Les Œuvres de Guillaume Du Bartas

Guillaume DU BARTAS, Les Œuvres (1579), éd. critique de Denis Bjaï et François Rouget, Genève, Droz, collection « Textes littéraires français », 2018.

 

 

Les œuvres ici éditées ont paru pour la première fois en 1574 à Bordeaux, dans un recueil intitulé La Muse chrestiene. Elles constituent ensuite, à partir de 1579, la première partie des Œuvres. Même si le poète y exploite des genres poétiques divers (épopée, poésie allégorique, triomphe, entrée…), elles présentent une forte cohérence littéraire, car toutes quatre relèvent, à leur manière, d’une poésie « de vérité », qui rejette les appâts de la fable pour privilégier les sujets religieux. Les Œuvres s’ouvrent avec la Judit, épopée biblique en six chants, que son auteur présente (modestement !) comme le premier poème français consacré aux « choses sacrées ». En mettant en avant le caractère religieux de son sujet, pourtant tiré d’un livre que les protestants considèrent comme apocryphe, le poète veut faire savoir qu’il compose une « anti-Franciade », qui tourne le dos notamment à l’épopée mythologique. Le sujet, la mise à mort du tyran Holopherne par une femme inspirée de Dieu, entre en résonance avec les traités monarchomaques qui fleurissent pendant les guerres de religion, et Du Bartas prendra toutes les précautions possibles pour désamorcer les lectures politiques qui l’accuseraient de promouvoir le tyrannicide. De dimensions plus modestes, l’Uranie a des allures de profession de foi littéraire : le poète, visité par la muse éponyme, met en scène l’acquisition de ses grands principes poétiques, notamment le renoncement au monde et à la poésie profane, et la nécessité de consacrer sa plume à Dieu et aux sujets sacrés. Le troisième poème apparaît comme une mise en application des injonctions d’Uranie : il s’agit d’un Triomphe de la Foy qui, sur le modèle des Triomphes de Pétrarque, décrit la procession de la Foi, contemplée en rêve par le poète. Enfin, les Œuvres contiennent un poème de circonstance, en trois langues (latin, gascon et français) célébrant l’arrivée de Marguerite de Valois à sa cour de Nérac en décembre 1578.

Ces textes étaient, jusqu’à présent, difficiles d’accès : seule la Judit avait, en 1970, bénéficié d’une édition moderne, qui avait laissé de côté les autres textes. Les Œuvres étaient donc, un peu injustement, restés dans l’ombre du chef-œuvre de Du Bartas, La Sepmaine (1578). Denis Bjaï et François Rouget entendent les remettre en lumière en offrant une édition savante, enrichie d’une riche annotation, des sommaires de Simon Goulart, et d’une introduction substantielle. Cette dernière décrit notamment les éditions successives des Œuvres, et s’attarde sur les modifications les plus significatives. Elle fournit aussi d’intéressants éclaircissements sur le positionnement poétique singulier de Du Bartas, poète protestant, privilégiant les sujets religieux, mais aussi admirateur de la Pléiade et héritier des principes de la Deffence et illustration de la langue françoise.