Estelle Doudet, Moralités et jeux moraux, le théâtre allégorique en français, XVe-XVIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2018, 690 p., 48 €.

Le livre offre la première étude d’ensemble sur le théâtre allégorique en français du « long xve siècle », c’est-à-dire de la fin du xive siècle jusqu’au milieu du xvie siècle. Le corpus porte sur une cinquantaine d’œuvres présentées comme des moralités et sur un nombre équivalent de farces morales, moralités joyeuses, bergeries et histoires morales, soit en tout quelque cent vingt-cinq œuvres et fragments en moyen français, éclairés par environ trois cents documents d’archive. Plutôt qu’une sélection d’œuvres exemplaires, Estelle Doudet a fait en effet le choix d’une appréhension globale du corpus, de manière à accompagner la publication en cours (2012-) du Recueil général de moralités d’expression française (dix-huit volumes prévus rassemblant plus de cent pièces). Les thèmes très variés de ces moralités et jeux moraux semblent défier toute entreprise de catégorisation, même s’ils s’inscrivent tous dans un dispositif allégorique. Face à ce « continuum discontinu », l’ouvrage renonce donc à une approche essentialiste et téléologique et se conçoit au contraire comme une « cartographie » et une « archéologie », organisées en quatre parcours.

Le premier parcours (« Théories d’un genre, pratiques d’un art ») entreprend de revoir à nouveaux frais la question du « genre » de la moralité, à partir d’une enquête lexicale sur les mots « moralité », « moral » et « moralisé ». Il replace ce théâtre dans un champ de pratiques, se situant tour à tour du point de vue des écrivains, des copistes, des imprimeurs, des spectateurs et des lecteurs, et montrant comment le format moyen, à mi-chemin de la brièveté des farces et des sotties et de la longueur des mystères, a pu favoriser l’interaction avec des pièces d’ampleur complémentaire, à la fois sur la scène et dans les livres.

Le second parcours (« Rhétorique de l’autorité ») s’intéresse à la dimension didactique et autoritaire des moralités, dont l’auteur est assez souvent identifié, à la différence des rédacteurs de farce. Le théâtre moral, qui transporte parfois sur scène l’éloquence de la chaire, est placé sous le signe de la démonstration, comme le montrent les paratextes, les personnages de démonstrateurs et les abondantes références et citations. Il se présente comme un art d’instruction publique qui entend « faire école », « faire apprendre » et « faire mémoire ».

Le troisième parcours (« Dramaturgies du dévoilement »), centré sur la dramaturgie du dévoilement de la vérité, met à l’essai ces deux dispositifs que sont le théâtre et l’allégorie. Il s’interroge sur le fonctionnement des corps allégoriques (à travers leurs apparences, leurs gestes, leurs costumes et accessoires) et réfléchit sur « le statut du visible dans le théâtre allégorique ».

Le quatrième parcours (« Poétiques de l’occasion ») analyse « les rapports que le théâtre allégorique a entretenus avec le temps présent », traversé par de nombreuses « fractures politiques, sociales, culturelles ». Théâtre d’actualité placé sous « la lumière de l’inactuel », il se montre volontiers satirique et polémique, tout particulièrement pendant les conflits entre catholiques et protestants.

Voir la table des matières sur le site de l’éditeur.