Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier

Frank Lestringant, Bribes d’îles. La littérature en archipel de Benedetto Bordone à Nicolas Bouvier, Paris, Classiques Garnier, collection « Géographies du monde » n°26, 2020, 254 p.

Dans la continuité d’un précédent ouvrage – Le Livre des îles : atlas et récits insulaires, de la Genèse à Jules Verne (Droz, 2002) –, Frank Lestringant propose un voyage dans un archipel littéraire, du XVIe siècle à nos jours. La première partie, « En partance pour les îles », est composée de deux chapitres à la prose plus poétique qu’académique qui étudient le genre de l’Isolario à la Renaissance pour suggérer que les espaces rêvés ne sont pas simplement un décor mais des éléments « essentiels du scénario onirique » (p. 21). La deuxième partie s’intéresse aux « Iles fixes » au fil de cinq chapitres analysant la place des îles dans la pensée épistémologique et dans les écritures géographiques de la Renaissance, notamment – mais pas exclusivement – dans l’œuvre d’André Thevet. Le chapitre consacré à « L’Insulaire de l’Inquisiteur » étudie l’archipel italien dans des isolarii italien du XVIe siècle. Deux autres chapitres s’intéressent à l’île comme tentation et comme scandale et analysent les liens entre îles et démons dans la cartographie et la littérature de la Renaissance (Marguerite de Navarre, François de Belleforest et André Thevet). La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux « Iles instables ». Frank Lestringant commence par étudier les « archipels sidéraux » et l’expansion de l’Insulaire au XVIIe siècle, ce qui lui permet de compléter des réflexions déjà entamées : « L’archipel, qui servait à figurer l’hypothèse de la pluralité des mondes au XVIe siècle, se transporte désormais dans l’espace céleste. L’archipel sidéral reflète et prolonge tout à la fois l’archipel terrestre » (p. 131). Les chapitres suivants sont des « bribes » – pour reprendre le jeu de mot contenu dans le titre de l’ouvrage – d’analyses consacrées à une œuvre ou un auteur via le prisme de l’insularité. Le lecteur est ainsi invité à relire Micromégas de Voltaire (« Îles des Lumières »), la floraison des robinsonnades depuis l’archétype de Wyss jusqu’à Daniel Defoe (« Des clous et des clones ») ou encore Suzanne et le Pacifique de Giraudoux. Enfin, la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, « Bribes d’îles », avance dans le temps et s’intéresse à des « Insulaires-récits du XXe siècle [qui] surgissent à une époque de crise [dont] les territoires improbables découlent de ces espaces tour à tour vides ou surpeuplés, traversés au rythme monotone du moteur, au risque de l’accident ou de la panne ». Cette avancée dans les contrées contemporaines est un élément novateur de l’ouvrage et Frank Lestringant montre brillamment que les analyses qu’il a abondamment développées pour le XVIe siècle sont tout aussi valables pour des littératures plus récentes. En étudiant la fragmentation à l’œuvre dans les ouvrages de Saint-Exupéry et de Michaux, l’auteur propose de voir ces derniers comme des descendants des moralistes du XVIIe siècle avant d’analyser le « stade suivant de la dissolution de l’archipel » à l’œuvre dans Les Villes Invisibles de Calvino. L’étude de quelques textes de Nicolas Bouvier, Maelys de Kerangal et Édouard Glissant vient clore ce voyage au fil des îles, vues comme des parenthèses négatives ou des réflexions sur la vie.

 

Rebecca Legrand.