Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin

Takeshi Kubota, Montaigne lecteur de la Cité de Dieu d’Augustin, Paris, Honoré Champion, 2019, 392 pages.

Avant d’en venir spécifiquement à la présence de Saint Augustin dans les Essais, dans sa première partie, l’ouvrage de Takeshi Kubota présente les éditions latines et les traductions françaises de la Cité de Dieu des incunables à la traduction de Gentian Hervet publiée en 1570 (qui comprend les commentaires de Juan-Luis Vivès qui n’ont pas fait l’objet de censure). Dans sa deuxième partie, il analyse ensuite le genre du commentaire qu’il définit comme un lieu de dialogue où le commentateur se fait à son tour auteur, parce qu’il interprète le texte à la lumière de ses expériences personnelles. Takeshi Kubota consacre alors plusieurs pages à Vivès, qui, en tant que pédagogue, pense le genre du commentaire dans son De ratione dicendi et qui le pratique notamment dans ses Commentaires de la Cité de Dieu publiés en 1522. Après cette mise au point, il montre que Montaigne a lu Saint Augustin à travers les commentaires de Juan-Luis Vivès. Il donne ainsi l’exemple du chapitre « De la conscience » (II, 5) où Montaigne reprend les considérations de l’humaniste espagnol sur la torture.

Les analyses de Takeshi Kubota consacrées aux Essais s’appuient sur des tableaux (p. 261-351) qui se trouvent en annexe et qui recensent tous les emprunts de Montaigne à la Cité de Dieu (ces emprunts sont classés selon ces quatre catégories : citation, traduction, adaptation, ressemblance). Ces tableaux permettent de comparer les extraits de la Cité de Dieu ou des Commentaires de Vivès avec les citations ou réécritures de Montaigne. Ils permettent en outre d’observer l’évolution de la présence de Saint Augustin dans les Essais. En effet, ce travail de relevé est fait pour les éditions de 1580, 1588, 1595 des Essais et sont observées également les retouches et biffures de l’Exemplaire de Bordeaux qui concernent Saint Augustin. Ce recensement exhaustif et méthodique est un outil de recherche extrêmement précieux. Il révèle de façon précise et convaincante la dette de Montaigne envers Vivès et suggère que l’écriture montaignienne prolonge le mouvement du commentaire de Vivès.

Deux autres leçons importantes sont tirées de ce tableau et sont développées respectivement dans la troisième et la quatrième partie du livre : Montaigne s’intéresse surtout aux chapitres de la Cité de Dieu qui s’efforcent de définir la nature humaine et les derniers ajouts (après 1588) très présents dans l’« Apologie de Raymond Sebond » permettent à Montaigne de mieux dire les dangers de l’orgueil d’une science humaine qui s’affranchit de la foi. La troisième partie consacrée à l’influence d’Augustin sur l’anthropologie montaignienne met en évidence un souci commun à l’auteur de la Cité de Dieu et à celui des Essais de vivre humainement, c’est-à-dire en faisant toute sa place à la condition – partiellement – corporelle de l’homme. La dernière partie insiste sur la complémentarité qu’instaurent ces deux hommes entre l’anthropologie et la théologie : les considérations sur l’instabilité inhérente à l’homme vont de pair avec une pensée de la constance de Dieu.

Bien que consacré à la présence de Saint Augustin au sein des Essais, cet ouvrage est toujours soucieux de montrer que l’auteur de la Cité de Dieu n’est une voix parmi tant d’autres et que Montaigne fait entrer en discussion ou en résonance cet auteur aussi bien avec Plutarque qu’avec Henri Corneille Agrippa.