Tous les articles par Estelle Leutrat

Dante en France au seizième siècle. Lyon, 6 novembre 2021

Table-ronde annuelle RHR

Dante en France au seizième siècle

 

Comité scientifique : Gilles Polizzi, Nora Viet, Michèle Clément

samedi 6 novembre 2021 à partir de 9h30

Lyon, Maison des Sciences de l’Homme

14 avenue Berthelot

Amphi Marc Bloch

Contacts : michele.clement@univ-lyon2.fr

 

L’anniversaire de la mort de Dante (1321) est l’occasion de nombreuses célébrations, surtout en Italie. Celles-ci ont commencé dès 2019 (colloque Dante e la sua eredità (1321-2021), nuove prospettive sulla terza rima, Vérone, Museo Civico di Storia Naturale, 2-4 octobre 2019) et se poursuivront encore toute l’année 2021. À cette occasion, et de façon plus modeste, l’Association d’étude de la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme souhaite reprendre un dossier qui a beaucoup occupé les chercheurs au début du XXe siècle sur la présence et l’influence, apparemment minces, de Dante en France au XVIe siècle avant la grande traduction de l’abbé Grangier en 1597. Les travaux de Picot, Hauvette, Farinelli peuvent être aujourd’hui réexaminés (Franco Simone le demandait déjà en 1963) à la lumière de nouvelles recherches et de nouveaux dé-pouillements. L’histoire du livre, l’histoire de la langue et du « vulgaire illustre », l’analyse nouvelle des circulations des savants et des livres (imprimés et manuscrits), nous amènent à discuter cette discrétion de l’influence dantesque, submergée sous la vague pétrarquiste et la vague boccacienne. C’est une table ronde que nous organisons à ce sujet le 6 novembre 2021. Il faut peut-être déplacer le point focal de la Commedia vers d’autres textes de Dante, comme le De Vulgari eloquentia et la Vita nuova, qu’on a cru ignorés presque tout au long du XVIe siècle en France, et aussi prendre en compte les vies de Dante, pour réévaluer la lecture de Dante et son rôle dans l’histoire de la langue, de la terza rima, du sonnet, du commentaire, de l’auctorialité, de l’esthétique de l’obscurité…

Des spécialistes animeront la table ronde à partir de leurs recherches en proposant des courtes interventions thématiques et tous les participants sont invités à prendre la parole.

Pré-programme de la table ronde (par ordre alphabétique) :

Jean Balsamo (U. de Reims) Dante en France au XVIe siècle à la lumière de l’histoire du livre.

Paola Cifarelli (U. de Turin) Entre philologie et histoire : à propos du contexte de production de la première traduction française de la Comedia (ms Torino, BNU, L. III. 17).

Richard Cooper (U. d’Oxford) Illustrations de Dante au XVIe siècle en France.

Thomas Hunkeler (U. de Fribourg) « Lire Dante à travers Sperone Speroni ».

Alison Baird Lovell (U. du Wisconsin) « Dirlo non savrei » : l’amour sublime chez Dante et Scève (en marge de son livre : The Shadow of Dante in French Renaissance Lyric: Scève’s Délie, Walter de Gruyter, 2020).

Massimo Lucarelli (U. de Chambéry) Présentation du projet ANR DHAF (Dante d’Hier à Aujourd’hui en France, coordonné par Ph. Guérin) ; quelques remarques sur le De vulgari eloquentia en France au XVIe siècle.

Gilles Polizzi (Université de Haute Alsace) Insertion tardive de Dante dans le corpus allégorique français (1501-1518).

Stefania Vignali (U. de Turin) Mise en texte, mise en page, mise en image : le manuscrit bilingue de la première traduction de l’Enfer de Dante (ms Torino, BNU L. III.17).

La lettre de l’estampe. Les formes de l’écrit et ses fonctions dans la gravure européenne au xvie s

La lettre de l’estampe.

Les formes de l’écrit et ses fonctions

dans la gravure européenne au xvie siècle

 

Marianne Grivel, Emmanuel Lurin (éd.)

 

Mots, titres, légendes, descriptions et commentaires, vivantes adresses des marchands d’estampes à leurs « heureux » clients. Signatures d’artistes, marques commerciales, utiles privilèges et nobles dédicaces. Lettres en langue latine, française, allemande, italienne, lettres polyglottes sur des images pieuses destinées à l’exportation. Ecritures cursives ou typographiques, beaux caractères formés par la main experte d’un graveur en lettres, textes calligraphiés dont les ornements magnifient les planches. Des inscriptions tantôt discrètes, tantôt ostentatoires, dont les signes peuvent être incorporés au dessin, gravés au plus près des figures, mais aussi isolés dans des cadres, ou encore rejetés à la marge, le plus souvent sous l’image. Des écritures que l’on remarque, que l’on suit du regard, que l’on découvre parfois cachées dans un détail de la composition, des phrases que nul n’est obligé de lire, mais qui nous interpellent depuis le dessin et dont la lecture peut modifier notre appréciation d’une planche. Et si la gravure était aussi une affaire de mots ? Et si l’histoire de l’estampe pouvait être abordée sous l’angle des écritures qui encadrent, ponctuent ou même traversent le champ habituellement clos de la représentation ?

 

Liste des contributeurs :

Alessia ALBERTI, Castello Sforzesco, Milano

Mathilde BERT, Université catholique de Louvain

Nastasia GALLIAN, Sorbonne Université

Marianne GRIVEL, Sorbonne Université

Flora HERBERT, Sorbonne Université

Alexandra KOCSIS, Hungarian National Gallery, Budapest

Estelle LEUTRAT, Université Rennes-II

Emmanuel LURIN, Sorbonne Université

Anne-Katrin SORS, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen

Loretta VANDI, Scuola del Libro, Urbino

 

Sommaire vers le site de l’éditeur, Peter Lang.

La fortune dans l’écriture de l’histoire (1560-1600)

À hauteur humaine

La fortune dans l’écriture de l’histoire

(1560-1600)

Alicia Viaud

 

Dans les dernières décennies du XVIe siècle, s’épanouit une histoire « à hauteur humaine », par l’objet qu’elle se donne – l’ensemble de ce qui est relatif aux femmes et aux hommes du passé – et par les limites qu’elle se fixe – les capacités humaines d’intelligence du monde. La fortune, à la fois lieu commun et objet polémique, contribue au développement de cette pratique d’écriture qui se veut séculière, quoiqu’elle prenne toujours en considération la volonté divine. Dans les livres d’historiens comme dans les Mémoires, toujours niée mais fréquemment mentionnée, elle est un outil contribuant à établir les structures logiques et temporelles des récits, leurs stratégies argumentatives, leur valeur édifiante ou pratique. Elle permet de penser l’adversité comme obstacle et comme limite aux entreprises humaines, de concevoir l’action entre calcul raisonnable et pari audacieux, ainsi que de s’approprier le passé, en conférant aux histoires singulières des caractéristiques communes.

Sommaire sur le site de l’éditeur (Droz).

 

La paix des Dames. 1529

La paix des Dames

1529

 

Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Nicolas Le Roux,

Pierre-Gilles Girault (éd.)

 

Parmi toutes les femmes qui ont exercé une fonction de pouvoir dans l’Europe de la Renaissance, Louise de Savoie, mère de François Ier, et Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint, sont parmi les plus célèbres. Le traité de paix qu’elles négocièrent ensemble à Cambrai en 1529, au nom de leurs fils et neveu, ne l’est pas moins.
Demeuré dans les mémoires comme la « paix des Dames », cet accord mit fin à la deuxième guerre que se livraient le roi de France et l’empereur. La rencontre – dominée par des figures féminines de premier plan – fut le théâtre d’intenses tractations entre la France d’une part, l’Empire, les Anciens Pays-Bas et les Espagnes de l’autre.
Ce livre étudie la négociation de paix en elle-même, le cérémonial qui l’a entourée et la façon dont l’accord a été rendu public et célébré. Au-delà, on comprend le rôle que les femmes jouent dans les processus de pacification. On entend, aussi, contribuer à l’histoire de la construction, de la représentation et de la mise en scène des pouvoirs, spécialement en ce qui concerne le pouvoir féminin.

Avec les contributions de :

Thalia Brero, Susan Broomhall, Juan M. Carretero, Jean-Marie Cauchies, Catherine Chédeau (†), Aubrée David-Chapy, Jonathan Dumont, Laure Fagnart, Pierre-Gilles Girault, Jean-Paul Hoyois, Nana Kaku, Nicolas Le Roux, Virginie Leroux, Eva Pibiri, David Potter, Thierry Rentet, Antoine Rivault, Alain Servantie, Kathleen Wilson-Chevalier, Mary Beth Winn & Alexandra Zvereva.

Sommaire vers le site de l’éditeur, les Presses Universitaire François-Rabelais.

Remember me, octobre – janvier 2022

Remember me

More than 100 Renaissance portraits, from Dürer to Sofonisba

 

Amsterdam, Rijksmuseum

Until 16 january 2022

Do you see me ? And how do you see me ? Powerful emperors, flamboyant aristocrats and well-to-do citizens. Throughout the 15th and 16th centuries, increasing numbers of people had themselves immortalised by the artists of the day. Remember me is about ambition, longing, loss – and how people want to be remembered.
The desire to remember and to be remembered is a very old and human need. Since antiquity men has been making portraits, and the selfie is now an indispensable part of everyday life. Somewhere in between, around 1500, the first blossoming of portraiture in Europe began.

How do you see me ?

Then, as now, the sitters were keen to be presented in the most favourable manner possible. All aspects of the composition – the facial expression, symbolism, pose, background and clothing – were carefully planned out. Where the one prioritised beauty, the other focused on exuding authority. Charles V, Holy Roman Emperor, for example, emphatically highlighted his power around 1553 by having himself immortalised as a Roman Emperor. Remember me sheds light on how people wanted to be seen, in themes such as beauty, authority, ambition, love, family, knowledge and faith. How would you like to be remembered?

International Masterpieces

Remember me brings together portraits from museums all over Europe and the United States. Portrait of a Young Woman is a masterpiece of the Northern Renaissance, painted by Petrus Christus around 1470. This highlight of the Gemäldegalerie collection will be out on loan from the Berlin museum for the first time since 1994.

  • Museo Civico d’Arte Antica, Palazzo Madama in Turin is loaning Antonello da Messina’s 1476 work Portrait of a Man.
  • The funeral monument of Isabella van Bourbon from the Antwerp Cathedral of Our Lady was made by Jan Borman the Younger and Renier van Thienen in 1475-76. This effigy will be reunited with the accompanying Pleurants, or ‘weepers’, in the Rijksmuseum (on loan from the municipality of Amsterdam).
  • Two works by Albrecht Dürer have been loaned for the exhibition: his 1508 work Portrait of an African man from the Albertina in Vienna and Portrait of a Young Woman in Prayer With Her Hair Down (1497) from the Städel Museum in Frankfurt.
  • The Kunstmuseum Basel is loaning several works, including the 1516 Double Portrait of Jakob Meyer zum Hasen and_ Dorothea Kannengießer_ by Hans Holbein the Younger.
  • The National Gallery of Art in Washington has loaned Jan Gossart’s Portrait of Jan Jacobsz Snoeck, painted around 1530.
  • Sofonisba Anguissola’s Self-Portrait (ca. 1556) will be loaned from Muzeum-Zamek w Łańcucie, Łańcut in Poland.
CATALOGUE

The exhibition is accompanied by the catalogue Remember Me, a richly illustrated book written by Rijksmuseum curators Sara van Dijk and Matthias Ubl, with contributions from Friso Lammertse and Ilona van Tuinen.

272 pages, ISBN 9789090326500, €27,50. Available in the Rijksmuseum (web)shop and book shops.

 

Lien vers le site du musée.

Pierre de L’Estoile, homme de cabinet, homme de réseaux. 25-26 novembre 2021

Pierre de L’Estoile,

homme de cabinet, homme de réseaux

 

 

Colloque international organisé par
Nancy Oddo et Gilbert Schrenck.

 

25 – 26 novembre 2021, université Sorbonne-Nouvelle

 

Pierre de L’Estoile (1546-1611), parlementaire parisien, érudit de vaste culture et fort curieux de son temps, est connu pour ses Mémoires-Journaux rédigés du 30 mai 1574 au 27 septembre 1611, veille de sa mort. Ce fidèle serviteur d’Henri III et d’Henri IV, opposé aux extrémismes ligueurs au risque de sa vie, y consigne les malheurs du temps des guerres de Religion, nous offrant un tableau réaliste des violentes passions qui agitent ses contemporains, mais aussi quelques bonnes nouvelles, faisant revivre des vies minuscules, égrenant le temps qu’il fait, les livres lus, les rencontres, les amis qui meurent, la vie comme elle va en cette fin de XVIe siècle, sans jamais sacrifier sa foi dans les pouvoirs de la littérature pour restaurer la dignité de l’homme. Dénonçant les excès des Grands, les scandales des mœurs et les travers de la société, il poursuit parallèlement ses activités de collectionneur passionné, entre autres traces du temps, de libelles et placards qu’il compile dans le Recueil des Belles Figures et Drollerie de la Ligue et dans d’imposants volumes de « ramas ».

Ses œuvres constituent un témoignage rare, en cette période de fanatismes, d’un esprit de tolérance et d’un idéal de paix. De récentes études et l’édition de son Journal ont essayé de les préciser : elles méritaient amplement ce premier colloque international où des spécialistes de différentes disciplines tenteront de restituer le rôle et la place de L’Estoile par rapport à son milieu, et de préciser son action d’homme politique, ses convictions religieuses et la dimension littéraire de ses écrits.

Programme complet ici.

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles, 4-6 novembre 2021

Présences de la voix. XVIe-XVIIIe siècles

Toulouse, 4-6 novembre 2021

 

Colloque organisé par : Pascale Chiron, Philippe Chométy, Hélène Cussac et Agnès Rees.

Équipe de recherche PLH/ELH (Patrimoine, Littérature, Histoire/Equipe Littérature et Herméneutique).

Le colloque « Présences de la voix » a pour but d’interroger, dans une perspective interdisciplinaire, les différentes représentations de la voix dans les textes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, en articulant les approches littéraires et oratoires, scientifiques et médicales, mais aussi pratiques et théoriques.
Le problème de la voix se pose en effet de manière particulière à cette époque dite préclassique et classique où prédomine encore une conception largement orale voire oratoire de la littérature. Le colloque sera l’occasion de faire le point sur les recherches les plus récentes qui ont pour objet les discours sur la voix, sur sa douceur, sa force déclamatoire, sur ses pathologies ordinaires, etc. Il invite à une réflexion sur différentes figurations de la voix : voix humaine (et éventuellement animale), tableaux sonores, actio éloquente, artifices vocaux, etc. Il portera aussi sur les dynamiques sociales, esthétiques et culturelles de la voix.
En liaison étroite avec ces recherches théoriques, le colloque donnera toute sa place à l’art de dire les textes. Il sera proposé une projection de la captation de la mise en scène collective (P.-A. Clerc, M. Bouffard, B. Louvat, O. Bettens) de L’École des femmes de Molière, qui s’inscrit dans le cadre du programme de recherche expérimentale « Jouer L’École des femmes selon les sources historiques du XVIIe siècle ». Des ateliers permettront aux participants de s’entraîner à la performance vocale : grâce aux indications laissées par les auteurs eux-mêmes, aux éléments présents dans le texte écrit, aux témoignages d’époque, il sera possible de s’initier aux dictions reconstituées, historiquement informées, des textes de l’âge classique.

Attention, les manifestations du samedi n’auront pas lieu à l’UT2J mais à l’Université du Temps Libre, 56 rue du Taur, 31000 Toulouse (en centre ville).

Programme complet à consulter ici.

Émailler le verre à la Renaissance, du 13 octobre au 14 février 2022, Écouen

EXPOSITION

ÉMAILLER LE VERRE À LA RENAISSANCE
SUR LES TRACES DES ARTISTES VERRIERS ENTRE VENISE ET FRANCE

 

Musée national de la Renaissance, château d’Écouen
DU 13 OCTOBRE 2021 AU 14 FÉVRIER 2022

 

Production aussi précieuse que les verres transparents qui firent la réputation de Venise et de l’île de Murano, les verres émaillés et dorés de la Renaissance sont particulièrement prisés dès la fin du XVe siècle. À telle enseigne que, au début du XVIe siècle, des ateliers de verriers partout en Europe s’emploient à développer leur propre production, notamment en France. Croisant les apports de l’histoire de l’art, de l’archéologie et des analyses scientifiques, l’exposition tâchera ainsi d’éclaircir les attributions (Venise ? Façon de Venise ?) et les datations (entre XVe et XIXe siècles) de ces œuvres que l’on croyait pourtant si bien connaître.

Commissariat :
Aurélie Gerbier, conservatrice du patrimoine au musée national de la Renaissance
Françoise Barbe, conservatrice en chef du patrimoine au musée du Louvre
Isabelle Biron, ingénieure de recherche au c2rmf

Coproduite avec la RMN-GP, en partenariat avec le musée du Louvre et le C2RMF

 

COLLOQUE
Verres émaillés et dorés de la Renaissance. Nouvelles perspectives
22 et 23 mars 2022 (en visio-conférence)

Lien vers le site du musée.

L’énigme Bayard. Une figure européenne de l’humanisme guerrier

L’énigme Bayard

Une figure européenne de l’humanisme guerrier

 

 

Benjamin Deruelle, Laurent Vissière (éd.)

 

Bayard, chevalier sans peur et sans reproche, demeure un personnage central de la mémoire européenne des premières Guerres d’Italie. Son histoire reste pourtant largement tributaire des deux biographies chevaleresques rédigées dans les années 1520 par Symphorien Champier et Jacques de Mailles dit le Loyal Serviteur. Ces œuvres ont fondé l’historiographie du gentil capitaine, qui s’est ensuite fossilisée dans les manuels scolaires de la IIIe République. Pierre du Terrail élevé au rang de dernier représentant de la chevalerie médiévale, y devint une grande figure de l’histoire nationale, aux côtés de Vercingétorix, Charlemagne et Jeanne d’Arc.
L’histoire et la mémoire du célèbre Dauphinois comportent cependant de nombreuses zones d’ombre, et bien des épisodes de sa vie, à commencer par l’adoubement du roi lors de la bataille de Marignan, suscitent encore débats et controverses.
Cet ouvrage propose de transcender la dimension nationale du personnage par une approche résolument européenne, car Bayard a été aussi célébré, et décrié parfois, en Italie, en Espagne, en Angleterre et dans l’Empire. Aux côtés de Gonzalve de Cordoue et de Jean de Médicis, il s’est imposé comme une figure de l’humanisme guerrier.

 

Avec les contributions de :

Florence Alazard, Joana Barreto, Philippe Contamine, Eduardo de Mesa, Jean-Bernard de Vaivre, Benjamin Deruelle , Hervé Drévillon, Séverin Duc, Stéphane Gal, Elsa Kammerer, Nicolas Le Roux, Nicolas Lecervoisier, Sylvie Leluc, Éric Montat, David Nicolas, David Potter, Olivier Renaudeau, Giovanni Ricci, Amable Sablon du Corail, Laurent Vissière & Martin Wrede.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur, les Presses Universitaires François-Rabelais.

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”, 10 novembre – 4 décembre 2021

Moi(s) Montaigne. “Montaigne voyage”

10 novembre – 4 décembre 2021

 

Manifestation organisée par le Centre Montaigne, avec le soutien du Service Culture de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’équipe TELEM et de la Libraire Mollat. 

En collaboration avec la l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Bordeaux, la Bibliothèque Mériadeck, la DRAC Nouvelle Aquitaine, la Machine à Lire, le Muséum de Bordeaux et la Société des Bibliophiles de Guyenne. 

 

10 novembre, 18h-19h30 –  En route, sur les traces de Montaigne  Lectures commentées des étapes majeures du Journal de voyage en Italie, par Violaine Giacomotto, Station Ausone (Librairie Mollat).

15 novembre, 17h30-19h – De ruines en ruines
«Antiquitates urbis: les antiquaires italiens aux sources de l’Antiquité de Bourdeaus», conférence d’Anne Raffarin (UPEC). Société des Bibliophiles de Guyenne, Auditorium de la Bibliothèque Mériadeck.

De Bordeaux à l’Italie, et retour, en deux étapes:
16 novembre, 18h-19h30
«Bordelais en Italie – L’Italie à Bordeaux, à l’époque de Montaigne», conférence de Jean Balsamo (Université de Reims), Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau (salons de l’Académie, 1er étage).

17 novembre, 10h30-12h
«Autour des livres liés à l’Italie et à Montaigne : livres italiens du XVIe siècle conservés à Bordeaux, livres en italien imprimés en France et livres italiens de Montaigne», par Jean Balsamo. La présentation se tiendra au département des Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque Mériadeck, .

23 novembre, 18h-19h30 – Un autre voyage
«Le grand voyage de Charles IX et de la Cour (1564-1566) : une découverte de la France et un entracte de paix», conférence d’Anne-Marie Cocula, Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1 place Bardineau, Bordeaux.

25 novembre, 18h-19h30 – Escale au jardin«‘En toute faveur de nature’ : Montaigne et les jardins italiens», conférence d’Hervé Brunon (Centre André Chastel), salon de La Machine à Musique Lignerolles / Machine à Lire, 13/15 rue du Parlement Ste Catherine.

30 novembre, 18h-20h. Une halte à Bâle, dans le cabinet de curiosités de Felix Platter

« ‘Ce que je vis de remarquable : Montaigne à la rencontre des curiosités », conférence de Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers),
précédée d’une visite libre de la nouvelle exposition du Muséum : «Collectionner la nature?».

4 décembre, 15h30 – Dernière escale ou nouveau départ? Un voyage musical dans l’Italie au temps de Montaigne
Concert de musique vocale de la Renaissance par l’ensemble « Le Plisson », chapelle de la DRAC Nouvelle Aquitaine, 54 rue Magendie.

 Contact : LeMoisMontaigne@u-bordeaux-montaigne.fr 

Programme à télécharger.

Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Le regard de Machiavel

Penser les sciences sociales au XVIe siècle

Sandro Landi

 

Le regard que Machiavel porte sur la réalité lui permet de voir des choses que ses contemporains ne voient pas, comme la nature des comportements collectifs, le caractère mental des liens politiques et religieux ou l’importance de l’opinion dans le gouvernement des États. Le fil conducteur de cette « biographie cognitive » est l’enquête de Machiavel : sa manière d’identifier et de construire dans le temps des objets de recherche. Il ne s’agit plus de questionner Machiavel sur son identité politique ou religieuse mais de comprendre comment, en interprétant la réalité, il contribue à l’émergence d’une connaissance spécifiquement consacrée à l’homme en société.

 

Sandro Landi, Le regard de Machiavel. Penser les sciences sociales au XVIe siècle, Rennes, PUR, Coll. Histoire, 2021, 238 p.

Sommaire vers le site de l’éditeur.

Clément Marot, Les Épîtres

Clément Marot

Les Épîtres

 

éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran

 

 

Ce fort volume met à la disposition d’un public de lecteurs et lectrices de poésie de la Renaissance un choix de poèmes de Clément Marot sans équivalent éditorial. Cette anthologie donne en effet accès à l’œuvre de Marot à partir de l’unité d’un « genre » (p. 10), celle de l’épître en vers, et de l’« histoire » (ibid.) de ses réalisations au fil des contextes de publication, du vivant de Marot ou peu après sa mort. La préface précise de quelle façon, selon les éditeurs G. Berthon et J.-Ch. Monferran, l’épître marotique figure au long du règne de François Ier le « portrait mobile » du poète (p. 25) tandis qu’il se joue des conventions du service de plume. Le titre retenu, Les Épîtres, emprunte la désignation de ces pièces par le poète lui-même dans les tables de ses recueils. Tourné vers un public non nécessairement spécialiste de la poésie de la Renaissance, notamment estudiantin, le volume repose cependant sur une enquête matérielle de première main et la maîtrise de la tradition éditoriale marotique, ce qui en fait en même temps un instrument d’étude savant.

En guise d’introduction à la lecture de Marot, cette édition donne désormais une alternative aux éditions de poche de L’Adolescence clémentine (éd. Fr. Roudaut, L.G.F. « Le Livre de poche », 2005, ou éd. Fr. Lestringant, nrf Poésie / Gallimard, 1987). Dans la tradition philologique, elle se situe à un carrefour critique des entreprises des soixante dernières années. En dépit du choix de l’unité générique, la présente édition repose sur un programme, des principes, une liste des pièces retenues, des états textuels qui la distinguent du volume publié sous le même titre par C. A. Mayer en 1958 dans le cadre de la publication des œuvres complètes de Marot en quatre volumes. Le présent ouvrage, concerté dans ses moindres détails, se montre en revanche fidèle à certains gestes de Marot éditeur de ses Œuvres en 1538, ainsi qu’à l’option d’une édition bi-partite dans la lignée des Œuvres poétiques par G. Defaux (1990-1993), tout en renouvelant l’agencement, certaines leçons textuelles et en partie l’annotation érudite. Les interventions des éditeurs prennent ainsi davantage le risque de l’actualisation, au bénéfice du public de 2021, que dans les Œuvres complètes par Fr. Rigolot (2007-2009).

L’édition conjoint lisibilité pédagogique et engagement philologique. Les choix sont explicités avec minutie dans une « note sur l’édition » (p. 29-38) ainsi que par l’architecture ordonnant les poèmes et qui détermine les titres courants. La première section comprend les quarante-et-une épîtres parues sous ce terme en 1538, dans la dernière édition que le poète supervise de ses Œuvres, distribuées entre L’Adolescence clémentine et la Suite de l’Adolescence clémentine. Une seconde section de vingt-huit pièces, intitulée « Autres épîtres (1534-1548) », rassemble des épîtres dispersées dans des manuscrits et des imprimés, eux-mêmes parfois posthumes (notamment les éditions lyonnaises de 1549 et 1550), l’ensemble participant du corpus marotique élaboré au XVIe siècle. À l’imitation de l’ordre chronologique suivi par le poète en 1538, les éditeurs proposent un classement par date supposée de composition, en quatre contextes : Ferrare (1534-1536), Venise (1536), France (1536-1542), Genève, Savoie, Piémont (1542-1544). La définition du corpus des épîtres a été reprise à nouveaux frais : G. Berthon et J.-Ch. Monferran explicitent les critères génériques qui ont guidé l’élaboration de cette seconde section, justifiant leur choix de retenir ou non des pièces proches de l’épître en vers telle qu’ils la caractérisent. Enfin, une annexe donne trois pièces d’attribution incertaine que les éditeurs du volume ont des raisons d’attribuer à Marot. Ce faisant, ils retranchent neuf épîtres de la tradition marotique, arguments à l’appui.

Suivant les principes de la collection nrf Poésie / Gallimard, la graphie est modernisée et le texte est suivi par un dossier. Ce dernier comprend une bibliographie primaire et secondaire (p. 479-497), un glossaire, une brève note sur la versification mais un copieux appareil de notes interprétatives (p. 277-478). L’annotation de chaque pièce s’ouvre sur les informations philologiques (date de première attestation manuscrite ou imprimée, établissement du texte, contexte de composition et de diffusion), fournit les éléments d’intelligibilité contextuelle, établit la bibliographie des commentaires existants. Elle se poursuit par des commentaires au fil des vers qui s’efforcent de lever les difficultés de sens littéral sur lesquelles peut buter le lecteur ou la lectrice de notre temps : ils associent de fréquentes paraphrases pédagogiques à des analyses de la langue et à l’explicitation des références culturelles. Sur cet aspect, l’édition offre un appareil de notes amplifié par rapport à celle de Fr. Rigolot, ce qui la rend plus accessible à un étudiant de licence de Lettres ou à tout non spécialiste de la poésie de la Renaissance.

Pour le corpus d’épîtres, le chercheur ou la chercheuse devra désormais travailler à la fois avec les Œuvres poétiques de G. Defaux et la présente édition. Par rapport aux notices établies par G. Defaux, G. Berthon et J.-Ch. Monferran ont fait le choix de rédiger intégralement leurs commentaires, y compris ceux de nature philologique. Dans le détail des notes, le lecteur dispose dans l’ensemble d’une érudition historique et culturelle équivalente dans les deux entreprises. En revanche, l’annotation diffère ponctuellement en matière de remarques intertextuelles et intratextuelles. Avec cette anthologie, certaines hypothèses de datation sont divergentes ; elles gagnent parfois en précision grâce à la maîtrise de la tradition manuscrite, en lien avec le travail de G. Berthon pour la Bibliographie critique des œuvres de Clément Marot (ca. 1521-1550) (Droz, 2019). La compréhension du texte est inscrite dans une connaissance affinée du contexte poétique, poéticien et historique du règne de François Ier, ce qui s’accompagne d’un abandon des connaissances que fournit pour sa part G. Defaux sur la postérité de ces poèmes dans l’histoire littéraire.

Sa typographie en fait un ouvrage d’abord commode pour le lecteur cultivé autant que pour l’étudiant : numérotation continue des épîtres, taille des caractères du dossier, par exemple. Le souci de clarté s’étend aux interventions des éditeurs, toujours précisément justifiées, aussi bien sur le texte, qu’en matière de composition d’ensemble, de choix philologiques et de discours d’accompagnement, ce qui en fait également un nouvel instrument pour la recherche sur Marot, l’épître en vers à la Renaissance ou la poésie de circonstance en général.

Audrey Duru

 

Clément Marot, Les Épîtres, éd. Guillaume Berthon et Jean-Charles Monferran, Paris, nrf Poésie / Gallimard, 2021, 544 p. ISBN 978-2-07-293987-7.

 

“J’aime ta joie”. Hommage à Michel Jeanneret

Un XVIIe siècle décapé,

dans le prolongement du XVIe :

Michel Jeanneret, “J’aime ta joie

parce qu’elle est folle”

 

 

Michel Jeanneret a publié son dernier livre un an à peine avant sa disparition, juste avant le début de la maladie qui l’emporta au début de l’année suivante[1]. Le titre de ce livre est révélateur : c’est par un sourire, ou plutôt par un cri de joie qu’éclate ce titre, ou plutôt cette déclaration amoureuse de Suzanne à Figaro : « J’aime ta joie parce qu’elle est folle », qui se prolonge dans ce présage : « elle annonce que tu es heureux »[2].

Cri d’amour, cri de vie lancé à la face du ciel et de l’humanité, et qui enjambe les siècles pour en tirer le meilleur de la vie à mordre et à goûter. Ce livre est aussi un cadeau offert à la jeune génération montante, comme l’indique la dédicace « for Bella et Louis », les petits-enfants de Michel et de Marian, ainsi honorés d’une dédicace aussi belle qu’un cri d’amour et de tendresse lancé par-delà les siècles.

De quoi nous parle ce livre, sinon du froid et souvent raide XVIIe siècle, le Grand Siècle classique, que Michel Jeanneret, sans jamais le trahir, s’emploie à réchauffer par tous les côtés. En amont surtout, par le tumultueux XVIe siècle, qui ne meurt aucunement avec Montaigne, dont la « plénitude du vide » nous réconforte, en aval par ce cri qui précède de peu la Révolution, quand Suzanne, courtisée par le comte, dit son amour confiant au jeune et alerte Figaro.

Anachronisme revendiqué du titre ! Anticipation plutôt. Figaro est l’héritier de cette folie douce qui perdure, et dont Michel Jeanneret tente ici l’histoire. Aujourd’hui un peu partout la normalisation guette. Les orthodoxies, aujourd’hui relâchées ou moins brutales, sont toujours là, subreptices et insidieuses. La morosité règne, et la tristesse menace. L’ordre, non pas exactement l’ordre moral, mais un ordre délétère et stupide. Révoltons-nous !

Par tous les côtés sans doute, mais surtout par son début, le siècle classique se rebelle contre l’ordre qui finit par s’établir avec le triomphe de l’absolutisme. Point culminant et point d’aboutissement de ce parcours, conduit au rebours de toutes les défenses et de toutes les censures, le chapitre consacré à Molière, réprimandé par Boileau et menacé par les dévots, auteur toutefois du Tartufe et du Don Juan, sans parler de toutes ses fantasmagories farcesques[3]. Tout se conclut par Diderot et Le Neveu de Rameau, Diderot et Beaumarchais, auquel ce livre doit son titre.

Joie exubérante et conquérante, qu’on se le dise ! Un XVIIe siècle choisi, heureux, joyeux, sinon optimiste. On ne trouve dans ce livre ni Corneille ni Pascal, ni La Rochefoucauld, non plus que La Bruyère, ou si peu. Le cœur gai déteint sur l’événement et lui imprime une tournure positive. Le sujet qui se délie de l’oppression ambiante se réapproprie soi-même. Une ligne de force traverse les cent-soixante ans qui s’étendent d’Érasme à Molière, conduite par la vitalité et le besoin de jeu et de joie. Trois hautes figures lancent le défilé ou la parade drolatique, Érasme avec l’Éloge de la Folie, Rabelais et l’ensemble des quatre livres, de Pantagruel et Gargantua au Quart Livre, quoique, dans ce dernier, les « agélastes » ou les « sans-rire » l’emportent parfois sur les joyeux pantagruélistes, Montaigne et la joie impénitente du livre III des Essais, dont le chapitre « De la vanité » explose, pour ainsi dire, à la face du lecteur, multipliant les digressions, blâmant, de plus, moralistes et théologiens, qui prétendent brider la vie et contraindre la liberté. L’auteur des Essais se laisse, en définitive, « rouler au vent », pour, paisiblement, « jouir le monde », faisant de l’acte de jouir un verbe transitif, immédiat, conquérant, et combien savoureux[4].

Deux puissants drôles tiennent escorte à ces figures majeures, l’inénarrable Folengo, composant en latin macaronique les aventures de Baldus et de Merlin Coccaïe, le narrateur, et le très curieux Béroalde de Verville, dont Le Moyen de parvenir, souvent obscène, voire scatologique, n’en finit pas de dérouter et d’égarer joyeusement le lecteur.

Avant de passer au XVIIe, qui commence avec « Les farceurs du Pont-Neuf », pont de pierre fraîchement achevé sous le règne d’Henri IV et qui sert de support aux bonimenteurs et joueurs de farces, s’ouvre un intermède, « Fêtes et fous », composé de deux chapitres, « Suspension de la loi » et « Le retour du refoulé »[5]. La fête des fous remplit une fonction carnavalesque, mais la voilà bientôt supprimée. Or « les tonneaux de vin crèveraient si on ne leur ouvrait quelquefois la bonde pour leur donner de l’air », s’était exclamé un très sérieux docteur de la Sorbonne, cité par Maurice Lever, que reprend Michel Jeanneret[6]. Dès la fin du Moyen-Âge, la nébuleuse des Goliards avait préparé la voie à cette libre efflorescence[7]. Jusqu’au XVIIe siècle, les fous ont droit de cité, magistraux encore chez Rabelais, dans Le Tiers Livre notamment, où Triboulet fait bonne figure et vide hardiment la bouteille, avant d’ouvrir la voie à la navigation hauturière des Quart et Cinquième Livres. Au XVIIe siècle encore, on voit des fous, parés de chatoyantes étoffes, dans les tableaux de Caravage ou de Vélasquez. Mais la critique des fous est radicale parfois, et contient des germes de subversion. D’où leur disparition rapide : fêtes et fous subissent une inexorable décadence, pour ne pas dire « détumescence », comme le risque plaisamment Maurice Lever. La folie perd sa force de subversion, réduite au silence et bientôt enfermée, supprimée. Comme le dit joliment Michel Jeanneret, « le comique physique, sensuel, des saltimbanques est sacrifié au bon goût et à l’esthétique pasteurisée des salons »[8].

Alors la littérature, du moins une certaine littérature, prend la relève de ces fêtes interdites, dont les résurgences sont de plus en plus impitoyablement châtiées. C’est à l’exercice de cette liberté de plus en plus précaire que s’emploient les libertins, avides de dire leurs désirs et de vivre tout simplement.

À preuve Charles Sorel, dont l’Histoire comique de Francion met en scène un Francion franc, libre, indomptable et franchement libertin[9]. Francion le bien nommé ne songe qu’à procurer son contentement, c’est-à-dire sa liberté de penser et d’agir de toutes les manières possibles. Il proclame les droits du corps et la sauvagerie du désir. Comme lui et pareil à lui, des libertins comme Régnier, Motin, Maynard, Sigogne, d’Esternod publient des vers lascifs et provocants. L’obscénité n’est pas inoffensive, elle devient un défi à l’ordre moral, qui coiffe, voire étouffe la société. Michel Jeanneret connaît la question, pour avoir publié naguère l’anthologie de La Muse lascive, pendant on ne peut plus réjouissant de La Muse sacrée, publiée une vingtaine d’années plus tôt en collaboration avec Terence Cave[10].

Le Pont-Neuf rectiligne, inauguré en 1606, n’est en rien un espace réglé. Il ouvre le XVIIe siècle, en un sens, mais un siècle nullement encore classique. Pont-Neuf déréglé, Pont-Neuf bondissant, s’intercalant fébrilement entre les deux rives populeuses de la Seine, Pont-Neuf dont Montaigne, une quinzaine d’années plus tôt, dans « Des Coches », regrettait l’inachèvement, ses piles pataudes plongées dans le fleuve[11]. Les saltimbanques à présent s’y pavanent, aussi débridés que les bouffons gravés par Jacques Callot. Un érotisme affranchi de toute pudeur y bondit aux yeux. Épée au vent, ithyphallique, le capitaine Babeo défie Cucuba, qui lui montre ses fesses et le nargue. D’autres prompts drôles dansent et se contorsionnent dans les Balli di Sfessania, autrement dit « le bal des fêlés », comme le traduit librement Georges Sadoul[12]. L’Inventaire universel des Œuvres de Tabarin abonde dans le même sens, c’est-à-dire en dépit du bon sens[13]. L’université de la place Dauphine est celle des causes ineptes. Le monde renversé s’y étale à loisir[14]. Tabarin et son frère Mondor s’y pavanent, échangeant des propos volontiers scatologiques. Le tout est de flétrir l’esprit, et Tabarin y tient un langage d’enfant dans sa phase anale[15].

Souvent plus relevés, ballets et mascarades de cour se donnent au temps du carnaval : Ballet des fols, Ballet du monde renversé, Ballet de la débauche des garçons de Chevilly et des filles de Montrouge, etc. Les modèles s’y mélangent, farcesque mais aussi héroïque, fantastique et réaliste. Le bariolage est la loi du genre. L’ample compagnie des gueux y prolifère, qui embrasse débauchés et ivrognes, mendiants, escrocs et filous, ou même, pour peu que l’on regarde au loin, corsaires, esclaves et forbans[16].

Les bohèmes du XVIIe siècle sont moins extrêmes que Diogène le cynique, bien qu’ils s’en réclament parfois[17]. Mais ils partagent avec eux le choix de l’excentricité et de l’irrévérence, penchant vers la libre pensée. Le libertinage érudit, qu’a arpenté René Pintard, ne les soucie guère, ils le dédaignent, pareils à Don Juan, révoltés, incroyants ou athées[18].

« La culture des tavernes », sous-titre du chapitre consacré à « la faune littéraire », n’est pas sans évoquer pour Michel le souvenir des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan et dans toutes les rues environnantes. L’aile de l’effroi plane subitement sur ce livre débridé. Effroi tangible, effroi qu’il faut immédiatement repousser, ou plutôt surmonter[19]. Pour conjurer l’horreur, Michel Jeanneret suggère de revenir à « la résistance du rire et à la résilience de la fête ». Comme en 2015, et contre tous « les fanatiques religieux », il faut sortir et se réjouir, non pas follement, mais délibérément, et non sans courage[20]. Et Michel de proposer une série d’exemples, dont le « bon gros » Saint-Amant, comme il se qualifiait lui-même, poète rouennais nullement négligeable et globe-trotter impénitent[21], ou encore le marginal Charles Dassoucy, à l’existence errante et à l’écriture allègre, « l’une des plus joyeuses et scintillantes du XVIIe siècle »[22]. Ce « gay » plein de gaîté apparaît comme l’héritier des Enfants-sans-souci, qui avaient licence de défier la société et de braver la morale. Il se repent toujours à temps, évite le châtiment, déjà prêt à rebondir.

Plusieurs fois Michel a côtoyé, considéré, étudié la folie, notamment dans son magnifique essai sur Gérard de Nerval, une folie qui rebondit dans le titre et la matière du présent livre[23]. Le monde du début du XVIIe siècle est étrangement hospitalier à la folie, comme le notait déjà Michel Foucault. En témoigne Bernard Bluet d’Arbères, illettré, quasi analphabète, auteur de très nombreux fascicules vendus sur le Pont-Neuf, d’un style bizarre et souvent incompréhensible, des fascicules qui se débitent pourtant, et que s’arrache la meilleure société. Toujours au rang des écrivains bouffons, le « bougre » Boisrobert, François de son prénom, lequel peut tout se permettre et dont les pitreries dérident le mélancolique cardinal de Richelieu, qui le tolère auprès de lui, jusqu’à un certain point du moins[24].

Il faut évoquer encore l’hôtel de Rambouillet, et sa Chambre bleue, sanctuaire des élégances, où la marquise reçoit, laquelle tolère les « fous externes » et les « poètes hétéroclites » comme Louis de Neufgermain, auteur d’anagrammes et d’acrostiches qui festonnent ces pièces de circonstance, dignes de l’Oulipo. Vincent Voiture y surprend les précieuses par ses mots d’esprit, mais aussi par ses plaisanteries d’un goût douteux[25]. Même les théologiens n’échappent pas au rire, comme le bon père Étienne Binet, un jésuite qui n’hésite pas à célébrer la douloureuse goutte, goutte d’eau qui soulage les suppliciés, et les dégoûte de leurs pieds enflés[26] ! Le même père Binet élève un véritable hymne à la joie dans son Essay des merveilles de nature, et des plus nobles artifices, qui, dans l’esprit de François de Sales, invite à contempler les merveilles de la Création, dont le moustique, « un petit rien qui vole », ou l’arc-en-ciel, qui n’est pas « le pont au Change de Paris », mais « le pont aux Anges de Paradis »[27]. La « petite voix emplumée » du rossignol l’enthousiasme pareillement, et suscite en lui des échos, qui doivent sans doute quelque chose à La Sepmaine du prolifique Du Bartas, dont le succès fut européen. Le « Cinquiesme Jour » de La Sepmaine en particulier contient toute une volière chatoyante, où le rossignol reçoit une place d’honneur, maître en solfège et en chant[28].

Le cul-de-jatte Paul Scarron survient sur ces entrefaites, et Le Roman comique y déploie, à la veille du sévère siècle classique, ses drôleries impétueuses ou loufoques. Invalide enfermé dans un corps grotesque, mari de la future Madame de Maintenon, Scarron se plaint drôlement de son corps contrefait et dresse le portrait hyperbolique de la bohème[29]. SonVirgile travesti, accomplissement du burlesque, qui prend le parti du Pont-Neuf contre les salons alambiqués, montre Énée, fuyant Troie incendiée, portant son père Anchise dans une hotte sur son dos. Scarron s’y moque lui-même de ses « coyonneries » et autres « sornettes » de bas étage.

Vient enfin Molière, pour qui « la grande affaire est le plaisir », Molière injustement dénigré par Boileau, Molière qui parvient à tirer son épingle du jeu, préparant pour le roi absolu de superbes comédies-ballets, mais capable de jouer dans le même temps de féroces comédies de mœurs, comme Tartuffe ou Don Juan, s’en prenant sans ménagement aux dévots et au parti de l’autel. Ce qui ne l’empêche pas de trouver un équilibre entre la farce et le ballet, la satire de mœurs et l’exotisme de bazar, dans une pièce comme Le Bourgeois gentilhomme, qui s’achève en turquerie bariolée à la gloire du grand mamamouchi[30]. Molière, écrit Michel Jeanneret, ne s’est rien refusé : libéré des règles et des convenances, « il rend au théâtre quelque chose de sa frénésie dionysiaque »[31].

La conclusion peut décevoir après une telle débauche de couleurs et de voix. L’alliance de la bouffonnerie et du tragique, qu’honore à son tour le Fantasio de Musset ou le saltimbanque épuisé de Baudelaire, résonne tristement à l’époque romantique. Dans l’intervalle, surgit Le Neveu de Rameau de Diderot, bohème sans feu ni lieu, esprit génial et fantasque, qui n’arrive au bout de rien. Effronté et cynique, « composé de hauteur et de bassesse, de bon sens et de déraison », il excite et il déçoit. Pauvre diable de bouffon, il brille par sa faconde prodigieuse, surprend par ses gesticulations de voltigeur, puis disparaît, avant de reparaître un an plus tard, recommençant à peu près les mêmes simagrées[32].

Cette répétition annuelle, ou peu s’en faut, a quelque chose de carnavalesque, mais elle lasse à la longue. Le personnage fantasque n’est plus compris, ni même acceptable, dans la société bourgeoise qui se dessine par-delà la Révolution. Ici perce peut-être une légère nostalgie de la part de Michel Jeanneret. Condamné par Voltaire, dénigré par les bien-parlants, Rabelais, irrévocablement, s’éloigne.

Frank LESTRINGANT

 

 

[1] Jeanneret, Michel, J’aime ta joie parce qu’elle est folle. Écrivains en fête (XVIe et XVIIe siècles), Genève, Droz, « Titre courant », 2018.

[2] Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, acte IV, scène 1 : « J’aime ta joie, parce qu’elle est folle ; elle annonce que tu es heureux ». La dédicace manuscrite de Michel Jeanneret est ainsi libellée : « à rebours peut-être, avec conviction quand même ».

[3] Michel Jeanneret, op. cit., p. 193-212.

[4] Montaigne, Essais, III, 9, p. 994, et III, 9, p. 952. Michel Jeanneret, op. cit., p. 57-65. Expression transitive de « jouir » qu’a magnifiquement commentée Mary Mc Kinley.

[5] Michel Jeanneret, J’aime ta joie, op. cit., ch. VII et VIII, p. 95-116.

[6] Ibid., p. 98.

[7] Ibid., p. 101.

[8] Ibid., p. 111.

[9] Charles Sorel, Histoire comique de Francion, éd. Fausta Garavini, Paris, Gallimard, « Folio », 1996. Du même Charles Sorel, Description de l’île de portraiture et de la ville des portraits (1659), éd. Martine Debaisieux, préface de Michel Jeanneret, Genève, Droz, 2006, p. 27.

[10] Michel Jeanneret, La Muse lascive. Anthologie de la poésie érotique et pornographique française (1560-1660), Paris, José Corti, 2007. Cet ouvrage fait pendant à celui de Terence Cave et Michel Jeanneret, La Muse sacrée. Anthologie de la poésie spirituelle française (1570-1630), Paris, José Corti, 2007.

[11] Montaigne, Les Essais, III, 6, éd. Pierre Villey, p. 902.

[12] Georges Sadoul, Jacques Callot, miroir de son temps, Paris, Gallimard, 1969, p. 92, et Michel Jeanneret, J’aime ta joie, op. cit., p. 122-127.

[13] Michel Jeanneret, J’aime ta joieop. cit., p. 140.

[14] Ibid., p. 142.

[15] Ibid., p. 144.

[16] Ibid., p. 147.

[17] Ibid., p. 152.

[18] Ibid., p. 153. René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle (1943), Genève, Slatkine, 1983.

[19] Ibid., p. 155.

[20] Ibid., p. 155.

[21] Ibid., p. 157.

[22] Ibid., p. 163.

[23] Michel Jeanneret, La Lettre perdue : écriture et folie dans l’œuvre de Nerval, Paris, Flammarion, 1978. Voir notamment l’intervention de Dominique Brancher.

[24] Michel Jeanneret, J’aime ta joie, op. cit., p. 167-174.

[25] Ibid., p. 175.

[26] Ibid., p. 179.

[27] Ibid., p. 180.

[28] Notamment dans le passage cité aux p. 180-181. Voir Du Bartas, La Sepmaine, « Cinquième Jour », v. 621-652, éd. Yvonne Bellenger, Paris, Société des textes français modernes, 1981, t. II, p. 229-230.

[29] Michel Jeanneret, J’aime ta joie, op. cit., p. 183-191.

[30] Ibid., p. 193-212.

[31] Ibid., p.  212.

[32] Ibid., p. 213-217.

Agnolo Bronzino nei 450 anni dalla morte

Agnolo Bronzino

(Zurich, Lugano, Florence / online, 21-25 Nov 22)

 

“Doppio tributo ad un sol nome”: tribute to Agnolo Bronzino on the 450th anniversary of his death

The Research Centre for European Philological Tradition has decided to pay tribute to the Florentine painter and poet Agnolo Bronzino on the 450th anniversary of his death. During the week of 21 to 25 November 2022, a major conference and a series of collateral events will be organised, in hybrid mode (via Zoom and in person) between Zurich, Lugano and Florence.

November 2022 will be an opportunity to take stock of the historiography of the poet-painter and to stimulate a renewed critical-philological reading of Bronzino’s work. Invited lecturers and researchers with experience of Bronzino’s verse and young scholars will take part in the conference.

All those interested in participating as speakers are requested to send their proposal accompanied by a short abstract (max 500 words) and a list of at least 5 publications on the subject (no later than midnight on 23 November 2021 to info@receptio.eu), indicating their field of activity, according to this scheme:

– THE PAINTER: new interpretations and attributions; the Pontormo-Bronzino-Allori line; the Accademia del Disegno; Bronzino outside Florence.

– THE POET: Throughout his life Agnolo Bronzino pursued the honours of the laurel, as documented by the two manuscripts, some of them autographs, in the Biblioteca Nazionale Centrale in Florence, that contain almost his entire poetical production: the first, intended for serious poetry, is entitled “Delle rime del Bronzino Pittore libro primo”; the second is entitled “Le Rime in burla del Bronzino Pittore”.The conference organised by the Research Centre for European Philological Tradition aims to investigate both Bronzino’s complete rhymes production and his links with other intellectuals of his time, such as Laura Battiferri and Benedetto Varchi.

Séminaire “La Renaissance, parlons-en”

Séminaire « La Renaissance, parlons-en »

 

 

Les séances auront lieu le jeudi de 17h à 19h,  dans la salle de formation de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne
17 rue de la Sorbonne 75005 Paris.

Inscriptions (au moins 48h avant la séance): Thierry.Amalou@wanadoo.fr
Pour tout renseignement : cl.revest@gmail.com

4 novembre 
Pierre Laurens : Néo-latin ou latin de la Renaissance ?

9 décembre
Élisabeth Crouzet-Pavan : Trois femmes dans l’Italie de la Renaissance

20 janvier 
Bruno Petey-Girard : François Ier et les livres

17 février
Luisa Brunori : Banques et économie à la Renaissance

17 mars 
Xavier Prévost : La (seconde) Renaissance du droit romain à travers l’exemple de Jacques Cujas (1522-1590)

14 avril 
Étienne Anheim : Pétrarque, l’art et le collectionnisme

19 mai
Jean-Baptiste Delzant : Le pouvoir et ses images dans l’Italie de la fin du Moyen Âge

Programme