Louise Labé. Vade-mecum

Max Engammare (éd.), Louise Labé. Vade-mecum, Genève, Droz, Collection Courant critique, 2023.

La Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance a publié depuis près de quatre-vingts ans une dizaine d’articles consacrés à Louise Labé, à sa famille, aux Euvres de 1555, à ses poètes, à quelques interprétations et réemplois. La quasi-majorité d’entre eux est rassemblée dans ce volume de la collection Courant critique. Il a en effet semblé important de rassembler ces pages soumises naguère ou très récemment au Comité de la revue. Celles-là offrent une histoire partielle, mais originale et non banale, de la réception du volume publié par Jean de Tournes au milieu du XVIe siècle et des questions plus récentes de la persona littéraire de l’auteure ou des auteurs des Euvres, de Louise Labé et de ses poètes. « Amies lectrices et compagnons lecteurs, lisez les articles et les livres favorables à une thèse ou à une autre, et forgez-vous votre opinion, c’est la liberté et l’incertitude qu’offre la littérature, puis lisez et relisez les sonnets parus sous le nom de Louïze Labé, ainsi que ceux de “ses poètes”, ils sont parmi les plus beaux écrits au siècle des Valois. » (extrait de la préface)

 

Table des matières

Mot de l’éditeur

Mireille HUCHON, « Louise Labé et ses poètes. Vade-mecum »

Stéphan HELLIN, « Louise Labé : signature, patronyme et identité »

Jean Paul BARBIER-MUELLER, « Ne vouloir rien fors que toy comprendre. Défense et illustration de Louise Labé »

Jean VIGNES, « Compte rendu de Louise Labé. Une créature de papier »

Emmanuel BURON, « Le réemploi dans les Escriz de divers poëtes à la louenge de Louize Labé (Baïf, Tyard et Scève) »

Donald STONE JR, « Labé’s sonnet 12: a new reading »

Sharlene May POLINER, « “Signes d’amante” and the dispossessed lover: Louise Labé’s poetics of inheritance »

Georges TRICOU, « Louise Labé et sa famille »

Voir le site de l’éditeur.



Citer ce billet
Estelle Leutrat (2023, 11 juillet). Louise Labé. Vade-mecum. SFDES. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u1jw