Quentin SKINNER, Visions politiques. Volume 1 : Sur la méthode

Quentin SKINNER, Visions politiques. Volume 1 : Sur la méthode, traduit de l’anglais par Christopher Hamel, collection « Titre courant » n° 65, Genève, Droz, 2018, 273 pages.

            Traduction d’un ouvrage paru à Cambridge en 2002, Visions politiques est un recueil d’articles déjà publiés, nouvellement révisés. En trois volumes, dont celui-ci est le premier, l’auteur propose de comparer la vision politique faisant de la souveraineté la propriété du peuple à celle qui en fait la propriété de l’état. Dans ce premier volume, « sur la méthode », Quentin Skinner défend l’idée selon laquelle les différentes transformations conceptuelles que l’historien des idées peut espérer identifier ne sont pas des changements de concepts mais des changements dans l’usage des termes avec lesquels nous exprimons ces concepts. C’est pourquoi il étudie et remet en question l’exclusivité de la méthode empirique comme source des connaissances, puis analyse la théorie post-empirique en montrant que l’approche qui consiste à rassembler tous les faits pour en faire le récit est également intenable pour les historiens des idées.

            Au fil des dix chapitres de l’ouvrage, Quentin Skinner analyse la méthode de l’historien des idées, s’appuyant sur des exemples issus de textes du XVIe siècle (Machiavel, Bodin…). Il commence ainsi par analyser la philosophie de Sir Geoffrey Elton (auteur de The Practice of History, 1967) et remet en question la méthode que ce dernier propose aux « apprentis » historiens avant de montrer que l’approche qui consiste à s’appuyer sur la vérité de nos connaissances est également erronée : le concept de vérité n’est pas pertinent pour l’entreprise qui vise à explorer les croyances. Dans le chapitre V, Quentin Skinner discrédite l’affirmation selon laquelle la tâche de l’historien est d’étudier et d’interpréter un canon de textes classiques, puis, dans les chapitres suivants, il s’attache à l’étude de la signification des textes, qu’il distingue des intentions de l’auteur, lesquelles doivent être étudiées seulement après l’étude du sens. Quentin Skinner s’appuie sur les travaux de L. Wittgenstein et J. L. Austin pour étayer sa thèse.

            Les trois derniers chapitres sont consacrés respectivement à la signification sociale, à l’idée d’un « lexique culturel » – l’auteur s’y attache à étudier le lien entre l’étude du vocabulaire que nous utilisons pour décrire et évaluer et l’interprétation des textes –, et enfin à la rhétorique et au changement conceptuel. Dans un dernier chapitre également conclusif, l’auteur affine les idées précédentes et répond à ses critiques.