Ann Blair, Tant de choses à savoir (2020) et L’entour du texte (2021)

 

Ann BLAIR, Tant de choses à savoir. Comment maîtriser l’information à l’époque moderne, Préface de Roger Chartier, traduction de l’anglais par Bernard Krespine, revue par Ann Blair, Paris, Seuil, 2020, 491 p.

 

L’historienne Ann Blair, professeur à Harvard, propose en français une version mise à jour et entièrement revue de l’ouvrage qui était paru en 2010, chez Yale University Press, sous le titre Too Much to Know : Managing Scholarly Informatin Before the Modern Age. L’ouvrage est le fruit d’une vaste enquête sur les modes de gestion de l’information qui se développent à l’époque moderne, sous la forme de « livres de référence » qui rassemblent et organisent des extraits de textes en vue de leur consultation ; le corpus d’étude est constitué des principaux livres de référence généraux en latin publiés entre 1500 et 1700. Des comparaisons ponctuelles avec des périodes anciennes (l’Antiquité) ou d’autres territoires (Byzance, le monde islamique, la Chine) permettent d’élargir d’emblée la perspective, de mettre à jour des points communs en même temps que la spécificité de l’Europe moderne. Les recherches d’Ann Blair nous éclairent à la fois sur les pratiques des compilateurs eux-mêmes (sont privilégiés dans l’étude le Dictionarium de Calepino, la Polyanthea en ses multiples éditions, la Bibliotheca universalis de Gessner ou le Theatrum humanae vitae de Theodor Zwinger) et, de manière tout aussi passionnante, sur celles de ceux qui lisaient et faisaient usage de leurs ouvrages, autrement dit la grande masse des lettrés des XVIe et XVIIe siècles. Un tel usage est souvent tu par les auteurs eux-mêmes – l’on pense à Montaigne affichant son dédain pour ceux qui écrivent à partir de « pastissages de lieux communs » ou qui sourit du goût de son père pour les Epîtres dorées de Guevara. Parmi les méthodes de travail et de lecture sont étudiées de près les prises de notes, une production que l’historienne replace dans le vaste phénomène de thésaurisation qui se déploie dans l’Europe moderne et dont elle montre la diversité : prises de notes individuelles fonctionnant comme aide à la mémoire et comme aide à l’écriture (favorisées par l’existence de marges dans les ouvrages imprimés), prises de notes collaboratives, loin de l’image stéréotypée, véhiculée par les gravures, de l’auteur seul à sa table de travail, jusqu’à l’extraordinaire armoire à notes inventée en 1640 par l’Anglais Thomas Harrison. L’ouvrage met clairement en évidence les phénomènes de continuité et de nouveauté : Ann Blair identifie d’emblée « les quatre S » de la gestion de l’information (stocker, sérier – ou classer -, sélectionner, synthétiser – ou résumer), valables dès les premières compilations jusqu’à aujourd’hui, dans les pratiques numériques ; à l’inverse du dictionnaire, « genre remarquablement stable depuis ses origines médiévales jusqu’à aujourd’hui » (p. 164), les miscellanées sont une particularité de la Renaissance, empruntant l’ordo fortuitus à des sources antiques (Les Nuits Attiques d’Aulu Gelle) ; au XVIIe siècle, se développent les livres sur les livres, catalogues de bibliothèques et de ventes, bibliographies, comptes rendus et histoires littéraires, tandis que la « première » encyclopédie moderne, qui équivaudrait à notre catégorie d’aujourd’hui, n’existe pas avant le XVIIIe siècle.  À chaque étape est mis en valeur le rôle de l’imprimerie, la publication des ouvrages de référence constituant une sorte de laboratoire où des innovations permettent de faciliter la consultation : liste des auteurs, des rubriques, index alphabétiques. Cette circulation d’une information, sauvegardée et accumulée, repose selon Ann Blair sur une angoisse de la perte : les humanistes de la Renaissance ont pris conscience de la fragilité de la transmission du savoir, si souvent marquée de dégradations et de pertes.

Marie-Claire Thomine

 

 

 

Ann BLAIR, L’entour du texte. La publication du livre savant à la Renaissance, Conférences Léopold Delisle, Paris, BNF Éditions, 105 p.

En écho aux deux conférences prononcées à la BNF, dans le cadre des conférences Léopold Delisle, Ann Blair invite dans cet ouvrage à un parcours richement illustré des paratextes des ouvrages savants de la Renaissance. Sont examinés successivement, dans leur présentation et leur fonctionnement, la page de titre, la permission et le privilège, la dédicace, la préface ou avis au lecteur, la liste d’errata, le poème liminaire, à partir de nombreux exemples (notamment Juan Caramuel y Lobkowitz, Copernic, Érasme ou Gessner). Selon l’historienne, l’imprimerie a favorisé l’usage des paratextes pour trois raisons principales : la diminution du coût de production permet un allongement des ouvrages, qui peuvent inclure des paratextes plus fournis ; la publication est soumise à des visées commerciales qui impliquent de séduire le public, acquéreurs et éventuels mécènes ; la diffusion plus large et plus rapide des textes génère enfin, chez les auteurs, une anxiété particulière : le souci de rencontrer des lecteurs bienveillants se lit dans les diverses stratégies adoptées dans les paratextes. Les deux conférences intitulées « Formes et rôle de l’entour des livres érudits à la Renaissance », données par Ann Blair les 17 et 18 mars 2021, sont disponibles en ligne sur le site de la BNF.

https://www.bnf.fr/fr/agenda/formes-et-role-de-lentour-des-livres-erudits-la-renaissance

Marie-Claire Thomine