Tancrède en scène

Tancrède en scène

De la nouvelle de Boccace aux tragédies italiennes des XVe-XVIIe siècles

 

Danielle BOILLET
Tancrède, Ghismonde, Guiscard : un prince qui fait porter à sa fille le cœur de son amant dans une coupe, une princesse qui s’empoisonne et meurt. La nouvelle IV, 1 du Décaméron trouva sa réception théâtrale sinon en France, du moins dans l’Angleterre élisabéthaine, mais le filon bien plus abondant qu’elle alimenta en Italie traverse la Renaissance et l’Âge Baroque. Boccace est ainsi revisité, déminé et lissé au fil de révisions qui métamorphosent la figure de Ghismonde et qui font basculer l’équilibre entre les protagonistes au profit du recentrage sur Tancrède. Les contextes culturels respectifs de ces pièces font de leur étude un révélateur des évolutions significatives de l’histoire du genre tragique en Italie à cette époque. Leur rapport au texte source permet aussi de conduire une réflexion de fond sur les problématiques relatives à l’appropriation des patrimoines littéraires, à la Renaissance et au-delà.

 

Genève, Droz, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 2021.
Sommaire sur le site de l’éditeur.