Tous les articles par Estelle Leutrat

Le livre et ses secrets, études en souvenir de Jean-François Gilmont

Le livre et ses secrets

Études en souvenir de Jean-François Gilmont (1934-2020)

 

Lien vers le programme ici.

 

Organisation :

Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours

Chiara Lastraioli et Alexandre Vanautgaerden

 

En collaboration avec Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan

(resp. Edoardo Barbieri et Luca Rivali)

Académie royale de Belgique

(resp. Alexandre Vanautgaerden)

FNRS, Groupe « Documents rares et précieux »

(resp. Wouter Bracke)

 

Mardi 15 juin 14h

En ligne.

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

La Science prise aux mots

Enquête sur le lexique scientifique de la Renaissance

 

Sous la direction de Violaine Giacomotto-Charra et

Myriam Marrache-Gouraud

 

 

Interroger le lexique scientifique par ses termes les plus usuels comme curiosité, observation ou expérience, tant en médecine, zoologie que géographie, permet d’ouvrir une réflexion de fond sur la conception des savoirs à la Renaissance, en prenant au mot la science telle qu’elle s’écrit.

This book analyzes the most usual terms of the scientific lexicon, such as curiosity, obser- vation or experience, in medicine, zoology or geography. These studies make possible a fundamental reflection on the conception of knowledge in the Renaissance, by taking science at its word.

Éditeur: Classiques Garnier, 2021

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy

APPEL À COMMUNICATION

Colloque International
Université Sorbonne Nouvelle & Sorbonne Université Paris, 19-21 mai 2022

 

« Cet horrible massacre si renommé
par toute l’Europe »

Représentations et usages de la Saint-Barthélemy
en Europe et dans le Monde (1572-2022)

 

Voir le détail de l’appel ici.

Modalités et calendrier : Les propositions de communication de 300 mots environ, accompagnées d’une notice bio-bibliographique (1 page maximum) sont à envoyer pour le 1er septembre 2021 à l’adresse suivante : SaintBarthelemy2022@gmail.com

Comité organisateur: Tatiana Debbagi Baranova (Sorbonne Université, UMR 8596-CRM), Julien Goeury (Sorbonne Université, UMR 8599-CELLF), Anne-Marie Miller-Blaise (Université Sorbonne Nouvelle, EA 4398-PRISMES), Rory Loughnane (University of Kent), Christine Sukic (Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 4299-CIRLEP).

Comité Scientifique : Hubert Bost (EPHE PSL), Denis Crouzet (Sorbonne Université), Nathalie Dauvois (Université Sorbonne Nouvelle), Daniele Maira (université de Göttingen), Kirk Melnikoff (University of North Carolina at Charlotte), Lucy Munro (King’s College London), Catherine Richardson (University of Kent).

 

France 1600, 25-26 mai [en ligne]

[En ligne] France 1600. Actualité de la recherche et nouvelles perspectives en histoire de l’art.

 

 

25 et 26 mai

Institut National d’Histoire de l’Art

 

 

Ces journées d’étude, organisées dans le cadre du « recensement de la peinture française du XVIe siècle » mené par l’Institut national d’histoire de l’art et versé sur la base AGORHA, en collaboration avec le musée du Louvre, ont pour objectif d’offrir une synthèse des savoirs et de communiquer sur les nouvelles pistes de la recherche récente. Elles exploreront, sur la période charnière des années 1580-1620, entre Renaissance et Grand Siècle, les modalités de la création artistique dans le milieu de cour, mais aussi dans les foyers régionaux aujourd’hui en pleine redécouverte. Ces journées seront l’occasion d’évoquer la condition sociale des artistes, les modalités de la commande, la diffusion des modèles et des motifs en France et les questions liées à la restauration et à la conservation des œuvres de cette époque, à travers plusieurs études de cas.

Soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine
___

 

Comité scientifque

Geneviève Bresc-Bautier (musée du Louvre)
Thierry Crépin-Leblond (musée national de la Renaissance, Écouen)
Isabelle Dubois-Brinkmann (INHA)
Guy-Michel Leproux (EPHE)
Emmanuel Lurin (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel),
Audrey Nassieu Maupas (EPHE)
Vladimir Nestorov (INHA)
Cécile Scailliérez (musée du Louvre)
Vanessa Selbach (BnF)
___

 

Intervenants

Oriane Beaufils (musée national du château de Fontainebleau)
Camille Charbonnier (université Bordeaux-Montaigne)
Dominique Cordellier (musée du Louvre)
Romain Courrier (université Franche-Comté)
Cécile Dupré (musée d’Art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand)
Étienne Faisant (université Paris-Nanterre)
Virginie Guffroy (École du Louvre)
Jessy Jouan (université de Nantes)
Guillaume Kazerouni (musée des Beaux-Arts de Rennes)
Camille Larraz (université de Genève)
Blanche Llaurens (université de Poitiers)
Hélène Lebedel-Carbonnel (Drac Centre-Val de Loire)
Estelle Leutrat (université Rennes 2)
Antonin Liatard (INHA)
Emmanuel Lurin (Sorbonne Université, centre André-Chastel)
Jane MacAvock (chercheur indépendant)
Xavier Pagazani (université Bordeaux-Montaigne)
Jacopo Ranzani (INHA)
Nicolas Sainte Fare Garnot (ancien conservateur du musée Jacquemart-André)
Vanessa Selbach (BnF)
Camille Serchuk (université de Connecticut Sud)
Juliette Souperbie (université Toulouse-Jean Jaurès)
Guennola Thivolle (CAOA, Allier)
Nicolas Trotin (EPHE)
Yann Vaxelaire (Ville de Nancy)
Alexandra Zvereva (musée municipal de Saint-Germain-en-Laye)

Programme

 

25 et 26 mai 2021

Institut national d’histoire de l’art (INHA)

 

 

Le rire des épistoliers XVIe-XVIIIe siècle

Le rire des épistoliers

XVIe-XVIIIe siècle

 

Marianne Charrier-Vozel (dir.)

 

Étudier le rire des épistoliers du XVIe au XVIIIe siècle participe de l’écriture de l’histoire des émotions qui connaît actuellement un grand essor. Mais la tâche est ardue pour le chercheur qui s’intéresse au rire car les manuels épistolographiques de l’Âge classique se méfient du rire et de ses usages. Le rire met la lettre sous tension, entre proximité et distance, entre respect des convenances et choix du ton, entre travail, naturel et familiarité. Le rire de l’épistolier relève bel et bien d’une poétique de l’effet que le concept d’écho épistolaire permet de saisir pleinement.

Rennes, PUR, 2021, 348 p.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur.

Ann Blair, Tant de choses à savoir (2020) et L’entour du texte (2021)

 

Ann BLAIR, Tant de choses à savoir. Comment maîtriser l’information à l’époque moderne, Préface de Roger Chartier, traduction de l’anglais par Bernard Krespine, revue par Ann Blair, Paris, Seuil, 2020, 491 p.

 

L’historienne Ann Blair, professeur à Harvard, propose en français une version mise à jour et entièrement revue de l’ouvrage qui était paru en 2010, chez Yale University Press, sous le titre Too Much to Know : Managing Scholarly Informatin Before the Modern Age. L’ouvrage est le fruit d’une vaste enquête sur les modes de gestion de l’information qui se développent à l’époque moderne, sous la forme de « livres de référence » qui rassemblent et organisent des extraits de textes en vue de leur consultation ; le corpus d’étude est constitué des principaux livres de référence généraux en latin publiés entre 1500 et 1700. Des comparaisons ponctuelles avec des périodes anciennes (l’Antiquité) ou d’autres territoires (Byzance, le monde islamique, la Chine) permettent d’élargir d’emblée la perspective, de mettre à jour des points communs en même temps que la spécificité de l’Europe moderne. Les recherches d’Ann Blair nous éclairent à la fois sur les pratiques des compilateurs eux-mêmes (sont privilégiés dans l’étude le Dictionarium de Calepino, la Polyanthea en ses multiples éditions, la Bibliotheca universalis de Gessner ou le Theatrum humanae vitae de Theodor Zwinger) et, de manière tout aussi passionnante, sur celles de ceux qui lisaient et faisaient usage de leurs ouvrages, autrement dit la grande masse des lettrés des XVIe et XVIIe siècles. Un tel usage est souvent tu par les auteurs eux-mêmes – l’on pense à Montaigne affichant son dédain pour ceux qui écrivent à partir de « pastissages de lieux communs » ou qui sourit du goût de son père pour les Epîtres dorées de Guevara. Parmi les méthodes de travail et de lecture sont étudiées de près les prises de notes, une production que l’historienne replace dans le vaste phénomène de thésaurisation qui se déploie dans l’Europe moderne et dont elle montre la diversité : prises de notes individuelles fonctionnant comme aide à la mémoire et comme aide à l’écriture (favorisées par l’existence de marges dans les ouvrages imprimés), prises de notes collaboratives, loin de l’image stéréotypée, véhiculée par les gravures, de l’auteur seul à sa table de travail, jusqu’à l’extraordinaire armoire à notes inventée en 1640 par l’Anglais Thomas Harrison. L’ouvrage met clairement en évidence les phénomènes de continuité et de nouveauté : Ann Blair identifie d’emblée « les quatre S » de la gestion de l’information (stocker, sérier – ou classer -, sélectionner, synthétiser – ou résumer), valables dès les premières compilations jusqu’à aujourd’hui, dans les pratiques numériques ; à l’inverse du dictionnaire, « genre remarquablement stable depuis ses origines médiévales jusqu’à aujourd’hui » (p. 164), les miscellanées sont une particularité de la Renaissance, empruntant l’ordo fortuitus à des sources antiques (Les Nuits Attiques d’Aulu Gelle) ; au XVIIe siècle, se développent les livres sur les livres, catalogues de bibliothèques et de ventes, bibliographies, comptes rendus et histoires littéraires, tandis que la « première » encyclopédie moderne, qui équivaudrait à notre catégorie d’aujourd’hui, n’existe pas avant le XVIIIe siècle.  À chaque étape est mis en valeur le rôle de l’imprimerie, la publication des ouvrages de référence constituant une sorte de laboratoire où des innovations permettent de faciliter la consultation : liste des auteurs, des rubriques, index alphabétiques. Cette circulation d’une information, sauvegardée et accumulée, repose selon Ann Blair sur une angoisse de la perte : les humanistes de la Renaissance ont pris conscience de la fragilité de la transmission du savoir, si souvent marquée de dégradations et de pertes.

Marie-Claire Thomine

 

 

 

Ann BLAIR, L’entour du texte. La publication du livre savant à la Renaissance, Conférences Léopold Delisle, Paris, BNF Éditions, 105 p.

En écho aux deux conférences prononcées à la BNF, dans le cadre des conférences Léopold Delisle, Ann Blair invite dans cet ouvrage à un parcours richement illustré des paratextes des ouvrages savants de la Renaissance. Sont examinés successivement, dans leur présentation et leur fonctionnement, la page de titre, la permission et le privilège, la dédicace, la préface ou avis au lecteur, la liste d’errata, le poème liminaire, à partir de nombreux exemples (notamment Juan Caramuel y Lobkowitz, Copernic, Érasme ou Gessner). Selon l’historienne, l’imprimerie a favorisé l’usage des paratextes pour trois raisons principales : la diminution du coût de production permet un allongement des ouvrages, qui peuvent inclure des paratextes plus fournis ; la publication est soumise à des visées commerciales qui impliquent de séduire le public, acquéreurs et éventuels mécènes ; la diffusion plus large et plus rapide des textes génère enfin, chez les auteurs, une anxiété particulière : le souci de rencontrer des lecteurs bienveillants se lit dans les diverses stratégies adoptées dans les paratextes. Les deux conférences intitulées « Formes et rôle de l’entour des livres érudits à la Renaissance », données par Ann Blair les 17 et 18 mars 2021, sont disponibles en ligne sur le site de la BNF.

https://www.bnf.fr/fr/agenda/formes-et-role-de-lentour-des-livres-erudits-la-renaissance

Marie-Claire Thomine

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

Letres des ysles et terres nouvellement trouvées par les Portugalois

Un voyage imaginaire à Sumatra à la Renaissance

 

Édité par Guillaume BERTHON, Raphaël CAPPELLEN

 

Vers 1537 paraît à Toulouse un intrigant recueil d’épîtres en vers relatant un voyage à Sumatra effectué par trois Français. Parfaitement fictifs, les récits mêlent l’imaginaire des grandes découvertes à celui du mythique pays de Cocagne. En s’embarquant en rêve pour ce véritable Éden, les trois aventuriers font de la description des usages insulaires l’image inversée d’une Europe déclinante, qui s’en va à vau-l’eau. D’inspiration marotique, cette subversive fantaisie poétique est restée inconnue des spécialistes des récits de voyage et de la poésie du XVIe siècle, faute d’avoir été rééditée depuis 1537. L’édition qui en est proposée la redécouvre dans toute sa verve simple et efficace, en l’accompagnant d’une introduction et d’une dense annotation, qui en restituent le contexte culturel, éditorial et littéraire.

Genève, Droz, 2021.

Sommaire

La métamorphose du livre français (1543-1547) entre Paris et Lyon

CENTRE D’ÉTUDES SUPÉRIEURES

DE LA RENAISSANCE

 

 

9h30 Accueil. Introduction

10h Martine Furno – IHRIM, ENS Lyon. 1543-1547 dans l’atelier de Robert Estienne: un tournant?

10h30 Ilaria Andreoli – CNRS. La genèse (italienne) et la fortune des illustrations de la Chirurgie du Vidius parisien (1544)

11h Pause

11h15 Louise Amazan – BnF, Réserve des livres rares.  De la commande princière au projet éditorial : la publication de la nouvelle traduction française du Décaméron par Antoine Le Maçon chez Etienne Roffet (1545)

11h45 Paul-Victor Desarbres Université Paris-Sorbonne. Sur quelques traductions « fin de règne »

Discussion

14h Soersha Dyon – EPHE – Université Rennes 2.  L’ornement moresque et le livre en France, 1543-1547

14h30 Maud Lejeune
IHRIM, Lyon 2 – Centre Gabriel Naudé. L’Epitomé des gestes des rois de France (Lyon, par Balthazar Arnoullet, 1546) : une étape dans l’histoire de l’illustration du livre imprimé à
la Renaissance

15h Pause

15h15 Claire Sicard – CESR, Tours. Dans la fabrique des Œuvres de Saint-Gelais (Pierre de Tours, Lyon, 1547)

15h45 Romain Menini – Université Paris Est. Dans l’atelier de Pierre de Tours, 1542-1548

16h15 Discussion

17h Fin prévisionnelle

 

INSCRIPTION gratuite sur

https://metamorphose.sciencesconf.org/

L’inscription est nécessaire pour recevoir le lien de connexion.

 

ORGANISATION

Anna Baydova

BnF, Département des Estampes et de la photographie – EPHE, SAPRAT

Rémi Jimenes

Centre d’études supérieures de la Renaissance, Université de Tours

 

Séminaire de la FISIER : les humanités numériques

Séminaire de la FISIER

Les humanités numériques

28 juin 2021

 

La FISIER organise à partir de juin 2021 un séminaire virtuel international sur les nouvelles voies de la recherche sur la Renaissance : humanités numériques, transferts culturels, continuités historiques, études sur les femmes, nouveaux outils et nouveaux regards sur les objets, transmission et vulgarisation, dominations culturelles, etc. Vous en trouverez l’annonce plus détaillée en PJ. Ces manifestations prendront la forme de sessions thématiques bimestrielles ou trimestrielles autour de deux invité(e)s de référence, animées par des répondant(e)s issu(e)s de sociétés et instituts à la pointe sur ces questions. Les échanges se feront en anglais et/ou en français, aidés par des traductions et résumés ponctuels, et les séances pourront être ultérieurement mises en ligne sous forme audiovisuelle ou écrite, si nos invité(e)s en sont d’accord. Le programme de ces séances vous sera communiqué au fur et à mesure et sera également disponible sur le site de la FISIER.

La première séance du séminaire aura lieu le 28 juin. Elle proposera une réflexion sur les Humanités numériques, leurs avancées, leurs apports, leurs difficultés et leurs apories. Nous aurons le plaisir d’écouter Marie-Luce Demonet (CESR, Tours) et Anthony Grafton (Princeton). L’horaire vous en sera précisé ultérieurement.

Cette annonce s’adresse au plus grand nombre. Nous espérons en effet que les conditions de communication virtuelle, subies par la force des circonstances, se renverseront par ce moyen en occasions d’échanges, et que vous serez nombreux à souhaiter participer à ces sessions. Elles ont pour vocation de stimuler d’autres échanges. Nous serons en tout cas à l’écoute de vos propositions, si vous souhaitez en faire. Lorsque les circonstances le permettront, il est prévu que ce premier cycle de séminaires débouche sur un colloque, suivi d’une publication.

FISIER_Séminaire

Rencontres Renouard 2021 : le livre à Paris au XVIe siècle

« Rencontres Renouard » 2021 :

le livre à Paris au XVIᵉ siècle

 

Planches extraites d'un recueil de modèles de broderie publié par Peter Quentel (Cologne, 1545), Bibliothèque de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, Masson 1559

Planches extraites d’un recueil de modèles de broderie publié par Peter Quentel (Cologne, 1545), Bibliothèque de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, Masson 1559
Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie, organise, avec le soutien du centre Jean-Mabillon et de l’Institut universitaire de France, les « Rencontres Renouard », journée d’étude sur le livre à Paris au xvie siècle.
Les « Rencontres Renouard » permettent chaque année de rendre compte des recherches en cours sur le monde du livre parisien au xvie siècle. Dans un domaine de recherche aussi transversal que l’histoire du livre, il s’agit d’associer sur un mode informel jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, conservateurs et bibliothécaires, historiens, historiens d’art et littéraires, spécialistes du manuscrit et de l’imprimé, du Moyen Âge et des temps modernes.
Vendredi 16 avril 2021 de 09 h 30 à 17 h 30

Visioconférence

Contact et organisation :
Christine Bénévent
christine.benevent @ chartes.psl.eu

S’inscrire (obligatoire)
Le lien de connexion vous sera communiqué le 15 avril au soir.

Programme

Matin

  • 9h30 : accueil
  • Isabelle Garnier (université Jean-Moulin, Lyon-3 / IHRIM), « Les impressions parisiennes d’Augereau (1533) et le nouveau stemma du Miroir de l’âme pécheressede Marguerite de Navarre »
  • Valérie Neveu (université d’Angers / TEMOS), « L’organisation de la bibliothèque de Thou au début du xviie siècle (rangement, classification, description) : quelques enseignements tirés du premier catalogue méthodique des imprimés (1617), du premier catalogue alphabétique (1645) et du premier catalogue des manuscrits modernes (1re moitié du xviie s. ?) »
  • Estelle Leutrat (université de Rennes-II) et Rémi Jimenes (université de Tours / CESR), « Les Chronologies collées : de l’estampe au livre »

Après-midi

  • 13h30 : accueil
  • Estelle Bœuf-Belilita (BnF, Réserve des livres rares), « Éditer Denis le Chartreux à Paris : partages d’édition et circulations »
  • Guillaume Berthon (université de Toulon / Babel), « Une nouvelle bibliographie marotique : enjeux, problèmes, questions »
  • Astrid Castres (EPHE, PSL / Saprat), « Car ilz y trouveront leurs patrons faictz sans avoir la peine de les faire pourtraire : le succès des recueils de modèles de broderie, lingerie et tissuterie au xvie siècle »
  • Olivier Deloignon (Université de Strasbourg / UR 3400 Arche ; Hear, De Traits et d’esprit), « La scène portée à la page » (sous réserves)

Les communications de Stéphanie Rambaud et d’Alexandre Leducq sont reportées en 2022.

Madame Acarie (1566-1618)

Madame Acarie (1566-1618)

David Gilbert (dir.)

2021
Presses universitaires de Rennes

 

BARBE AVRILLOT, épouse Acarie, est considérée à juste titre comme l’ins- tigatrice, avec Pierre de Bérulle, de l’implantation en France de l’Ordre du Carmel, réformé par Thérèse d’Avila. Ce projet religieux s’inscrit à la fois dans l’histoire personnelle et familiale de « madame Acarie » – comme les historiens ont pris l’habitude de l’appeler – et dans le contexte de pacifica- tion religieuse et de réconciliation politique propre au règne d’Henri IV. Fille des guerres de Religion, mariée à un protagoniste de la Ligue, Barbe Avrillot contribue puissamment, dans les années qui suivent l’édit de Nantes (1598), à convertir le combat armé des ligueurs contre les huguenots en un combat spirituel, voire mystique, par les armes de la prière et de l’ascèse. Elle mobilise son influent réseau d’amis, habitués pour la plupart de son hôtel du Marais à Paris, pour faire venir en France en 1604, non sans difficultés, un petit groupe de carmélites formées à l’école de Thérèse d’Avila. Devenue veuve, elle entre dix ans plus tard, en 1614, au carmel d’Amiens et y devient sœur converse sous le nom de Marie de l’Incarnation. Déplacée au monastère de Pontoise, elle y meurt en 1618. Elle est béatifiée sous le pontificat de Pie VI, en 1791, alors que le conflit s’envenime entre le Saint-Siège et la France révolutionnaire.

Table des matières Madame Acarie

RENUMAR (Ressources numériques pour l’édition des archives de la Renaissance)

Atelier RENUMAR

( Ressources numériques pour l’édition des archives de la Renaissance / CESR-Tours)

 

 

« Publication de corpus documentaires et initiation à l’entrée de données

dans la base De minute en minute 2.0 »

Depuis plus de trois ans, l’équipe RENUMAR du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Tours) propose un espace de publication en ligne aux chercheurs et chercheuses qui, à l’occasion de leurs travaux, ont transcrit des corpus d’archives (http://renumar.univ-tours.fr/ <http://renumar.univ-tours.fr/>).

Cette base de données (De minute en minute 2.0), accessible en Open source, contient aujourd’hui plus de 19 000 actes d’archives transcrits ou analysés. Actes notariés, correspondances politiques ou privées, délibérations de corps de ville, comptabilités urbaines, etc. toutes les formes documentaires peuvent être intégrées, présentées et exploitées.

Publiée en ligne, avec des index et des outils de recherche, cette documentation est accessible à toutes et à tous dans un esprit de collaboration et de large diffusion des données et des ressources.

L’équipe RENUMAR propose un nouvel atelier de travail ouvert à tous ceux et celles qui pratiquent les fonds d’archives.

L’objectif de cet atelier est de présenter la base  De minute en minute 2.0 et ses outils de recherche, les procédures de publication, et d’initier le chercheur à l’entrée de données.

INSCRIPTION NECESSAIRE avant le 15 avril à : renumar@univ-tours.fr

Symposium in Homage to Michel Jeanneret (1940-2019)

Symposium in Homage to

Michel Jeanneret (1940-2019)

Friday, April 30, 2021 – 9:00AM-1:00PM PST

 

 

Participants:

Cécile Alduy (Stanford University)
Dominique Brancher (Universität Basel)
Terence Cave (Oxford University)
Yves Citton (Paris 8 Vincennes-Saint Denis)
Tom Conley (Harvard University)
Jérôme David (University of Geneva)
Max Engammare (Librairie Droz, University of Geneva)
Ullrich Langer (University of Wisconsin – Madison)
Frank Lestringant (Paris 4 Sorbonne)
Mary McKinley (University of Virginia)
Jan Miernowski (University of Wisconsin – Madison)
Frédéric Tinguely (University of Geneva)
Florian Preisig (Eastern Washington University)

Cynthia Skenazi (University of California, Santa Barbara)
Walter Stephens (Johns Hopkins University)

With the presence of

Marian Hobson Jeanneret

Organizer:

Jean-Claude Carron (University of California, Los Angeles)

This “symposium” convened to honor Michel Jeanneret (1940-2019) will memorialize the critical and creative achievements of one of the pillars of early modern studies today. We will bear witness to his pioneering contributions to the current critical discourse on French and European studies, covering both the ancient and nouveau régimes, from the Sixteenth Century, with, among others, Vinci, Erasmus, Rabelais, Ronsard, Montaigne, to Versailles, Nerval, and contemporary French cultural politics (« Cinquante-huit réponses à Nicolas Sarkozy », Critique 2009). Participants will attest to how, as literary scholar focusing on hermeneutic and textual interpretation, the Genevan critic was also interested in culture, philosophy, visual arts, architecture, food, society, and, recently, digital humanities (Bodmer Foundation). To that end, together we will assess how Michel Jeanneret, the scholar, the teacher, and the humanist, bears witness to what being human means.

To attend the Zoom event, please register at :

https://cmrs.ucla.edu/event/symposium-homage-michel-jeanneret/

Warwick Studies in Renaissance Thought and Culture

WARWICK STUDIES
IN RENAISSANCE THOUGHT AND CULTURE

 

 

 

This series explores the cultural forms, intellectual and religious traditions, and institutions of learning that shaped the Renaissance world, 1300–1700, always aiming for an interdisciplinary and, where possible and relevant, comparative and/or global approach. Potential topics include the histories and interactions of art, language(s), literature, music, philosophy, science and medicine, and religion. It publishes studies that present and sustain fresh views and categories: those, for instance, that recognize the co-existence in the period of Latin and the vernacular; that examine the relationship between Classical and Christian traditions; that evaluate the potential connections between social, cultural, and intellectual history; or that challenge established chronological boundaries.

Method of peer review

Double-blind undertaken by a specialist member of the Board or an external specialist.

Publishing Manager

Guy Carney Guy.Carney@brepols.net

 

Fields of interest

History, Art, Language(s), Literature, Music, Philosophy, Science and Medicine, and Religion

Series Editors

David Lines, Paul Botley,

Ingrid De Smet, University of Warwick

Website

https://warwick.ac.uk/fac/arts/ren/bookseries

Editorial Board
Joanne Anderson, Aberdeen University
Warren Boutcher, Queen Mary University
Sheldon Brammall, University of Birmingham
Philippe Canguilhem, CESR, Tours
Alessio Cotugno, Ca’ Foscari University, Venice
Simon Gilson, University of Oxford
Anthony Grafton, Princeton University
Earle Havens, Johns Hopkins University
Chiara Lastraioli, CESR, Tours
Sara Miglietti, Warburg Institute, University of London
Vivian Nutton, UCL, emeritus
Lawrence Principe, Johns Hopkins University
Eugenio Refini, New York University
Mara Wade, University of Illinois-Urbana Champaign

 

New Book Series

SUBMISSIONS

Produced under the auspices of the Centre for the Study of the Renaissance, University of Warwick, this series welcomes proposals for monographs and thematically coherent essay collections, not text editions. Although the main language of publication is English, essay collections may also include essays in other western languages.
Questions or potential submissions can be directed to
Guy Carney (Publishing Manager, Guy.Carney@brepols.net) and/or David Lines (D.A.Lines@warwick.ac.uk).

 

Author Information

Brepols Publishers’ general guidelines in English and a proposal formforauthorsandeditorsareavailableat: http://www.brepols.net/Pages/Getfile.aspx?dlfi=88

All volumes in this series are evaluated by an Editorial Board, strictly on academic grounds, based on reports prepared by referees who have been commissioned by virtue of their specialism in the appropriate field. The Board ensures that the screening is done independently and without conflicts of interest. The definitive texts suppliedbyauthorsarealsosubjecttoreviewbytheBoard before beingapprovedforpublication.

Why Publish with Brepols ?

  • Authors work closely with and benefit from the expertiseof theEditorialBoard.
  • Comprehensive peer review ensures books published with Brepolshaveareputationforhigh-quality scholarship.
  • Continuity of care – authors work with the same publishing managerthroughoutthepublication process.
  • We offer comprehensive copyediting by experienced editors withabackgroundinClassical,MedievalorEarly Modern Studies.
  • All volumes published with Brepols are distributed and marketedworldwide.

 

Begijnhof 67 – 2300 Turnhout, Belgium – www.brepols.net – info@brepols.net

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego, octobre 2021

Appel à communications,

Sixteenth Century Society and Conference (SCSC), San Diego,

28-31 octobre 2021.

 

 

Date limite pour les propositions : 19 avril 2021

La SCSC est une association professionnelle américaine mondialement reconnue dans le domaine de la littérature et des études prémodernes françaises. Comme toujours, les langues de travail des sessions qui portent sur la littérature française seront l’anglais et le français.

Nous nous sommes félicités d’une forte participation francophone lors de nos dernières réunions (Vancouver, Bruges, Milwaukee, Albuquerque, St. Louis), et nous espérons que vous serez nombreux à venir cette année : notre conférence aura lieu du 28 au 31 octobre au Hilton San Diego Bayfront à San Diego.

La conférence aura lieu cette année à coup sûr. Nous espérons pouvoir nous réunir en personne, mais selon les circonstances, il faudra peut-être opter pour une conférence à distance ou hybride. Quel que soit le cas, la conférence ne sera pas annulée.

Nous vous invitons à soumettre des communications de 20 minutes sur le sujet de votre choix portant sur la littérature ou l’histoire culturelle françaises du seizième siècle pour une présentation individuelle ou bien une session collective de trois intervenants.

La SCSC propose également quatre types d’ateliers :

– Tables rondes assurées par des sociétés associées.

– Atelier A : Discussion entre intervenants dont les communications seront distribuées et lues à l’avance (4 intervenants maximum).

– Atelier B : Analyse de questions délicates relatives à la traduction ou la paléographie, sans distribution préalable des communications (3 intervenants maximum).

– Atelier C : Discussion d’une question majeure avec de brefs commentaires des intervenants et une participation active du public ; semblable aux tables rondes, mais avec plus de participation (4 intervenants maximum).

Puisque la conférence prévue pour octobre 2020 à Baltimore a été annulée, toutes les sessions qui ont été proposées et acceptées pour Baltimore seront acceptées pour San Diego pourvu que les organisateurs les resoumettent. Si c’est le cas pour votre session, veuillez indiquer sous la rubrique « Comments » qu’elle a été accepté en 2020 lorsque vous la soumettez.

Notez bien que la date limite pour les propositions a été fixée au lundi 19 avril.

Vous pouvez vous renseigner, soumettre votre session ou communication, vous enregistrer, et réserver une chambre d’hôtel en consultant le site web de la conférence : www.sixteenthcentury.org/conference. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser ou à envoyer un courriel à conference@sixteenthcentury.org.

Au plaisir de vous revoir en octobre,

Scott Francis

____________________________________________

Scott Francis

Associate Professor of French and Francophone Studies

Department of Romance Languages

University of Pennsylvania