins, met en scène une femme qui se déguise en homme pour exercer la médecine et sauver les femmes abandonnées par leurs époux. Condamnée à mort, Agnodice révèle son identité et obtient la pitié des hommes, à qui elle demande de laisser les femmes étudier.

Le « Bref discours que l’excellence de la femme surpasse celle de l’homme, autant récréatif que plein de beaux exemples » de Marie de Romieu (1581) est une réponse à un texte misogyne de son frère Jacques, inspiré du texte de Charles Estienne, mais réinvesti par la locutrice. Ainsi, Marie de Romieu ajoute aux figures bibliques ou antiques dix exemples contemporains, parmi lesquelles les dames des Roches, Hélisenne de Crenne ou Catherine de Médicis.

Le « Discours » de Marguerite de Valois (1614) est une autre parole de femme, mais insérée dans un dispositif énonciatif singulier, puisqu’il est préfacé et commenté par le Jésuite François Loryot. Marguerite de Valois présente, en les numérotant, arguments et exemples qui prouvent l’excellence des femmes. François Loryot propose, en commentaire, une énumération de femmes illustres, dont Marguerite fait partie, mais conclut quant à lui au caractère exceptionnel de ces exemples, expliqué par leur statut social.

Enfin, l’Égalité des hommes et des femmes de Marie de Gournay (1622), entend apporter une perspective nouvelle, en ne défendant plus la supériorité des femmes, mais l’égalité des deux sexes. S’appuyant essentiellement sur des autorités antiques et contemporaines, Marie de Gournay discute elle aussi de l’accès des femmes à la culture et au pouvoir ou encore de leurs prédispositions aux vertus.

             Si la plupart de ces textes bénéficient déjà d’une édition moderne, à laquelle l’éditrice renvoie pour plus d’informations, il n’en reste pas moins que leur mise en série présente plusieurs intérêts indéniables, d’abord la mise en place d’un jeu de ressemblances et différences. Ainsi, la place de l’épisode de la Genèse, ou encore celle d’Aristote, pour statuer sur la question du féminin apparaissent nettement à la lecture de cette anthologie. On observe encore que lorsque les femmes prennent la parole, c’est prioritairement pour défendre leur droit – et leur capacité – à accéder à la culture, prémices indispensables à leur prise de parole elle-même. Les textes peuvent également se faire écho : par exemple, l’importance du texte de Corneille Agrippa est rendue sensible par ses mentions dans les textes suivants. Ainsi, cette anthologie, soignée et agréablement présentée, pourra constituer un important outil pédagogique ainsi qu’un support pour des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à ces questions. Enfin, elle pourra être le lieu d’une découverte, déjà éclairée et éclairante, de textes consacrés à la question, aujourd’hui non résolue et toujours brûlante, des rapports d’inégalités entre les sexes.

Nina Hugot

Colloque “Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)”

Secrétaires écrivains en France (XVIe-XVIIe siècle)

Colloque annuel de l’association V.-L. Saulnier

7-8 avril 2022

Lieu : Sorbonne, salle des Actes

Equipe d’organisation :

Delphine Amstutz, maîtresse de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Paul-Victor Desarbres, maître de conférences, littérature, Sorbonne Université, CELLF

Nicolas Schapira, professeur, histoire moderne, Université de Nanterre, Centre d’histoire des Sociétés médiévales et modernes – Mémo

Claire Sicard, maîtresse de conférences, littérature, Université de Tours, CESR

Programme

Jeudi 7 avril

9h00 accueil des participants (Jean-Charles Monferran, président de l’association Saulnier)

9h15 Introduction par les organisateurs

Les secrétaires poètes et la cour de France

9h30 Nina Mueggler (Université de Fribourg), « Les secrétaires dans l’arène : la querelle Marot-Sagon »

10h Adeline Lionetto (Sorbonne Université), « Les secrétaires, petites mains de la fête ? »

L’auteur et ses secondes mains

11h45 Jean Balsamo (Université de Reims), « L’autographie de Montaigne: le Journal du voyage en Italie et l’autorité discrète du secrétaire »

12h15 Max Engammare (Institut d’histoire de la Réformation, Genève), « La fabrique Calvin. Stratégies et ateliers de production livresque du Réformateur »

Manuscrits de secrétaire

14h30 Rosanna Gorris (Université de Vérone), « Louis des Moulins de Rochefort, secrétaire, poète et médecin de Madame, entre Turin et Bale »

15h Mathilde Bombart (Université Versailles Saint-Quentin), « Papiers de secrétaire : les “portefeuilles du docteur Valant” »

16h Claire Sicard (Université de Tours, CESR), « ‘Que ce froid moleste et indigne/Ne gele les nez et la vigne.’ Saint-Gelais dans le secret du badinage entre les filles de Madame et Jean Cavenac de la Vigne, ambassadeur à Constantinople (décembre 1557) »

Vendredi 8 avril

Secrétaires, secret et politique

9h Damien Fontvieille (Sorbonne Université/professeur agrégé), « Les secrétaires d’Etat et les cercles littéraires à la Renaissance. Secrétaires humanistes et/ou professionnels du politique ? »

9h30 Maxim Boyko (Sorbonne Université/Université de Neuchâtel), « Denis Charpentier (v.1580-1647), secrétaire de Richelieu : homme de plume, homme de main, homme de confiance »

10h Gábor Förköli (Académie polonaise des sciences), « Compétence d’auteur et accès aux secrets : Jean de Silhon comme secrétaire »

Les secrétaires à l’œuvre

11h15 Cristina Panzera (Université de Bordeaux), « Du Tronchet et Bernardo Tasso »

11h45 Paul-Victor Desarbres (Sorbonne Université), « Le secrétaire et l’Encyclie : Guy Le Fèvre de La Boderie »

Carrières de secrétaires

14h Jean-Pierre Cavaillé (Université Toulouse Le Mirail), « Louis Machon, l’itinéraire d’un secrétaire dégradé »

14h30 Boris Donné (Université d’Avignon), « Pellisson ou la passion du secrétariat »

15h30 Delphine Amstutz (Sorbonne Université), « Jean-Louis Guez de Balzac ou le secrétaire manqué »

16h Conclusions : Nicolas Schapira (Université de Nanterre)

Télécharger le programme du colloque

Conférence “Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

Dans le cadre du cycle de Conférences des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, Jean-Charles Monferran prononcera une conférence intitulée :

“Savants, buveurs et vérolés très précieux dans Gargantua”

le vendredi 11 mars 2022 à 18h00 à l’auditorium de la Bibliothèque humaniste de Sélestat (entrée rue de l’Eglise).

Invitation conférence J.-Ch.Monferran

Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance

Audrey Gilles, Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, février 2022, 626 p.
Prix Observatoire du Bonheur 2012
Prix de thèse Aix-Marseille Université 2013

Cette étude montre comment la dynamique entre voix masculines et féminines contribue à faire émerger un discours nouveau sur les plaisirs féminins dans la littérature française du XVIe siècle.

Table des matières sur le site de l’éditeur. 

Séminaire du groupe Mouseion

Dans le cadre de l’équipe de recherche CELLAM à l’Université de Rennes 2, la prochaine séance du séminaire Dialogue des temps, animé par le groupe Mouseion, aura lieu le jeudi 17 mars, de 14h à 16h.

Lors de cette première séance autour de la thématique “Vérité, mythe et fiction”, interviendront :

– 14h-15h : Fabienne Pomel et Sophie Van der Meeren, “Philosophie et fiction de l’Antiquité tardive à la Renaissance”
– 15h-16 : Franck Collin, “L’Invention de l’Arcadie”

Le séminaire aura lieu en hybride, en présentiel dans la salle recherche du Bâtiment B (Campus Villejean), et à distance sur zoom (écrire à l’organisatrice, Anne Rolet, pour obtenir le lien).

Image mise en avant : Hubert Robert, Paysage avec les bergers d’Arcadie. Crédit : Musée de Valence, photo Eric Caillet.

Rabelais et le théâtre

Nicolas Le Cadet, Rabelais et le théâtre, Paris, Classiques Garnier, 2020, 467 p.

Autant le titre de l’ouvrage, Rabelais et le théâtre, peut déconcerter à première vue, autant son objet s’impose rapidement comme une évidence. Non, pas de scoop à attendre, Nicolas Le Cadet n’exhume pas une pièce de théâtre de Rabelais jusqu’alors inconnue. Il démontre en revanche, avec la rigueur et la précision qui caractérisent ses travaux, à quel point le théâtre infuse l’œuvre de Rabelais, en particulier fictionnelle. Les chroniques pantagruélines doivent beaucoup au théâtre qui en est à la fois une source textuelle, un objet et un mode de représentation. Il suffit de penser au personnage de Triboulet dans le Tiers livre, aux moutons de Panurge du Quart livre, ou encore à tel dialogue fortement dramatisé de Pantagruel ou de Gargantua, si bien qu’on s’étonne a posteriori qu’une telle étude systématique n’ait pas été menée auparavant. Rabelais et le théâtre : la conjonction invite le chercheur, et avec lui son lecteur, à s’interroger sur les différents liens que Rabelais a pu entretenir avec l’art dramatique. Rien n’est exclu du champ d’étude de Nicolas Le Cadet : Rabelais dramaturge, Rabelais comédien, Rabelais lecteur de pièces de théâtre, Rabelais mis en scène. Deux lieux du théâtre s’imposent comme étant les plus féconds : les sources théâtrales du texte rabelaisien d’une part, et l’esthétique dramatique de l’autre. Ils forment les deux parties de l’ouvrage.

Encore faut-il savoir de quel « théâtre » on parle. Dans la première partie de l’ouvrage, Nicolas Le Cadet s’attelle à un patient travail de reconstitution et de distinction des sources dramatiques : théâtre antique, mystères, farces, sotties, monologues et sermons joyeux. On savait Rabelais influencé par l’humanisme, les textes antiques, la Bible, les chroniques médiévales ; Nicolas Le Cadet démontre avec sa pédagogie et sa clarté habituelles tout ce que les romans rabelaisiens doivent au théâtre antique, et surtout médiéval et contemporain. L’influence du théâtre passe par l’allusion à certaines pièces, en premier lieu la Farce de maître Pathelin, mentionnée dans les cinq livres, dont Rabelais pourrait avoir possédé un exemplaire imprimé. Elle passe aussi, implicitement, par la reprise de certains thèmes, de certaines intrigues, voire par un certain esprit commun. Prenons comme seul exemple celui des diableries des mystères, dont s’inspire le récit des aventures de Panurge en Turquie, et de nombreux autres épisodes, même si on peut se demander par endroits si le diable fait toujours la diablerie. Au gré de cette première partie, le lecteur se promène d’une forme théâtrale à l’autre, et d’un livre rabelaisien à l’autre. L’itinéraire met en évidence la contamination des sources, voire des « mélanges esthétiques surprenants » (p. 233) qu’il reste encore à expliquer.

Nicolas Le Cadet s’attache à cette question de l’esthétique dans la seconde partie de l’ouvrage : fiction narrative, chronique, dialogue, récit de voyage, la geste pantagruéline est aussi, d’une certaine manière, théâtre. Les différents chapitres prennent le théâtre tantôt comme objet, tantôt comme forme esthétique. D’un côté, Nicolas Le Cadet s’intéresse aux passages qui présentent une dimension spectaculaire, lorsque Rabelais introduit dans son récit déclamateur et public, ou détaille les costumes de ses personnages. De tels épisodes sont nombreux, à l’image de la harangue de Janotus : la représentation de cette scène, qui renvoie aussi au discours scolastique universitaire, apparaît ainsi médiée par le théâtre, au sens de spectacle. D’un autre côté, Nicolas Le Cadet étudie la forme même prise par le texte, et en particulier la prédilection de Rabelais pour les discours directs et les dialogues, dont la présentation typographique rappelle, par endroits, celle des pièces imprimées. Le narrateur s’efface derrière la voix de ses personnages, comme le roman derrière le théâtre.

Comment faut-il comprendre cette place du théâtre ? La conclusion ouvre à ce sujet plusieurs pistes qu’on aimerait suivre plus longtemps avec l’auteur. Il y a d’une part, chez Rabelais, un art consommé de la contamination, qui invite à s’interroger sur l’articulation du dramatique et du narratif, sur la place d’autres modèles accordant une place à l’oralité (dialogues, discours), et plus généralement sur le rôle relatif de chacun des genres dans l’élaboration de la fiction rabelaisienne. La place du théâtre, d’autre part, invite à réévaluer les modes de réception du texte rabelaisien, et en particulier les modes de lecture oraux dont se sont emparés certains metteurs en scène contemporains. L’omniprésence de la référence théâtrale s’explique-t-elle par la destination orale première de l’œuvre ?

Ce pourrait être là la matière d’un autre livre. Celui-ci a déjà amplement atteint ses objectifs : éclairer sous un autre jour de nombreux épisodes des cinq livres dans autant de précises et minutieuses explications de texte, redonner au théâtre sa juste place aux côtés des autres genres contaminant la geste pantagruéline, et enfin documenter les relations entre œuvre dramatique et œuvre narrative, entre Moyen Âge et Renaissance, au-delà des ruptures traditionnelles. Saluons, pour terminer, la qualité des index (des noms, des notions, et des chapitres analysés) qui font de Rabelais et le théâtre un ouvrage aussi commode qu’utile.

Adeline Desbois-Ientile

Séminaire Marguerite de Navarre

Séminaire Marguerite de Navarre – perspectives croisées

Dédié à la mémoire de Robert D. Cottrell

Le Séminaire Marguerite de Navarre, lancé à l’occasion du 530e anniversaire de la naissance de la sœur de François Ier a pour but de croiser différentes perspectives de recherche sur la reine et son œuvre. L’intérêt pour ces questions ne diminue pas, ce que prouvent les colloques, les publications et même la nouvelle biographie de Marguerite de Navarre parue en 2021. Heureusement, il n’est plus nécessaire d’adopter une démarche apologétique et remettre en question son statut d’auteur prétendument « mineur », puisque les précédentes générations de seiziémistes ont mis en évidence son rôle crucial dans le monde des lettres durant le règne de François Ier. En même temps il reste beaucoup à dire sur la langue et le style, la poétique et la rhétorique, la pensée religieuse et la spiritualité, l’influence et le rayonnement, sans perdre de vue la dimension historique et culturelle de l’action de celle qui était en son temps appelée la « perle des Valois ».

Nous avons imaginé un séminaire qui rassemblerait des chercheurs de différents pays et différents fuseaux horaires et qui deviendrait, autant que possible, une sorte d’atelier collaboratif. Ce séminaire donnera l’occasion de rencontres et de débats en invitant historiens et littéraires à se pencher sur Marguerite de Navarre et son œuvre pour en apporter de nouveaux éclairages.

La nouvelle de la mort de Robert D. Cottrell auquel les études margaritiques doivent tant nous a surpris lors des préparatifs de ce séminaire. Nous avons décidé de rendre hommage à sa mémoire en lui dédiant nos réflexions et nos travaux.

Télécharger les informations pratiques et le calendrier des séances ici : Seminaire_Marguerite de Navarre_2022_Annonce.

En lisant, en écrivant : Gilles Corrozet (1510-1568)

En lisant, en écrivant : Gilles Corrozet (1510-1568), un libraire-auteur au temps de la Renaissance

Colloque organisé par Pascale Chiron, Antonin Godet, Trung Tran et Magali Vène

Université Toulouse-Jean Jaurès (Laboratoire PLH / Équipe ELH) Lieu et dates du colloque : Toulouse, 16-17 mars 2023

Figure singulière de la librairie parisienne autant que des lettres françaises du XVIe siècle, Gilles Corrozet est connu pour l’originalité et la diversité des éditions sorties de son officine du Palais autant que pour ses propres œuvres, en tant qu’auteur, traducteur ou compilateur, au premier rang desquelles les Antiquitez de Paris (1532-1550-1561) et l’Hecatongraphie (1540-1544). Le propos du colloque sera de dresser un portrait de ce polygraphe humaniste et d’interroger ses pratiques, à partir de l’analyse de ses œuvres et de l’étude problématisée de son catalogue de libraire, sans oublier le riche matériau préfaciel dont sont assortis ses livres, qu’il en soit l’auteur ou l’éditeur. Il s’agira aussi de mener ces investigations à partir d’un renouveau confirmé des « études corroziennes », comme le montrent l’ouvrage à paraître de Magali Vène consacré aux libraires Corrozet ainsi que l’édition critique du Parnasse des poètes français modernes (1571-1578) proposée par Antonin Godet (Classiques Garnier, à paraître en 2022).

Au-delà des stratégies strictement commerciales du libraire, il s’agira de voir en quoi les inspirations d’auteur de Corrozet et ses choix d’éditeur permettent de dessiner la figure et la sensibilité d’une personnalité moderne, engagée dans son temps et impliquée dans le paysage littéraire du deuxième tiers du XVIe siècle ; on se demandera en quoi sa pratique d’éditeur se nourrit de sa pratique d’auteur, et inversement.

Établi au Palais en 1535, après s’être fait connaître en signant plusieurs textes en vers ou en prose, Gilles Corrozet devient un libraire qui lit autant qu’un libraire qui écrit : prenant « d’aultruy la pierre et le ciment » (Fables d’Ésope, 1542), il se fait une spécialité de la collecte des voix des autres. Soucieux de faire « de vieulx mesrien une neufve maison » (Hecatongraphie, 1540), il adapte et manipule des matériaux existants, participant ainsi à l’émergence de formes nouvelles qui définissent des modalités particulières de remaniement et de réception pour des textes acclimatés aux goûts du temps et visant à la récréation des lecteurs autant qu’à leur édification morale. En témoignent sa contribution à l’efflorescence de la littérature emblématique et para-emblématique et, plus largement, à la mode du livre illustré, son goût pour la compilation historique, pour la pratique de l’anthologie, pour la collection de proverbes et de sentences, son intérêt pour la vogue du roman sentimental venu d’Espagne et d’Italie, etc. Sa double carrière trouve ainsi une dynamique singulière, qui permet de fonder la notion même d’auctorialité pour Corrozet. Les textes qu’il édite comme ceux qu’il compose constituent par ailleurs un observatoire privilégié des modes de reconfiguration, de diffusion et de transmission du patrimoine littéraire du passé et des nouveaux apports de la culture humaniste. Sa pratique de pourvoyeur et de producteur de textes marque ainsi un moment important de l’histoire du livre, de l’histoire littéraire et de l’histoire des genres et des formes éditoriales.

On pourra envisager les axes suivants :

Un libraire qui lit, un libraire qui écrit : L’œuvre compilatoire de Gilles n’a pas vocation à être thésaurisée, car il s’agit d’une véritable création littéraire reposant sur des principes de réécritures constants, sur une sélection toute personnelle et pulsatile des citations, conditionnée par des lectures de la modernité poétique, et enfin par un plaisir à être présent sous un masque, à faire son autoportrait en lecteur. L’étude de son catalogue de libraire, de son activité d’éditeur de textes allographes, de ses politiques éditoriales pourrait-elle ainsi permettre de dessiner en creux la figure d’un polygraphe touche-à-tout, qui n’écrirait pas qu’en réaction à ce qu’il lit mais qui, en se glissant dans les voies tracées par d’autres, exprimerait tout de même une éthique et une œuvre personnelles ? Les textes qu’il publie nous permettent-ils d’avoir une idée de l’étendue des sources qui inspirent son écriture ? La figure de l’artisan-libraire influence-t-elle celle de l’auteur-ouvrier que met en scène celui qui s’est longtemps présenté comme un modeste « indigent de sapience » ? Quel portrait dresse-t-il finalement de lui-même dans ses nombreux textes préfaciels ?

Cercles, milieux, réseaux : Gilles Corrozet a-t-il noué des liens particuliers avec les auteurs qu’il a édités, avec lesquels il a collaboré ou avec lesquels il semble entretenir une certaine proximité et même jouer un rôle d’initiateur, notamment pour de jeunes poètes restés discrets tels Pierre Larivey, Pierre Tamisier ou Jacques Moysson, ou d’autres installés sur le devant de la scène littéraire comme Du Bellay et Ronsard (qui publient leurs premiers vers chez lui en 1547 dans les Œuvres poetiques de Jacques Peletier du Mans). On pourra ainsi interroger le rôle de « passeur » de Corrozet lui qui fait le lien éditorial – si ce n’est dans ses propres œuvres – entre les générations poétiques. Que nous dit également le réseau qu’il forme avec les imprimeurs-libraires auxquels il s’est associé ou auxquels il a confié l’édition de ses propres textes (les frères Trechsel et Frellon, Denis Janot, Michel de Vascosan…), y compris avec son propre fils Galliot qui poursuit l’entreprise paternelle au-delà de la mort de son père en 1568 ? On pourra aussi s’intéresser aux querelles ou aux débats auxquels Corrozet a participé : l’affaire des blasons, la querelle Marot/Sagon, ou encore la querelle des amies dont l’Hecatongraphie et Le livre de plusieurs pieces se font l’écho.

Une figure d’auteur moderne : La notion de modernité est récurrente dans l’œuvre de Gilles Corrozet, depuis son recueil des Blasons domestiques (1539), qu’il décrit comme une « invention joyeuse, & moderne », jusqu’à son Parnasse des poètes françois modernes. Dès son premier travail d’édition, Gilles a été sensible aux idées nouvelles susceptibles d’intéresser les lecteurs de son époque, ainsi qu’à la manière d’utiliser la langue vernaculaire pour retranscrire les propos des Anciens. Il développa dès ses premiers travaux d’édition une plume prompte à saisir l’événement, ainsi qu’une aptitude à remanier la présentation d’une œuvre pour la rendre plus attrayante. On pourra ainsi analyser sa pratique du vers, dégager les éléments d’une esthétique et d’une poétique des formes et des genres (emblèmes, blasons, figures de la Bible, formes brèves parémiologiques, anthologies, etc.), voir en quoi son œuvre permet de penser la pratique de la traduction et de la compilation au nom d’une esthétique moderne.

• L’œuvre d’un moraliste ? : parce qu’un « bien caché, tant soit il petit, ne peut proffiter à personne » (Niccolò Liburnio, Elegantissime sentenze […] Les tres elegantes sentences[…], éd. et trad. Gilles Corrozet, 1546), Corrozet n’a de cesse de traduire, remanier, compiler, dans une volonté constante de diffuser la sagesse des anciens et des modernes, à partir d’un matériau venu de France mais aussi d’Italie. Il veut donner à lire les « propos moraulx de la philosophie » (Hecatomgraphie, 1540) aussi bien que les « ditz sacrez» et les « histoires sainctes » (Historarium Veteris Testamenti icones, 1539). Ses propres écrits sont conçus comme les vecteurs de diffusion d’une morale chrétienne, sans oublier sa contribution à la diffusion de la doctrine ficinienne notamment avec sa Diffinition et perfection d’amour (1542). On pourra ainsi s’interroger sur la façon dont, derrière les paroles d’autrui, il inscrit sa présence, fait entendre sa voix et laisse entrevoir ses convictions personnelles.

Les propositions de communication sont à adresser d’ici le 14 mars 2022 à : corrozet2023@gmail.com.

Continuer la lecture de En lisant, en écrivant : Gilles Corrozet (1510-1568)

La Quinzaine dU bartas

L’œuvre de Guillaume de Salluste, sieur Du Bartas (1544-1590), constitue un jalon essentiel de l’histoire de la poésie d’expression française. Le poète gascon a fait en particulier du genre de l’hexaméron une des matrices littéraires les plus fécondes de la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Sa (première) Sepmaine, qui prend comme argument la création du monde et de l’homme, puis sa Seconde Semaine, qui entendait pour sa part retracer l’histoire de l’humanité, depuis Adam et Ève au jardin d’Éden jusqu’à l’Apocalypse et au Jugement dernier, ont été d’immenses succès de librairie. Elles ont été commentées, traduites et même parfois imitées en France et dans toute l’Europe et elles ont de fait longtemps occupé une place de choix dans beaucoup de bibliothèques privées, où elles jouaient le rôle d’une sorte d’« encyclopédie universalis » cautionnée par la Bible et agrémentée du charme propre à la poésie. Qu’on les ait lues in extenso ou pas, peu importe, elles constituaient un marqueur social, un gage de savoir pour un lectorat lettré en pleine expansion. Après avoir connu un purgatoire critique depuis la fin du XVIIIe siècle, les Semaines de Du Bartas ont suscité un nouvel intérêt dans la seconde moitié du XXe et les premières années du XXIe siècle, les entreprises éditoriales successivement dirigées par Yvonne Bellenger et par Jean Céard ayant joué un rôle capital dans cette redécouverte essentiellement universitaire. Il faut aussitôt ajouter que la « re-canonisation » tardive de La (première) Sepmaine (1578), s’est en partie faite aux dépens d’une seconde Semaine (1584), dont seuls les deux premiers jours étaient parus du vivant de Du Bartas, plus tard complétés de quelques « suites », offrant deux nouvelles journées publiées entre 1588 et 1603 à partir de différents manuscrits en circulation. Deux semaines donc, mais neuf jours entièrement rédigés et publiés, deux autres largement ébauchés et laissés manuscrits, et quatre autres laissés à l’imagination des lecteurs, soit une « quinzaine » inachevée, qui constitue une des œuvres poétiques en français les plus ambitieuses de son époque, une œuvre-monde, qui mérite à ce titre d’être envisagée comme le tout qu’elle aurait dû constituer sans la mort précoce de son auteur.

C’est le pari ambitieux que fait Frank Lestringant dans ce livre au titre-programme, La Quinzaine Du Bartas, qui est le premier depuis très longtemps (Y. Bellenger, Du Bartas et ses divines Semaines, 1993) à être consacré à cet ensemble monumental (La Sepmaine, La Seconde Semaine, Les Suittes). Reprenant en partie la méthode qui lui avait permis d’éclairer la composition d’ensemble des Tragiques dans un précédent essai (L’Architecture des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, 2013), il fait ici le choix d’une lecture analytique, se poursuivant en quelques sortes « au jour le jour », non sans avoir, dans un souci de cohérence méthodologique, borné son propos d’une mise en contexte historique et historiographique, qui éclaire d’abord la situation du poème, ainsi que d’une ouverture finale, où il met en regard une série d’imitateurs du poète gascon aussi passionnants que méconnus (Guillaume de Chevalier, Augier Gaillard, Michel Quillian et Jude Serclier). Avec un véritable bonheur d’écriture, que traduisent titres et sous-titres (« Campagne et salade », « monde resserré, monde lessivé », « tétralogie bancale », etc.), Frank Lestringant entraîne le lecteur avec lui dans une lecture, ou bien une relecture, de cette œuvre qu’on conseillera d’avoir à portée de main, de façon à progresser au même rythme que le commentateur, en passant d’un livre à l’autre. Une œuvre encyclopédique comme celle-là exige certes une compétence encyclopédique, et Frank Lestringant mobilise avec talent toutes sortes d’écrivains (théologiens, cosmographes, philosophes, etc.) pour étayer ses commentaires, mais il ne cherche pas à jouer les Simon Goulart ou les Pantaléon Thévenin (la place est déjà prise) ou bien à rivaliser avec les éditeurs savants qui le précèdent. Il ne s’agit pas en effet pour lui de s’enfermer dans une lecture de détail, de scruter le texte, mais plutôt de signaler des lignes de force, de mettre l’accent sur des passages méconnus, et surtout d’interroger sans relâche le projet d’ensemble de Du Bartas, en faisant valoir aussi bien ses réussites que ses échecs, ses débouchés que ses impasses, ses banalités que ses hardiesses. Et de ce point de vue, ce livre manifeste bien la situation actuelle des Semaines de Du Bartas au sein des études littéraires : elles sont bien présentes, mais plus comme une de ces curiosités qu’on observait de loin avec un peu de crainte (devant son érudition écrasante) ou de condescendance (face à cette muse didactique souvent reléguée au second plan), parce qu’elles nous resteraient foncièrement étrangères, mais comme un de ses grands textes générant de nouvelles lectures. C’est aussi en cela qu’il s’agit d’un « organisme vivant » pour reprendre la formule de Frank Lestringant, c’est-à-dire d’un poème, tout simplement. Gageons que tous les chemins frayés dans cet ouvrage d’une grande générosité intellectuelle seront bientôt empruntés par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs. Ce ne sera pas sa moindre utilité.

Julien Goeury

Diane en son paradis d’Anet

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Luisa Capodieci, Paul-Victor Desarbres, Françoise Gatouillat, Cécile Scailliérez, avec la collaboration de Clara Marsal, Paris, Le Passage, 2021, 253 pages.

C’est un très beau livre, magnifiquement illustré, que les éditions Le Passage offrent à leurs lecteurs avec cette « Diane en son paradis d’Anet ». Ce titre souligne avec subtilité et précision la thématique de cet ouvrage qui ne souhaite pas écrire une nouvelle biographie de Diane de Poitiers ni retracer l’histoire de l’édifice du château d’Anet, blotti entre la forêt de Dreux et la vallée de l’Eure. Cet ouvrage cherche plutôt à interroger à nouveaux frais la personnalité de Diane qui habitait ce château au temps de la Renaissance. Était-ce Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé depuis 1531 et favorite d’Henri II, qui était la maîtresse de ce lieu idyllique ? Ce fut elle en effet qui fit édifier, à partir de 1547, ce château hors du commun qui donnait, entre autres caractères, du relief à l’apparat de son deuil. À moins que ce soit une autre Diane, la chasseresse des Anciens, dont la superbe figure, coïncidait bien avec celle de la favorite ? C’est cette déesse vive et farouche qui apparait en tout cas, comme le soulignent bien les auteurs de ce livre, dans les deux grands cycles narratifs du château : celui de la Tenture de Diane et celui, depuis trop longtemps négligé et méconnu, des vitraux en émail blanc des salles et chambres du premier étage du château d’Anet.

De manière inédite, ce bel ouvrage, qui conjugue les recherches d’historiens du dessin, de la littérature, de la peinture et du vitrail, s’attache à ces deux ensembles. Au fil de trois parties très bien équilibrées, il les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Les auteurs exposent par exemple avec soin le programme des tapisseries et dévoilent le nom de l’auteur, le poète Jacques de Vintimille, précurseur de la Pléiade. Le livre montre également que Charles Carmoy, peintre cité par Rabelais dans son Pantagruel, a sans nul doute donné des dessins et des cartons à Anet. Il a également secondé le plus grand peintre de l’école de Fontainebleau, Francesco Primaticcio, dit Primatice, pour établir les patrons des vitraux.

Avec une régularité tout à fait remarquable, les illustrations ponctuent le texte et aident le lecteur à déchiffrer les œuvres du château d’Anet. Surtout, l’ouvrage offre une lecture neuve et passionnante du mythe de Diane à Anet, en démontrant qu’il prend place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permet à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Marie Barral-Baron

Université de Franche-Comté