Tous les articles par Estelle Leutrat

Le champ poétique français, vers 1560 – vers 1630 : littérarisation et sécularisation

Audrey Duru, Maîtresse de conférences en Littérature française (université de Picardie)

soutiendra son dossier de demande d’Habilitation à diriger des recherches le samedi 15 janvier 2022 à 14h en Sorbonne (salle des Actes, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Le dossier s’intitule « Le champ poétique français, vers 1560-vers 1630 : littérarisation et sécularisation».

Il est constitué d’un inédit comportant une « Ouverture : Pratiques littéraires et autorités politico-religieuses (autour de l’édit de Nantes, domaine français) », puis de l’édition établie, présentée et annotée du recueil poétique d’André Mage de Fiefmelin, L’Image d’un mage, ou le Spirituel d’A. M. Sr de Fiefmelin (Poitiers, J. de Marnef, 1601).

Le jury est composé de

Michèle Clément, Professeure des universités, Littérature française de la Renaissance, Université Lyon 2 Lumière (rapporteure)
Agnès Guiderdoni, Maître de recherche FNRS Professeure, Littérature française de l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècles), Université catholique de Louvain (UCLouvain) (rapporteure)
Jean-Charles Monferran, Professeur des universités, Littérature française du XVIe siècle, Sorbonne Université (rapporteur)
Dinah Ribard, Directrice d’études, Histoire et récits du travail, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
Malcolm Walsby, Professeur des universités, Histoire du livre, École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (ENSSIB)
ainsi que de Julien Goeury, Professeur des universités, Littérature française du XVIe siècle, Sorbonne Université (garant)

Montaigne, penser en temps de guerres de Religion

Montaigne,
penser en temps de guerres de Religion

 

 

 

  • Directeurs d’ouvrage: Ferrari (Emiliano), Gontier (Thierry), Panichi (Nicola)
  • Résumé: Comment penser dans une période de conflits religieux     ? Plus qu’un témoignage sur les guerres de Religion, les Essais de Montaigne ouvrent une réflexion sur le nouvel ordre social, en redéfinissant les couples liberté privée et devoir public, tolérance et ordre social, honnêteté et utilité.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Emiliano Ferrari, Thierry Gontier, Nicola Panichi Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

Première Partie
GIBELIN AU GUELFE, GUELFE AU GIBELIN MONTAIGNE FACE AUX PARTIS EN PRÉSENCE

Jean Balsamo
Le discours anti-protestant de Montaigne
dans les dernières rédactions des Essais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Frank Lestringant
Montaigne anti-protestant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Nicola Panichi
« Aux guerres qui pressent à ceste heure nostre estat » .
Montaigne au miroir de la première censure . . . . . . . . . . . . . . . 59

Alain Legros
Montaigne, son Éphéméride et la Saint-Barthélemy .
Réflexions autour d’un silence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Gaia Anselmo
«Les mestis qui troublent le monde» .
Montaigne e il doppio volto della nouveauté . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Arlette Jouanna
Avoir des amis chez l’ennemi intérieur.
Montaigne au risque de la trahison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Alexandre Tarrête
Penser la neutralité en temps de guerre civile.
Bodin, Lipse, Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

deuxième partie

DES « MALHEURS »
AUX « UTILES INCONVENIENTS »

LES LEÇONS DES GUERRES DE RELIGION

Celso Azar
La notion de réformation chez Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Véronique Ferrer
«Sainement et gaiement vivre» au temps des guerres de Religion.
La leçon humaniste de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Federico Baglivo
The case against violence during the Wars of Religion.
Nature and education in Montaigne’s Essays . . . . . . . . . . . . . . . . 177

Douglas I. Thompson
Construire un avenir commun en période de conflit.
Les conseils politiques de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

Thierry Gontier
Apprendre des guerres de Religion.
La leçon libérale de Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

Renzo Ragghianti
Il pensiero giuridico di Montaigne.
Tramositalicusemosgallicus ……………………… 235

troisième partie

MONTAIGNE ET SES INTERLOCUTEURS PERSPECTIVES COMPARÉES

Michele Ciliberto
Machiavelli e l’arte della guerra . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 253

Philippe Desan
Penser la loi au temps des guerres de Religion.
La Boétie et Montaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 267

Olivier Millet
La génération des guerres de Religion
et son catholicisme moderne.
À propos de la lettre de Montaigne sur la mort de La Boétie … 283

Marco Sgattoni
« […] Nous estimons heretiques tous ceux
qui ne s’accordent avec nous en notre opinion ».
Lectures et lecteurs de Sébastien Castellion . . . . . . . . . . . . . … 301

Rosanna Gorris Camos
«J’essaye de soubstraire ce coing à la tempeste publique, comme je fay un autre coing en mon ame» (II, 15, 617).
Montaigne e le guerre di religione, frammenti di una riflessione . 323

Simonetta Bassi
Fanatismo e intolleranza negli scritti francesi
di Giordano Bruno . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . … 361

Informations sur le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

 

Illustration : Hans Speeckaert, Combat d’hommes nus, vers 1570, Amsterdam, Rijksmuseum (WGA).

L’art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance

L’art de régner

Les souverains de Navarre à la Renaissance

Du 27 novembre 2021 au 27 février 2022

CHÂTEAU DE PAU

Dans la salle des Cent couverts qui accueillit la signature du rattachement de la Navarre à la France en 1620 sous le règne de Louis XIII, le Musée national et domaine du château de Pau présente l’exposition L’Art de régner. Les souverains de Navarre à la Renaissance qui se tiendra du 27 novembre 2021 au 27 février 2022.

Un voyage dans le temps qui détaille l’histoire du règne des Foix-Albret et la façon dont ceux-ci ont géré leur royaume avant et après 1512, date du repli de ces rois de Navarre sur leurs possessions souveraines au Nord des Pyrénées : l’actuelle Basse-Navarre et la vicomté de Béarn.

UNE EXPOSITION SUR L’HISTOIRE DU TERRITOIRE ET LA MODERNITÉ DE SA GESTION

Avec l’avènement de Catherine de Foix et Jean d’Albret au trône de Navarre en 1483-1484, un grand ensemble territorial transpyrénéen était en cours de constitution. Mais son développement s’est heurté aux intérêts divergents de ses deux grands voisins, la France et l’Espagne. En 1512, la monarchie espagnole prend possession de l’essentiel de la Navarre, ne laissant à ses maîtres légitimes qu’un mince lambeau de terre montagneuse au Nord de la ligne de crête.

Dès lors, de part et d’autre des Pyrénées, la réorganisation de ces territoires se poursuit selon des modèles différents, soumis à des influences contrastées. Tandis que la Haute-Navarre devient une vice-royauté espagnole, la Basse-Navarre constitue avec la vicomté souveraine de Béarn la nouvelle assise du pouvoir des Albret, préservant une certaine forme d’indépendance vis-à-vis de la couronne de France jusqu’en 1620. Au cours de cette période mouvementée, les souverains s’attachent à moderniser les structures et les pratiques administratives, dans l’esprit de la Renaissance.

Catherine de Foix et Jean d’Albret, puis Henri d’Albret et Marguerite d’Angoulême, leur fille Jeanne d’Albret, qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, enfin, à partir de 1572, Henri III de Navarre, le futur et fameux Henri IV de France, sous l’œil attentif des Valois, se montrent actifs dans le gouvernement de leurs états.

UNE EXPOSITION QUI FAIT LA PART BELLE AUX ARCHIVES

Cet effort a laissé des traces dans les arts, dont ces princes ont été de fins amateurs et de sûrs protecteurs, comme le montrent les portraits peints, médailles et sculptures réunis qui figurent dans l’exposition. Mais il s’exprime surtout à travers les archives de la «maison de Navarre», témoin de première main d’une telle dynamique. Les actes choisis (ils sont une
vingtaine, dressés sur papier ou sur parchemin au XVIe siècle) offrent un éclairage direct sur la perte de la Navarre (1512), la mise en défense des possessions au nord des Pyrénées, la reconstruction des institutions, l’exercice du pouvoir en matière de justice, de finances, de religion et d’éducation. La présentation de ces documents originaux reflète une pratique de l’écrit dont il convient aujourd’hui de retrouver les clés, invitant à une réflexion tant patrimoniale que culturelle ou politique, à placer sous le signe de l’authenticité.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du projet AcRoNavarre (Actes royaux des souverains de Navarre) soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (2016-2022) ; elle a été réalisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – ANR AcRoNavarre et le Département des Pyrénées-Atlantiques – Archives départementales, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

 

COMMISSAIRES D’EXPOSITION :

Isabelle Pébay-Clottes
Conservatrice générale au Musée national et domaine du château de Pau
Claude Menges-Mironneau
Conservatrice des Antiquités et Objets d’art des Pyrénées-Atlantiques, chargée de mission au Musée national et domaine du château de Pau
Philippe Chareyre
Professeur d’histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Jacques Pons
Directeur des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
Paul Mironneau
Directeur du Musée national et domaine du château de Pau

CONSEILLERS SCIENTIFIQUES :

Álvaro Adot Lerga, Casa de Velázquez et Université de Pau et des Pays de l’Adour/ITEM EA 3002

Denès Harai, Université de Pau et des Pays de l’Adour/ITEM EA 3002

 

Renseignements sur le site du musée.

Atelier XVIe siècle, 29 janvier 2022

La prochaine séance de l’Atelier XVIe siècle se tiendra le samedi 29 janvier à la Sorbonne (salle des Actes) et par visioconférence.

Matinée (à partir de 10h)

  • Estelle Doudet, Natalia Wawrzyniak et Bededetta Salvati : « Présentation du projet FNS Médialittérature » 

 

Après-midi (à partir de 14h) 

  • 14h : Louise Dehondt, présentation de thèse : « Le Poète, la rose et le sablier. Représentations de la vieillesse féminine dans la poésie en langue romane de la Renaissance et de l’âge baroque »
  • 15h30 : Rencontre par visioconférence avec l’historien Jérémie Foa et le dessinateur Pochep autour de la bande dessinée Sacrées Guerres et du livre Tous ceux qui tombent. Nouveaux visages de la Saint-Barthélemy : « Ecrire l’histoire des guerres de Religion aujourd’hui »
 

Pour assister en présentiel : merci de bien vouloir signaler votre présence d’ici le 15 janvier à Adeline Desbois-Ientile (adeline.desbois@gmail.com). 

 
Pour assister à distance : https://us02web.zoom.us/j/89624070403 / ID de réunion : 896 2407 0403

Créer une mémoire des passés antiques

Appel à communication

Journées d’études

Créer une mémoire des passés antiques

Choix, constructions et transmissions du IXe au XVIIIe siècle

13-14 octobre 2022

 

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA organise à Paris les 13 et 14 octobre 2022 des journées d’études intitulées « Créer une mémoire des passés antiques ».

Mnémosyne, mère des Muses, incarne le rapport indéfectible entre la mémoire, les arts et les sciences. Ce mythe invite à un questionnement couvrant une large période, dès lors qu’on étudie la mémoire des passés antiques – égyptiens, grecs, romains, bibliques… – dans les textes et les images. En portant un regard transdisciplinaire sur la mémoire, de l’anthropologie aux visual studies en passant par l’histoire, la sociologie, la littérature et les sciences cognitives, il s’agira d’explorer les stratégies de la création d’une mémoire des passés antiques, et d’éclairer les processus contribuant à la constitution de passés lointains comme héritage, alors que cette appropriation ne va pas de soi : un rapport d’altérité existe en effet, sous des formes et à des degrés divers, entre le présent et ces/ses passés antiques en raison de discontinuités non seulement temporelles mais aussi spatiales, documentaires ou religieuses et culturelles.

De fait, depuis plusieurs décennies, les recherches sur la mémoire ont connu un essor exceptionnel au sein de multiples disciplines. Les concepts et les approches, tels que la mémoire individuelle et la mémoire collective, la mémoire culturelle, la mémoire sociale, les lieux de mémoire, les liens entre mémoire matérielle et immatérielle, les échanges entre mémoire et imagination, les mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la mémoire, ont fourni de nouvelles clés de lecture pour comprendre les formes et les usages de la (des) mémoire(s) au sein des communautés.

Notre objectif est ainsi de poursuivre la réflexion sur ces notions en analysant les modalités de création d’une mémoire des passés antiques, selon une chronologie allant du IXe siècle, période d’intense activité créatrice et de redécouverte de textes anciens en Europe occidentale mais aussi de densification de la mémoire écrite, jusqu’au XVIIIe siècle, où l’Antiquité est particulièrement mobilisée, autant dans les arts, avec la naissance de l’archéologie et le néoclassicisme, que dans les discours politiques. Par les contributions réunies, les journées d’étude visent à s’interroger sur les constantes et les mutations des stratégies que les auteurs et les artistes déploient pour l’élaboration de cette (ces) mémoire(s) des passés antiques, avec la sélection et de hiérarchisation qui privilégient certains éléments du passé au détriment des autres, et tout un travail de recomposition.

Les propositions pourront porter sur des réflexions théoriques ou des études de cas, et s’inscrire dans un ou plusieurs des thèmes suivants, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

– Épistémologie et taxinomie de la mémoire : une réflexion transversale sur la mémoire des passés lointains, son fonctionnement, les notions et les concepts qu’elle mobilise.

– Les « entrepreneurs de mémoire » : tous ceux qui participent à la création de la mémoire des passés antiques par leurs rôles et leurs activités comme les écrivains, humanistes, commanditaires, lecteurs, antiquaires, artistes, traducteurs, éditeurs-libraires, collectionneurs, archéologues, etc.

– Les modalités d’élaboration de cette mémoire et leurs interactions : mises en récit et en intrigue, mises en image, recomposition et invention, réemplois, réécritures / palimpsestes, citations, imitations, émulations, images mentales et visuelles, imagines agentes, etc.

– Les modalités de transmission de cette mémoire et leurs interactions : les communications orale, écrite, visuelle, matérielle et symbolique, les enjeux de chacun de ces modes de transmission et leurs effets sur la représentation des passés antiques, leurs liens avec l’« ars memoriae », les fonctions et les usages des émotions.

– Les éléments composant cette mémoire des passés antiques : les civilisations, les périodes, les événements, les traditions, les récits, les mythes, les figures, les œuvres et les concepts résultant de processus de sélection, transmission et réélaboration, etc.

– Les enjeux et les visées de cette création d’une mémoire des passés antiques : les contextes et les discours dans lesquels elle est formée et représentée, les objectifs poursuivis (didactiques, éthiques, esthétiques, linguistiques, politiques, économiques, religieux, patrimoniaux, etc.).

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » :

http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille. Contact : Catherine Gaullier-Bougassas

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

Les propositions sont à adresser (titre et quelques lignes de présentation) avant le 15 février 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas à l’adresse suivante :  catherine.bougassas@univ-lille.fr

 

 Illustration : Hubert Robert, Découverte du Laocoon (détail), Richmond, Virginia Museum of Fine Arts (WGA).

 

Tancrède en scène

Tancrède en scène

De la nouvelle de Boccace aux tragédies italiennes des XVe-XVIIe siècles

 

Danielle BOILLET
Tancrède, Ghismonde, Guiscard : un prince qui fait porter à sa fille le cœur de son amant dans une coupe, une princesse qui s’empoisonne et meurt. La nouvelle IV, 1 du Décaméron trouva sa réception théâtrale sinon en France, du moins dans l’Angleterre élisabéthaine, mais le filon bien plus abondant qu’elle alimenta en Italie traverse la Renaissance et l’Âge Baroque. Boccace est ainsi revisité, déminé et lissé au fil de révisions qui métamorphosent la figure de Ghismonde et qui font basculer l’équilibre entre les protagonistes au profit du recentrage sur Tancrède. Les contextes culturels respectifs de ces pièces font de leur étude un révélateur des évolutions significatives de l’histoire du genre tragique en Italie à cette époque. Leur rapport au texte source permet aussi de conduire une réflexion de fond sur les problématiques relatives à l’appropriation des patrimoines littéraires, à la Renaissance et au-delà.

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2021.
Sommaire sur le site de l’éditeur.

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

Revolts and Political Violence in Early Modern Imagery

 

 

Editors: Malte Griesse, Monika Barget, and David de Boer

In the early modern period, images of revolts and violence became increasingly important tools to legitimize or contest political structures. This volume offers the first in-depth analysis of how early modern people produced and consumed violent imagery, and assesses its role in memory practices, political mobilization, and the negotiation of cruelty and justice.

Critically evaluating the traditional focus on Western European imagery, the case studies in this book draw on evidence from Russia, China, Hungary, Portugal, Germany, North America, and other regions. The contributors highlight the distinctions among visual cultures of violence, as well as their entanglements in networks of intensive transregional communication, early globalization, and European colonization.

Contributors: Monika Barget, David de Boer, Nóra G. Etényi, Fabian Fechner, Joana Fraga, Malte Griesse, Alain Hugon, Gleb Kazakov, Nancy Kollmann, Ya-Chen Ma, Galina Tirnanić, and Ramon Voges.

Brill’s Studies on Art, Art History, and Intellectual History, Volume: 54

Sommaire sur le site de l’éditeur.

Noëls musicaux de la renaissance, 15 décembre 2021

Noëls musicaux de la Renaissance

Chansons profanes et parodies spirituelles polyphoniques

Organisation : Christophe Dupraz
Mercredi 15 décembre 2021, 20h
Ecole Normale Supérieure de Paris,
salle Henri-Cartan,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Entrée libre avec inscription obligatoire à : christophe.dupraz@ens.psl.eu
Conformément aux consignes gouvernementales, accès à l’événement sur présentation d’un passe sanitaire.

Assemblée générale, Bibliothèques Virtuelles Humanistes, 15 décembre 2021

Assemblée Générale

Bibliothèques Virtuelles Humanistes

 

 

Mercredi 15 décembre 2021

CESR, Tours – Salle Rapin

Ouvert au public sous réserve d’inscription préalable : en ligne, jusqu’au 13 décembre 2021

 

Cette assemblée générale annuelle, malheureusement annulée en 2020 en raison de la crise sanitaire, sera d’autant plus importante que 2021 s’avère être une année charnière sur bien des plans. Outre la clôture de l’EquipEx Biblissima après huit années de travaux et de collaborations fructueuses, la poursuite des activités s’organise dans le cadre de l’EquipEx Biblissima+ dont les BVH restent parties prenantes pour l’étude et la valorisation du Patrimoine Écrit de la Renaissance. À ce titre, une cinquantaine de documents issus du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Tours ont été numérisés et mis en ligne (projet CollEx-Persée « Bibliothèque de Raymond Marcel ») ; en parallèle, les mises en ligne des fonds du Mans et d’Angers (projet « Bibliothèques humanistes ligériennes ») se poursuivent, ainsi que la numérisation d’exemplaires exceptionnels tel le Térence annoté par Montaigne (collection privée). Le corpus Epistemon s’enrichit de dix éditions TEI de textes d’auteurs de référence, tels que Boccace, Calvin, Commynes, Des Périers, Du Bellay, Fauchet, Platon. De plus, l’indexation des Bibliotheques françoises se poursuit avec de nouvelles fonctionnalités pour l’analyse.
Outre l’accroissement des corpus numériques, l’équipe d’ingénieurs du programme BVH s’est étoffée en 2021 pour appuyer la refonte globale de l’architecture informatique de sa bibliothèque. Cela passe notamment par l’établissement d’un modèle de données aussi complexe qu’exigeant au vu de la diversité des sources patrimoniales décrites, exploitées et diffusées dans un contexte toujours attentif à la science ouverte et au partage des communs. Ces principes, qui ont présidé au programme BVH depuis sa création en 2003, se traduiront bientôt par la mise en place de nouveaux protocoles d’échanges, tel que IIIF pour l’interopérabilité des images.

La présentation et l’ordre du jour de l’assemblée générale sont disponibles ci-dessous et en ligne, sur le blog : https://bvh.hypotheses.org/6872

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions (du fait du nombre limité de places dans la salle, ainsi que des consignes sanitaires en vigueur), nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence avant le 13 décembre, par le biais du formulaire d’inscription suivant. Selon l’évolution des consignes sanitaires, un accès en visio-conférence sera éventuellement proposé aux participants.

 

9h30 | Accueil
10h-12h30 | Assemblée générale 2021
– Bilan & perspectives
– Avancement de la production & évènements
– Architecture de la bibliothèque numérique

 

14h30-17h | Présentations de projets & publications 2021
– « Les Bibliotheques françoises »
– Nouveautés de la base de données & poursuite de l’indexation
– Scripta Manent
Une nouvelle base de données : les relations sociales par les textes poétiques et leur diffusion imprimée (1530-1560)
– Rabelais – Les documents de Berne et l’almanach d’Alessandria > « Bibliothèque de Raymond Marcel » (CollEx-Persée)
– L’exemplaire de Térence annoté par Montaigne

Responsable scientifique : Chiara Lastraioli

 

Inscriptions jusqu’au 13 décembre 2021 : en ligne, via le formulaire

Informations & contact : bvh@univ-tours.fr | 02 47 36 77 80

www.bvh.univ-tours.fr | bvh.hypotheses.org

Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)

Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)

 

 

19 novembre 2021 – 19 février 2022

Bibliothèque Mazarine (Paris)

Le monde du livre célèbre le 5e centenaire de la naissance de Christophe Plantin (vers 1520-1589). Originaire de Touraine, formé à la reliure, il s’installe vers 1549 à Anvers, qui est déjà une plaque tournante du commerce international. Il y établit en 1555 les fondements de la plus vaste entreprise d’imprimerie que l’Europe d’Ancien Régime ait connue.

Génie des affaires et typographe de talent, Plantin acquiert une position officielle avec sa nomination, en 1570, en qualité d’architypographe du roi d’Espagne Philippe II, qui règne alors sur l’ensemble des Pays-Bas. Son officine, qui a pris pour enseigne « le Compas d’Or », devient l’un des plus importants soutiens éditoriaux de la Contre-Réforme, ce qui ne l’empêche pas de se livrer à quelques activités clandestines. À sa mort, elle passe à son gendre Jan I Moretus, et reste entre les mains de la famille jusqu’au XIXe siècle.

Dès l’origine la production de Plantin se signale par son élégance. Sa correspondance, comme les archives de l’entreprise, exceptionnellement conservées, témoignent d’amples ambitions commerciales et d’une grande attention accordée aux attentes des publics et des marchés. Elles documentent aussi un soin extrême apporté à la conception des livres.

Le premier siècle d’activité de la maison Plantin Moretus, particulièrement brillant, ses stratégies éditoriales et les exigences de sa production sont au cœur de cette exposition. Elle montre comment Christophe Plantin et ses successeurs ont transformé l’esthétique du livre de la Renaissance et inauguré l’ère baroque de la mise en page, en mobilisant un matériel typographique et ornemental nouveau, en promouvant la gravure sur cuivre, en sollicitant de manière privilégiée le peintre Pierre Paul Rubens ou des illustrateurs et graveurs de talent (Pieter van der Borcht et les frères Wierix, Charles de Mallery ou Cornelis Galle). Dans ce siècle d’or, l’officine plantinienne conçoit plus de 5 000 éditions, où la séduction visuelle rejoint la recherche de lisibilité et d’efficacité.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine
et Cultura Fonds Library (De Eik nv, Dilbeek)
en collaboration avec le Musée Plantin-Moretus (Anvers).

Publication : Un siècle d’excellence typographique : Christophe Plantin & son officine (1555-1655)
= A Century of Typographical Excellence: Christophe Plantin and the Officina Plantiniana (1555-1655),
(coédition Bibliothèque Mazarine / De Eik nv / Éditions des Cendres, 2020 : 48 €).

Commissariat de l’exposition : Joran Proot, Yann Sordet & Christophe Vellet

Exposition virtuelle

 

Illustration : Rubens, Christophe Plantin, Anvers, Musée Plantin-Moretus (WGA).

Agrippa d’Aubigné. Conférence de Jean-Raymond Fanlo, 7 décembre 2021

 

7 décembre 2021, 17h30

Dans le cadre de l’Assemblée générale annuelle de l’Association des Amis d’Agrippa d’Aubigné, Jean-Raymond FANLO, professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille, éditeur des Tragiques, des Écrits politiques et co-éditeur des œuvres d’Agrippa d’Aubigné aux éditions Classiques Garnier, propose une conférence intitulée « Une nouvelle édition de manuscrits de poésies polémiques d’Agrippa d’Aubigné ». Ces poésies françaises et latines, parfois violentes, parfois ludiques, révèlent des aspects insoupçonnés de l’homme et de l’œuvre.

Plus d’informations sur Aubigné sur le site : http://www.agrippadaubigne.org/

Contact : nancy.oddo@sorbonne-nouvelle.fr

Participer avec Google Meet : meet.google.com/ycw-wjio-vnt

 Maison de la recherche 

4 rue des Irlandais (salle du Conseil) 

75005 Paris

Cahiers Tristan L’Hermite XLIII – 2021

CAHIERS TRISTAN L’HERMITE

XLIII – 2021

TRISTAN ET LA POÉSIE DU XVIE SIÈCLE

Alain GÉNETIOT
Hériter la poésie de la Renaissance : Tristan à la croisée des chemins /
Inheriting the poetry of the Renaissance: Tristan at the crossroads
Jean BALSAMO
La mention du peintre : un « lieu » de la célébration amoureuse.
Tristan, « Bonard », et les poètes français de la Renaissance /
Mentioning the painter: A “Commonplace” of the celebration of romantic. Tristan, “Bonard,” and French Renaissance poets
Anne-Pascale POUEY-MOUNOU
Du Bellay, Ronsard, Tristan : autour de quelques sonnets des Amours /
Du Bellay, Ronsard, Tristan: On some sonnets from the Amours
Jole MORGANTE
Parcours textuels de Pietro Bembo à Tristan LHermite /
Textual paths from Pietro Bembo to Tristan LHermite
Agnès REES
La poésie de lArioste dans lœuvre de Tristan LHermite /
Ariostos poetry in the works of Tristan LHermite
Françoise GRAZIANI
La Querelle du Tasse /
The Tasso quarrel
Adeline LIONETTO
Orphée et les emmancheurs de balais. Tristan héritier de la poésie festive du xvie siècle /
Orpheus and the broom handle makers. Tristan as heir to the festive poetry of the sixteenth century
Céline BOHNERT
Ceci nest pas une source.
Natale Conti dans les Annotations aux Plaintes dAcante (1633) /
This is not a source.
Natale Conti in the
Annotations to Plaintes dAcante (1633)
Véronique ADAM
Tristan et Clément : portrait du poète en auteur /
Tristan and Clément: Portrait of the poet as an author
François ROUGET
Ordo neglectus : Remarques sur la disposition
des recueils poétiques de Tristan LHermite /
Ordo neglectus: Remarks on the arrangement
of Tristan L
Hermites poetry collections
Bibliographie – Chronique /
Bibliography—Column
par/by Sandrine BERRÉGARD

 

Pour plus de détails, lien vers le site de l’éditeur, Classiques Garnier.

Illustration : Jan Brueghel, L’Ouïe, détail, Madrid, Prado (WGA).

Le XVIe s. dans les programmes : Histoire, Histoire des arts

Le XVIe siècle dans les programmes

Secondaire, classes préparatoires, concours

 

Version PDF à télécharger Ici.

Année 2021-2022

HISTOIRE

Agrégation histoire 2022

Histoire moderne : Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (vers 1470 – vers 1680).

CAPES histoire 2023

Le XVIe siècle n’est pas représenté pour la session 2022, mais il est englobé dans une question pour la session 2023 :

La construction de l’État monarchique en France de 1380 à 1715.

Classes préparatoires concours 2022

A/L 2022

L’époque moderne figure au programme pour la spécialité histoire et géographie de l’ENS Lyon :

Les femmes en France dans la société d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Lycée (filière générale)

Le programme de tronc commun est chronologique. Le monde moderne est étudié en seconde.

• Seconde

Le programme est intitulé « Grandes étapes de la formation du monde moderne ». Les thèmes 2 et 3 incluent la période de la Renaissance.

Thème 2 : XVe-XVIe siècles : un nouveau rapport au monde, un temps de mutation intellectuelle (2 chapitres, 11-12 h d’enseignement)

Extraits des programmes

Chapitre 1 : L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau monde »

Objectifs du chapitre :

Ce chapitre vise à montrer le basculement des échanges de la Méditerranée vers l’Atlantique

après 1453 et 1492, ainsi que le début d’une forme de mondialisation. On peut mettre en avant les conséquences suivantes en Europe et dans les territoires conquis :

– la constitution d’empires coloniaux (conquistadores, marchands, missionnaires…).

– une circulation économique entre les Amériques, l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

– l’esclavage avant et après la conquête des Amériques.

– les progrès de la connaissance du monde.

– le devenir des populations des Amériques (conquête et affrontements, évolution du peuplement amérindien, peuplement européen, métissage, choc microbien).

Points de passage et d’ouverture :

– L’or et l’argent, des Amériques à l’Europe.

– Bartolomé de Las Casas et la controverse de Valladolid.

– Le développement de l’économie « sucrière » et de l’esclavage dans les îles portugaises et au Brésil.

Chapitre 2. Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Objectifs du chapitre :

Ce chapitre vise à montrer comment l’effervescence intellectuelle et artistique de l’époque aboutit à la volonté de rompre avec le «Moyen Âge» et de faire retour à l’Antiquité.

On peut mettre en avant :

– l’imprimerie et les conséquences de sa diffusion.

– un nouveau rapport aux textes de la tradition.

– une vision renouvelée de l’homme qui se traduit dans les lettres, arts et sciences.

– les réformes protestante et catholique qui s’inscrivent dans ce contexte.

Points de passage et d’ouverture :

– 1508 : Michel-Ange entreprend la réalisation de la fresque de la Chapelle Sixtine.

– Érasme, prince des humanistes.

– 1517 : Luther ouvre le temps des réformes.

Thème 3 : L’État à l’époque moderne : France et Angleterre (2 chapitres, 11-12h d’enseignement)

Extrait des programmes

Chapitre 1. L’affirmation de l’État dans le royaume de France

Objectifs du chapitre : Ce chapitre vise à montrer l’affirmation de l’État en France dans ses

multiples dimensions ainsi qu’à caractériser la monarchie française.

On peut mettre en avant :

– le rôle de la guerre dans l’affirmation du pouvoir monarchique ;

– l’extension du territoire soumis à l’autorité royale;

– le pouvoir monarchique et les conflits religieux;

– le développement de l’administration royale, la collecte de l’impôt et le contrôle de la vie

économique;

– la volonté du pouvoir royal de soumettre la noblesse; les limites de l’autorité royale.

Points de passage et d’ouverture :

– 1539 : L’ordonnance de Villers-Cotterêts et la construction administrative

Dans le second chapitre, consacré au modèle britannique et à son influence, il n’y a pas d’étude du XVIe siècle.

Remarque : C’est le thème 2 en classe de seconde qui met véritablement le XVIe siècle au coeur du programme et des apprentissages des élèves. Dans le chapitre 1, il est possible d’envisager notamment les progrès de la cartographie et la diffusion du savoir au temps de la Renaissance. Dans le chapitre 2, il est fortement recommandé de travailler avec les élèves sur des figures d’érudits humanistes (la double page sur Erasme est désormais systématique dans les manuels d’histoire de seconde) comme sur des humanistes imprimeurs, des peintres de la Renaissance et des réformateurs.

Dans les programmes de la spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, le XVIe siècle est peu présent. Il n’est mentionné que pour la classe de terminale :

Terminale

Thème 6 : L’enjeu de la connaissance

Donner accès à la connaissance : grandes étapes de l’alphabétisation des femmes du XVIe siècle à nos jours dans le monde.

Collège

Le programme du collège est chronologique. Le XVIe siècle figure en classe de 5e.

Extraits des programmes 5e

Thème 3 : Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde aux XVIe et XVIIe siècles

• Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le Magnifique.

• Humanisme, réformes et conflits religieux.

• Du Prince de la Renaissance au roi absolu. (François Ier, Henri IV, Louis XIV)

Aux XVe et XVIe siècles s’accomplit une première mondialisation : on réfléchira à l’expansion européenne dans le cadre des grandes découvertes et aux recompositions de l’espace méditerranéen, en tenant compte du rôle que jouent Ottomans et Ibériques dans ces deux processus historiques. Les bouleversements scientifiques, techniques, culturels et religieux que connaît l’Europe de la Renaissance invitent à réinterroger les relations entre pouvoirspolitiques et religion.

À travers l’exemple français, on approfondit l’étude de l’évolution de la figure royale du XVIe au XVIIe siècles, déjà abordée au cycle 3.

HISTOIRE DES ARTS

Lycée (filière générale)

• Seconde

L’enseignement optionnel d’histoire des arts inclut la Renaissance dans les « périodes » 2 et 3 (séquences d’enseignement de minimum 9h). Pour chaque période, l’enseignant choisit un « foyer chrono-géographique », dont :

Période 2 : du IVe au XVIe siècle

Dernière actualisation : octobre 2021

– le Yucatan, du XIe au XVIe siècle ;

– Florence, du XIVe au XVIe siècle ;

– les Flandres, XVe et XVIe siècles.

Période 3 : du XVIe au XIXe siècle

– Venise ou Rome, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– le royaume de Bénin, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– les châteaux royaux français, du XVIe au XVIIIe siècle ;

– l’Inde moghole, du XVIe au XVIIIe siècle

• Première (option et spécialité)

Le XVIe siècle ne figure pas au programme pour l’année 2021-2022.

• Terminale (option et spécialité)

Le XVIe siècle ne figure pas au programme pour l’année 2021-2022.

Collège

Le XVIe siècle est compris dans la thématique 4 du cycle 4 (5e, 4e, 3e) :

4. État, société et modes de vie (XIIIe-XVIIIe s.)

– Définition et hiérarchie des genres artistiques.

– Changements dans l’habitat, le décor et le mobilier.

– Danse populaire, danse de cour, danse stylisée.

– Évolution des sciences et techniques, évolution des arts.

Illustration : Giovanni Pietro Birago, Livre de grammaire latine de Maximilien Sforza, Milan, Biblioteca Trivulziana, Ms 2167 (WGA).

La célébration des Illustres en Europe, 25-26 novembre [en ligne]

La célébration des Illustres en Europe (1580-1750) : vers un nouveau paradigme?

Celebrating the Illustrious in Europe, (1580–1750): Towards a New Paradigm?

 

Online, 25–26 November 2021

Colloque organisé conjointement par l’UNIL (Section d’Histoire de l’art) et par l’Université de Bourgogne (LIR3S CNRS UMR 7366) avec le concours de la Conférence universitaire de Suisse occidentale (CUSO)

Le colloque se propose d’explorer une partie des productions biographiques d’une période usqu’alors peu étudiée sous cet angle. Les deux journées ont pour objectif de mieux comprendre comment se transformèrent, entre 1580 et 1750, les modes de célébration de la gloire des illustres, tant par l’écrit que par l’image, en tenant compte de l’ensemble des médiums que constituent le livre, l’estampe, la peinture, la sculpture ou encore la médaille.

Organisation
• Antoine Gallay (Université de Tel Aviv – The Cohn Institute), antgallay@hotmail.com
• Carla Julie (Université de Lausanne – Université de Bourgogne), carla.julie@unil.ch
• Matthieu Lett (Université de Bourgogne – LIR3S), matthieu.lett@u-bourgogne.fr

Comité scientifique
• Jan Blanc, professeur d’histoire de l’art de la période moderne (Université de Genève)
• Estelle Doudet, professeure de littérature française (Université de Lausanne)
• Laurence Giavarini, maîtresse de conférences HDR en littérature des XVIe et XVIIe siècles (Université de Bourgogne – LIR3S)
• Christian Michel, professeur d’histoire de l’art de la période moderne (Université de Lausanne)
• Frédéric Tinguely, professeur de littérature française (Université de Genève)

Lien du colloque:
https://unil.zoom.us/j/92708025500
ID de réunion : 927 0802 5500

J E U D I ,  2 5  N O V E M B R E  2 0 2 1

9.15  Accueil

9.30  Introduction
• Antoine Gallay, Carla Julie, Matthieu Lett

10.00  Session 1: Nouveaux Illustres
Président de séance : Matthieu Lett
• Rémi Jimenes (Université de Tours) et Estelle Leutrat (Université Rennes 2) — Gabriel-Michel de La Rochemaillet, Jean Le Clerc et Les pourtraicts de plusieurs hommes illustres qui ont flory en France depuis l’an 1500
• Paula Almeida Mendes (CITCEM – Université de Porto) — Les ‘femmes illustres’: représentations littéraires et culturelles au Portugal, XVIe–XVIIIe siècles
• Malcolm Baker (University of California, Riverside) — How did images make modern authors illustrious?

12.30  Pause déjeuner

14.00  Session 2: Nouveaux Régimes de Célébration
Président de séance : Frédéric Tinguely
• Marion Deschamp (Université de Lorraine) — En être, ou pas. Conversions, redéfinitions et exclusions de l’économie des grandeurs dans les recueils protestants d’hommes illustres, XVIe– XVIIe siècles
• Pascale Cugy (Université Rennes 2) — Le monde du spectacle dans les portraits en mode parisiens (1690–1710) : à propos de la célébration gravée de quelques noms de la Comédie-Française et de l’Opéra
• Sophie-Luise Mävers (Universität zu Köln) — A faceless gallery of illustrious scientists and artists? Sébastien Leclerc’s orchestration of an institutional utopia
• François Lavie (Université Paris 8) — Recueillir les bons mots des « personnes illustres » dans la France moderne : pratiques de compilation et célébration de l’esprit des grands hommes, 1680–1750

V E N D R E D I ,  2 6  N O V E M B R E  2 0 2 1

9.30  Session 3: Desseins Politiques
Président de séance : Laurence Giavarini
• Stanis Perez (Maison des sciences de l’homme Paris-Nord) — La Gallerie des femmes fortes : de la collection historiographique au miroir politique
• Margaux Prugnier (Université Paris Nanterre) — De la célébration des Grands à celle des Lorrains : les œuvres de Dom Calmet (1672–1757) au gré des évolutions de la France de la première moitié du XVIIIe siècle
• Craig Hanson (Calvin University, Grand Rapids) — Thomas Birch’s Heads of Illustrious Persons (1743–1751). Collecting Art, Collecting National Histories

12.00  Pause déjeuner

13.30  Session 4: De la Collection à la Célébration
Président de séance : Antoine Gallay
• Clarisse Evrard (Université de Lille) — Regard d’un illustre sur ses pairs : l’Armamentarium Heroicum, de la collection d’armures au théâtre de papier
• Carla Julie (Université de Lausanne – Université de Bourgogne) — Curieux d’estampes et Illustres dans la France du XVIIe siècle : autour de Michel de Marolles
• Maxime Martignon (Université Paris Nanterre) — Choisir les Illustres : Michel Bégon et le projet biographique

16.00  Conclusion
• Christian Michel (Université de Lausanne)

Diane en son paradis d’Anet, rencontre avec Dominique Cordellier, 24 novembre 19h

Diane en son paradis d’Anet

Rencontre avec Dominique Cordellier

Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre

 

Mercredi 24 novembre, 19h

Librairie Delamain

155 rue Saint-Honoré

75001 Paris

 

à l’occasion de la parution de l’ouvrage :

 

Diane en son paradis d’Anet. Tapisseries et vitraux de l’Histoire de Diane du Château d’Anet, programme et dessins, sous la direction de Dominique Cordellier, Paris, Le Passage, 2021.

 

Diane de Poitiers (1500-1566), veuve de Louis de Brézé et favorite du roi Henri II, fait bâtir avec l’appui d’un amant de vingt ans son cadet et le concours des artistes de Fontainebleau le château d’Anet, chef d’œuvre de l’architecture de la Renaissance française.

Mais c’est cette autre Diane, la chasseresse des Anciens, vive et farouche, dont la superbe figure coïncide si bien avec celle de la maîtresse des lieux, qui apparaît dans les deux principaux cycles narratifs du château : celui d’une célèbre tenture de tapisseries en onze pièces, et celui des vitraux en émail blanc qui occupaient les fenêtres du premier étage, notamment celles de l’appartement du roi.

Ce livre, qui conjugue et accorde les recherches de cinq historiens (de la littérature, du dessin, de la peinture et du vitrail), s’attache à ces deux ensembles, les reconstitue, en examine les sources et en évalue la portée. Il révèle le programme des tapisseries, sonde sa maîtrise des humanités, prend en compte sa date plus précoce qu’on ne le pensait – 1547 – et donne le nom de son auteur, le poète Jacques de Vintimille, habile précurseur de la Pléiade. L’ouvrage montre aussi qu’un peintre de l’école de Fontainebleau, Charles Carmoy, collaborateur de Primatice que Rabelais avait pris soin de mentionner dans son Pantagruel, dut en donner les dessins et les cartons.

L’examen de toutes ces œuvres signale que, dans les vitraux comme dans les tapisseries, l’histoire et le mythe prenaient place au cœur d’un dispositif chiffré, héraldique, emblématique et poétique qui permettait à Diane de Poitiers de revêtir, au bénéfice de son roi, la panoplie esthétique et symbolique de la déesse.

Sous la direction de Dominique Cordellier, Conservateur général du Patrimoine, département des Arts graphiques (Cabinet des Dessins), musée du Louvre. Textes de Luisa Capodieci, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Dominique Cordellier, Paul-Victor Desarbres, Maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Françoise Gatouillat, Ingénieur de recherche honoraire au ministère de la Culture et de la Communication et Cécile Scailliérez, Conservateur général du Patrimoine, département des Peintures, musée du Louvre.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.