Voyageurs de la Renaissance

Voyageurs de la Renaissance, édition de Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, Paris, Gallimard, Folio Classique, 2019, 576 pages.

La présente anthologie est due à trois spécialistes de la littérature de voyage du XVIe siècle, Grégoire Holtz, Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant, qui ont uni leurs compétences pour proposer aux lecteurs une somme de textes édités et commentés. L’ouvrage est utile au lecteur curieux et fournit une précieuse base de travail pour des cours ou des séminaires sur la littérature géographique de la Renaissance.

En dépit de la diversité des auteurs retenus, les choix éditoriaux permettent une circulation fluide d’un texte à l’autre : les extraits d’œuvres de langue française sont proposés en version modernisée, les extraits d’œuvres en langues étrangères (principalement espagnol, également italien, portugais, anglais) sont traduits (par les soins des éditeurs, le cas échéant, ou bien sont utilisées des traductions françaises déjà existantes, datant des XVIe et XVIIe, ou plus récentes ; on notera que les récits les plus populaires connaissent dès leur publication de nombreuses traductions qui leur assurent une circulation européenne). L’ouvrage nous embarque successivement dans trois univers géographiques ; un premier volet intitulé « La marche turque » propose des extraits de Léon L’Africain, Jean Chesneau, Pierre Belon, Guillaume Postel, Nicolas de Nicolay, Jean Palerne. Le second volet nous entraîne sur « la route des Indes » avec Vasco de Gama, Gomes Eanes de Zurara, Duarte Lopes et Filippo Pigafetta, Francisco Alvarez, Jean Parmentier, Ludovico di Varthema, Jan Huygen van Linschoten, François Xavier et Fernão Mendes Pinto. Le troisième et dernier volet, consacré au « Nouveau Monde » rassemble des extraits de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Pêro Vaz de Caminha, Binaut Paulmier de Gonneville, Duarte Pacheco Pereira, Giovanni da Verrazano, Hernán Cortés, Bernal Diaz del Castillo, Alvar Nuñez Cabeza de Vaca, Jacques Cartier, Marc Lescarbot, Hans Staden, André Thevet, Vicente Rodrigues, Jean de Léry, Anthony Knivet, Jean Ribault, René de Laudonnière, Nicolas Le Challeux, Jean-Arnaud Bruneau de Rivedoux, José de Acosta ainsi qu’une lettre anonyme « Copie d’une lettre venant de la Floride envoyée à Rouen et depuis au seigneur d’Everon : ensemble le plan du fort que les Français y ont fait ».

Chaque texte est précédé d’une introduction efficace et précise qui situe l’auteur et son ouvrage dans son contexte et en fait ressortir la singularité ; des notes de bas de page résolvent les difficultés lexicales tandis que sont éclairés, par des notes de fin, les références et allusions. Un dossier complète le volume par une chronologie (1415-1615) et une bibliographie générale qui vient s’ajouter à la bibliographie spécifique proposée pour chaque auteur.

La diversité des textes – qui relèvent de genres différents (les voyageurs ne produisent pas tous des récits de voyage à proprement parler, certains écrits sont des chroniques, des missives, des journaux de bord, d’autres de quasi romans d’aventure, d’autres encore s’imprègnent de l’expérience personnelle mais sans la mettre en avant), font découvrir des terres nouvelles ou permettent au contraire la reconnaissance d’espaces balisés par une tradition textuelle et religieuse (la Terre sainte) – ajoute de l’agrément à l’intérêt scientifique de l’ouvrage ; le souci de plaire au lecteur, de ne pas l’ennuyer apparaît du reste fréquemment chez les auteurs eux-mêmes, qui invitent à une délectation « à distance » par le biais des narrations et descriptions. La forme de l’anthologie a l’avantage de faire ressortir des traits saillants de cette littérature de voyage (comme du reste de la littérature de cette époque de manière générale) : l’importance de la récriture (modèles antiques mais aussi des textes entre eux), relevée par les éditeurs dans leurs notes ; la conjugaison d’autre part, sous la plume de nombreux auteurs, des sources livresques et du témoignage personnel. L’ouvrage comporte une vingtaine d’illustrations ; celles-ci jouent un rôle essentiel : elles transmettent l’expérience d’un regard et contribuent au succès de librairie que connaissent certains textes à l’échelle européenne.