Pauline Dorio, “La Plume en l’absence”. Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555)

Dorio, Pauline, “La Plume en l’absence”. Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555), Genève, Droz, 2020.

Pauline Dorio se propose d’examiner l’histoire de l’épître familière en France au XVIe siècle. Le genre prend réellement son essor lorsque le modèle de l’héroïde, initié par Octovien de Saint-Gelais, commence à s’essouffler. Trois décennies plus tard, il connaît un sérieux coup d’arrêt avec la condamnation de La Défense qui ne l’autorise qu’à condition de délaisser « choses familières ou domestiques » et de se ranger dans le sillage d’Ovide ou d’Horace. L’ouvrage analyse donc ce moment d’apogée du genre qui se confond avec celui de sa spécialisation familière. À la suite de Marot, le premier à rassembler des épîtres non héroïdes en série dans L’Adolescence clémentine, les plus grands poètes de cette époque rivalisent dans l’écriture de lettres versifiées, affranchies des codes épistolaires les plus rigoureux et animées par une recherche du naturel. À côté du prince des poètes, Charles Fontaine, François Habert, Guillaume Bouchet, Michel d’Amboise, François Sagon, Roger de Collerye, Eustorg de Beaulieu, Etienne Forcadel constituent les acteurs principaux de cette histoire qui trouve surtout à s’épanouir dans le cadre du recueil d’auteur, alors naissant.

La première partie du livre cherche, en établissant l’inventaire du corpus, à reconstituer une chronologie du genre, des « balbutiements imprimés » de l’épître familière jusqu’à ses derniers feux, de 1527, date de parution du premier recueil d’auteur constitué en hommage à Guillaume Cretin, à la publication en 1555 des Ruisseaux de Charles Fontaine. La deuxième partie s’intéresse à l’éthique et à l’esthétique d’un genre qui, du côté du sermo, se veut modeste, se tenant à l’écart des modèles antiques comme souvent de l’actualité la plus brûlante. La troisième partie, enfin, s’intéresse à la disposition d’épîtres qui s’inscrivent dans des séries et aux effets complexes induits par la construction de ces séquences et par la mise en recueil.

Jean-Charles Monferran