La Réforme et la fable

La Réforme et la fable, sous la direction d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, Cahiers d’Humanisme et Renaissance, n° 155, Genève, Droz, 2018, 517 p.

Fruit du colloque qui s’était tenu en décembre 2015 à l’université Bordeaux-Montaigne, sous la houlette d’Alice Vintenon et Françoise Poulet, l’ouvrage, qui recueille à la fois des articles issus des communications et d’autres, écrits dans le sillage des rencontres et débats, examine à nouveaux frais la question des rapports problématiques, voire contradictoires, de la Réforme protestante avec la fable. Si la rupture est nette avec les méthodes d’interprétation classiques, notamment allégoriques, de la Bible, les voix sont diverses au sein du « camp » protestant sur le « mensonge des poètes » ; les condamnations formulées par certains n’empêchent pas que les fables païennes occupent une place importante dans les programmes scolaires tandis que la fiction devient un outil au service de la polémique et de la conversion. Cette pratique de la fable vient d’autre part s’inscrire dans une poétique spécifique, caractérisée notamment par le rejet de l’artifice stylistique. L’ouvrage fait entendre cette diversité des voix et des sensibilités. Comme l’écrit Frank Lestringant dans la préface (p. 15), « la Réforme n’a pas vaincu la fable sans doute, mais du moins elle l’a contenue et raisonnablement adaptée, la rendant accessible, tolérable et dans une certaine mesure admirable pour plusieurs siècles ».

L’ouvrage, introduit par Alice Vintenon et Françoise Poulet (p. 17-60), regroupe 19 contributions organisées selon cinq volets ; une première partie du volume est consacrée aux commentaires réformés des fictions païennes, une seconde aux fictions évangéliques, une troisième à la perception de la mythologie, autour de Simon Goulart, une quatrième aborde la fable en relation avec la pédagogie et l’édification, enfin une cinquième partie envisage la place de la fable dans la poésie évangélique et réformée. Une bibliographie générale (p. 475-506) fournit à la fois un riche corpus et un précieux état des lieux de la critique sur la question. L’ouvrage se clôt sur un index nominum.

Frank Lestringant, Préface ;

Françoise Poulet et Alice Vintenon, Introduction ;

Isabelle Pantin, « Melanchthon et les fables païennes » ;

Céline Bohnert, « Ovidii (ut ita dicam) Chronicon : sur les textes liminaires de la Fabularum Ovidii Interpretatio de Georg Schuler (1555) » ;

Antoine Biscéré, « Dresser un “tabernacle” » pour Ésope. Le prestige de la fable ésopique dans les cercles protestants allemands » ;

Christiane Deloince-Louette, « Quel statut pour la fable d’Homère ? Quelques lectures de commentateurs réformés à la fin du XVIe siècle » ;

Ruth Stawarz-Luginbühl, « La Vie de Cyrus le Grand selon Calvin : une fiction historico-théologique » ;

Nicolas Le Cadet, «”Ce sont beaux textes d’evangile en francoys” » : la place de la Bible dans Pantagruel (ch. xxx) ;

Adeline Desbois-Ientile, « La fantasie de François Habert : variations poétiques sur le jugement de Pâris » ;

Teresa Chevrolet, « Nomine mutato, narratur fabula de te » : la mythologie d’après le Theatre du monde de Simon Goulart, pasteur genevois » ;

Olivier Pot, « De la fable à l’emblème : la “mythologie blanche” de Simon Goulart » ;

Natacha Salliot, « Appartenance confessionnelle et statut de la fable dans les commentaires de La Sepmaine de Du Bartas (1581-1585) » ;

Mathilde Bernard, « Mythologie, fable et emblème, ou l’ambiguïté du rapport à la fiction chez Guillaume Guéroult » ;

Mathieu de La Gorce, « Se réformer avec Ovide. La Métamorphose chrétienne de Pierre Viret » ;

Padraic Lamb, « L’appât de la fable : dieux païens et prosélytisme dans les traités dévots de Stephan Batman, ministre anglican » ;

Inès Kirschleger, « Le loup et l’agneau dans la prédication réformée du XVIIe siècle, ou comment combattre la raison du plus fort ? » ;

Christabelle Thouin-Dieuaide, « L’utilisation de la fable dans les sermons réformés de la première moitié du XVIIe siècle » ;

Nadia Cernogora, « Persistance de la fable dans la poésie protestante : l’exemple des Hieropoemes de Loys Saunier (1584) » ;

Gilles Couffignal, « Des fables antiques à la fable de la langue : Pey de Garros, poète protestant et gascon » ;

Audrey Duru, « La fonction fable et les Œuvres d’André Mage de Fiefmelin (Saintonge, 1601) » ;

Adrienne Petit, « La relégation des fables et de l’”antiquaille” dans le roman sentimental, un topos post-tridentin ».