The Ark of studies, Thomas Harrison

The Ark of studies, Thomas Harrison, éd. Alberto Cevolini, De Diversis Artibus, tome 102, Brepols, 2017, 142 pages.

L’auteur propose une édition critique et une traduction en anglais de l’ouvrage Arca Studiorum, rédigé en latin par Thomas Harrison et édité par Vincent Placcius en 1689 dans l’ouvrage De arte excerpendi. Vom gelehrten Bucchalten liber singularis (Holmiae / Hamburgi : Apud Gottfried Liebezeit, 1689). Cette édition critique débute par une introduction détaillée présentant Thomas Harrison, son ouvrage et son projet, l’ark of studies, une machine permettant de recopier et de classer les passages les plus intéressants des livres lus. Selon Alberto Cevolini, le classement mécanique des citations par thème et par ordre alphabétique en fait une invention surprenante et essentielle au XVIIe siècle. L’objectif de l’édition critique de Cevolini est, d’une part, de faire connaître Thomas Harrison, né à Londres dans une famille de marchand en 1595, diplômé en théologie puis arrêté au motif qu’il aurait corrompu la cour, et enfin, inventeur de l’ark of studies (1640) développé avec l’aide financière de Samuel Hatlib ; puis, dans un second temps, de démontrer l’importance de cette invention dans l’histoire du XVIIe siècle. Pour ce faire, Cevolini propose au lecteur une histoire de la tradition scolastique et des moyens à la disposition des exégètes souhaitant conserver des notes, de l’Antiquité au XVIIe siècle. Si la machine de Thomas Harrison est si importante, c’est aussi parce que la naissance de l’imprimerie a bouleversé les habitudes des lecteurs : ces derniers ne sont pas préparés à annoter et critiquer l’énorme masse de littérature qui devient soudainement accessible à un plus grand nombre. Comment donc garder en mémoire ces ouvrages essentiels ?

L’ouvrage de Thomas Harrison est ensuite donné à lire au lecteur dans la version originale en latin et dans la traduction anglaise qui se trouve en regard. Cette édition s’appuie sur les trois manuscrits de Thomas Harrison qui existent encore, à Londres et Hambourg.

Rebecca Legrand.