Une danse s’achève dans “L’harmonie dans l’univers”. Hommage à Margaret McGowan

Une danse s’achève dans « L’Harmonie dans l’univers ».

Hommage à Margaret McGowan (1931-2022)

 

 

Une grande dame de la Renaissance française s’est éteinte le 16 mars dernier. Margaret McGowan était une spécialiste internationalement reconnue de l’art de la danse et des fêtes de cour aux XVIe et XVIIe siècles. Elle fut l’élève de Frances Yates avec laquelle elle soutint sa thèse au Warburg Institute de Londres, dont elle présida plus tard l’Advisory Council.

De 1964 à sa retraite, elle fut professeur à l’Université du Sussex où elle exerça plusieurs responsabilités : Dean of the School of European Studies, Pro-Vice-Chancellor, Deputy Vice Chancellor. Elle fut également fellow à la Royal Society of Arts, présidente du Early Dance Circle et co-directrice de la Society of European Festival Research de l’Université de Warwick.

Membre de la British Academy et Chevalier de l’Order of the British Empire depuis 1998, elle fut nommée Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2020. La cérémonie qui avait été prévue à Fontainebleau pour la remise des insignes fut annulée à cause de la pandémie, ce qui ne lui permit pas de revenir sur les lieux de la cour de France, sujet d’un grand nombre de ses livres, de L’art du Ballet de Cour en France, 1581-1643 (Paris, 1963), Ideal Forms in the Age of Ronsard (Berkeley, 1985), à The Court Ballet of Louis XIII (Londres, 1989) ou, encore, Dance in the Renaissance: European Fashion, French Obsession (New Haven, 2008), jusqu’au dernier : Festival and Violence. Princerly Entries in the Context of War, 1480-1635 (Turnhout, 2019). Sans oublier son ouvrage sur Rome comme source d’inspiration pour les poètes et les artistes français du XVIe siècle : The Vision of Rome in the French Renaissance (New Haven, 2002).

Avec la générosité et l’enthousiasme qui la caractérisaient, elle avait récemment participé au volume collectif La Cour en fête dans l’Europe des Valois que j’ai codirigé avec Oriane Beaufils (Tours, 2022) : « I’m looking forward to seeing the whole volume very soon now », écrit-elle dans l’un de ses derniers messages. Elle est décédée deux semaines avant la parution du livre dont elle avait écrit l’essai introductif. Avec ces pages d’une rare fraîcheur et élégance, elle s’est discrètement éloignée de la scène en laissant un dernier ouvrage en cours de publication : Harmony in the Universe: Spectacle and the Quest for Peace in the Early Modern Period.

Luisa Capodieci

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

Margaret McGowan m’avait fait le plaisir de m’accorder un entretien en 2021 dans lequel elle revenait sur son parcours et ses travaux sur les fêtes de cour : « A French honour for Professor Margaret McGowan: “un amour partagé” », sur Mnemosyne : The Warburg Institute Blog.