Langues imaginaires et imaginaire de la langue

Langues imaginaires et imaginaire de la langue, études réunies par Olivier Pot, Cahiers d’Humanisme et Renaissance n° 148, Genève, Droz, 2018, 840 pages.

  

Langues imaginaires et imaginaires de la langue, recueil des actes d’un colloque tenu à l’Université de Genève en 2008, est le prolongement d’un précédent volume consacré à la question des langages. Les vingt-six études réunies placées sous le signe de l’historiographie linguistique et de la diversité – du sanskrit aux langues imaginaires –, ainsi que sous celui du voyage – aussi bien spatial que temporel –, visent à montrer que « tout locuteur est un barbare au regard de son propre idiome ».

La première partie du recueil, « Sous le signe de l’Utopia de Thomas More : Pour un anniversaire des langues imaginaires (1517-2017) », s’intéresse au paratexte de l’Utopie, cherchant à placer dans le récit l’existence réelle de l’île et de sa langue (Pierre Swiggers).

La deuxième partie, intitulée « Des chiffres et des lettres : de la cryptographie à la langue universelle » étudie d’abord le mythe de la langue originelle chez Claude Duret (Gisèle Mathieu-Castellani), les pratiques étymologiques de Blaise de Vigenère (Paul-Victor Desarbres) et son Traicté des chiffres (Jean-Raymond Fanlo) avant de s’intéresser à l’alphabet des pensées de Leibniz (Curzio Chiesa).

La troisième partie du recueil – « Langues hybrides ou hyperlangues ? » – propose des études sur le franco-italien médiéval (Peter Wunderli), l’allemand tel qu’on l’imagine au XVIe siècle (Daniel Ménager) ou l’italien imaginaire (Paolo Albani) tandis que la quatrième, « Éthnographies linguistiques ou la Pentecôte aux Amériques », emmène le lecteur dans les écrits jésuites aux Indes Amériques (Marie-Christine Gomez-Géraud), dans les œuvres de Georg Horn (Daniel Droixhe) et celles de saint Augustin (Maurice Olender).

Les articles réunis sous les titres « La linguistique des vaincus : un orientalisme à l’envers » (cinquième partie) et « Les deux scènes du langage ou la langue sous la langue », proposent de revenir aux origines du langage, mythes linguistiques dans les pays baltiques aux XVIe et XVIIe siècles (Pietro U. Dini), « Nouveau paradigme » (Patrick Seriot) et « mythe de la langue-mère » (Sylvain Auroux) avant d’étudier des langues et littératures moins connues des lecteurs européens : le théâtre sanskrit classique (Charles Malamoud), ou encore la phonétique antique (sanskrit, grec et latin) (Daniel Heller-Roazen). Cette sixième partie se termine par un article de Gilles Siouffi analysant l’imaginaire du discours grammatical à l’âge classique.

Les quatre dernières parties de l’ouvrage quittent le domaine de la linguistique. La septième analyse les « Incarnation(s) de la langue et [les] modernes diglossies ». Les auteurs y étudient les liens entre médecine et langage au XIXe siècle (Gabriel Bergounioux), ou encore ceux que la littérature entretient avec le sens du toucher (Jean-Claude Mathieu). Deux articles donnent à lire une réflexion sur le langage chez Artaud (Natacha Allet) et Michaux (Vincent Capt),  La septième partie de l’ouvrage est consacrée à Valère Novarina, poète et dramaturge ayant clos le colloque de 2008 par une lecture publique de ses textes, à qui les auteurs ont voulu rendre hommage (Patrick Suter, Marco Baschera) tandis que la huitième s’intéresse aux « Fantasmagories sonores. La musicienne du silence ». Les deux articles proposés visent à montrer que la musique est par essence un langage sensible et intelligible et analysent le lien entre musique et représentation au XVIIe siècle (Laurence Wuidar) avant d’étudier l’esthétique du « stylus fantasticus » dans la musique baroque (Brenno Boccadoro).

Enfin, la dixième et dernière partie, intitulée « Bouts de langues et bouts de peuples. Utopies et uglossies. Pour une conclusion imaginaire en mode de fiction voyageuse » est rédigée par Olivier Pot qui propose une conclusion générale de ces articles si variés en réfléchissant sur le couple « langage / voyage », des œuvres de Rabelais à Michaux en passant par celles de Dante et Beckett, et qui justifie ce parcours en écrivant, entre bien d’autres affirmations, que « les observations sur la langue tiennent prioritairement lieu d’observatoire de l’imaginaire ».

Rebecca Legrand.