Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues

Du Bartas (1578), Rosset (1597), Despuech (1633). Trois mises en scène des lieux et des langues, édition critique par David Fabié et Philippe Gardy, Paris, Classiques Garnier, coll. « Etudes et textes occitans, 2017, ISBN 978-2-406-06666-8 (livre broché), 978-2-406-06667-5 (livre relié), 176 p.

Ce volume rassemble trois textes mettant en scène la confrontation des langues française et occitane, concurrencées également, dans deux d’entre eux, par la latine. Modèle des deux autres, le premier dialogue édité est le poème composé par Du Bartas à l’occasion de l’entrée de la reine de Navarre à Nérac (1578). Trois nymphes, incarnations des langues française, latine et gasconne, s’y disputent l’honneur de saluer la reine, dans un débat qui voit triompher la nymphe gasconne. Le texte est imité par François de Rosset dans son Chant triomphal : là encore, trois nymphes, la française, la latine et la languedocienne, dialoguent pour déterminer laquelle d’entre elles saluera le duc d’Uzès lors de son entrée dans sa ville, en 1597. Le troisième texte, dû à l’auteur occitan Isaac Despuech, dit Le Sage, est également un Dialogue des Nimphes, représenté devant le maréchal de Schomberg lors de son entrée à Montpellier, en 1633. A la différence de ses prédécesseurs, ce débat ne représente pas le latin, mais augmente la place tenue par l’occitan.

L’ensemble est précédé d’une introduction de 27 pages, qui situe les trois textes dans la production de leur auteur : si l’usage de l’occitan est minoritaire dans la production de Du Bartas et de Rosset, il est la langue quasi exclusive de la poésie d’Isaac Despuech. Les éditeurs s’attardent également sur le sens, chez les trois auteurs, de l’usage de l’occitan, langue dont la poéticité est, alors, souvent mise en doute. L’édition critique est rigoureuse, et la traduction des pièces latines et occitanes, élégante et soignée. Chaque texte est précédé d’une courte introduction, qui établit son contexte d’écriture et ses enjeux spécifiques, ainsi que les principes d’édition adoptés. Un glossaire et un index nominum facilitent l’utilisation de l’ouvrage.