Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58

Perceval le Galloys en prose (Paris, 1530), chapitres 26-58, édition critique par Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, coll. « Textes littéraires du Moyen Age », 2017. ISBN 978-2-406-06435-0 (livre broché) / ISBN 978-2-406-06436-7 (livre relié). ISSN 2108-9825, 316 p.

Le présent volume est le premier d’une série de quatre, dont l’ensemble éditera la compilation intitulée Tresplaisante et recreative hystoire du trespreulx et vaillant chevallier Perceval le Galloys, parue à Paris en 1530. Cette dernière regroupe six textes complétant le Perceval de Chrétien de Troyes : deux prologues, le Conte du Graal et trois continuations, compilées sans marquer le passage de l’une à l’autre. Le présent ouvrage édite les branches I à III de la première continuation, centrée sur les aventures de Gauvain.

Perceval est le dernier des romans de Chrétien de Troyes imprimés à la Renaissance, et l’une des dernières adaptations en prose de roman de chevalerie produites à la Renaissance. Il paraît à une époque où, selon l’éditrice, « cette production semble s’essouffler ». Dans l’introduction comme dans les notes, l’éditrice étudie la technique du prosateur, qui « mêle habilement sa propre voix à celle de Chrétien » (introduction, p. 12) et intervient sur le texte-source, notamment pour rendre encore plus exemplaires les personnages féminins positifs et pour supprimer les passages mettant en scène des comportements masculins répréhensibles.

Le Perceval de 1530 se classe malgré tout parmi les « dévers », c’est-à-dire les mises en prose les plus fidèles à l’original versifié : l’auteur conserve non seulement l’intrigue, mais aussi beaucoup de mots-rimes. En partie modernisé pour permettre la compréhension du texte, le lexique contient quelques archaïsmes, souvent glosés par le prosateur, et la syntaxe présente quelques tours d’ancien français. Enfin, le texte en prose comprend nombre d’octosyllabes, dont tous ne sont pas présents dans le texte-source.

L’édition critique de Maria Colombo Timelli offre des notes de bas de pages indiquant les leçons réfutées, des notes finales commentant le travail du prosateur, le lexique et la morpho-syntaxe, et un glossaire.