From Art to Science. Experiencing Nature in the European Garden 1500-1700

From Art to Science. Experiencing Nature in the European Garden 1500-1700, edited by Juliette Ferdinand, Treviso, ZeL Edizioni, 2016, 127 p.

Cet ouvrage de belle facture (notamment par les illustrations qui viennent étayer le propos) s’ouvre sur une introduction de Juliette Ferdinand (« In the ‘Hortus universalis’ : science, technique, and delight in gardens », p. 8-17) et comporte six études de spécialistes qui examinent la rencontre et l’émulation entre l’art et la science dans le contexte semi-naturel des jardins (le terme de « jardin » renvoyant au XVIe siècle, comme le note l’éditrice, tout aussi bien à la nature sauvage qu’à la nature ordonnée).

Florike Egmond (« The garden of nature : visualizing botanical research in Northern and Southern Europe in the 16th century », p. 18-33) met en rapport l’horticulture du XVIe siècle et l’approche visuelle des plantes et de quelques animaux dans l’Italie du Nord et le Sud des Pays-Bas; s’accentue à cette période une représentation extrêmement réaliste et détaillée de la nature vivante qui devient alors la norme en Europe et s’exprime dans les aquarelles et les dessins, les tapis, les arts décoratifs et la peinture à l’huile.

Luca Ciancio (« The Many Gardens – Real, Symbolic, Visual – of Pietro Andrea Mattioli », p. 34-45) constate le lien entre le développement des jardins à la Renaissance et la renaissance de la botanique comme science de l’observation ; la carrière du botaniste siennois Pietro Andrea Mattioli (1501-1578) illustre la conscience progressive d’une distinction entre deux types de jardins : le jardin botanique dont la fonction est cognitive et thérapeutique, le jardin aristocratique qui a pour but le divertissement et la représentation sociale.

Alette Fleischer (« Hydraulics in Horto : levelling between water and power in seventeenth-century gardens in France and Holland », p. 46-61) analyse la compétition, pour la conception d’un instrument de nivellement automatique capable de mesurer l’élévation de terrains, entre deux ingénieurs hollandais, le mathématicien Christian Huygens (1629-1695), au service du roi Louis XIV, et Willem Meester (1653-1701), ingénieur hydraulicien du prince hollandais Willem III.

Sara Taglialagamba (« Facciasi fonti in ciascuna piazza. Congegni idraulici e fontane di Leonardo per I committenti francese », p. 62-77) étudie les divers projets hydrauliques (fontaines, instruments de musique, systèmes pneumatiques et hydrauliques) imaginés par Léonard de Vinci pour le roi Louis XII et pour Charles d’Amboise, seigneur de Chaumont, maréchal de France et gouverneur de Milan.

Michael Simonsen (« Geometry and botany artistically united at Wollaton Hall at the end of the 16th century », p. 78-91) analyse le développement des jardins en Angleterre à la Renaissance à partir de l’exemple de Wollaton Hall, construit entre 1580 et 1588 à Nottingham, unique exemple d’une demeure élizabéthaine à la campagne. Il examine l’évolution du jardin dans ses différentes phases, depuis l’arrangement géométrique et artistique initial des plantations (sous la houlette de Francis Willoughby) vers un lieu destiné à l’observation des plantes et des oiseaux à l’époque de son arrière-petit-fils, Francis Willughby (1635-1672).

Juliette Ferdinand (« Placere et docere : le jardin minéral de Bernard Palissy », p. 92-109) étudie le projet de jardin minéral que Bernard Palissy expose dans la Recepte véritable publiée en 1563 à La Rochelle ; elle montre à partir de cet exemple comment « la pensée de philosophe naturel de Palissy trouve son fondement dans sa pratique artistique ».

L’ouvrage est pourvu de deux index, « Index of Names ands Works », « Index of Places ».