Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis.

Le Siècle des vérolés. La Renaissance européenne face à la syphilis. Une anthologie sous la direction d’Ariane Bayle, avec la collaboration de Brigitte Gauvin, Grenoble, Jérôme Millon, 2019, 382 p. et dossier iconographique comportant 15 figures.

Les « vérolés tresprescieux » auxquels s’adresse Alcobrybas Nasier dans le célèbre prologue du Gargantua font l’objet d’une riche anthologie qui fait se confronter des discours émanant de médecins, de savants, de voyageurs, mais aussi d’auteurs de fiction, poètes et romanciers. Plus encore que la goutte, à laquelle elle est souvent associée (autour de l’évocation plaisante ou de la condamnation des plaisirs de la chair), la « grande vérole » acquiert très tôt la dimension d’un mythe et fait l’objet de débats dans la société tout entière dès qu’elle apparaît en Europe à la fin du XVe siècle. Le principe de l’ouvrage qui consiste en une anthologie annotée et commentée permet de se frayer un chemin dans la diversité des textes et des idées. Dans l’ample moisson des textes ici rassemblés, fruit de plusieurs années de recherche d’une équipe de collaborateurs (Jon Arrizabalaga, Ariane Bayle, Dominique Brancher, Nathalie Dartai-Maranzana, Cyrille Ducourthial, Brigitte Gauvin, Grégoire Holtz, Chiara Lastraioli, Martial Martin, Concetta Pennuto, Michèle Rosellini, Kevin Siena), beaucoup d’extraits sont inédits ; les textes latins, italiens, anglais et espagnols sont proposés dans des traductions, souvent originales. L’empan chronologique est large, depuis la fin du XVe siècle (avec Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella ou Ser Tommason di Silvestro qui fournit en 1496 et 1498 le plus ancien témoignage d’un malade de la vérole) jusqu’au XVIIe siècle (avec, en 1623, David de Planis Campy et Charles Sorel).

Les cent textes, tous présentés de manière claire et efficace, sont organisés selon douze perspectives qui constituent autant de chapitres, « Nommer la maladie » (1), « Identifier : causes, origines, symtômes » (2), « Figures mythiques et religieuses » (3), « Relations thérapeutiques » (4), « Expériences personnelles » (5), « Une maladie stigmatisante » (6), « Pharmacopées et chirurgies » (7), « Une maladie sans frontières » (8), « Économie de la maladie » (9), « Tromperies et impostures » (10), « Usages polémiques » (11), « Le secours de la fiction » (12). A côté de huit textes anonymes et des suppliques de l’Hôtel-Dieu de Lyon, on trouvera des extraits d’ouvrages de Konrad Schellig, Sebastian Brant, Gaspar Torrella, Joseph Grünpeck, Ruy Diaz de Isla, Jérôme Fracastor, Gabriel Fallope, Olivier de Magny, Peter Lowe, Marcello Cumano, Andrew Boorde, Anton Francesco Doni, Francisco Delicado, Thierry de Héry, Francisco López de Villalobos, Giovanni Manardi, Juan Calvo, Leonardo Fioravanti, David de Planis Campy, Jean Fernel, L’Arétin, Annibal Caro, Flaminio de Birague, Jean Lemaire de Belges, Ramon Pané, William Clowes, Louise Bourgeois, Ser Tommaso Di Silvestro, Ulrich von Hutten, Niccolò Campani dit Le Strascino, Jean Drouin, Eustorg de Beaulieu, Agnolo Firenzuola, Ambroise Paré, Bénigne Poissenot, Charles de Sigogne, Théophile de Viau, Gonzalo Fernández de Oviedo Y Valdés, Garcia Da Orta, Ambroise Paré, François Béroalde de Verville, Noël Du Fail, Louis Le Roy, Léon L’Africain, John Eliot, Clément Marot, Ruiz Diaz de Isla, Pierre André Matthiole, Charles Sorel, William Shakespeare, Antonio B.L., Ben Jonson, Louis Guyon, Guillaume Rondelet, Érasme, André Alciat, Antonfrancesco Grazzini detto Il Lasca, Antoine Du Verdier, Jean-Antoine de Baïf, François Rabelais, Joachim Du Bellay, Henri Estienne, Théodore de Bèze, Jacques Grévin, Pierre de Ronsard, Louis d’Orléans, Francisco Delicado, François Habert, Guillaume Bouchet, Miguel de Cervantès.

En fin de volume sont fournies de précieuses notices sur les auteurs et sur les œuvres ; l’ouvrage se clôt sur un index des noms d’auteurs, de personnages historiques et de figures mythiques, et sur une bibliographie.