Carlo Gesualdo, Secondo libro di madrigali a cinque voci

Carlo Gesualdo (1566-1613)

Secondo libro di madrigali a cinque voci (1594)

La Compagnia del Madrigale

Glossa GCD922809. 2019, 1h07

La Compagnia del Madrigale, Carlo Gesualdo, __ - Secondo Libro Di Madrigali  - Amazon.com Music
 

La Compagnia del Madrigale nous livre un enregistrement éblouissant du Deuxième livre de madrigaux de Gesualdo, publié lorsque le compositeur arrive à la cour de Ferrare pour épouser Leonora d’Este, quatre ans après le double homicide de Naples.

Les madrigaux de ce recueil sont composés dans ce qu’il convient d’appeler « le premier style du maître », pour reprendre les mots de Marco Bizzarini, encore éloigné des harmonies tortueuses et des atmosphères de sombre stupeur qui caractérisent ses derniers livres.

Un modèle du genre est le madrigal Da l’odorate spoglie, sur un poème d’Orsina Cavaletta. La simplicité raffinée et du texte et du contrepoint montre que Ferrare était alors une des cours les plus sophistiquées d’Europe.

L’interprétation du madrigal Se così dolce è il duolo fait parfaitement entendre l’expression des sentiments contrastés de la poesia per musica du Tasse, ce qui est également le cas du madrigal O com’è gran martire, sur un poème de Guarini, dont la douceur inquiète montre une autre facette de la personnalité du compositeur.

Les chanteurs de La Compagnia restituent avec brio toute la richesse de l’orfèvrerie musico-poétique des pièces (les madrigaux Caro amoroso neo, sur un poème du Tasse, et Sento che nel partire valent le détour) et font goûter à l’auditeur tous les ingrédients dramatiques des madrigaux de ce livre, finement choisis par le compositeur et magnifiquement interprétés. En dévoilant des aspects peu connus de sa production madrigalesque, La Compagnia del Madrigale brosse un portrait plus complet de ce prince musicien.

En complément de ce remarquable enregistrement, sont proposés huit madrigaux de plusieurs compositeurs influencés par les techniques de composition gesualdiennes dont le plus impressionnant est le madrigal Ecco morirò dunque ! de Sigismondo D’India. Les interprètes donnent à entendre toute la vertigineuse audace harmonique de ce bijou de la production romaine du musicien.

Cet enregistrement est l’un des plus fins témoignages de la fécondité de la musique de Gesualdo ainsi qu’un vibrant hommage au musicologue Anthony Newcomb, spécialiste de renom du madrigal ferrarais, disparu en 2018, à qui ce disque est dédié.

Jorge Morales

Centre d’études supérieures de la Renaissance