Études rabelaisiennes, Varia, LVII

Études rabelaisiennes, Varia, LVII, Genève, Droz, 2019, Travaux d’Humanisme et Renaissance n° DXCIX, 2019, 104 p.

Ce nouveau volume des Études rabelaisiennes comporte cinq articles. Anne-Pascale Pouey-Mounou s’intéresse à trois « séquences phoniques » de Pantagruel et de Gargantua : celle des mouches (à la fois insectes et espions – mais aussi nom d’un farceur, « maistre mousche »), celle des moines et celle des culs et cagots. Romain Menini relit l’épisode de l’écolier limousin et le prologue du Cinquiesme livre (le motif des « feves en gousse ») à la lumière des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, publiées à plusieurs reprises chez l’imprimeur-libraire lyonnais Sébastien Gryphe (Rabelais a pu jouer un rôle central dans les éditions de 1532 et de 1537). La position d’Aulu-Gelle, cité comme autorité pour défendre « le langaige usité », est en réalité beaucoup plus ambiguë car il est « l’un des écrivains latins les plus reconnus pour son goût du mot rare et de l’archaïsme ». Afin de « souligner la spécificité de la démarche de Rabelais », Adrien Mangili compare le Quart livre aux Dialogues du désordre (1545) de Pierre Viret. Il oppose notamment la description polyphonique du Physetère rabelaisien et le motif univoque des baleines de Viret. Damon Di Mauro propose une nouvelle source pour le Pantagruélion du Tiers livre (1546): l’anneda du Brief recit de Jacques Cartier (1545), « remede contre toutes maladies le plus excellent qui fut jamais veu ny trouvé sur la terre ». Enfin, Claude La Charité se penche sur l’exemplaire des Opuscula de Pietro Bembo (Lyon, Sébastien Gryphe, 1532) conservé à la bibliothèque universitaire de médecine de Montpellier et qui porte l’ex-libris de Rabelais. L’article étudie notamment les « sept annotations que l’on peut assurément attribuer à Rabelais ».